Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Quintin et le vieux château (XVIIe), bâti par la famille de la Moussaye.
Photo A. de la Pinsonnais (2007).

Nos derniers articles

  • Goyon de Vaux - Preuves pour la Grande Ecurie (1734)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 18 juin 2018.

    Louis-Pierre d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse d’Armand-Louis, fils de Guillaume Goyon de Vaux, pour son admission en tant que page dans la Grande Écurie du roi, le 12 août 1734.

  • Antoine-Marie d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Joseph-Noël-Louis-Marie, fils de Joseph-Toussaint-Yves-Marie Ansquer de Kernilis et de Marie-Françoise Pichot de Kerdisien, en vue de son admission dans les Écoles royales militaires, le 3 octobre 1785.

  • Bois (du) - Maintenue de noblesse à l’intendance (1699)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 6 juin 2018.

    Louis Bechameil de Nointel, intendant de Bretagne, reçoit Claude du Bois, écuyer, sieur du Bois et de Marottes, comme opposant à l’exécution du rôle arrêté au Conseil du roi le 15 juillet 1698 dans lequel il a été taxé à 2200 livres pour usurpation de noblesse, le 14 août 1699 à Rennes.

  • Gouyon (de) - Preuves pour la Petite Ecurie (1714)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 4 juin 2018.

    Procès-verbal des preuves de la noblesse de François-Gabriel, fils d’Amaury-Henri Gouyon, comte de Beaufort, dressées par Louis-Pierre d’Hozier, pour être admis parmi les pages de la Petite Écurie, le 28 mars 1714.

  • Acigné (d’) - Maintenue de noblesse (1670)

    par Jérôme Caouën, le 28 mai 2018.

    Extraict des registres de la chambre establye par le roy pour la refformation de la noblesse du pays et duché de Bretagne par lettres patentes de Sa Majesté du moys de janvier mil six cents soixante et huict, veriffiées en parlement le trentiesme juin ensuivant.