Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Château de Champtocé, où naquit Gilles de Laval, seigneur de Rais (XIII-XVIe siècles) .
Photo A. de la Pinsonnais (2006).

Mol - Réformation de la noblesse (1670)

Dimanche 24 juin 2012, texte saisi par Rémy Le Martret.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2018 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Georges Le Gentil de Rosmorduc, La noblesse de Bretagne devant la Chambre de la Réformation 1668-1671, t. I, p. 416-419.

Citer cet article

Georges Le Gentil de Rosmorduc, La noblesse de Bretagne devant la Chambre de la Réformation 1668-1671, t. I, p. 416-419, 2012, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 17 décembre 2017,
www.tudchentil.org/spip.php?article573.

Télécharger l’article

Mol - Réformation de la noblesse (1670)
80 ko.

Seigneurs de Langollian, du Henguer, etc…

Mol
D’argent à trois ancres de sable, deux en cheff et une en pointe.

Extraict des registres de la Chambre de la reformation de la Noblesse :

Entre le Procureur General du Roy, demandeur, d’une part.

Et François Mol, escuyer, sieur de Langollian, et Yves Mol, escuyer, sieur du Hingaer, demeurant, scavoir ledit sieur de Langollian en sa maison de Goulfen, paroisse de Plouzané, et ledit sieur de Hingaer en sa maison du Hingaer, parroisse de Millizac, les tous en l’evesché de Leon, ressort de Sainct-Renan et Brest, deffendeurs, d’autre part [1].

Veu par la Chambre etablie par le Roy pour le reformation de la Noblesse du pays et duché de Bretagne, etc. :

Un extraict de presentation faicte au Greffe d’icelle par maistre Gilles Bougret, procureur desdits deffendeurs, du 7 Octobre 1669, lequel auroit pour eux declaré soutenir les qualites de noble et d’escuyer d’ancienne extraction, par eux et leurs predecesseurs prise, et porter pour armes : D’argent à trois ancres de sable, deux en chef et une en pointe.

Induction desdits deffendeurs, soubs le seing dudit Bougret, leur procureur, fournie et signifiee au Procureur General du Roy, le 18e Juin 1670, par Frangeul, huissier en la Cour, par laquelle ils declarent estre nobles et issus d’ancienne extraction noble, et comme tels devoir estre avec leurs descendans en legitime mariage maintenus aux qualites de noble et d’escuyer, pour jouir de tous les droicts, honeurs, franchises, privileges et preeminences attribuez aux nobles de cette province, et en consequence que leurs noms seront employes aux rolle et cathalogue des nobles de la jurisdiction royale de Sainct-Renan et Brest.

Pour etablir la justice desquelles conclusions, les deffendeurs articulent, par leur induction, à faicts de genealogie, que par arrest rendu en ladite Chambre, du 10e juillet 1669 [2], messire Renan Mol, sieur de Querjan, chef du nom et armes, chevalier, seigneur dudit lieu de Kerjan, faisant tant pour lui que pour escuyers François, Jean, Tanguy et Charles Mol, ses freres puisnes, et pour noble et discret missire Claude Mol, sieur de Kerforest, prestre, recteur de Plouarzel, Jean Mol, escuyer, sieur de Lesmoual, capitaine entretenu en la Marine, comandant l’un des navires du Roy, à Toulon, dans l’armee comandee par le duc de Beaufort, et Prigeant Mol, escuier, sieur de Rutan, lieutenant aussy entretenu en la Marine, ses oncles germains, et Tanguy Mol, escuier, sieur de Rumorvan, deffendeurs, ledit sieur de Kerjan estant l’aisné de leur famille auroit este maintenu par ledit arrest en la qualité d’escuier, lequel sieur de Kerjan articule par ledit arrest que lui et ses dits freres sont enfans de messire Tanguy Mol et de dame Anne de Treourret, seigneur et dame de Kerian ; que ledit Tanguy et lesdits sieurs de Kerforest, de Lesmoualch et de Rutan sont aussy enfans de messire Guillaume Mol et de dame Catherine de Kersulguen ; que led. Guillaume et escuiers François Mol, sieur de Guernellez, et Jean Mol, sieur de Kerdouar, ses freres puisnes, estoient enfans de messire François Mol et de dame Françoise Coccennec ; lequel Jean Mol, sieur de Kerdouarn, fut marié avec demoiselle Françoise de Kerhouantenant, et de leur mariage est issu ledit sieur de Rumorvan ; que ledit François Mol, mary de ladite de Coccennec, estoit fils aisné, heritier principal et noble de messire Guillaume Mol, troisieme du nom, sieur de Kerjan, et de dame Marguerite de Penfenteniou ; que ledit Guillaume, troisieme, estoit fils de messire Bernard Mol, second du nom, et de dame Catherine le Veyer ; que ledit Bernard, second, estoit fils de messire Guillaume Mol, second du nom, et de dame Madelaine le Veyer ; que ledit Guillaume, second, estoit fils de nobles homs Bernard Mol, premier du nom, et de dame Margueritte Kermorvan ; que ledit Bernard, premier, estoit fils de nobles homs Jean Mol et de dame Jeannette [3] de Kersainctgilly ; que ledit Jean estoit fils d’escuier Guillaume, premier du nom, lequel estoit aussy fils d’escuier Tanguy Mol, seigneur de Kerian.

Et lesquels François et Yves Mol mettent par leur induction les actes cy apres :

La premiere d’icelles est un extraict de l’aage de Yves, fils legitime d’escuier Pierre Mol et de demoiselle Madelaine Kermenou, sieur et dame du Henguer, ledit extraict tiré de dessus le papier baptismal de l’eglise de Nostre-Dame de Recouvrance, parroisse de Quilbignon-les-dite-ville et chasteau de Brest, en date du 19e Octobre 1641, et au delivré du 9e Avril 1664.

Acte de tutelle passé par la jurisdiction du Chastel, des enfans mineurs de deffuncts escuier Pierre Mol et demoiselle Madelaine Kermenou, sieur et dame du Henguer, par lequel acte est entre autres choses raporté que messire Tanguy Mol, sieur de Kerjan, y parle comme parent desdits mineurs au cinquieme degré, ledit acte datté du 15 Mars 1660.

Un aveu rendu à la seigneurie de Kergroadez par le tuteur desdits mineurs, des heritages qui en relevent, leur apartenantz, datté du dernier May 1661.

Autre aveu rendu par led. Pierre Mol, de partie des heritages luy avenus par succession de son pere, le 31e Aoust 1623.

Plus autre aveu rendu par led. Bernard Mol [4], des heritages de ses pere et mere, par leur decez, datté du 16e Juillet 1616.

Extraict de l’aage de François Mol, fils naturel (et legitime) d’autre François Mol et demoiselle Anne Kerriel [5], sieur et dame de Guernelez, tiré de dessus le papier baptismal de l’eglise parroissiale de Sainct-Houardon, à Landerneau, datté du 13e Mars 1628, et au delivré le 27e Octobre 1668.

Acte de partage passé entre ledit Guillaume Mol et ledit François Mol [6], par lequel ledit Guillaume baille la sixieme partie, audit François, des heritages de la succession de leurs feus pere et mere, datté du 7e Juillet 1626.

Requeste presentee à la Chambre par ledit Yves Mol, concluant par icelle à ce qu’il plust à icelle voir l’original du partage final des successions de deffunct nobles homs Bernard Mol, sieur de Kerjan, et demoiselle Catherine le Veyer, sa femme, faict entre nobles gents Guillaume Mol, sieur dudit lieu de Kerjan, frere aisné, et Henry [7] Mol, son frere juveigneur, ou led. Henry Mol, juveigneur, doit donner de reconnoissance et ramage, audit Guillaume, son frere aisné, neuf deniers monnoye de rente ; ledit acte datté du 12e Avril 1554 [8].

Contredits du Procureur General du Roy, par luy fournis contre lesdits François et Yves Mol, signifies audit Bougret, leur procureur, le 4e Septembre 1670, par Buffon, huissier en la Cour.

Et tout ce que par lesdits deffendeurs a esté mis et produit devers ladite Chambre, au desir de leur induction et actes certes par icelle, par tous lesquels les qualites de nobles homs, escuier et seigneur y sont mentionnes, et tout consideré.

LA CHAMBRE, faisant droict sur l’instance, a declaré et declare lesdits François et Yves Mol nobles et issus d’extraction noble, et comme tels leur a permis et à leurs descendans en mariage legitime, de prendre la qualité d’escuier, et les a maintenus au droict d’avoir armes, ecussons timbres apartenants à leur qualité, et à jouir de tous droicts, franchises, preeminences et privileges attribues aux nobles de cette province, et ordonne que leurs noms seront employes au rolle et cathalogue des nobles de la jurisdiction royale de Sainct-Renan et Brest.

Faict en lad. Chambre, à Rennes, le 9 Septembre 1670.

Signé : PICQUET.

(Grosse originale, communiquée par M. Henri du Beaudiez.)


[1M. de Brehant, rapporteur.

[2NdT : Ou plutôt du 30 juillet 1669, cet arrêt est en ligne sur Tudchentil.net.

[3Alias : Jacquette.

[4Bernard Mol était le père de Pierre Mol, dont il vient d’être parlé. Il était lui-même fils de Henry (alias : Hamon) Mol et de Catherine le Borgne, s. et d. du Bourg.

[5NdT : il faut peut-être lire Keriezre.

[6François Mol, époux de Anne Kerriel, était fils puîné de François Mol et de Françoise Cocceneuc s. et d. de Kerjan.

[7Il est nommé Hamon dans l’induction des sieurs de Langollian et du Henguer.

[8Alias : 1564.