Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Tromelin et Suffren

Un conflit entre marins

Par Claude-Youenn Roussel et Claude Forrer. Préface du contre-amiral Caron.

Au milieu de la guerre d'Amérique, dans l'océan Indien, des officiers aux bons états de service sont jetés à la porte de la Marine sur une appréciation colérique et dépréciative de Suffren, leur chef.

Parmi eux se trouve un Breton de Morlaix, Bernard Marie Boudin de Tromelin. Condamné sans jugement suite aux lettres venimeuses de son chef, il fait imprimer pour se défendre un Mémoire justificatif que personne n'accepte de lire dans les hautes sphères, l'empêchant ainsi de s'expliquer.

C'est ce texte rarissime qui est produit ici, empli d'une infinité de renseignements historiques, maritimes et militaires, commenté, annoté et analysé, accompagné de multiples autres documents dont les lettres officielles et privées de Suffren.

Claude-Youenn Roussel (membre de Tudchentil), spécialiste reconnu de la Bretagne et de la marine du XVIIIe siècle, a publié de nombreux livres (deux prix du Patrimoine maritime en 1992, prix de l'Académie de Marine en 2011, prix national de la Marine ACORAM en 2012). Le commandant Claude Forrer, capitaine au long cours en retraite, s'est passionné pour l'Histoire maritime ancienne et moderne. Il est l'auteur de diverses publications spécialisées.

En vente sur Amazon.fr au format broché (29€) ou au format Kindle (22,99€).

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Chapelle de Kerfons (Ploubezre), peut-être fondée par les Coatarel, jubé datant de 1480 environ.
Photo A. de la Pinsonnais (2007).

Davy - Maintenue de noblesse (1668)

Lundi 11 octobre 2021, transcription de Amaury de la Pinsonnais.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2021 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre règlement au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1BI8.

Citer cet article

Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1BI8, transcrit par Amaury de la Pinsonnais, 2021, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 22 octobre 2021,
www.tudchentil.org/spip.php?article1333.

Davy - Maintenue de noblesse (1668)

Télécharger ou imprimer cet article
311.3 ko.

8 novembre 1668, no 133

 

Monsieur de Brye [1], president,

Monsieur Huart, rapporteur

 

Entre le procureur general du roy, demandeur, d’une part,

Et Pierre Davy, escuier, sieur de la Botardiere, conseiller du roy et maitre ordinaire de sa chambre des comptes a Nantes, faisant tant pour luy que pour Urbain Davy, son fils unicque et heritier principal, deffendeur d’autre part [2].

Veu par la Chambre establye par le Roy pour la refformation de la noblesse du pays et duché de Bretagne par lettres patentes de Sa Majesté du moys de janvier dernier veriffiées en parlement [3].

L’extrait de la comparution faitte au greffe de ladite Chambre par ledit deffendeur le 5e octobre dernier 1668 contenant sa declaration de soustenir la qualitté d’escuier par luy et ses predecesseurs prise et porter pour armes d’argent au chesne de sinople glanté d’or, a deux harpes de gueules.

Genealogie et filiation noble dudit deffendeur par laquelle il est articullé que de noble homme Pierre Davy, sieur de la Bostardiere, ayeul dudit deffendeur, conseiller du roy secrettaire et auditeur des comptes en Bretagne, ayeul dudit deffendeur, [et de] Marie Janne Le Texier issurent audit Pierre Davy, sieur de la Botardiere, maître des comptes, damoiselle Janne Davy, qui fut mariée avecq noble homme Pasque du Moire, sieur du Mortier, auditeur des comptes, et damoiselle Françoise Davy, qui fut aussi mariée avec escuyer François Paris, sieur de Chastonay, conseiller au presidial de Nantes, duquel Pierre Davy sieur de la Botardiere, second du nom et de damoiselle Marie Juchaud, fille de noble gens Michel Juchaud, conseiller-auditeur des comptes et de damoiselle Marguerite Le Serf est issu ledit Pierre Davy, 3e du nom, escuier, sieur de la Bostardiere, maitre des comptes, deffendeur, et damoiselle Janne Davy, mariée à messire François Guischard, conseiller du roy, lors maitre des comptes, ensuite conseiller au parlement de Bretagne.

Extrait de bapteme dudit Pierre Davy deffendeur du 3e mars 1619.

D’argent au chêne de sinople glanté d’or, accosté de deux harpes de gueules.

Copie de lettres patentes du roy obtenues par ledit noble homme Pierre Davy, ayeul dudit deffendeur, par lesquelles Sa Majesté en consideration de son vieil aage de soixante douze ans luy permet de se deffaire du son estat et office entre les mains de Pierre Davy son fils, pere du deffendeur, et luy est permis en recompense de son long service de prendre et se servir du tiltre de conseiller du roy et auditeur en ladite chambre des comptes [folio 1v] et de jouir des privileges 3 annueez.

Extrait de la cour de Nantes des annees 1605, 1606, 1607 et 1608 par lequel il se void comme ledit Pierre Davy, escuyer, sieur de la Bostardiere, conseiller du roy, secretaire et auditeur en ladite chambre des comptes fut esleu eschevin en la communauté de Nantes et que son temps de trois ans finis estant question d’en nommer un autre, le roy escript a la communaute pour lors son service en ladicte ville de Nantes recommenda de pleine authorite que ledict Pierre Davy ayeul dudit deffendeur fust de nouveau esleu eschevin de ladite ville tant par ses lettres generalles a la communaute que par une lettre particulliere du petit cachet addressante au soubzmaire qui ... [4] les longs et agreables services randus par Pierre Davy ayeul du deffendeur au roy et a son predecesseur roy au fait de la guerre et en consequence l’article de l’ordonnance du mesme roy Henry 4 en l’an 1600 donné a Paris au mois de mars au sujet de ceux qui ont porté les armes de Henry, livre 13 tiltre 25 article 25 .

Copie de lettres de Henry 3 données à Paris au moys d’aoust 1581 portant l’annoblissement des maires et eschevins de la ville de Nantes vivant eux et leur posterité noblement.

Arrest de ratiffication d’icelles du 24e avril 1582.

Lettres de provision d’un office de conseiller du roy maitre ordinaire de ses comptes en Bretagne obtenues de Sa Majesté l’onzieme decembre 1615 par le pere dudit deffendeur avecq l’arrest de reception en ladite charge du 4e fevrier 1616.

Contract de mariage du 8e may 1616 entre noble Pierre Davy sieur du Chesne Mordant, conseiller du roy et maitre ordinaire en sa chambre des comptes de Bretagne, fils de noble homme Pierre Davy, sieur de la Bostardiere, aussy conseiller de Sa Majesté, secretaire et auditeur desdits comptes, et de deffunte damoiselle Janne Letexier vivante sa femme, et entre damoiselle Marie Juchaud, fille de nobles gens Michel Juchault, aussi conseiller de Sadite Majesté et auditeur des comptes, et damoiselle Marguerite Le Serf sa compagne, sieur et dame des Blotereaux.

Partage noble et advantageux baille par ledict Pierre Davy, escuier, sieur du Chesne Moreau, heritier principal et noble, a noble homme Pasquer de Moyre, sieur des Morteau, conseiller du roy et auditeur en sa chambre des comptes, comme mary et epoux de damoiselle Janne Davy sa compagne, escuier François Paris, sieur du Chastenay, aussi conseiller du roy au siege presidial de Nantes, et damoiselle Françoise Davy sa compagne [folio 2] dans la succession desdits deffunts noble homme Pierre Davy, vivant conseiller de Sadite Majesté et auditeur en ladite chambre, et de damoiselle Janne Letexier sa femme, leurs pere et mere, en datte du 16e may 1626.

Acte de vante de l’office dudit Pierre Davy conseiller, maitre des comptes, faitte par ladite damoiselle Marye Juchault sa veusve, tant en son nom que comme mere et tuttrice de leurs enfans et suivant l’advis des parans desdits mineurs, en datte du 16e may 1629.

Lettres de provisions de l’office de conseiller maitre ordinaire en la chambre des comptes obtenu par ledit deffendeur du 20e mars 1644 avecq l’arrest de reception du 17e juin ensuivant.

Contract de mariage dudit deffendeur avecq damoiselle Anne Avril, fille de Urban Avril, escuyer, sieur de Laforse et du Baller, et de damoiselle Anne du Cassya sa femme, en datte du 2e may 1645.

Autre contract de mariage du 24e juin 1646 d’entre messire François Guischard, seigneur du Plessix, conseiller du roy et maitre ordinaire de ses comptes en Bretagne, et damoiselle Janne Davy, fille dudit deffunt messire Pierre Davy et de ladite Marie Juchault son epouse, par lequel contract de mariage le deffendeur donne partage noble à ladite Davy sa soeur comme son frère aisné, heritier principal et noble de feu escuier Pierre Davy et demoiselle Marie Juchault son epouse. [5].

Lettres du roy de confirmation des privileges desdits conseillers maitres et auditeurs de la chambre des comptes du 15 juin 1610 signees Louis et sur le replis par le roy, la royne regente sa mere ... et scellées aussy l’enregistrement desdites lettres a la chambre des comptes.

Arrest rendu au parlement de Paris du 20e may 1660 portant que les fils des maitres des comptes partageront noblement les biens de leurs peres.

Arrest de veriffication des lettres du conseiller ... des comptes honoraires obtenues par ledit deffendeur du 19e janvier 1664.

Induction des susdits actes dudit Pierre Davy, deffendeur, signiffyée au procureur general du roy le 30e octobre dernier tendante et les conclusions a estre maintenu noble et issu d’extraction noble et comme tel permis et à ses descendants en mariage legitime de prendre la qualitté d’escuyer et le maintenir au droit d’avoir armes et escussons timbrez appartenant à sa qualitté et de jouir de tous les droicts, franchises, preeminances et privileges attribuez aux nobles de cette province, et a estre emplyé au rolle et catalogue des nobles du comté de Nantes.

Conclusions du procureur general du roy, et ce qui a esté mis vers ladite Chambre considéré.

 

[folio 2v] Il sera dit que la Chambre, faisant droit sur l’instance, a declaré et declare lesdicts Pierre et Urbain Davy nobles et issus d’extraction noble, et comme tels leur a permis et a leurs descendans en mariage legitime de prendre la qualitté d’esquiyer, et les a maintenus au droit d’avoir armes et escussons timbrez appartenans a leur qualité, et de jouir de tous les droits, franchises, preeminances et privileges attribuez aux nobles de cette province, et ordonne que leurs noms seront employez au roolle et catalogue des nobles de la senechaussee de Nantes.

Faict en laditte Chambre a Rennes le 8e novembre 1668.

[Signé] Lan..., Huart


 

Monsieur Huart,

 

Veu l’induction des actes et tiltres de Pierre Davi, escuyer, sieur de la Botardierre, conseiller du roy, maitre des Comptes, tant pour luy que pour Urbain Davy, escuyer, sieur de la Haye, son fils unicque, et pour sa fille, aux fins d’estre maintenus en la qualité d’escuyer et de noble, ayant pour armes d’argent au chesne de sinople glanté d’or et deux harpes de gueulle, veu les autres tiltres mantionnes en ladite induction,

Je consent pour le Roy lesdits Davy pere et fils estre maintenus dans la qualitté d’escuyer et de nobles et comme tels qu’ils soint mis au cathalogue de la senechaussé de Nantes.

Fait au parquet le 31 octobre 1668.

[Signé] André Huchet


[1Il a d’abord été inscript d’Argouges, mais ce nom a été rayé par celui que nous avons lu de Brye. Ce serait alors François Loaisel, marquis de Brie, président à mortier au parlement, mais en l’absence du président François d’Argouges, c’est Guy Le Meneust qui aurait du le remplacer, ou le conseiller du Boisgelin qui a par ailleurs rempli cette fonction. De plus, la signature à la fin de l’arrêt ne correspond à aucun de ces personnages : elle commence très distinctement par les lettres Lan sans pour autant pouvoir être associée au seul conseiller membre de la Chambre qui pourrait correspondre à ce moment, Louis de Langle.

[2En marge : Plessis, qui est le nom du procureur.

[3En marge : pour chiffrature, de Lantivy, Aumont, Picquet du Boisguy.

[4Ici un mot que nous n’avons pas su lire et qui ressemble à autoffia. A partir du mot precedent et jusqu’à la fin de la phrase, le texte est en interligne.

[5A partir de lequel contract et jusqu’à la fin de la phrase, le texte est en interligne.