Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

L'histoire de Keroulas

Du Moyen Âge à nos jours

Par la famille de Keroulas.

Depuis le Moyen-Âge, le berceau de la famille de Keroulas se trouve au manoir de Keroulas à Brélès, en Pays de Léon. Plus de 6 siècles et près de 20 générations plus tard, cette belle demeure du XVIIe siècle est toujours la résidence de descendants de la famille.

Le manoir de Keroulas conserve de précieuses archives dont les plus anciennes datent de la fin des années 1300. Elles ont permis de remonter aux périodes les plus reculées de l’histoire familiale.

Le nom de famille de Keroulas s’est éteint en Pays de Léon au XVIIIe siècle. Les Keroulas d’aujourd’hui descendent de Ronan Mathurin de Keroulas (1730-1810) qui s’installe vers 1764 au manoir de Tal ar Roz au Juch près de Douarnenez. Sa nombreuse postérité estimée à plus de 5.000 personnes a surtout essaimé au Juch et dans les communes environnantes.

Ce beau livre illustré, travail collectif de plusieurs enfants de la famille, vous invite à plonger dans la destinée des Keroulas, à suivre son évolution au fil des siècles et à découvrir de nombreux épisodes parfois très surprenants.

Le livre est en vente chez l’éditeur aux éditions Récits au prix de 35 €.

Tudchentil a 20 ans !

De septembre 2002 à septembre 2022, 20 ans se sont écoulés.
Pour fêter cet anniversaire particulier, nous appuyons sur
l'accélérateur et publierons plus de 25 articles ce mois-ci !

Merci de votre fidélité et de votre soutien pour les 20 prochaines années !

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Voute et sablière de l'église Saint-Melaine de Morlaix, XV et XVIe siècles.
Photo A. de la Pinsonnais (2009).

Méhérenc de Saint-Pierre (de) - Preuves de noblesse pour la Petite Écurie (1754)

Lundi 20 mai 2024, transcription de Guillaume de Boudemange.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2023 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Français 32116, no 78, fo 181.

Citer cet article

Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Français 32116, no 78, fo 181, transcrit par Guillaume de Boudemange, 2024, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 12 juin 2024,
www.tudchentil.org/spip.php?article1649.

Méhérenc de Saint-Pierre (de) - Preuves de noblesse pour la Petite Écurie (1754)

Télécharger ou imprimer cette transcription
232.1 kio.

Lecture

Les pages des Ecuries du Roi, par Gaston de Carné, nouvelle édition, 9,90€.

Normandie et Bretagne, juillet 1754

 

Preuves de la noblesse de Jean-Henri-Roland de Méhérenc agréé pour etre élevé page du roi dans sa Petite Écurie sous la charge de monsieur le marquis de Beringhen, Premier Écuyer de Sa Majesté.

D’argent à un chef d’azur et une bordure de gueules.

 

Ier degré, produisant — Jean-Henri-Roland de Meherenc, 1740.

Extrait d’un registre des batêmes de la paroisse de Pleguien, éveché de Saint-Brieux, portant que Jean-Henri-Roland, fils de messire Jean-Michel-Auguste de Meherenc, chevalier, seigneur de Saint-Pierre, et de dame Jeanne-Émilie des Clos, sa femme, né le 1er décembre mil sept cent quarante, ondoyé le surlendemain, reçût le suplément des cérémonies du batême le 9 mai 1745. Cet extrait signé Lestic, recteur de Pleguien et légalisé.

 

IIe degré, père et mère — Jean-Michel-Auguste de Meherenc, seigneur de Saint-Pierre, Jeanne-Emilie des Clos, sa femme, 1735.

Contrat de mariage de messire Jean-Michel-Auguste de Meherenc, chevalier, seigneur de Saint-Pierre, fils de messire Michel-Henri de Meherenc, chevalier, seigneur du dit lieu de Saint-Pierre, et de feue dame Renée-Thérèse Le Chaponnier, sa femme, acordé avec demoiselle Jeanne-Emilie des Clos le 28 mars 1735. Ce contrat passé devant Berthelot, notaire à Rennes.

Acord fait sous seings privés le douze juillet 1746 entre messire Jean-Michel-Auguste de Meherenc, chevalier, seigneur de Saint-Pierre, fils ainé, héritier principal et noble de messire Michel-Henry de Meherenc, chevalier, seigneur de Saint-Pierre, et de dame Renée-Théreze Le Chaponnier, sa femme, d’une part, et messire Henri-Joseph de Meherenc, chevalier, son frere puisné, sur le partage noble des successions de leurs dits père et mère. Cet acte signé de Meherenc et de Meherenc de Saint Pierre.

 

IIIe degré, ayeul — Michel-Henri de Meherenc, seigneur de Saint-Pierre, Renée-Thérèze Le Chaponnier, sa femme, 1701.

D’argent au chef d’azur, à une bordure de gueules.

Contrat de mariage de messire Michel-Henri de Meherenc, chevalier, seigneur de Saint-Pierre, acordé le 9 juillet 1701, avec demoiselle Renée-Thérèze Le Chaponnier, dame du Bois de la Salle. Ce contract passé devant Nayl, notaire au comté de Goello.

Transaction faite le 25 juin 1689 entre messire Michel-Henri de Meherenc, chevalier, seigneur de Saint-Pierre, et messire Henri de Meherenc, son frère, chevalier, sur les differens qu’ils avoient pour le partage de la succession de feus messire Gabriel de Meherenc, chevalier, et dame Madelene de Tiercelin-de Brosses, leurs père et mère. Cet acte passé devant Lambert et Bellanger, notaires à Paris.

Transaction faite le 14 avril 1689 entre messire Michel-Henry de Mehenrenc, seigneur de Saint-Pierre, capitaine de chevaulegers dans le regiment de Marivaux, heritier principal et noble de messire Gabriel de Meherenc et se fesant fort de dame Madeleine de Tiercelin sa mere, d’une part, et mesire François de Farcy, seigneur de Ꝃleau, sur le payement que demandoit ledit sieur de Saint-pierre d’une obligation de la somme de 1800₶. Cet acte receu par Me Marchadour, notaire royal.

 

[folio 181] IVe degré, bisayeul — Gabriel de Meherenc, seigneur de Saint Pierre, Madelene de Tiercelin, sa femme, 1659. D’argent à deux tierces d’azur, passées en sautoir et accompagnées de quatre merlettes de sable.

Contrat de mariage de haut et puissant seigneur messire Gabriel de Meherenc, chevalier, seigneur de Saint-Pierre, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, fils de haut et puissant seigneur messire Pierre, chef de nom et armes de Meherenc, et de dame Jeanne du Fau, sa veuve, acordé le 15 juin 1659 avec demoiselle Madelene de Tiercelin. Ce contrat passé devant Moufle et de Monttrenault, notaires à Paris.

Donation mutuelle faite le 24 janvier 1643 entre messire Pierre de Meherenc et dame Jeanne du Fau, sa femme, seigneur et dame de Saint Pierre et autres, de tous leurs meubles et aquets, a la charge par le survivant de donner à leur fils juveigneur, non encore nommé, qui étoit le prochain après écuyer Gabriel de Meherenc, leur fils ainé et presomptif héritier, la somme de 6000₶. Cet acte reçu par Gilles Jan, notaire à Ploermel.

 

Ve degré, trisayeul — Pierre de Meherenc, seigneur de Saint Pierre, Jeanne du Fau, sa femme, 1628.

Contrat de mariage de messire Pierre de Meherenc, seigneur de Saint Pierre, acordé le 5 juillet 1628 avec dame Jeanne du Fau, dame douairière de la Marche, veuve de Jean d’Espinay, seigneur de la Marche. Ce contrat passé devant de la Motte, notaire en la cour de Ploermel.

Sentence rendue à Bayeux le 13 décembre 1640 par le lieutenant general du bailli de Caen entre Pierre de Meherenc, écuyer, sieur de Saint Pierre, et François de Meherenc, écuyer, sieur des Vallées, enfans de feus Jean de Meherenc, écuyer, sieur de Flottemanville, et demoiselle Barbe Marguerie, femme en secondes noces de feu Jean Martin, sieur de la Martinière, d’une part, et Pierre de la Cour, écuyer, sieur de la Maillardière, et demoiselle Jaqueline Onfroy, sa femme, petite fille dudit sieur de la Martinière et de ladite Barbe Marguerie, par laquelle [folio 182] il est ordonnée que ladite Onfroy auroit partagé dans la succession de ladite Marguerie son ayeule. Cette sentence signée Formont.

 

VIe et VIIe degrés, 4e et 5e ayeuls — Jean de Meherenc, sieur de Flotemanville, fils de Nicolas de Meherenc, sieur dudit lieu de Flotemanville, Barbe Marguerie, sa veuve, 1581 et 1541, sa femme, 1601.

Sentence rendue le 10 juillet 1590 en la vicomté de Bayeux par laquelle la tutelle des enfans mineurs de noble homme Jean de Meherenc, vivant, sieur de Flottemanville, et de demoiselle Barbe Marguerie, sa veuve, est donnée à Jean d’Aigneaux l’ainé, écuyer, sieur de la Coutiere, oncle desdits mineurs. Cette sentence signée Plastelle, greffier.

Transaction faite le 19 mai 1581 entre noble homme Jean de Meherenc, sieur de Flotemanville, et demoiselle Marguerite de Meherenc, sa sœur, sur les differens qu’ils avoient pour le partage de la succession de feu noble Nicolas de Meherenc, leur père, sieur dudit lieu de Flotemanville. Cet acte reçu par du Hamel, tabellion en la sergenterie de Cérisi.

Transaction faîte le 30 janvier 1541 entre nobles personnes Jean de Meherenc, seigneur de Flotemanville, et Nicolas de Meherenc, son fils, sur les differens qu’ils avoient pour l’exécution des promesses faites par le dit sieur de Flotemanville dans le traité de mariage dudit Nicolas, son fils, avec demoiselle Marguerite d’Escayeul. Cet acte reçu par Rogier et Langlois, tabellions en la sergenterie de Cerisy.

 

Nous Louis-Pierre d’Hozier, juge d’armes de la noblesse de France, chevalier doyen de l’ordre du roi, conseiller en ses conseils, maitre ordinaire en sa chambre des comptes de Paris, généalogiste de la maison de la chambre et des Écuries de Sa Majesté, de celles de la reine et de Madame la dauphine,

Certifions au Roi, et à messire Henri-Camille, marquis de Beringhen, son Premier Écuyer, chevalier commandeur de ses ordres, lieutenant general au gouvernement de Bourgogne et gouverneur des ville et citadelle de Chalon sur Saone que Jean-Henri-Roland de Meherenc a la noblesse necessaire pour etre admis au nombre des Pages que Sa Majesté fait elever dans sa Petite Écurie, comme il est justifié par les actes énoncés dans cette preuve, que nous avons vérifiée et dressée à Paris le lundi vingt deuxième jour du mois de juillet de l’an mil sept cent cinquante quatre.

 

[Signé] d’Hozier