Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Tromelin et Suffren

Un conflit entre marins

Par Claude-Youenn Roussel et Claude Forrer. Préface du contre-amiral Caron.

Au milieu de la guerre d'Amérique, dans l'océan Indien, des officiers aux bons états de service sont jetés à la porte de la Marine sur une appréciation colérique et dépréciative de Suffren, leur chef.

Parmi eux se trouve un Breton de Morlaix, Bernard Marie Boudin de Tromelin. Condamné sans jugement suite aux lettres venimeuses de son chef, il fait imprimer pour se défendre un Mémoire justificatif que personne n'accepte de lire dans les hautes sphères, l'empêchant ainsi de s'expliquer.

C'est ce texte rarissime qui est produit ici, empli d'une infinité de renseignements historiques, maritimes et militaires, commenté, annoté et analysé, accompagné de multiples autres documents dont les lettres officielles et privées de Suffren.

Claude-Youenn Roussel (membre de Tudchentil), spécialiste reconnu de la Bretagne et de la marine du XVIIIe siècle, a publié de nombreux livres (deux prix du Patrimoine maritime en 1992, prix de l'Académie de Marine en 2011, prix national de la Marine ACORAM en 2012). Le commandant Claude Forrer, capitaine au long cours en retraite, s'est passionné pour l'Histoire maritime ancienne et moderne. Il est l'auteur de diverses publications spécialisées.

En vente sur Amazon.fr au format broché (29€) ou au format Kindle (22,99€).

Tudchentil a 20 ans !

De septembre 2002 à septembre 2022, 20 ans se sont écoulés.
Pour fêter cet anniversaire particulier, nous appuyons sur
l'accélérateur et publierons plus de 25 articles ce mois-ci !

Merci de votre fidélité et de votre soutien pour les 20 prochaines années !

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Château de Lorge, en l'Hermitage, bâti au XVIIIe siècle par Guy-Nicolas de Durfort.
Photo A. de la Pinsonnais (2007).

A-C

Les articles

  • Boisgelin (du) - Réformation de la noblesse (1669, II)

    par Marie-Dominique Dolo, le 27 juillet 2012.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de
    Gabriel du Boisgelin, chevalier, seigneur du Boisgelin, François, Maurice, Gilles, René, Pierre, Françoise, Claudine et Gabrielle du Boisgelin, le 3 juin 1669 à Rennes.

  • Boisgelin (du) - Réformation de la noblesse (1669)

    par Marie-Dominique Dolo, Amaury de la Pinsonnais, le 24 juillet 2012.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de Jeanne du Boisgelin, compagne de messire Louis Rogon, chevalier, seigneur de Carcaradec, le 13 avril 1669 à Rennes.

  • Boisgelin (du) - Réformation de la noblesse (1668, II)

    par Marie-Dominique Dolo, le 22 juillet 2012.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de Robert du Boisgelin, écuyer, sieur de la Garenne, Gilles du Boisgelin, écuyer, sieur de Kerdu, et René du Boisgelin, écuyer, sieur du Bot, le 15 décembre 1668 à Rennes.

  • Boisgelin (du) - Réformation de la noblesse (1668)

    par Marie-Dominique Dolo, le 18 juillet 2012.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de Jean du Boisgelin, chevalier, vicomte de Mesneuf, Gabriel, Charles, Claire, Claude, François, Toussaint, François-Benjamin et autre Toussaint du Boisgelin, le 7 décembre 1668 à Rennes.

  • Belinaye/Blinaye (de la) - Réformation de la noblesse (1668)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 16 juillet 2012.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de écuyer Charles de la Blinaye, sieur dudit lieu, Charles, François et Paul de la Blinaye, ses enfants, François de la Blinaye et Charles son fils, le 10 octobre 1668 à Rennes.

  • Procès-verbal des preuves de la noblesse de Charles-Marie Chatton des Morandais, agréé par le roi pour être admis au nombre des gentilshommes que Sa Majesté fait élever dans les Écoles royales militaires.

  • Berthelot - Preuves pour l’École royale militaire (1783)

    par François du Fou, le 20 juin 2012.

    Procès-verbal des preuves de la noblesse de Pierre-Joseph-Jean Berthelot, agréé par le roi pour être admis au nombre des gentilshommes que Sa Majesté fait élever dans les Écoles royales militaires.

  • Berthelot - Preuves pour l’École royale militaire (1782)

    par François du Fou, le 14 juin 2012.

    Procès-verbal des preuves de la noblesse de Joseph-Jean-Jérôme Berthelot, agréé par le roi pour être admis au nombre des gentilshommes que Sa Majesté fait élever dans les Écoles royales militaires.

  • Boisbilly (de) - Preuves pour Saint-Cyr (1762)

    par Loïc Le Marchant de Trigon, le 10 juin 2012.

    Preuves de la noblesse de demoiselle Anne Julienne Françoise du Boisbilly, agréée par le Roy pour être admise au nombre des filles demoiselles que Sa Majesté fait élever dans la Maison Royale de St Louis, fondée à St Cyr, dans le parc de Versailles.

  • Chastel (du) - Preuves pour Saint-Cyr (1765)

    par Loïc Le Marchant de Trigon, le 26 mai 2012.

    Preuves de la noblesse de demoiselle Reine Mathurine Marie du Chastel agréée pour être admise au nombre des filles demoiselles que Sa Majesté fait élever dans la Maison Royale de St Louis fondée à Saint Cyr dans le parc de Versailles.

  • Aubin - Preuves pour Saint-Cyr (1764)

    par Loïc Le Marchant de Trigon, le 4 mai 2012.

    Preuves de la noblesse de demoiselle Marie Louise Françoise Aubin agréée par le Roy pour être admise au nombre des filles demoiselles que Sa Majesté fait élever dans la Maison Royale de St Louis fondée à St Cyr dans le parc de Versailles.

  • Argentré (d’) - Réformation de la noblesse (1668)

    par Marie-Dominique Dolo, le 2 mai 2012.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de messire Hippolyte d’Argentré, chevalier, conseiller du roi en ses Conseils d’État et Privé et de ses Finances et en son Grand Conseil, seigneur des châtellenies de Betton, Gosnes, Chamballan et des Perrines, le 8 novembre 1668 à Rennes.

  • Bino ou Binot (de) - Réformation de la noblesse (1670)

    par Jean-Claude Michaud, le 23 avril 2012.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de Charles de Bino, Jean-Batiste, Mathurin, sieur des Nos, Jacques, sieur de la Loberie, Esprit-Hardi et François de Bino, le 8 juillet 1670 à Rennes.

  • Bellingant (de) - Réformation de la noblesse (1669)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 9 avril 2012.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de messire Jean-Baptiste de Bellingant, sieur de Kerbabu, fils aîné de feu messire Olivier de Bellingant et Anne de Perrien, et messire Joseph de Bellingant, son frère puîné, le 13 mai 1669 à Rennes.

  • Blois (de) - Preuves pour le Collège royal de la Flèche (1773)

    par Marie-Dominique Dolo, le 1er avril 2012.

    Procès-verbal des preuves de la noblesse de Joseph-François-Bernard-Gabriel-Marie de Blois de la Calande agréé par le Roi pour être admis au nombre des gentilshommes que Sa Majesté fait élever dans le Collège royal de la Flèche.

  • Blois (de) - Preuves pour l’École royale militaire (1769)

    par Marie-Dominique Dolo, le 20 mars 2012.

    Procès-verbal des preuves de la noblesse de Aimar-Joseph-Emmanuel-Raphaël de Blois de la Calande agréé par le Roi pour être admis au nombre des gentilshommes que Sa Majesté fait élever dans l’Hôtel de l’École royale militaire.

  • Champion de Cicé - Preuves pour Saint-Cyr (1742)

    par Loïc Le Marchant de Trigon, le 10 mars 2012.

    Preuves de la noblesse de demoiselle Elizabeth Champion de Cicé, agréée par le Roi, pour être admise au nombre des filles demoiselles que Sa Majesté fait élever dans la Maison Royale de St Louis fondée à St-Cyr dans le parc de Versailles

  • Chastel de Kerlech (du) - Preuves pour Saint-Cyr (1693)

    par Loïc Le Marchant de Trigon, le 6 mars 2012.

    Preuves de la noblesse de demoiselle Jeanne Françoise de Kerlec du Chatel, présentée pour être reçue dans la communauté des filles demoiselles de la Maison de Saint Louis, fondée par le Roi, à Saint-Cyr, dans le parc de Versailles.

  • Boiséon (du) - Réformation de la noblesse (1671)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 4 mars 2012.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de messire Hercule-François du Boiséon, chevalier, comte dudit lieu et de la Bellière, baron de Kerouzerec, Trogoff, la Tournerye, Claude-François, son fils aîné, Anonime et Charles, ses fils puînés, autre Charles, son frère puîné, et Claude de Boiséon, baron de Kerouzéré, le 23 mars 1671.

  • Chrestien de la Masse - Preuves pour Saint-Cyr (1718)

    par Loïc Le Marchant de Trigon, le 2 mars 2012.

    Preuves de la noblesse de demoiselle Guyonne Yvonne Chrestien de la Masse, nommée pour être admise au nombre des filles demoiselles de la Maison de St Louis, fondée par le Roi à St Cyir, dans le parc de Versailles.

  • Botderu (du) - Preuves pour Saint-Cyr (1740)

    par Loïc Le Marchant de Trigon, le 27 février 2012.

    Preuves de la noblesse de demoiselle Catherine Ursule Pauline du Botderu, agréée par le Roi, pour être admise au nombre des filles demoiselles, que Sa Majesté fait élever dans la Maison royale de St Louis, fondée à St-Cyr dans le parc de Versailles.

  • Bahuno (du) - Réformation de la noblesse (1668)

    par Patrick Brangolo, Amaury de la Pinsonnais, le 24 janvier 2012.

    Arrêt de maintenue de noblesse en faveur de MM. du bahuno, rendu par la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne en 1668.

  • Bréal des Chapelles - Preuves pour l’École royale militaire (1764)

    par Jean-Claude Michaud, le 18 janvier 2012.

    Procès-verbal des preuves de la noblesse de Xavier-Anne-Marie de Bréal des Chapelles, agréé par le Roi pour être admis au nombre des Gentilshommes que Sa Majesté fait élever dans l’Hôtel de l’Ecole Royale Militaire.

  • Carné (de) - Preuves pour Saint-Cyr (1762)

    par Loïc Le Marchant de Trigon, le 27 décembre 2011.

    Preuves de la noblesse de demoiselle Perrine Corentine Marie de Carné, agréée par le roi pour être admise au nombre des filles demoiselles que Sa Majesté fait élever dans la Maison royale de St Louis, fondée à St Cyr, dans le parc de Versailles.

  • Boisgelin (du) - Preuves pour Saint-Cyr (1730)

    par Loïc Le Marchant de Trigon, le 17 décembre 2011.

    Preuves de la noblesse de demoiselle Marguerite Camille du Boisgelin, agréée par le Roi pour être admise au nombre des filles demoiselles que Sa Majesté fait élever dans la maison royale de St Louis, fondée à St Cyr dans le parc de Versailles.

  • Breil de Pontbriand (du) - Preuves pour Saint-Cyr (1735)

    par Loïc Le Marchant de Trigon, le 15 décembre 2011.

    Preuves de la noblesse de demoiselle Marie Angélique Marcionille du Breil de Pontbriand, pour être admise au nombre des filles demoiselles que Sa Majesté fait élever dans la maison royale de Saint Louis fondée à Saintt-Cyr, dans le parc de Versailles.

  • Chaffault (du) - Preuves pour l’Ecole royale militaire (1760)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 11 décembre 2011.

    Procès-verbal des preuves de la noblesse de Julien-Aléxis du Chaffault, agréé par le Roi pour être admis au nombre des gentilshommes que Sa Majesté fait élever dans l’Hôtel de l’Ecole royale militaire.

  • Boberil (du) - Preuves pour Saint-Cyr (1760)

    par Loïc Le Marchant de Trigon, le 3 décembre 2011.

    Preuves de la noblesse de demoiselle Françoise Jeanne du Boberil, agréée par le Roi pour être admise au nombre des filles demoiselles que Sa Majesté fait élever dans la Maison royale de St Louis fondée à St Cyr dans le parc de Versailles.

  • Boissière (de la) - Preuves pour Saint-Cyr (1717)

    par Loïc Le Marchant de Trigon, le 29 novembre 2011.

    Preuves de la noblesse de demoiselle Jeanne de la Boissière, nommée pour etre reçue au nombre des filles demoiselles de la Maison de Saint Louis, fondée par le Roi, à Saint-Cir, dans le parc de Versailles.

  • Chevière (de la) - Preuves pour l’École royale militaire (1765)

    par Jean-Claude Michaud, le 9 novembre 2011.

    Procès-verbal des preuves de la noblesse de Benjamin-Pierre de la Chevière, agréé par le Roi pour être admis au nombre des gentilshommes que Sa Majesté fait élever dans l’Hôtel de l’École royale militaire.