Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Tromelin et Suffren

Un conflit entre marins

Par Claude-Youenn Roussel et Claude Forrer. Préface du contre-amiral Caron.

Au milieu de la guerre d'Amérique, dans l'océan Indien, des officiers aux bons états de service sont jetés à la porte de la Marine sur une appréciation colérique et dépréciative de Suffren, leur chef.

Parmi eux se trouve un Breton de Morlaix, Bernard Marie Boudin de Tromelin. Condamné sans jugement suite aux lettres venimeuses de son chef, il fait imprimer pour se défendre un Mémoire justificatif que personne n'accepte de lire dans les hautes sphères, l'empêchant ainsi de s'expliquer.

C'est ce texte rarissime qui est produit ici, empli d'une infinité de renseignements historiques, maritimes et militaires, commenté, annoté et analysé, accompagné de multiples autres documents dont les lettres officielles et privées de Suffren.

Claude-Youenn Roussel (membre de Tudchentil), spécialiste reconnu de la Bretagne et de la marine du XVIIIe siècle, a publié de nombreux livres (deux prix du Patrimoine maritime en 1992, prix de l'Académie de Marine en 2011, prix national de la Marine ACORAM en 2012). Le commandant Claude Forrer, capitaine au long cours en retraite, s'est passionné pour l'Histoire maritime ancienne et moderne. Il est l'auteur de diverses publications spécialisées.

En vente sur Amazon.fr au format broché (29€) ou au format Kindle (22,99€).

Bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2020, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Manoir de la Touche-Brandineuf, en Plouguenast, bâti par Gilles de Kermené (XVe siècle).
Photo A. de la Pinsonnais (2007).

Armand Chateaugiron

Ses articles

  • Forget - Testament de Renée Forget (1668)

    Transcription, le 30 juin 2020.

    Renée Forget était fille aînée et seule héritière de noble homme Jean Forget, écuyer, sieur de Kerlan, et de Claude Carne. Elle épousa en 1621 René de Lescoët, puis en 1656 Vincent Le Borgne, seigneur de Lesquiffiou.

  • Aubigné - Preuves pour la Petite Écurie (1683)

    Transcription, le 4 juin 2020.

    Charles d’Hozier dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Louis, fils d’autre Louis d’Aubigné, seigneur de la Rocheferrière, et de Marie Blanchard son épousé, le 2 janvier 1683 à Paris, pour être reçu parmi les pages de la Petite Écurie du roi.

  • Testament de Marie de Guengat (1587)

    Transcription, le 24 mai 2020.

    Marie de Guengat, protestante, fille et de Jacques et de Jeanne de Talhouët, et veuve de Guy d’Avaugour, seigneur de Vay, fait son testament à la Rochelle le premier mai 1587. Elle lègue ses principaux biens à son neveu Charles d’Avaugour, seigneur de Cargrois, et la terre de Guengat à son cousin germain, le sieur de Livinot.

  • Testament de René de Guengat (1564)

    Transcription, le 13 mai 2020.

    René de Guengat, sieur de Livinot, fils d’Alain de Guengat et de Marie de Tromelin, fait son testament le 25 avril 1564, règlant la garde de ses enfants et laissant des instructions pour régler ses affaires.

  • Mellet - Réformation des fiefs (1538)

    Transcription, le 3 mai 2020.

    Sa noblesse contestée par le procureur du roi à l’occasion de la réformation des fiefs nobles en 1538, Jean Mellet, sieur de Boon, fils d’autre Jean, sieur du Hail, la prouve par preuves devant les commissaires de la réformation et obtient la levée du procès.

  • Morice de la Boessière ou Bouexière, sieur de Kerazloant, fils aîné de Bertrand de la Boessiere et d’Alliete de Kerliviou, sans postérité de son mariage avec Catherine Forget, eut pour héritier son frère Charles.

  • Rolle de la noblesse de l’evêché de Dol - 1674

    Transcription, le 21 mars 2020.

    Ce rôle recense les personnes nobles de l’évêché de Dol qui seront mises à contribution pour payer la somme de 250.000 livres donnée au Roi et votée par les États de Bretagne en 1674.

  • Sarrans (de) - Induction (1666)

    Transcription, le 13 mars 2020.

    Bien que non originaire de Bretagne, la famille gasconne de Sarrans y a exercé des charges et fonctions militaires et fait quelques alliances, ce qui explique la présence de cette induction pour la réformation de la noblesse de l’élection de Condom aux archives départementales des Côtes-d’Armor.

  • Begaignon - Reçu (1419)

    Transcription, le 20 février 2020.

    La collection Clairambault contient une copie d’un reçu d’Yvon (Le) Begaignon datant de l’an 1419 et en mentionne un second de la même année.

  • Le 21 octobre 1668, Palasne, huissier au parlement de Bretagne, signifie au procureur général du roi l’induction d’actes de François de Bocenit, sieur dudit lieu, anobli en septembre 1649, afin de produire devant la Chambre de réformation de la noblesse de Bretagne.

  • Uguet - Réformation de la noblesse (Induction, 1668)

    Transcription, le 23 janvier 2020.

    Il s’agit ici du brouillon de l’induction de Malo Uguet pour la réformation de la noblesse en Bretagne de 1668, dont l’arrêt de maintenue du 19 décembre 1668 a été publié précédemment sur Tudchentil.

  • Largez (du) - Maintenue de noblesse (1670)

    Transcription, le 15 janvier 2020.

    Arrêt de la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne maintenant dans leur noblesse Louis du Largez, sieur dudit lieu, Jean son frère, Françoise leur soeur, René et Yves du Largez, sieurs de Portzancoz et de Parlos, le 6 octobre 1670 à Rennes

  • Procès-verbal des preuves de noblesse de Charles François d’Andigné, fils de Guy René Charles François d’Andigné, chevalier, comte de Sainte Gemme d’Andigné, et de Louise Josephine de Robien, son épouse, présenté pour être reçu page dans l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem en juin 1780.

  • Danuels - Arrêt interlocutoire (1670)

    Transcription, le 3 janvier 2020.

    Arrêt interlocutoire de la Chambre de réformation de la noblesse de Bretagne qui ordonne à Yves Danuels/Danvels de produire des titres tirés de la chambre des comptes au soutien de sa qualité de noble, du 9 juillet 1670.

  • Procès-verbal non validé des preuves de noblesse d’Alexandre Marie Joseph Barbier de Lescoët pour être admis page du Grand Maître de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, le 23 mai 1741.

  • Le 11 mars 1671, Jean-Baptiste d’Andigné, chevalier, seigneur de Carmargaro, ainsi que Jean, sieur d’Aradon, son frère puîné, sont maintenus dans leur noblesse d’ancienne extraction par la Chambre de réformation de la noblesse de Bretagne.

  • Andigné (d’) - Réformation de la noblesse (1670)

    Transcription, le 8 décembre 2019.

    Arrêt de maintenue de noblesse rendu le 23 décembre 1670 à Rennes par la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne, en faveur de Jean-Baptiste d’Andigné, fils de feu messire René d’Andigné et dame Françoise Charpantier.

  • Maintenue de noblesse de François d’Andigné, chevalier, sieur de la Chasse, Charles-Pélage-Joseph, son fils aîné, Jean-Baptiste, sieur de la Marche, son frère juveigneur, et Claude d’Andigné, son frère puîné, par la Chambre de réformation de la noblesse de Bretagne à Rennes, le 15 décembre 1670.

  • Andigné du Verger - Maintenue de noblesse (1670)

    Transcription, le 16 novembre 2019.

    Arrêt rendu par la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne le 15 décembre 1670 à Rennes, maintenant dans sa noblesse d’ancienne extraction Guillaume d’Andigné, sieur de la Roche, demeurant à la Touche, paroisse de Bruc.

  • De nombreux usurpateurs ayant repris les qualités nobiliaires pour l’utilisation desquelles ils avaient déjà été condamnés, et certains titres présentés ayant été depuis reconnus comme faux, le roi et son Conseil ordonnent que tous les usurpateurs soient à nouveau condamnés.

  • Courrier-type accompagnant le mémoire, les modèles et le dernier avis aux recteurs, greffiers, notaires, etc. pour dresser les listes des personnes ayant pris des qualités nobiliaires, sous peine d’être condamnés aux même peines que les usurpateurs de noblesse.

  • Dernier avis publié durant le second semestre 1697 enjoignant les recteurs, greffiers, notaires, etc. qui ne l’ont pas encore fait, de dresser les listes des personnes ayant pris des qualités nobiliaires, sous peine d’être condamnés aux même peines que les usurpateurs de noblesse.

  • Ce Mémoire imprimé est destiné aux recteurs, greffiers, notaires, etc. leur indiquant comment procéder pour dresser les listes des personnes ayant pris des qualités nobiliaires depuis le premier janvier 1668 dans les actes et registres qu’ils conservent.

  • Louise de Chateauneuf, dame de Kereru, sœur et héritière de Tanguy de Chateauneuf, sieur de la Meriais, est déchargée d’une taxe pour usurpation de noblesse par Louis Bechameil de Nointel, intendant de Bretagne, le 30 septembre 1700 à Rennes.

  • Procès-verbal des preuves de noblesse de Louis Charles d’Andigné, fils de Charles François d’Andigné, chevalier, seigneur de la Blanchaye, Sainte Gemmes et autres lieux, et de Elisabeth Charlotte Françoise Celeste Pantin de la Guerre, présenté pour être reçu page dans l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem en mars 1743.