Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

L'histoire de Keroulas

Du Moyen Âge à nos jours

Par la famille de Keroulas.

Depuis le Moyen-Âge, le berceau de la famille de Keroulas se trouve au manoir de Keroulas à Brélès, en Pays de Léon. Plus de 6 siècles et près de 20 générations plus tard, cette belle demeure du XVIIe siècle est toujours la résidence de descendants de la famille.

Le manoir de Keroulas conserve de précieuses archives dont les plus anciennes datent de la fin des années 1300. Elles ont permis de remonter aux périodes les plus reculées de l’histoire familiale.

Le nom de famille de Keroulas s’est éteint en Pays de Léon au XVIIIe siècle. Les Keroulas d’aujourd’hui descendent de Ronan Mathurin de Keroulas (1730-1810) qui s’installe vers 1764 au manoir de Tal ar Roz au Juch près de Douarnenez. Sa nombreuse postérité estimée à plus de 5.000 personnes a surtout essaimé au Juch et dans les communes environnantes.

Ce beau livre illustré, travail collectif de plusieurs enfants de la famille, vous invite à plonger dans la destinée des Keroulas, à suivre son évolution au fil des siècles et à découvrir de nombreux épisodes parfois très surprenants.

Le livre est en vente chez l’éditeur aux éditions Récits au prix de 35 €.

Tudchentil a 20 ans !

De septembre 2002 à septembre 2022, 20 ans se sont écoulés.
Pour fêter cet anniversaire particulier, nous appuyons sur
l'accélérateur et publierons plus de 25 articles ce mois-ci !

Merci de votre fidélité et de votre soutien pour les 20 prochaines années !

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Manoir de Crénan, Le Feuil, bâti par les familles Le Nepvou (XIVe s.) et Perrien (XVIIe s.).
Photo A. de la Pinsonnais (2008).

Bocenit (de) - Réformation de la noblesse (induction, 1668)

Samedi 8 février 2020, transcription de Armand Chateaugiron.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2023 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1BI5.

Citer cet article

Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1BI5, transcrit par Armand Chateaugiron, 2020, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 7 février 2024,
www.tudchentil.org/spip.php?article1315.

Bocenit (de) - Réformation de la noblesse (induction, 1668)

Télécharger ou imprimer ce document
968.8 kio.

A monsieur le procureur general du roy

 

François de Bossenit

 

Sommaire induction d’actes que fait devant nosseigneurs les commissaires establis par le roy pour la reformation de la noblesse du Bretagne, François de Bocenit, escuyer, sieur dudit lieu, deffendeur, contre monsieur le procureur general du roy, demandeur,

 

A ce que s’il plaist à la Chambre ledit de Bocenit soit maintenu en la qualité d’escuyer et de noble, luy octroyée par les lettres du roy du mois de septembre 1649, et au droit de ses armes, qui sont d’argent à sept estoilles, et trois croissantz de gueulle, et ordonne que [son] [1] nom et qualité seront employés dans le tableau, rang et cathologue des nobles de la jurisdiction de Montcontours, d’où releve sa terre et seigneurye de Bocenit.

A ces fins, induit l’extraict de sa presentation faite au greffe de ladite Chambre contenant sa declaration de maintenir ladite qualité d’escuyer et de noble, du 2e octobre 1668. Cotté A.

Pour les causes portées par les lettres dudit mois de septembre 1649, le roy a annobly ledit sieur de Bocenit, et luy permis à ses descendants de continuer de prendre la qualité d’escuyer et de noble, comme luy et ses predecesseurs avoient fait tous temps auparavant. Pour le faire veoir,

Induit lesdites lettres dudit mois de septembre 1649, signées Louys, et sur le reply, par le Roy, la Royne regente sa mere presente, de Lomenye, sceillées du grand sceau de cire verte, et cy cottée B.

Induit aussi l’arrest rendu en ce parlement le 19e mars 1650 portant la verification desdites lettres signé Monneraye, cotté C.

Induit encore deux arrestz de la chambre des comtes de Bretagne des 8e may 1650, du 6e octobre 1651, le premier interlocutoire et le dernier definitiff, portant aussi la [registra]tion desdites lettres, signés Foucheteau, et Guiton, cotté D.

D’argent à trois croissants de gueules, posés 2 et 1, et sept étoiles de même, posées 3, 2 et 2

Ledit sieur de Bocenit n’inportunera la chambre des […] sur lesquelles lesdites lettres ont esté obtenues, et [services] rendus, cela estant sauff correction inutil.

[folio 1v] Ladite terre et seigneurye de Bocenit est considerable, ayant le droit de premier preminencier en l’eglise de la paroisse de Saint Gilles du Mené, haulte, moyenne et basse justice, droitz d’espaves, et plusieurs autres pourront le justiffier.

Induit les lettres de monsieur le duc d’Estampes comte de Penthievre, portant la probation et confirmation dudit droit de haulte justice de ladite terre de Bocenit, du 22e decembre 1635, et un arrest de la cour rendu le 15e juillet 1620 entre les oficiers de Montcontours, et ceux de la jurisdiction de Bocenit, portant aussy la confirmation dudit droit de haulte justice, cotté E.

 

Au moyen de quoy ledit sieur de Bocenit persiste à ses precedentes conclusions.

 

Pour copie.

[Signé] Françoys de Bocenit, Aubrée.

 

Le vingt et uniesme octobre 1668, signifié celle copye Monsieur le procureur general du roy, parlant à son segrettaire, à son hostel à Rennes.

[Signé] Palasne.

 

Monsieur le procureur general du roy [2].


[1Le bord du feuillet est abîmé et froissé, le mot manque.

[2Il s’agit de l’adresse de l’induction.