Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Château de Champtocé, où naquit Gilles de Laval, seigneur de Rais (XIII-XVIe siècles) .
Photo A. de la Pinsonnais (2006).

Deniau - Réformation de la noblesse (1668)

Lundi 1er avril 2019, transcription de Armand Chateaugiron.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2018 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1BI8.

Citer cet article

Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1BI8, transcrit par Armand Chateaugiron, 2019, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 24 mai 2019,
www.tudchentil.org/spip.php?article1257.

Deniau - Réformation de lanoblesse (1668)

Télécharger et imprimer cet article.
1.2 Mo.

Messire d’Argouges, premier président

Messire Descartes, rapporteur

du 3e decembre 1668, n. 280

 

Entre le procureur general du roy demandeur d’une part,

Et messire François Deniau, sieur de Chantelou, conseiller au parlement de Bretaigne, faisant tant pour luy que pour messire François, Guy, et Robert Denyau ses enfens, deffendeurs d’autre part,

 

Veu par la chambre establye par le roy pour la refformation de la noblesse du paiis et duché de Bretaigne, par lettres patantes de Sa Majesté du mois de janvier dernier, veriffiées en parlement,

L’extraict de la comparution faicte par ledit sieur de Chantelou au greffe d’icelle le 24e novembre 1668, portant sa declaration tant pour luy, messire Guy, François, et Robert Denyau ses enfens, de soustenir le qualité de chevalier et d’escuier, et qu’ils portent pour armes de gueulles à un chevron d’or, et une teste de lion arachée et lempassée de mesme, et deux croissant d’argent au cheff [1].

Induction d’actes dudit messire François Denyau, sieur de Chantelou, conseiller du roy en sa cour et parlement de Bretaigne, faisant tant pour luy que pour messire François Denyau, sieur de Forges, Guy Denyau, sieur de Lamorinniere, et Robert Denyau, sieur de la Bouesseliere, ses enfens, deffendeurs, fournye audit procureur general du roy ledit jour de 24e novembre 1668, tendantes, et les conclusions de ladite induction, à ce qu’il plust à ladite chambre, maintenir lesdits Denyau dans les qualités d’escuyer, messire et chevalier, et comme tels inscripts au catologue qui se fera soubz le resort de la senechaussée de Rennes, et emploiés dans le rolle de la refformation, pour jouir de touttes les exemptions, privileges, et immunitez attribués aux personnes nobles de la province de Bretaigne.

De gueules au chevron d’or accompagné d’une tête de lion de même et en chef de deux croissants d’argent.

Conclusions dudit procureur general du roy, et tout ce que par devers ladite chambre, a esté par ledit Denyau, sieur de Chantelou, mis et induict aux fins de sadite induction, meurement consideré.

 

Il sera dict que la chambre, faisant droict sur l’instance, a declaré et declare lesdits François, aultre François, Guy, et Robert Denyau, nobles et issus d’extraction noble, et comme tels leur a permmis et à leurs dessandants en mariage legitime, de prendre les qualités, sçavoir lesdits François et aultre François, d’escuier et chevalier, et lesdits Guy et Robert celle d’escuier, et les a maintenus aux droicts d’avoir armes et escussons timbrez apartenants à leurs [folio 1v] qualités, et à jouir de tous droicts, franchises, exemptions, immunitez, preminances et privileges attribués aux nobles de cette province, ordonne que leurs noms seront emploiés au roolle et catologue des nobles de la senechaussée de Rennes.

Faict en ladite chambre à Rennes, le troisiesme deçambre 1668.

 

[Signé] d’Argouges, J. Descartes.


[1En marge : Tuau, qui est le nom du procureur, puis pour chiffrature de Lantivy, Picquet du Boisguy, Aumon.