Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

La Roche-Jagu en Ploëzal, édifié en 1405 par Catherine de Troguindy après autorisation du duc Jean V.
Photo A. de la Pinsonnais (2009).

Mordelles (de) - Réformation de la noblesse (1668)

Mercredi 12 mars 2014, texte saisi par Jean-Claude Michaud.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2017 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

La noblesse de Bretagne devant la Chambre de la Réformation 1668-1671 - Comte de Rosmorduc, 1896, tome II, p. 449-107.

Citer cet article

La noblesse de Bretagne devant la Chambre de la Réformation 1668-1671 - Comte de Rosmorduc, 1896, tome II, p. 449-107, 2014, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 8 mai 2017,
www.tudchentil.org/spip.php?article959.

Télécharger l’article

Mordelles (de) - Réformation de la noblesse (1668)
96 ko.

Seigneurs de Chasteaugouello, de la Passee, de la Noe, etc...

Mordelles (de)
De gueulle à un croissant d’or.

Extraict des registres de la Chambre establie par le Roy pour la refformation de la Noblesse du pais et duché de Bretagne, par lettres pattantes de Sa Majesté du mois de Janvier 1668, veriffieez en Parlement le 30e Juin ensuivant :

Entre le Procureur General du Roy, demandeur, d’une part.

Et Yves de Mordelles, escuyer, sieur de Chasteaugouello, deffendeur, d’autre part [1].

Veu par ladite Chambre :

L’extrait de la comparution faicte par ledict deffendeur au Greffe d’icelle, le 23e Octobre 1668, portant sa declaration de soustenir la qualité d’escuyer par lui et ses predecesseurs prise et d’avoir pour armes : De gueulle à un croissant d’or.

Induction d’actes dudict deffendeur, cy apres dattee, par laquelle il faict conster [p. 450] de sa genealogie et est articullé qu’il est fils aisné, herittier principal et noble de deffuncts nobles homs Gilles de Mordelles et de dame Janne Brehault, sa compagne, vivants seigneur et dame dudict lieu de Chasteaugoeslou ; ledict Gilles de Mordelles estoit fils aisné, herittier principal et noble de Christophle de Mordelles et de damoiselle Louise Boterel, en leurs vivants sieur et dame dudict lieu de Chasteaugoueslou ; ledict Christophle de Mordelles estoit aussi fils aisné, herittier principal et noble de deffunct Jan de Mordelles, escuyer, sieur du mesme lieu de Chasteaugoeslou, et de deffuncte damoiselle Françoise Conen ; ledict Jan de Mordelles estoit pareillement fils aisné, herittier principal et noble d’escuyer Rolland de Mordelles et de damoiselle Janne le Gacoing, sieur et dame, en leur vivant, dudict lieu de Chasteaugoeslou ; et ledict Rolland de Mordelles estoit aussi fils aisné, herittier principal et noble de Guillaume de Mordelles et de Catherinne de la Bouexiere, sa compagne, vivant sieur et dame dudict lieu de Chasteaugoeslou, dont le deffendeur tire son origine.

Contract de mariage d’escuyer Gilles de Mordelles, sieur de Chasteaugoeslou, avecq damoiselle Janne Brehault, dame de Malleville, fille juveigneure de deffunctz messire Pierre Brehault, chevallier, et dame Marthe Picart, sa compagne, vivant sieur et dame de la Riviere, Malleville, Sainct-Sanson, Gautro et autres lieux, du 1er mars 1609, signé : de Lespine et de Lespine, nottaires.

Acte de partage du 19e Octobre 1645, faict entre nobles homs Yves de Mordelles, seigneur de Chasteaugoueslou, fils aisné, herittier principal et noble de deffuncts autres nobles homs Gilles de Mordelles, vivant seigneur de Chasteaugoeslou, la Passee et la Ville-Basse, et de damoiselle Janne Brehault, dame desdits lieux, ses pere et mere, et damoiselles Louise, Margueritte et Marthe de Mordelles, ses sœurs, des biens de la succession dudict deffunct Gilles de Mordelles, leur pere commun, dans lequel lesdites sœurs recognoissent que leurs autheurs et predecesseurs ont thousjours pocedes les choses y mantionnes noblement, comme personnes nobles, et que ledict seigneur de Chasteaugoeslo, outre son pourpris, est fondé aux deux tiers et aussi en la quatriesme partie d’aultre tierce part, comme herittier collaterallement de feu escuyer René de Mordelles, vivant sieur de Bonnabry, leur frere commun, decedé sans hoirs de corps depuis le deceix de leurdict feu pere commun ; ledict acte signé : Luduger (?) et Collin, nottaires.

[p. 451] Autre acte de partage, du 8e Decembre 1634, faict entre ledict escuyer Gilles de Mordelles, sieur de Chasteaugoeslou, la Passé et autres lieux, escuyer Robert du Boisgeslin, sieur de la Garenne, la Ville-Aubert et autres lieux, pere et garde naturel des enffens de son mariage avecq deffuncte damoiselle Louise de Mordelles, en son vivant dame desditz lieux, escuyer Morice de Kerprigent et damoiselle Claude de Mordelles, sa compagne, sieur et dame de Guermen, damoiselle Janne de Mordelles, fille et herittiere de deffunct escuyer René de Mordelles, en son vivant sieur de la Noe, de la Ville-Balin et autres lieux, damoiselle Peronnelle de Mordelles et damoiselle Genevieve de Mordelles, dame de la Rue, lesdictes dames du Clos-Baron et de la Rue sœurs germaines desdicts sieur de Chasteaugoueslou et de la Noe, tous enffens [2] et herittiers nobles de deffunct escuyer Cristophle de Mordelles et de damoiselle Louise Botherel, en leurs vivans sieurs desdicts lieux de Chasteaugoueslou, dans lequel est dict que touttes les parties ont esté à un, cognoissans et confessantz les uns vers les autres que les successions desditz feuz sieur et dame de Chasteaugoueslou sont nobles et advantageuse et ont estez de tout temps immemorial ainsi regis et gouvernes et maintenu de toutte antiquitté par leurs predecesseurs ; ledict acte signé : Collin, nottaire.

Un acte du 26e decembre 1585, passé entre escuyer Cristophle de Mordelles, sieur de Chasteaugoeslou, et nobles gens Pierre, Louis et Jan de Mordelles, ses puisnes, par lequel lesdicts puisnes declarent ratiffier un precedant acte du 14e Aoust 1568, faict entre ledict sieur de Chasteaugoeslou, leur aisné, et damoiselle Françoise Conen, dame douairiere dudict lieu, leur mere et curatrice, sur le partage de la succession de deffunct Jan de Mordelles, escuyer, sieur dudict lieu de Chasteaugoellou, leur pere commun ; ledict acte signé : Le Chapt et de Mordelles.

Un acte du 20e de decembre 1564, passé entre noble escuyer Jehan de Mordelles, seigneur de Chasteaugoeslou, principal herittier et noble de feu Rolland de Mordelles, son pere, en son temps sieur dudict lieu, Louis de Mordelles, sieur de Launay, Richart de Mordelle, freres juveigneurs et puisnes dudict Jehan de Mordelle, et damoiselle Janne le Gacoing, dame douairiere de Chasteaugoeslou, leur mere, par lequel se void que ledict Jehan de Mordelle bailloit à ladite Gacoing, sa mere, certains heritages pour [p. 452] son douaire et partageoit avecq elle les acquets de sa communauté ; ledict acte signé : Jan Botherel, passe, et le Page, et scellé.

Contract de mariage d’entre nobles gens Rolland de Mordelles, fils aisné, principal herittier presomptiff de Guillaume de Mordelles et de Catherinne de la Bouexiere, sa compagne, sieur et dame de Chasteaugoeslou, et Jehanne le Gacoing, fille aisnee de nobles gens Guillaume le Gacoing et Marie de la Roche, sa compagne, en leurs vivans sieur et dame de la Villebautier, datté du 16e May 1502, signé : Ottan (?).

Autre contract de mariage de noble escuyer Guillaume de Mordelles, sieur de Chasteaugoeslou, avecq noble damoiselle Catherinne de la Bouexiere, fille de feu Bertrand de la Bouexiere et de Margueritte Coetguerdren [3], sa compagne, sieur et dame dudict lieu de la Bouexiere et de Querourchant, du 14e Septembre 1483, signé par collationné faict en jugement : Pinart.

Faicts et articles pour avoir thesmoins sur une contestation entre noble et puissant Gilles de Tournemine, seigneur de la Hunaudaye, et Jehan de Mordelles, seigneur de Chasteaugoellou, touchand l’exemption de dixmes soustenue par ledict Jean de Mordelles en ses terres vers ledict seigneur de la Hunaudaye.

Enqueste et infformation en consequance, du 14e Juillet 1457, composee de neuff thesmoins enquis à requeste dudict Jan de Mordelles allancontre dudict seigneur de la Hunaudaye, au subject de ladite contestation et des droits et seigneuries dudict Jan de Mordelles, partie desquels thesmoins disent cognoistre ledict Jan de Mordelles, seigneur de Chasteaugoellou, et avoir conneu Allain, son pere, pour gens nobles, issus et extraictz de nobles gens et s’estre tousjours gouvernes noblement, eux et leurs predecesseurs, et qu’à eux apartenoient plusieurs terres, domaines, fiefs et seigneuries, prerogatives et noblesses, entre autres le lieu et manoir de Chasteaugoellou, bel emplassement, vivier, fiefs, juridiction et autres despandances scittues en la paroisse de Plelou, relevant prochement du seigneur de Tartas, à cause de la dame sa femme, propriettaire de la seigneurie dudict Plelo ; ladite enqueste signee : Morice Geslin et Jehan le Noir.

Deux declarations fournies aux commissaires controlleurs du ban et arriere ban de la Noblesse de la province par Christophle de Mordelles et Gilles de Mordelles, qualiffies [p. 453] nobles homs, sieurs de Chasteaugoellou, pour estre enroolles au service du Roy, avecq les autres nobles de la province, la premiere dattee du 3 et 4e Novembre 1572, signees : de Mordelles et le Branchu, et la seconde du 20e Octobre 1636, signee : G. de Mordelle et Odye.

Un extraict tiré de la Chambre des Comptes par ledict Yves de Mordelles, sieur de Chasteaugoellou, dans lequel se void que les de Mordelles ont comparus en plusieurs refformations, datté au delivrement du 6e Novembre 1668.

Induction d’actes dudict Yves de Mordelles, deffendeur, fournie audict Procureur General du Roy, le 23e Octobre 1668, tandante à ce qu’il pleust à ladite Chambre, en consequance desdits actes et pieces cy dessus justiffiant sa noblesse d’extraction et gouvernement noble de ses ancestres, il soict maintenu dans la qualitté de noble et en celle d’escuyer, par lui et ses predecesseurs prise de tout temps immemorial, et porter les armes et blasons de sa famille, et aux autres droits et privileges de noblesse, comme les autres nobles de la province, et en consequance ordonner qu’il sera inseré au cathologue quie se fera soubz la seneschaussee de Sainct-Brieuc, du ressort de laquelle il est domicilliaire.

Contreditz dudict Procureur General du Roy, fournies au procureur dudict Yves de Mordelle, deffendeur, le 27e du mesme mois d’Octobre, tandantes et les conclusions y prises à ce que ledict de Mordelles soit declaré uzurpateur et comdemné en l’amende de 400 livres.

Responces aux contreditz fournies par ledict de Mordelles audit Procureur General du Roy, le 28e de cedict mois d’Octobre, tandantes à ce que les fins et conclusions prises par ledit deffendeur en son induction lui soient adjuges.

Conclusions dud. Procureur General du Roy, du 29e Novembre 1668, par lesquelles il declare que depuis fournissement de son contredict, ayant veu l’extraict de la Chambre des Comptes, le 26e de cedict mois, il consant, pour le Roy, ledict Yves de Mordelles estre maintenu en la qualitté d’escuyer et comme tels mis au cathologue de la jurisdiction royalle de Sainct-Brieuc.

Et tout consideré.

La Chambre, faisant droit sur l’instance, a declaré et declare ledict de Mordelles noble et issu d’antienne extraction noble, et comme tel a permis et à ses dessandants [p. 454] en mariage legitime de prendre la qualitté d’escuyer et l’a maintenu aux droicts d’avoir armes et escussons timbres apartenans à sa qualitté et à jouir de tous droits, franchises, exemptions, immunittes, preminances et privileges atribues aux nobles de cette province, et ordonné que son nom sera employé au roolle et cathologue des nobles de la jurisdiction royalle de Sainct-Brieuc.

Fait en ladite Chambre, à Rennes, le dernier jour de Novembre 1668.

Signé : J. Le Clavier.

(Grosse originale — Archives de M. le comte de Rosmorduc.)


[1M. de Bréhand, rapporteur.

[2Il s’agit seulement de Gilles, René, Péronnelle et Geneviève.

[3Il faut sans doute lire Coetgoureden.