Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Tromelin et Suffren

Un conflit entre marins

Par Claude-Youenn Roussel et Claude Forrer. Préface du contre-amiral Caron.

Au milieu de la guerre d'Amérique, dans l'océan Indien, des officiers aux bons états de service sont jetés à la porte de la Marine sur une appréciation colérique et dépréciative de Suffren, leur chef.

Parmi eux se trouve un Breton de Morlaix, Bernard Marie Boudin de Tromelin. Condamné sans jugement suite aux lettres venimeuses de son chef, il fait imprimer pour se défendre un Mémoire justificatif que personne n'accepte de lire dans les hautes sphères, l'empêchant ainsi de s'expliquer.

C'est ce texte rarissime qui est produit ici, empli d'une infinité de renseignements historiques, maritimes et militaires, commenté, annoté et analysé, accompagné de multiples autres documents dont les lettres officielles et privées de Suffren.

Claude-Youenn Roussel (membre de Tudchentil), spécialiste reconnu de la Bretagne et de la marine du XVIIIe siècle, a publié de nombreux livres (deux prix du Patrimoine maritime en 1992, prix de l'Académie de Marine en 2011, prix national de la Marine ACORAM en 2012). Le commandant Claude Forrer, capitaine au long cours en retraite, s'est passionné pour l'Histoire maritime ancienne et moderne. Il est l'auteur de diverses publications spécialisées.

En vente sur Amazon.fr au format broché (29€) ou au format Kindle (22,99€).

Tudchentil a 20 ans !

De septembre 2002 à septembre 2022, 20 ans se sont écoulés.
Pour fêter cet anniversaire particulier, nous appuyons sur
l'accélérateur et publierons plus de 25 articles ce mois-ci !

Merci de votre fidélité et de votre soutien pour les 20 prochaines années !

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Manoir de Crénan, Le Feuil, bâti par les familles Le Nepvou (XIVe s.) et Perrien (XVIIe s.).
Photo A. de la Pinsonnais (2008).

Amaury de la Pinsonnais

Ses articles

  • Hay de Tizé - Preuves pour la Grande Ecurie (1728)

    Transcription, le 19 novembre 2022.

    Louis-Pierre d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Paul-François, fils d’Augustin-François Hay, seigneur de Tizé, et de Gilonne Bidault, pour son admission en tant que page dans la Grande Écurie du roi, le 25 mai 1728.

  • Collet - Maintenue de noblesse à l’intendance (1700)

    Transcription, le 9 novembre 2022.

    Charles Collet, sieur de Cargrée, fils d’Amaury Collet, maintenu noble par la Chambre de réformation en 1670, obtient une décharge de payement d’une taxe pour usurpation de noblesse et sa maintenue en la dite qualité par Louis Bechameil, sieur de Nointel, intendant de Bretagne, le 23 décembre 1700.

  • Sentence permettant à Françoise Moraud, mère et tutrice de ses enfants mineurs d’avec feu Alexandre Gabriel de Becdelievre, chevalier, seigneur du Brossay, de transiger au nom des mineurs concurremment avec les oncles et tantes d’Alexandre de Becdelievre sur tous les procès en cours, le 18 décembre 1758 à Rennes.

  • Droüalen - Lettres de confirmation de noblesse (1699)

    Transcription, le 20 octobre 2022.

    Louis XIV octroie au mois d’août 1699 à Louis Droüalen, sieur de Queravan, des lettres de confirmation de son ancienne noblesse et d’anoblissement en cas de besoin, nonobstant le désistement de son père en 1670. En conséquence, Charles d’Hozier enregistre le mois suivant les armes des Droüalen dans l’Armorial général de France.

  • Procès verbal des preuves de noblesse de Marc-Antoine, fils d’Yves de Coëtloury et de Marie-Jeanne de Lage, dressé par Charles d’Hozier, généalogiste du roi, pour son admission comme page de la Petite Écurie, le 27 mars 1715 à Paris.

  • Inquiétés par le procureur général syndic des États de Bretagne, Louis et Jean-Baptiste du Breil, sieurs du Buron et de Vigneux, présentent leur cause au Conseil du roi et obtiennent le 24 juillet 1744 la cassation et l’annulation de la commission du parlement de Bretagne et des assignations à comparaître, ainsi que l’exécution des lettres de noblesses qu’ils avaient obtenues en 1739.

  • Louis Bechameil de Nointel, intendant de Bretagne, décharge François de Tregoazec, écuyer, sieurs du Drenit, et Paul son neveu, fils de son frère aîné Nicolas, d’une taxe pour usurpation de noblesse, Nicolas et François ayant été maintenus nobles par la Chambre de la réformation de la noblesse de Bretagne le 24 octobre 1670.

  • Desgretz - Condamnation pour usurpation de noblesse (1699)

    Transcription, le 21 septembre 2022.

    Yves Desgrets, sieur de Kerescan, est condamné comme usurpateur de noblesse par Louis Bechameil, intendant de Bretagne, pour ne pas avoir suffisamment prouvé les titres en vertu desquels il prend la qualité d’écuyer, le 27 juin 1699 à Rennes.

  • La Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Français 31255 (Nouveau d’Hozier 30), folio 9, conserve un imprimé des lettres d’honneur et de vétérance en faveur de Louis de Beaucé, héraut et roi d’armes des ordres de Saint Michel et du Saint Esprit.

  • Charles Langlin, originaire d’Irlande et tailleur d’habits, est déchargé d’une taxe pour usurpation de noblesse, par Louis Bechameil, intendant en Bretagne, le 11 mars 1701 à Rennes.

  • Françoise de Gohin, épouse séparée de biens de François Corbet, sieur de Rozonnet, obtient de Louis Bechameil, intendant de Bretagne, la décharge d’une taxe pour usurpation de noblesse à laquelle elle avait été assignée, le 5 septembre 1699 à Rennes.

  • Bouëtier (du) - Preuves pour la Grande Ecurie (1736)

    Transcription, le 9 septembre 2022.

    Louis-Pierre d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Joseph, fils de François du Bouëtier, seigneur du Quellenec, et de Marie Briand, en vue de son admission dans la Grande Écurie, en mars 1736.

  • Louis Bechameil de Nointel, intendant de Bretagne, condamne François Despinoze, sieur des Mortiers, à 2000 livres d’amende et à 50 livres de restitution, plus deux sols pour livre, comme usurpateur de noblesse, le 25 janvier 1701 à Rennes.

  • Guy Douart, sieur de la Renaudais, et Henriette Noual son épouse, sont déchargé d’une taxe pour usurpation de noblesse et maintenus dans cette qualité par Louis Bechameil, intendant de Bretagne, le 23 janvier 1700 à Rennes.

  • François Douart, sieur de la Choltais, diacre, fils d’autre François Douart, sieur de la Morinais, obtient de Louis Bechameil, intendant de Bretagne, la décharge d’une taxe pour usurpation de noblesse et la main-levée des saisies faites sur ses biens, à Rennes le 12 septembre 1699.

  • Douärt - Réformation de la noblesse (1670)

    Transcription, le 14 août 2022.

    François Douärt, sieur de la Choltais, sénéchal de Dol, est débouté de ses prétentions par la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne, le 22 octobre 1670 à Rennes.

  • Ce document nous semble être une description des preuves qui ont été fournies à Charles d’Hozier, généalogiste du roi, en vue de l’admission de Marc-Antoine, fils d’Yves de Coëtloury et de Marie-Jeanne de Lage. Il a fait partie de la collection historien lannionnais Yves Briand et fait maintenant partie de celle de M. Jean-Yves Marjou.

  • La Bibliothèque nationale de France conserve un résumé de l’arrêt de déboutement du 11 décembre 1670, ainsi que d’autres pièces utilisées pour obtenir une maintenue de noblesse en 1748 (après 13 ans de procédures), prétextant qu’elle était cadette des sieurs d’Ourxigné. Hors la filiation n’est pas prouvée et cette maintenue semble assez complaisante.

  • Cheminard - Réformation de la noblesse (1669)

    Transcription, le 5 juillet 2022.

    Les Archives départementales d’Ille-et-Vilaine conservent une copie incomplète de l’arrêt de maintenue de noblesse de Louis Cheminard, sieur de la Perverie, à Nantes. Il s’agit probablement de la seule qui nous soit parvenue, et que nous publions ici.

  • Charles d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Vincent, fils de Nicolas de Meur, seigneur de Kerigounan, et de Marie-Josèphe de la Boessière, admis pour être élevé parmi les pages de la Grande Écurie du roi, à Paris le 21 juin 1720.

  • Extrait d’un grand et prisage des biens et droits dépendants de la succession de François, vicomte de la Belinays, et décrivant particulièrement les écussons de cette famille en l’église de Saint-Ouen-des-Alleuz.

  • René de Gennes, sieur de Boisvie, époux de Marguerite Blanchet, et Pierre Oriere, sieur de Boisfretier, époux de Jeanne Guillois, sont déchargés du payement d’une taxe pour usurpation de noblesse commise par feu Olivier du Verger, sieur du Bois Collin, dont leurs épouses étaient supposées héritières, par Louis Bechameil, intendant de Bretagne, le 8 juin 1699 à Rennes.

  • Extrait d’un prisage et dénombrement des biens et droits dépendants des seigneuries de la Belinaye et la Teillaye dépendants de la succession de Charles de la Belinays, chevalier, et de Catherine de Launay son épouse, reprenant spécifiquement les droits de cette seigneurie en l’église de Saint-Christophe-de-Valains.

  • Barrin - Preuves pour Malte (extrait, 1658)

    Transcription, le 25 mai 2022.

    Les Carrés d’Hozier conservent un extrait des preuves de noblesse de Roland, fils de Jacques Barrin, intendant du Berry et seigneur de la Galissonnière, réalisées en vue de son admission comme chevalier dans l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, ou ordre de Malte, en 1658.

  • Maudet - Maintenue à l’intendance (1700)

    Transcription, le 20 mai 2022.

    François Maudet, écuyer, sieur de Treguené, obtient de Louis Bechameil de Nointel, intendant de Bretagne, une décharge d’assignation à comparaître pour présenter ses titres, et le maintient de sa noblesse, à Rennes le 9 septembre 1700.