Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Tromelin et Suffren

Un conflit entre marins

Par Claude-Youenn Roussel et Claude Forrer. Préface du contre-amiral Caron.

Au milieu de la guerre d'Amérique, dans l'océan Indien, des officiers aux bons états de service sont jetés à la porte de la Marine sur une appréciation colérique et dépréciative de Suffren, leur chef.

Parmi eux se trouve un Breton de Morlaix, Bernard Marie Boudin de Tromelin. Condamné sans jugement suite aux lettres venimeuses de son chef, il fait imprimer pour se défendre un Mémoire justificatif que personne n'accepte de lire dans les hautes sphères, l'empêchant ainsi de s'expliquer.

C'est ce texte rarissime qui est produit ici, empli d'une infinité de renseignements historiques, maritimes et militaires, commenté, annoté et analysé, accompagné de multiples autres documents dont les lettres officielles et privées de Suffren.

Claude-Youenn Roussel (membre de Tudchentil), spécialiste reconnu de la Bretagne et de la marine du XVIIIe siècle, a publié de nombreux livres (deux prix du Patrimoine maritime en 1992, prix de l'Académie de Marine en 2011, prix national de la Marine ACORAM en 2012). Le commandant Claude Forrer, capitaine au long cours en retraite, s'est passionné pour l'Histoire maritime ancienne et moderne. Il est l'auteur de diverses publications spécialisées.

En vente sur Amazon.fr au format broché (29€) ou au format Kindle (22,99€).

Tudchentil a 20 ans !

De septembre 2002 à septembre 2022, 20 ans se sont écoulés.
Pour fêter cet anniversaire particulier, nous appuyons sur
l'accélérateur et publierons plus de 25 articles ce mois-ci !

Merci de votre fidélité et de votre soutien pour les 20 prochaines années !

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Château de Bruc, en Guéméné-Penfao, berceau de la famille du même nom (XV-XVIIe siècles).
Photo A. de la Pinsonnais (2006).

Beaucé (de) - Lettres d’honneur et de vétérance (roi d’armes, 1716)

Dimanche 18 septembre 2022, texte saisi par Amaury de la Pinsonnais.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2022 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Français 31255 (Nouveau d’Hozier 30), dossier Beaucé (de), folio 9.

Citer cet article

Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Français 31255 (Nouveau d’Hozier 30), dossier Beaucé (de), folio 9, 2022, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 18 novembre 2022,
www.tudchentil.org/spip.php?article1561.

Beaucé (de) - Lettres d’honneur et de vétérance (roi d’armes, 1716)

Télécharger ou imprimer cet article
149.4 ko.

Lettres d’honneur et de veterance,
en faveur du Herault Roy d’Armes des Ordres du Roy.
Du seize Janvier mil sept cens seize.

 

Louis, par la grace de Dieu, Roy de France et de Navarre, Chef et Souverain Grand Maistre des Ordres de Saint Michel et du Saint Esprit.

A tous ceux qui ces presentes Lettres verront, Salut.

Notre très cher et bien amé Louis de Beauce, Herault Roy d’Armes de nosdits Ordres, s’étant démis volontairement en nos mains dudit office, par sa démission pure et simple en datte de ce jour, il nous auroit representé qu’il est revêtu dudit Office depuis plusieurs années, en consideration dequoi il nous auroit très humblement supplié de lui permettre de continuer à porter la Croix desdits Ordres, et de jouir de tous les Privileges, Exemptions et Immunités attribuées audit Office, [page 2] nonobstant sa démission ; Voulant d’ailleurs donner audit de Beauce des marques de la satisfaction que Nous avons de la probité avec laquelle il s’est acquitté des Emplois qui lui ont été confiés.

 

A ces causes et autres considérations à ce nous mouvans, de l’avis de notre très-cher et très-amé Oncle le Duc d’Orelans Regent, des autres Princes de notre Sang, des Cardinaux, Prelats, Chevaliers, Commandeurs et Officiers de nosdits Ordres, étant près de notre personne, Nous avons dit et déclaré, disons et déclarons par ces Presentes signées de notre main, voulons et nous plaît, que nonobstant la démission faite par ledit de Beauce de la Charge de Herault Roy d’Armes desdits Ordres, il jouisse sa vie durant de tous les Prérogatives, Privileges, Libertés, Franchises, Exemptions et Immunités y attribuées, et qu’il puisse et lui soit loisible, comme Nous lui avons de notre grace speciale permis et permettons par lesdites Presentes, de continuer de porter la Croix desdits Ordres, sans qu’il puisse être à l’avenir troublé ni inquietté.

 

Si donnons en mandement à notre très-amé et féal Commandeur, Chancellier, Garde des Sceaux de nosdits Ordres de Saint Michel et du Saint Esprit, et Sur-Intendant des Deniers d’iceux, le Sieur Jean-Baptiste Colbert, Marquis de Torcy, et tous autres qu’il appartiendra, que de notre presente grace et permission et du contenu ci-dessus, il fasse, souffre et laisse jouir et user pleinement et paisiblement ledit de Beauce, cessant et faisant cesser tous troubles et empêchements quelconques [page 3] à ce contraires, nonobstant toutes Ordonnances, Status, Edits, Declarations, Mandemens et Reglemens à ce contraire, et aux dérogatoires des dérogatoires y contenuës, Nous avons de notre grace speciale, souveraine puissance et autorité Royale, pour ce regard seulement, et sans tirer à conséquence, dérogé et dérogeons par cesdites Presentes ;

 

Car tel est nostre plaisir, en témoin de quoi Nous les avons fait sceller du grand Sceau desdits Ordres.

Donné à Paris le seizième jour de Janvier, l’an de grace mil sept cens seize, et de notre Regne le premier.

Signé, Louis, et plus bas, Par le Roy, Chef et Souverain Grand Maistre des Ordres de Saint Michel et du Saint Esprit, le Duc d’Orleans Regent present.

Signé, de la Moignon. Et à côté, Visa, Colbert. Et scellé du grand Sceau desdits Ordres, en cire blanche.