Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Tromelin et Suffren

Un conflit entre marins

Par Claude-Youenn Roussel et Claude Forrer. Préface du contre-amiral Caron.

Au milieu de la guerre d'Amérique, dans l'océan Indien, des officiers aux bons états de service sont jetés à la porte de la Marine sur une appréciation colérique et dépréciative de Suffren, leur chef.

Parmi eux se trouve un Breton de Morlaix, Bernard Marie Boudin de Tromelin. Condamné sans jugement suite aux lettres venimeuses de son chef, il fait imprimer pour se défendre un Mémoire justificatif que personne n'accepte de lire dans les hautes sphères, l'empêchant ainsi de s'expliquer.

C'est ce texte rarissime qui est produit ici, empli d'une infinité de renseignements historiques, maritimes et militaires, commenté, annoté et analysé, accompagné de multiples autres documents dont les lettres officielles et privées de Suffren.

Claude-Youenn Roussel (membre de Tudchentil), spécialiste reconnu de la Bretagne et de la marine du XVIIIe siècle, a publié de nombreux livres (deux prix du Patrimoine maritime en 1992, prix de l'Académie de Marine en 2011, prix national de la Marine ACORAM en 2012). Le commandant Claude Forrer, capitaine au long cours en retraite, s'est passionné pour l'Histoire maritime ancienne et moderne. Il est l'auteur de diverses publications spécialisées.

En vente sur Amazon.fr au format broché (29€) ou au format Kindle (22,99€).

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Nantes, château des ducs de Bretagne, lucarnes du Grand Logis (XVIe s.).
Photo A. de la Pinsonnais (2007).

Guimaëc - Procès-verbal des prééminences (1679)

Vendredi 29 janvier 2021, texte saisi par Tugdual Le Rouge de Guerdavid.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2021 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre règlement au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Revue historique de l’Ouest, 1885, Documents, pages 264-268.

Citer cet article

Revue historique de l’Ouest, 1885, Documents, pages 264-268, 2021, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 25 septembre 2021,
www.tudchentil.org/spip.php?article1416.

Guimaëc - Procès-verbal des prééminences (1679)

Télécharger et imprimer cet article.
441.9 ko.

Procès-verbal des prééminences de la paroisse de Guimaëc

 

(27 septembre 1679)

 

Et continuant ledit jour notre commission, nous nous serions rendus tous de compaignie dans le bourg parrochial de Guymaëc, où serions arrivés environ les unze heures à midy. Ayant entré dans ladite eglise parrochiale, nous serait venu trouver noble et discret messire Louis de Cressoles, sieur recteur de ladite paroisse, auquel ayant verbalement déclaré le suject de notre descente et sommé de nous faire sa déclaration positive de tous ceux qu’il sait prétendre ecussons dans ladite église, prééminences et droits honorifiques, et au nom de qui se font les prières nominalles, il nous a dit que nul n’a droit de se dire patron fondateur de ladite eglise, et qu’autant que peut savoir, lui ne son curé ne font les prières nominalles pour aucun seigneur en particulier, ce qu’il a signé ainsi : Louis de Cressolles. R.D.

En procédant à la description des ecussons et armoiryes, qui sont sans la maitresse vittre placée derrière le grand autel, l’avons trouvé chargée de 12 ecussons ez roses d’icelle, la première etante à cinq ouvertures et dans laquelle pourrait estre posez autant d’ecussons n’est touttefois chargée que d’un seul au milieu d’icelle, portant bandé d’or et de sable à six pièces. Et sont les armes de la seigneurie et terre de Tremedern, appartenant à présent [page 265] à la dame de la Villeguihard. À costé d’icelle rose est un ecusson des mesmes armes, posé du costé de l’evangile.

Et à vis, du costé de l’épitre sont les armes des terres et seigneuries de Trelever portant d’[e gueule] à 3 bandes d’[argent] chargé d’hermines sans nombre.

Dans la 2e rose du costé de l’evangile, sont 3 ecussons seulement.

Le 1er en plain, d’azur fretté d’’argent, à une fleur de lys de mesme en chef, armes de Ker Eraut.

Le 2e à mye partye, au 1er de mesme et au 2e d’argent à 3 jumelles de sable (Le Nuz, sr de Kergomarch).

Le 3e à mye partye de mesme et au 2, d’azur au gantelet d’argent surmonté d’un épervier de mesme chargé de 3 étoiles aussy de mesme, 2 et 1 (de Kerguvelen, ram.de Kerroignant).

De l’autre costé de l’epitre est un ecusson à mye partye au 1er d’or à la quintefeuille d’azur, qui sont les armes des Toulgoët, au 2e d’argent à la croix trefflée de sable chargée de 5 étoiles d’or, qui sont les armes de Kermerchou (sieur de Trélever, paroisse de Guimaëc).

Et plus bas est un ecusson à mye partye : au 1er des armes de Kermerchou, au 2e de sable au cerf passant d’or à 3 besants de mesme 2 et 1, qui sont les armes de Nouelz.

Et aussy plus bas sont deux ecussons. Le 1er (Le Nepveu, de la ville de Morlaix), d’or à trois besants de gueule au chef d’azur chargé d’une hure de sanglier de sable. Le second portant au 1er de même (Le Nepveu) et au 2 des armes de Kermerchou, lesquels ecussons dépendent de la terre de Trelever.

Et l’autre costé de l’evangile sont deux ecussons portant les mesmes choses que Tremedern.

La dame de Kerjean Pastour a droit à un ecussons de la mesme vittre.

Et continuant du costé de l’evangile dudit grand autel est une chapelle et autel dédiée à Saincte Anne, dépendant de la terre de Kerneguen appartenant au sr de Kermenguy. Kermenguy au-dessus duquel autel est une vittre et deux petits souffletz chargé de 2 ecussons :

Le 1er (de Goesbriand, sieur de Kervéguen et de Kermenguy, paroisse de Guimaec), en plain d’azur à la fasce d’or, au cheff d’un lambeau, marqué de jumellerye (sans doute juveigneurie).

Le 2e escartellé. Au 1er est escartellé au I et IV d’une tour dont on n’a pu faire le blason, le fond et la tour estant d’argent au II et III à un lion aussy de mesme (de Kermavan, éc. de Lesquellen ?).

Au 2e d’argent à 3 chefvrons de gueule (Huon, ram. de Huon de Lanonver).

Au 3e d’argent fretté de gueules (Le Rou argent fretté de gueules (Le Rouge d nt fretté de gueules (Le Rouge d’A retté de gueules (Le Rouge d’Ancre é de gueules (Le Rouge d’Ancremel, e gueules (Le Rouge d’Ancremel, ram eules (Le Rouge d’Ancremel, ram. de s (Le Rouge d’Ancremel, ram. de Beg (Le Rouge d’Ancremel, ram. de Begaignd’argent fretté de gueules(Le Rouge dargent fretté de gueules(Le Rouge d’Ant fretté de gueules(Le Rouge d’Ancreretté de gueules(Le Rouge d’Ancremel,é de gueules(Le Rouge d’Ancremel, rame gueules(Le Rouge d’Ancremel, ram. deeules(Le Rouge d’Ancremel, ram. de Begs(Le Rouge d’Ancremel, ram. de Begaign (Le Rouge d’Ancremel, ram. de Begaignon).

[p. 266] Et au 4e de gueule à la fasce d’argent.

Et sur le tout en abisme est un ecusson à mye partye d’azur fascé d’or, qui est Goezbriant, au 2e d’argent à 3 chefvrons de gueule.

Et audessoubz dudit autel dans la dite chapelle sont deux bancs appartenant au sieur de Kermenguy.

Et audessoubz est un 2e autel, dédiée à saint Sébastien, dans le tableau du quel autel est un ecusson escartellé : au 1er de Goezbriant, au 2e d’azur à 3 coquilles d’or deux et un (Estienne, sieur de Kerveguen, paroisse de Guimaëc, de Lingouez, paroisse de Locquirec), au 3e d’azur à 6 treffles de sable 3, 2 et 1 (Kersaint Gilly ?), au 4e d’argent à trois bandes de gueule (de Coetelez, sieur de Kerveguen).

Et dans le pignon et muraille de l’eglize est un ecusson à mye partye, au I de Goezbriant et au II des mesmes armes qu’au 1er ecusson au-dessus dudit autel, iceluy autel estant attaché au 2e pilier de la ditte aisle.

Et à vis dudit autel sont 2 bancs, l’un prétendu par la dame de Kermabon, l’autre armoyé de sable à la croix raccourcye d’argent appartenant au sieur de Keramedon Huon.

Au costé duquel banc est un autel dédiée à la Trinité, audessus duquel est une vittre chargée de 4 ecussons. Le 1er et au plus haut lieu est escartellé : au I et IV d’azur fretté d’argent (Keraut), au II et III d’or bandé de sable à 3 pièces (qui est de Coetelez).

Audessus et au milieu des trois est un ecusson ecartellé : au I d’argent à l’aigle à deux testes esployée de sable (de Kerloaguen), au II de gueule à deux petites dagues d’argent 2 et 1 (Le Noan). Au III et IV d’argent. Au V sur tout en abisme, d’azur fretté d’argent (de Kereraut).

Le 3e du costé de l’evangile est escartellé au I d’argent à un soleil, au II d’argent bandé de gueule (de Coetelez), au III d’argent, à l’aigle à 2 teste esployée de sable surmonté d’un lambel (Kerloaguen), au IV de gueule à 3 dagues d’argent (Le Noan) et le Ve sur le tout comme dans le 1er ecusson (écartelé de Kereraut et de Tremedern).

Et le 4e à mye partye de mesme et d’argent à 3 jumelles de sable (acc. d’1 annelet de m. en chef (Le Nuz, sieur de Kergomarc’h, paroisse de Guimaëc et Kerunan, paroisse de Plougaznou). Au bas de la quelle vittre il y a un priant et une priante armoyez à leur robe des mesmes armes qu’au 1er quartier du premier écusson, qui sont les armes de Kereraut.

Et du costé de l’epitre est un banc à la dame de la Ville-Guihard, armoyé de Tremedern. Et audessoubz est un autre banc aux armes de Kereraut, prétendu par le sieur de la Ville-Guihard.

En l’endroit s’est opposé le sieur de Mesambez Kerguz, lequel a soutenu la propriété dudit banc et protesté d’en fournir sa déclaration devant nous aux peines et fortunes de qui il appartiendra.

[p. 267] Et audessus dudit banc est une vittre d’une seule rose portant les armes de Tremedern aussy prétendue par le sieur de Mezambez, ainsy signé : René Kerguz.

Et audessoubz du mesme costé, est une arcade avec bande et voulte armoyé aux deux costés et au milieu des armes de Kerangouez cy-dessus blasonnez.

Et dans ladite voulte est un ecusson en attente prétendu par le sieur de Kerangouez et auprès est une tumbe lui appartenant. Et audessoubz de la ditte arcade dans le pignon, sont les armes de Tremedern en bocze et en pointe.

Et à vis desdites arcades, dans la mesme aisle de gauche, sont trois bancs, le 1er joignant le premier pilier appartenant au sieur de Penamprat, contenant de long 4 pieds et de laize 4 pieds et 5 poulces et appartient à présent aux héritiers du sieur de Pestivien.

Le 2e appartient au sr de Mezambez Kerguz.

Et le 3e appartient au sieur du Roudour Le Bihan à cause de sa terre du Pratigout, et est armoyé d’un lion.

Et laditte aisle finye sommes entrés dans le chœur de la ditte eglize, au 1er pilier du costé de l’epitre est un banc au sieur Kerjan Pastour, le dossier d’iceluy armoyé de 3 écussons à la rencontre de bœuf, au chefvron.

Et audessoubz est un autre banc au sieur de Kerjan Pastour.

Et joignent iceluy est un banc au sieur comte de Boyséon.

Et du costé de l’autel St-Sébastien, autre banc à la dame de Kermabon de sa terre de Kerven.

Et sortys dudit chœur et entrez dans la neff de la ditte eglize aux deux costéz du crucifix (transept) sont 2 autel.

Le 1er à droite et du costé de l’evangile dudit grand autel, dédiée à la Sainte Vierge est armoyé des armes de Mesaudren et appartient au sieur Thepault, portant d’argent à la croix pattée d’azur (qui est Ropartz, sieur de Ker Ropartz et de Mesaudren), auprès duquel est 1 banc audit sieur de Thepault de Mezaudren.

Et au bas dudit autel est une tumbre elevée de terre appartenant au sieur de la Villeneuve Rolland, de Guimaec, audessoubz de la quelle est escrit : Runtanic.

Et l’autre autel de l’austre costé est dédiée au Saint Sacrement, audessus duquel autel est en bocze un ecusson à mye partye au I de gueule billeté d’or quatre, trois, deux et un (qui est de Lisle) et de sable à trois chefvrons d’argent (qui est Riou de Kerangouez).

Et du costé de l’epitre duquel autel est une vittre portante dans les trois roses d’icelle trois ecussons, le premier en plain comme celui dans l’autel (de Lisle).

[p. 268] Le second de mesme que dans ledit autel à mye partye (de Lisle et Riou de Kerangouez).

Et au troisiesme mye partye de mesme (de Lisle), et d’argent au sautouer d’azur chargé de cinq annelets d’argent (qui est Le Marc’hec de Kervoaziou).

Et à vis dudict autel est un banc contenant 5 pieds de long et de laize 3 pieds et 7 poulces appartenant avec ledit autel et vittre aux enffens du sieur de Pestivien-Pestivien.

Et plus bas est une vittre portant 3 ecussons dans les trois premières roses : Le 1er de gueule à la croix raccourcye d’or (qui est Bilsic), cantonné d’une mâcle de mesme, qui sont les armes de Thepault (ramage de Bilsic, sieur de Rumelin, - de Mesaudren, parroisse de Guimaëc). Le second à la droite, de mesme. Le 3e escartellé, au I d’argent à la croix pattée d’azur (de Tromelin, sieur dudit lieu et du Cosquer, paroisse de Plougaznou), au II de gueule à 6 trèffles d’or 3 et 3, au croissant de mesme en abisme (Le Cozic), au III d’argent au lion rampant de sable, à 3 fasces de gueule à trois pièces. Laquelle vittre appartient au sieur de Mezaudren Thepault de sa terre de Mezaudren.

Et du mesme costé à vis des fundz est une petite vittre à un soufflet sans armes, comme aussy une autre audessus de la principale et grande porte.

Et est la description et estat des vittres, voultes et arcades de la ditte eglize. De laquelle estant sortyz avons remarqué dans la porte qui est audessoubz de la tour trois ecussons, deux en plain de Kereraut et l’autre à mye partye des mesmes choses. Et audessus est un ecusson de Tremedern et plus haut, audessus du chiffre portant 1635 est un autre ecusson soutenu de deux aigles, dont le fondz est effacé et qu’on ne peut blazonner.

 

Pitre de Lisle du Dreneuc

Le vicomte Pierre-René, dit Pitre, de Lisle du Dreneuc (1846-1924) est un érudit nantais, archéologue et premier conservateur du Musée Dobrée. Faisant preuve d’une approche scientifique et méthodologique rigoureuse, il contribue par ses publications et son activité à l’enrichissement et au classement du fonds archéologique départemental issu de plusieurs collections privées reçues en donation (Wikipedia).