Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Tromelin et Suffren

Un conflit entre marins

Par Claude-Youenn Roussel et Claude Forrer. Préface du contre-amiral Caron.

Au milieu de la guerre d'Amérique, dans l'océan Indien, des officiers aux bons états de service sont jetés à la porte de la Marine sur une appréciation colérique et dépréciative de Suffren, leur chef.

Parmi eux se trouve un Breton de Morlaix, Bernard Marie Boudin de Tromelin. Condamné sans jugement suite aux lettres venimeuses de son chef, il fait imprimer pour se défendre un Mémoire justificatif que personne n'accepte de lire dans les hautes sphères, l'empêchant ainsi de s'expliquer.

C'est ce texte rarissime qui est produit ici, empli d'une infinité de renseignements historiques, maritimes et militaires, commenté, annoté et analysé, accompagné de multiples autres documents dont les lettres officielles et privées de Suffren.

Claude-Youenn Roussel (membre de Tudchentil), spécialiste reconnu de la Bretagne et de la marine du XVIIIe siècle, a publié de nombreux livres (deux prix du Patrimoine maritime en 1992, prix de l'Académie de Marine en 2011, prix national de la Marine ACORAM en 2012). Le commandant Claude Forrer, capitaine au long cours en retraite, s'est passionné pour l'Histoire maritime ancienne et moderne. Il est l'auteur de diverses publications spécialisées.

En vente sur Amazon.fr au format broché (29€) ou au format Kindle (22,99€).

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Tonquédec, forteresse des Coëtmen, rebâtie à partir de 1406 et démantelée en 1626.
Photo A. de la Pinsonnais (2007).

Les articles

  • Lespronnière (de) - Maintenue au parlement de Bretagne (1677)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 1er février 2017.

    Maintenue de noblesse au parlement de Bretagne de Jean de Lespronnière et son fils, le 8 octobre 1677. Ils avaient été déboutés par la Chambre de réformation de la noblesse le 24 mars 1671.

  • Lesquen (de) - Preuves pour la Grande Ecurie (1750)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 7 octobre 2017.

    Louis-Pierre d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Joseph-Louis-Maxime, fils de Claude-Louis de Lesquen et de Marie-Céleste de Lesquen, en vue de son admission comme page dans la Grande Écurie, le 2 septembre 1750.

  • Lesquen (de) - Preuves pour les écoles royales militaires (1783)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 23 septembre 2017.

    Antoine-Marie d’Hozier de Sérigny, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Joseph-Hyacinthe de Lesquen, fils de René-Alexandre de Lesquen et de Gabrielle de Nourquer, en vue de son admission dans les écoles royales militaires, le 25 septembre 1783.

  • Lesquen (de) - Preuves pour l’École royale militaire (1775)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 13 novembre 2011.

    Procès-verbal des preuves de la noblesse d’Alexandre-Célestin-François de Lesquen, agréé par le Roi pour être admis au nombre des gentilshommes que Sa Majesté fait élever dans le collège royal de la Flèche.

  • Lesquen (de) - Preuves pour Saint-Cyr (1715)

    par Loïc Le Marchant de Trigon, le 19 novembre 2011.

    Preuves de la noblesse de demoiselle Marie Gilonne de Lesquen, presentée pour estre reçue au nombre des filles demoiselles de la Maison de Saint Louis, fondée par le Roi, à Saint-Cir, dans le parc de Versailles.

  • Leziart - Réformation de la noblesse (1669)

    par Jean-Claude Michaud, le 22 octobre 2012.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de François Leziart, écuyer, sieur de la Grangerie, René, Gabriel-Mathurin, Julien, Pierre, autre Pierre, Jean-François, Françoise-Jeanne, Anne-Gabrielle-Sébastienne, Nicolas, Jean, autre Jean, Jacques, Guy, François, Jean-Baptiste, Jean, Nicolas, Joseph, Georges, Julien-Charles et Sébastien Leziart, le 10 mai 1669.

  • Léziart du Déserseul - Preuves pour Saint-Cyr (1744)

    par Loïc Le Marchant de Trigon, le 16 mars 2012.

    Preuves de la noblesse de demoiselle Edmée-Marie Léziart du Deserseul, agréée par le Roi pour être admise au nombre des filles demoiselles que Sa Majesté fait élever dans la Maison royale de Saint Louis fondée à Saint-Cyr dans le parc de Versailles.

  • Liscoët (du) - Réformation de la noblesse (1671)

    par Marie-Dominique Dolo, le 22 février 2013.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de Marc du Liscoët, écuyer, sieur du Run, et Jean du Liscoët, écuyer, sieur de Kerroux, le 7 janvier 1671 à Rennes.

  • Liscoët (du) - Réformation de la noblesse (1671, II)

    par Marie-Dominique Dolo, le 25 février 2013.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de Philippe-Armand du Liscoët, fils aîné, héritier principal, présomptif et noble de messire Guillaume du Liscoët, chef de nom et d’armes, chevalier, seigneur dudit lieu du Liscoët, du Bois-de-la-Roche et autres, le 6 mars 1671 à Rennes.

  • Lisle (de) - Réformation de la noblesse (1668)

    par Jean-Claude Michaud, le 21 décembre 2012.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de Guillaume de Lisle, écuyer, sieur de la Nicollière, autre Guillaume de Lisle, écuyer, sieur de la Gravelle, et Martin de Lisle, écuyer, sieur du Fief, le 23 novembre 1668.

  • Loaisel - Preuves pour le Collège royal de la Flèche (1770)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 12 avril 2015.

    Procès-verbal des preuves de la noblesse de René-Julien Loaisel de la Villedeneu, agréé par le roi pour être admis au nombre des gentilshommes que Sa Majesté fait élever dans le collège royal de la Flèche.

  • Loaisel - Preuves pour les Ecoles royales militaires (1787)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 19 avril 2015.

    Procès-verbal des preuves de la noblesse d’Amand-Fidel-Marie-Constant Loaisel de la Villedeneu, agréé par le roi pour être admis au nombre des gentilshommes que Sa Majesté fait élever dans les écoles royales militaires.

  • Lorgeril (de) - Preuves pour la Grande Ecurie (1721)

    par Armand Chateaugiron, le 8 juin 2016.

    Procès-verbal des preuves de la noblesse de Louis-François-Nicolas de Lorgeril, dressées par Louis-Pierre d’Hozier, pour être reçu comme page de la Grande Écurie du roi, le 10 mai 1721.

  • Lorgeril (de) - Preuves pour Saint-Cyr (1760)

    par Loïc Le Marchant de Trigon, le 7 décembre 2011.

    Bretagne - 17 juillet 1760 Preuves de la noblesse de demoiselle Marie Louise Genevieve de Lorgeril, agréée par le Roi pour etre admise au nombre des filles demoiselles que Sa Majesté fait élever dans la Maison royale de St Louis fondée à St Cir (...)

  • Louail - Réformation de la noblesse (1670)

    par Patrick Brangolo, le 2 juin 2012.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de Jean Louail, écuyer, sieur de la Saudraie et y demeurant, le 10 juin 1670 à Rennes.

  • Louail de la Saudraie - Preuves pour Saint-Cyr (1715)

    par Loïc Le Marchant de Trigon, le 15 novembre 2011.

    Preuves de la noblesse de demoiselle Mariane Louail de la Saudraie, presentée pour estre reçue au nombre des filles demoiselles de la Maison de Saint Louis, fondée par le Roi, à Saint-Cir, dans le parc de Versailles.

  • Loz - Honneurs de la Cour

    par Jean-François Coënt, le 29 mars 2020.

    Bernard Chérin, généalogiste des ordres du roi, dresse les preuves de noblesse de Marie-Joseph Loz, chevalier, seigneur de Goazru et de Saint Illivet, né en 1738, afin de lui obtenir l’honneur de monter dans les carrosses du Roi.

  • Lys (de) - Réformation de la noblesse (1671)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 27 août 2014.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de Charles de Lys, sieur de Beaucé, sénéchal de Rennes, Sébastien et René-Eustache de Lys, le 13 janvier 1671.

  • L’Olivier - Preuves pour la Petite Écurie (1688)

    par Marie-Dominique Dolo et Amaury de la Pinsonnais, le 20 juillet 2012.

    Preuves de la noblesse de Sébastien L’Olivier de St-Maur, présente pour être reçu page du roi dans sa Petite Écurie, sous la charge de monsieur le comte de Béringhen, premier écuyer de Sa Majesté.