Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Tromelin et Suffren

Un conflit entre marins

Par Claude-Youenn Roussel et Claude Forrer. Préface du contre-amiral Caron.

Au milieu de la guerre d'Amérique, dans l'océan Indien, des officiers aux bons états de service sont jetés à la porte de la Marine sur une appréciation colérique et dépréciative de Suffren, leur chef.

Parmi eux se trouve un Breton de Morlaix, Bernard Marie Boudin de Tromelin. Condamné sans jugement suite aux lettres venimeuses de son chef, il fait imprimer pour se défendre un Mémoire justificatif que personne n'accepte de lire dans les hautes sphères, l'empêchant ainsi de s'expliquer.

C'est ce texte rarissime qui est produit ici, empli d'une infinité de renseignements historiques, maritimes et militaires, commenté, annoté et analysé, accompagné de multiples autres documents dont les lettres officielles et privées de Suffren.

Claude-Youenn Roussel (membre de Tudchentil), spécialiste reconnu de la Bretagne et de la marine du XVIIIe siècle, a publié de nombreux livres (deux prix du Patrimoine maritime en 1992, prix de l'Académie de Marine en 2011, prix national de la Marine ACORAM en 2012). Le commandant Claude Forrer, capitaine au long cours en retraite, s'est passionné pour l'Histoire maritime ancienne et moderne. Il est l'auteur de diverses publications spécialisées.

En vente sur Amazon.fr au format broché (29€) ou au format Kindle (22,99€).

Joyeux Noël !

Tudchentil et toute son équipe vous souhaitent un joyeux Noël et une belle année 2020 !


Soutenez Tudchentil, en 2020, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

La Roche-Jagu en Ploëzal, édifié en 1405 par Catherine de Troguindy après autorisation du duc Jean V.
Photo A. de la Pinsonnais (2009).

Personnages et généalogies

Les articles

  • Pour aider à la conduite de leurs affaires en Bretagne, les ducs de Montmorency disposaient comme d’autres de clients locaux. À la Chambre des comptes, cette clientèle, bien en vue, influente, dévouée et active au temps du connétable Anne de Montmorency (avant 1567), ne cessa ensuite de s’affaiblir. Au XVIIe siècle, les Montmorency ne purent plus y compter que des sympathies occasionnelles et fragiles.

  • Le président au parlement de Bretagne Christophe-Paul de Robien (1698-1756) incarne par excellence la réussite nobiliaire en France au XVIIIe siècle. Toutefois, celui qui fut un des plus grands collectionneurs français de son temps et un érudit dynamique vit, à plusieurs reprises, ses projets échouer, notamment lorsqu’il voulut doter Rennes d’une académie.

  • Poursuivant son étude sur les héraults bretons autour du XVe siècle, Michael Jones traite ici principalement de l’office de roi d’armes dans le duché où l’on trouve à un certain moment Bretagne et, en d’autres occasions, Malo comme rois d’armes.

  • Fin connaisseur des archives bretonnes, Michael Jones lève le voile sur le monde des hérauts de la cour des ducs de Bretagne au Moyen-Âge, principalement durant le XVe siècle. Cet article est tiré des Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

  • Le vicomte Morvan, entre Léon et Cornouaille (xie-xiie siècles)

    par Jean-Paul Soubigou, le 5 juillet 2010.

    [p. 255] Le vicomte Morvan, vivant vers le milieu du xie siècle, est connu par des chartes cornouaillaises : celle de Locmaria-Quimper, datable des années 1047-1055 [1], et celle du cartulaire de Quimper [2]. Il est cité dans une autre charte du (...)

  • Lors de ma soutenance de thèse, dont le sujet portait sur les hommes d’armes du duché de Bretagne de 1213 à 1381, certains membres du jury m’ont suggéré d’analyser le parcours de certains lignages de l’aristocratie militaire du duché ou mieux encore (...)

  • Généalogie des Hervé de Léon (vers 1180 – 1363)

    par Patrick Kernévez, Frédéric Morvan, le 29 septembre 2008.

    Cet article est la propriété exclusive de ses auteurs. Le lignage des vicomtes de Léon est attesté dès le premier quart du XIe siècle. Il fut l’un des plus importants de Basse-Bretagne au Moyen Âge. À leur apogée, au milieu du XIIe siècle, ces vicomtes (...)

  • Alain VI, vicomte de Rohan, ou l’origine de la fortune des Rohan

    par Frédéric Morvan, le 14 septembre 2008.

    Cet article est la propriété exclusive de son auteur. Lorsque j’ai travaillé sur ma thèse dont le sujet est « les hommes d’armes du duché de Bretagne de 1213 à 1381 » [222], je me suis très vite vu confronté à l’omniprésence de la maison de Rohan. (...)

  • Les origines fabuleuses de la famille Du Chastel

    par André-Yves Bourgès, le 10 août 2008.

    Cet article est la propriété exclusive de son auteur. Si, à la demande expresse de Bernard Tanguy, mon maître et mon ami depuis près de vingt ans, j’ai accepté de prendre le risque de traiter des origines de la famille Du Chastel et de leur dimension (...)

  • Les origines des armoiries d’Olivier de Machecoul

    par Yves Airiau, le 8 juillet 2008.

    Cet article est la première partie d’une intervention prononcée lors du colloque Printemps de l’histoire du pays de Retz « échange et pouvoir au pays de Retz à la fin du Moyen Âge » tenu le14 avril 2007. Actes publiés : La Bernerie-en-Retz : Société des historiens du pays de Retz, 2008, p. 5-15. Elle résume une des parties d’un mémoire de master de recherche.

  • 18 chevaliers bretons à un tournoi en 1238

    par Hervé Torchet, le 21 mai 2008.

    C’est dans la "Revue nobiliaire, historique et biographique", en 1866, que le célèbre héraldiste belge Goethals a donné une curieuse étude sur le tournoi donné à Cambrai en 1238 à l’occasion d’une querelle de droit féodal plutôt byzantine, d’ailleurs, et (...)

  • Généalogie des vicomtes de Léon

    par Patrick Kernévez, André-Yves Bourgès, le 16 mars 2008.

    Cet article est la propriété exclusive de ses auteurs qui en détiennent la version complète avec apparat critique. On dispose de plusieurs généalogies manuscrites des vicomtes de Léon. La plus ancienne, rédigée par Augustin du Paz, au début du XVIIe (...)

  • (voir la première partie de l’article) I Premières campagnes (1410-1413) Le comte de Richemont avait seize ans quand il fit sa première campagne (1410). Il dut se former une compagnie, “ son hôtel, sa maison ”, comme on disait alors ; mais nous ne (...)

  • Avertissement : le présent texte à été saisie par Norbert Bernard dans le cadre du site Tudchentil à partir d’une réédition de l’article original. En effet, en 1909, le chanoine Paul Peyron en commande une réédition aux éditions Lafolye frère, à Vannes. (...)