Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Le gothique flamboyant du cloître de la cathédrale Saint-Tugdual de Tréguier (1461-1468)
Photo A. de la Pinsonnais (2009).

Quintin - Réformation de la noblesse (août 1669)

Jeudi 24 janvier 2019, transcription de Jérôme Caouën.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2018 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Archives privées de Jérôme Caouën..

Citer cet article

Archives privées de Jérôme Caouën., transcrit par Jérôme Caouën, 2019, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 18 avril 2019,
www.tudchentil.org/spip.php?article1245.

Quintin - Réformation de la noblesse (août 1669)

Télécharger cet article
1.7 Mo.

21 août 1669

Extrait des registres de la Chambre etablie par le roy pour la reformation de la noblesse du pays et duché de Bretagne.

Entre le procureur general du roy, demandeur, d’une part, et ecuyer Guy de K/ret, sieur de Penanguer, mary et procureur de droit de damoiselle Françoise Guehou, mere et tutrice d’escuyers Pierre et Ollivier Quintin, ses enfants de son premier mariage avec François Quintin, vivant ecuyer, sieur de Kerbasquiou, demeurant ordinairement avec leur ditte mere et le dit Penanguer au manoir de Gouazerus, paroisse de Laumellec, evesché de Dol aux enclaves de Treguier, ressort de Lannion, deffendeur, d’autre part [1].

Veu par la Chambre etablie par le roy pour la reformation de la noblesse du pays et duché de Bretagne, l’extrait de présentation faite au greffe d’icelle le 6 aoust present mois et an 1669 contenant la déclaration du dit sieur de Penanguer de soustenir pour les dits de Quintin la qualité d’ecuyer et de noble d’antienne extraction et d’avoir pour armes d’argent à un leon de sable accompagné de trois molettes d’epron de mesme, deux en chef et une en pointe.

Induction d’actes et titres de la ditte damoiselle Françoise Guehou autorisée du dit sieur de Penanguer son mary, mere et curatrice des dits Pierre et Ollivier Quintin ses enfants en bas age de son premier mariage avec deffunt François Quintin, sieur de K/basquiou, et deffenderesse de la ditte indction fournie au dit procureur general du roy, demandeur, le 6 aoust 1669, [folio 1v] tendante et les conclusions y prises à ce que les dits Quintin soient maintenus dans la qualité d’ecuyer et de nobles d’ancienne extraction, et a porter armes timbrés et à jouir de tous les autres privilèges de noblesse, et ordonne ce qu’ils seront incerés au nombre et cathalogue des nobles au ressort de la juridiction royalle de Lannion.

Pour etablir la justice desquelles conclusions articule a fait de genealogie que les dits Pierre et Ollivier Quintin sont enfents de François Quintin, vivant sieur de K/basquiou, et de damoiselle Françoise Guehou, que le dit François etoit fils aisné de Jan Quintin, sieur de Lescouarch, et de damoiselle Margueritte Turmelin, que le dit Jan etoit fils aisné d’autre Jan Quintin, sieur de Cournou, et de damoiselle Louise Le Bigot, que le dit Jan etoit fils aisné de François Quintin, sieur du dit lieu de Cornou, et de damoiselle Margueritte de Launay, que le dit François etoit fils puisné de Guillaume [folio 2] Quintin, sieur de K/idy ou Trevidy, et de damoiselle Isabelle Nicolas, et enfin que le dit Guillaume etoit fils puisné d’Yvon Quintin, sieur de K/ozerch ou K/odech, et de damoiselle Marie Coetanlem, et tous lesquels Quintin se sont de tout temps gouvernés noblement, et etoient issus des dittes maisons de K/ozerch ou K/odech, Coasmeur, Trevidy ou K/idy près la ville et ressort de Morlaix, evesché de Tréguier.

Et tout ce que vers ditte Chambre a été mis ci-induit aux faits de la ditte induction, conclusions du dit procureur general du roy, meurement considéré.

La Chambre, faisant droit sur l’instance, a declaré et declare les dits Pierre et Ollivier Quintin nobles et issus d’extraction noble, et comme tels leur a [folio 2v] permis et a leurs dessendants en mariage legitime de prendre la qualité d’ecuyer, et les a maintenus au droits d’avoir armes et ecussons timbrés apartenant a leur qualité et a jouir de tous droits, franchises, examptions, immunités, préeminences et privilèges attribués aux nobles de cette province, ordonne que leurs noms seront employés au rôle et cathalogue des nobles de la juridiction royalle de Lannion.

Fait en la dite Chambre à Rennes le vingt uniesme aoust mil six cent soixante neuf.

Per duplicata [signé] Le Clavier.


[1En bas de page :
Monsieur d’Argouges, premier président,
Monsieur de la Bourdonnaye, rapporteur.