Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Tromelin et Suffren

Un conflit entre marins

Par Claude-Youenn Roussel et Claude Forrer. Préface du contre-amiral Caron.

Au milieu de la guerre d'Amérique, dans l'océan Indien, des officiers aux bons états de service sont jetés à la porte de la Marine sur une appréciation colérique et dépréciative de Suffren, leur chef.

Parmi eux se trouve un Breton de Morlaix, Bernard Marie Boudin de Tromelin. Condamné sans jugement suite aux lettres venimeuses de son chef, il fait imprimer pour se défendre un Mémoire justificatif que personne n'accepte de lire dans les hautes sphères, l'empêchant ainsi de s'expliquer.

C'est ce texte rarissime qui est produit ici, empli d'une infinité de renseignements historiques, maritimes et militaires, commenté, annoté et analysé, accompagné de multiples autres documents dont les lettres officielles et privées de Suffren.

Claude-Youenn Roussel (membre de Tudchentil), spécialiste reconnu de la Bretagne et de la marine du XVIIIe siècle, a publié de nombreux livres (deux prix du Patrimoine maritime en 1992, prix de l'Académie de Marine en 2011, prix national de la Marine ACORAM en 2012). Le commandant Claude Forrer, capitaine au long cours en retraite, s'est passionné pour l'Histoire maritime ancienne et moderne. Il est l'auteur de diverses publications spécialisées.

En vente sur Amazon.fr au format broché (29€) ou au format Kindle (22,99€).

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Vue de Morlaix et de l'église Saint-Martin (XVIIIe-XIXe.)
Photo A. de la Pinsonnais (2009).

Le Roux du Minihy - Preuves de noblesse pour les Ecoles royales militaires (1782)

Vendredi 23 avril 2021, transcription de Tugdual Le Rouge de Guerdavid.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2021 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre règlement au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Français 32093, no 54.

Citer cet article

Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Français 32093, no 54, transcrit par Tugdual Le Rouge de Guerdavid, 2021, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 10 mai 2021,
www.tudchentil.org/spip.php?article1426.

Le Roux du Minihy - Preuves de noblesse pour les Ecoles royales militaires (1782)

Télécharger ou imprimer cet article
255.6 ko.

Procès-verbal des preuves de la noblesse de Pierre-Marie Le Roux du Minihy agréé par le roi pour être admis au nombre des gentilhommes que Sa Majesté fait élever dans les écoles royales militaires.

D’argent à un houx de trois feuilles de sinople, arraché [1].

 

Ier degré, produisant – Pierre-Marie Le Roux du Minihy, 1771.

Extrait des registres des batêmes de la paroisse de St Quay en la sénéchaussée de St Brieuc, portant que Pierre-Marie Le Roux, fils légitime d’écuyer Jean-François Le Roux, sieur du Minehy, et de dame Marie-Jeanne-Françoise Poullain son épouse, naquit le 19 de janvier 1771 et fut baptisé le lendemain. Cet extrait est signé Loyer, curé de St Quay, et légalisé.

 

IIe degré, père – Jean-François Le Roux du Minihy, Marie-Jeanne-Françoise Poulain de la Roche, sa femme, 1759.

Extrait des registres des mariages de la paroisse de Quessoy, évêché de St Brieuc, portant qu’écuyer Jean-François Le Roux, sieur du Minehy, et de dame Louise-Françoise-Anne de la Villéon, son épouse, âgé de vingt-huit ans, de la paroisse [folio 1v] de St Quay, évêché de Dol, d’une part, et demoiselle Marie-Jeanne-Françoise Poulain, demoiselle de la Roche, fille d’écuyer René-Nicolas Poulain et de dame Jeanne Richard, sa femme, sieur et dame de la Villebonne, âgée de vingt-sept ans, de la susdite paroisse de Quessoy, d’autre part, reçurent la bénédiction nuptiale le 17 juillet 1759. Cet extrait signé Le Hérissé, recteur de Quessoy et légalisé.

Ordonnance rendue à St Brieuc le 23 janvier 1759 par les commissaires du roi assemblés en la même ville pour la tenue des États de Bretagne, portant que vu les titres qui prouvaient la noblesse d’écuyer Jean-François Le Roux, fils d’écuyer François-Guillaume Le Roux, sieur du Minihy, et de dame Louise-Françoise-Anne de la Villéon, le dit sieur Jean-François Le Roux auroit entrée et voix délibérative lors de l’assemblée des dits États. Cette ordonnance (où entre autres actes est énoncé son extrait batistère du 30 octobre 1731) est signée le duc d’Aiguillon, La Briffe et Le Bret.

D’argent à un houx arraché de sinople à trois feuilles.

Extrait des registres de batêmes de l’église paroissiale d’Hillion, évêché de St Brieuc, portant qu’écuyer Jean-François Le Roux, fils légitime d’écuyer François-Guillaume Le Roux, sieur du Minhy, et de dame Louis-Françoise-Anne de la Villéon son épouse, demeurants en la paroisse de St Michel de la ville de St Brieuc, fut batisé en l’église paroissiale du dit St Michel le … [2] et reçut le supplément des cérémonies du batême le 30 d’octobre 1731, alors âgé de [3] trois mois. Cet extrait délivré le 18 de janvier mil sept cent ciquante-neuf par le sieur Vitel, recteur d’Hillion, fut légalisé le 8 de mars mil sept cent soixante-huit par écuyer Julien-François Palasne de Champeaux, conseiller du roi, son sénéchal au siège et sénéchaussée royale de St Brieuc, lieutenant général de la même ville.

 

IIIe degré, ayeul – François-Guillaume Le Roux du Minihy, Louise-Françoise-Anne de la Villéon des Mareix, sa femme, 1723.

Contrat de mariage [4] de messire François-Guillaume Le Roux, sieur du Minihy, fils aîné héritier principal et noble de défunt messire François Le Roux, sieur du Minihy et de dame Françoise Le Tenoust, demeurant ordinairement au dit [folio 2] lieu et manoir du Minihy, paroisse de St Quay, évêché de Dol, et étant alors au manoir des Mareix en la paroisse d’Hillion, évêché de St Brieuc, accordé le 1er jour de mai 1723 avec demoiselle Louise-Françoise-Anne de la Villéon, demoiselle des Mareix, fille mineure de vingt-cinq ans de défunt messire Toussaint-Hyacinthe de la Villéon, chevalier, seigneur des Mareix, du Bourgneuf, de la Porte-Roüet, de la Ville-Clavet et autres lieux, et de dame Anne-Hippolyte Gouyon, dame douairière du dit lieu des Mareix, où ce contrat fut passé devant Jean Hillion et Goure qui retint la minute, notaires de la juridiction de Lamballe et de celle des Mareix.

Extrait des registres des batêmes de l’église paroissiale de St Quay, évêché de Dol en Bretagne, portant qu’écuyer François-Guillaume Le Roux, fils d’écuyer François (Le Roux) et de dame Françoise Le Tenours, sieur et dame du Minehy, demeurants en la dite paroisse, naquit le 4 de mars 1693, fut batisé dans la dite église le 12 du dit mois, et reçut le supplément des cérémonies du batême le 22 du même mois de la dite année. Cet extrait délivré le 15 de janvier mil sept cent cinquante-neuf par le sieur Mestivier, recteur de St Quay, fut légalisé le 8 de mars mil sept cent soixante-huit par écuyer Jullien-François Palasne de Champeaux, conseiller du roi, son sénéchal au siège et sénéchaussée royale de St Brieuc, lieutenant général de la même ville.

 

IVe degré, bisayeul – François Le Roux du Minihy, Françoise Le Tenours de Rudoret, sa femme, 1683.

Extrait des registres des mariages de l’église paroissiale de Treveneuc, évêché de St Brieuc, portant qu’écuyer François Le Roux, sieur du Minehy, de la paroisse de St Quay, âgé d’environ vingt-sept ans, et demoiselle Françoise Le Tenours, dame de Rudoret, de la paroisse de Plouha, âgée de vingt-deux ans, reçurent la bénédiction du nuptiale le 1er jour de juin 1683. Cet extrait délivré le 12 de janvier mil sept cent cinquante-neuf par le sieur Rouxel, recteur de Treveneuc, fut légalisé le 8 de mars mil sept cent soixante-huit par écuyer Julien-François Palasne de Champeaux, conseiller du roi, son sénéchal au siège et sénéchaussée royale de St Brieuc, lieutenant général de la même ville.

Arrêt du parlement de Bretagne rendu à Rennes le 10 d’octobre 1678 entre François Le Roux, sieur du Minihy, [folio 2v] fils aîné héritier principal et noble de défunt écuyer Jacques Le Roux et de feüe demoiselle Jeanne Godot, demandeur, d’une part, et le procureur général du roi, défendeur, d’autre part ; par lequel la dite cour de Parlement le déclare noble et issu d’extraction noble, comme tel lui permet et à ses descendans en mariage légitime, de prendre la qualité d’écuyer, les maintient aux privilèges et exemptions dont jouissent les autres nobles de la province de Bretagne, et ordonne que son nom sera inscrit au catalogue des nobles de la juridiction royale de St Brieuc. Cet arrêt est produit par expédition [5] signée Le Clerc, greffier de la dite cour.

 

Nous, Antoine-Marie d’Hozier de Sérigny, chevalier, juge d’armes de la noblesse de France, et en cette qualité, commissaire du roi pour certifier à Sa Majesté la noblesse des élèves des écoles royales militaires, chevalier-grand-croix-honoraire de l’ordre royal des saints Maurice et Lazare de Sardaigne,

Certifions au Roi que Pierre-Marie Le Roux du Minihy a la noblesse requise pour être admis au nombre des gentilhommes que Sa Majesté fait élever dans les écoles royales militaires, ainsi qu’il est justifié par les actes énoncés et visés dans ce procès-verbal que nous avons dressé et signé à Paris, le vingt-deuxième jour du mois de novembre de l’an mil sept cent quatre-vingt-deux.

[Signé] d’Hozier-de Sérigny


[1Ici, un renvoi à une note en-dessous : Ces armes sont ainsi énoncées dans l’arrêt de noblesse du 10 d’octobre 1678.

[2Ainsi en blanc.

[3Ici un renvoi en fin de paragraphe : Il naquit le 28 de juillet 1731.

[4Ici un renvoi en bas de page : Ce mariage fut célébré en l’église paroissiale d’Hillion le 26 de mai 1723.

[5Ici un renvoi en fin de paragraphe : Cette expédition fut délivrée en la même année 1678.