Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Château de Champtocé, où naquit Gilles de Laval, seigneur de Rais (XIII-XVIe siècles) .
Photo A. de la Pinsonnais (2006).

Nos derniers articles

  • Monti (de) - Preuves pour la Grande Ecurie (1735)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 21 octobre 2017.

    Louis-Pierre d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse d’Yves-Laurent, fils d’Yves-Joseph de Monti et de Françoise Charette, en vue de son admission comme page dans la Grande Écurie, le 28 mars 1735.

  • Procès-verbal des preuves de la noblesse de Jean-Marie de Kersauson de Pénandref, agréé par le roi pour être admis au nombre des gentilshommes que Sa Majesté fait élever dans les Écoles royales militaires.

  • Lesquen (de) - Preuves pour la Grande Ecurie (1750)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 7 octobre 2017.

    Louis-Pierre d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Joseph-Louis-Maxime, fils de Claude-Louis de Lesquen et de Marie-Céleste de Lesquen, en vue de son admission comme page dans la Grande Écurie, le 2 septembre 1750.

  • Le Saige - Preuves pour la Petite Ecurie (1749)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 30 septembre 2017.

    Louis-Pierre d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Pierre-Jacques-René Le Saige, fils de Jacques-René Le Saige, seigneur de la Villesbrunes, en vue de son admission comme page de la Petite Écurie, le 25 juin 1749.

  • Lesquen (de) - Preuves pour les écoles royales militaires (1783)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 23 septembre 2017.

    Antoine-Marie d’Hozier de Sérigny, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Joseph-Hyacinthe de Lesquen, fils de René-Alexandre de Lesquen et de Gabrielle de Nourquer, en vue de son admission dans les écoles royales militaires, le 25 septembre 1783.