Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Tromelin et Suffren

Un conflit entre marins

Par Claude-Youenn Roussel et Claude Forrer. Préface du contre-amiral Caron.

Au milieu de la guerre d'Amérique, dans l'océan Indien, des officiers aux bons états de service sont jetés à la porte de la Marine sur une appréciation colérique et dépréciative de Suffren, leur chef.

Parmi eux se trouve un Breton de Morlaix, Bernard Marie Boudin de Tromelin. Condamné sans jugement suite aux lettres venimeuses de son chef, il fait imprimer pour se défendre un Mémoire justificatif que personne n'accepte de lire dans les hautes sphères, l'empêchant ainsi de s'expliquer.

C'est ce texte rarissime qui est produit ici, empli d'une infinité de renseignements historiques, maritimes et militaires, commenté, annoté et analysé, accompagné de multiples autres documents dont les lettres officielles et privées de Suffren.

Claude-Youenn Roussel (membre de Tudchentil), spécialiste reconnu de la Bretagne et de la marine du XVIIIe siècle, a publié de nombreux livres (deux prix du Patrimoine maritime en 1992, prix de l'Académie de Marine en 2011, prix national de la Marine ACORAM en 2012). Le commandant Claude Forrer, capitaine au long cours en retraite, s'est passionné pour l'Histoire maritime ancienne et moderne. Il est l'auteur de diverses publications spécialisées.

En vente sur Amazon.fr au format broché (29€) ou au format Kindle (22,99€).

Bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2020, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Château du Boisorcan, Noyal-sur-Vilaine, bâti par Julien Thierry, argentier de la duchesse Anne (XIV-XVe).
Photo A. de la Pinsonnais (2007).

Les articles

  • Chamballan (de) - Réformation de la noblesse (induction, 1669)

    par Armand Chateaugiron, le 31 octobre 2018.

    Samuel de Chamballan, comte dudit lieu de Chamballan, fils puîné d’Henri de la Chapelle, seigneur de la Roche-Giffard, et de Marguerite de Chamballan, produit son induction le 16 août 1669 à Rennes devant la Chambre de réformation de la noblesse de Bretagne.

  • Champeaux (de) - Réformation de la noblesse (1668)

    par Jean-Claude Michaud, le 30 juillet 2012.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de messire Charles de Champeaux, sieur du Greix, Pierre et Gilles de Champeaux, ses frères puînés, Jean de Champeaux, sieur de l’Hopitau, leur cousin germain, Jean, sieur de Malnoe, et son frère puîné Charles, le 20 octobre 1668 à Rennes.

  • Champion de Cicé - Preuves pour l’École royale militaire (1756)

    par Jean-Claude Michaud, le 21 avril 2011.

    Procès-verbal des preuves de la noblesse d’Augustin-Marie Champion de Cicé, agréé par le Roi pour être admis au nombre des gentilshommes que Sa Majesté fait élever dans l’Hôtel de l’École royale militaire.

  • Champion de Cicé - Preuves pour Saint-Cyr (1742)

    par Loïc Le Marchant de Trigon, le 10 mars 2012.

    Preuves de la noblesse de demoiselle Elizabeth Champion de Cicé, agréée par le Roi, pour être admise au nombre des filles demoiselles que Sa Majesté fait élever dans la Maison Royale de St Louis fondée à St-Cyr dans le parc de Versailles

  • Champion de Cicé - Réformation de la noblesse (1668)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 10 août 2006.

    Arrêt des commissaires à la réformation de la noblesse,
    rendu en faveur de MM. Champion de Cicé.

  • Chapelle (de la) - Décharge et maintenue de noblesse (1699)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 16 avril 2016.

    Décharge et maintenue de noblesse de René de la Chapelle, sieur de la Villepelotte, par Louis Bechameil de Nointel, intendant de Bretagne, le 5 mai 1699.

  • Chardonnay (de) - Preuves pour la Grande Ecurie (1737)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 29 septembre 2019.

    Louis-Pierre d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de René, fils de Claude de Chardonai, seigneur de Bicherel, et de Michelle Bernard, sa femme, le 3 juin 1737, en vue de son admission comme page de la Grande Écurie.

  • Charette - Décharge et maintenue de noblesse (1699)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 25 avril 2016.

    Décharge et maintenue de noblesse de Catherine Pageot, veuve d’Antoine Charette, et de Marie et Renée Charette, sœurs, par Louis Bechameil de Nointel, intendant de Bretagne, le 12 mai 1699.

  • Charpentier - Réformation de la noblesse (1669)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 10 juillet 2019.

    Jean et Olivier Charpentier, sieurs de Lessac et de Hardas, présentent leurs preuves de noblesse devant la Chambre de réformation de la noblesse de Bretagne à Rennes en 1669. Jean est maintenu en vertu de lettres d’anoblissement de 1655, tandis qu’Olivier, qui n’en bénéficie pas, est débouté.

  • Chasteaufur (de) - Réformation de la noblesse (1671)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 10 août 2019.

    Maurice de Chasteaufur, sieur de Kervolant, est maintenu noble et d’ancienne extraction noble par la Chambre de réformation de la noblesse de Bretagne à Rennes en 1671 ; mais est condamné à 100 livres d’amende pour s’être servi d’un document suspect de faux.

  • Chasteaugiron (de) - Conclusions du procureur général des Etats (1786)

    par Armand Chateaugiron, le 11 novembre 2017.

    Il s’agit des conclusions du procureur général des États de Bretagne sur les preuves que Louis-François de Châteaugiron, Jean-Marie son cousin, ainsi que François-Augustin-Désiré, César-Michel et Antoine-François-Narcisse de Chasteaugrion, frères et issus de la branche cadette, ont produites afin de faire reconnaître leur noblesse devant le parlement de Bretagne afin de faire valoir leur droit d’entrer et de siéger aux États de la province.

  • Chasteaugiron (de) - Maintenue de noblesse au Parlement (1787)

    par Armand Chateaugiron, le 16 septembre 2017.

    Louis-François de Chasteaugiron. Jean-Marie son cousin, ainsi que François-Augustin-Désiré, César-Michel et Antoine-François-Narcisse de Chasteaugrion, frères et issus de la branche cadette, font reconnaître leur noblesse devant le parlement de Bretagne afin de faire valoir leur droit d’entrer et de siéger aux États de la province, le 20 août 1787 à Rennes.

  • Chastel (du) - Preuves pour Saint-Cyr (1757)

    par Loïc Le Marchant de Trigon, le 6 mai 2011.

    24 mars 1757 - Bretagne Preuves de la noblesse de demoiselle Reine Henriette Claire Celeste du Chastel, agréée par le roi pour etre admise au nombre des filles demoiselles que Sa Majesté fait elever dans la Maison Royale de St Louis, fondée à St (...)

  • Chastel (du) - Preuves pour Saint-Cyr (1765)

    par Loïc Le Marchant de Trigon, le 26 mai 2012.

    Preuves de la noblesse de demoiselle Reine Mathurine Marie du Chastel agréée pour être admise au nombre des filles demoiselles que Sa Majesté fait élever dans la Maison Royale de St Louis fondée à Saint Cyr dans le parc de Versailles.

  • Chastel de Kerlech (du) - Preuves pour Saint-Cyr (1693)

    par Loïc Le Marchant de Trigon, le 6 mars 2012.

    Preuves de la noblesse de demoiselle Jeanne Françoise de Kerlec du Chatel, présentée pour être reçue dans la communauté des filles demoiselles de la Maison de Saint Louis, fondée par le Roi, à Saint-Cyr, dans le parc de Versailles.

  • Chateaubriand (de) - Preuves de noblesse au Cabinet des Ordres du Roi (1786)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 12 février 2020.

    Jean-Baptiste-Auguste de Chateaubriand, frère aîné du grand écrivain, a fait ses preuves de noblesse au Cabinet des Ordres du Roi en 1786, preuves reproduites dans le dernier tome des Mémoires d’Outre-Tombe.

  • Chateaubriand (de) - Preuves pour Malte (1789)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 4 février 2020.

    Présenté pour être admis dans l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, le grand écrivain François-René de Chateaubriand reproduit dans le dernier tome de son grand chef d’œuvre autobiographique le Mémorial des actes authentiques envoyé par son par son frère aîné Jean-Baptiste au grand prieuré d’Aquitaine.

  • Chatton - Réformation de la noblesse (1669)

    par Marie-Dominique Dolo, le 5 août 2012.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de François Chatton, écuyer, sieur des Vaux, Mathurin, sieur de la Haysdurand, son fils aîné, François-Allain, sieur de la Ville-Morhen, René, sieur de Sainct-Trimoël, Maurice, sieur du Bois, Charles, sieur de la Tertrée, et Jean Chatton, sieur de Lermo, le 30 janvier 1669.

  • Procès-verbal des preuves de la noblesse de Charles-Marie Chatton des Morandais, agréé par le roi pour être admis au nombre des gentilshommes que Sa Majesté fait élever dans les Écoles royales militaires.

  • Procès-verbal des preuves de la noblesse de Louis-Jean-François de la Chevière, agréé par le Roi pour être admis au nombre des Gentilshommes que Sa Majesté fait élever dans l’Hôtel de l’École royale militaire.

  • Chevière (de la) - Preuves pour l’École royale militaire (1765)

    par Jean-Claude Michaud, le 9 novembre 2011.

    Procès-verbal des preuves de la noblesse de Benjamin-Pierre de la Chevière, agréé par le Roi pour être admis au nombre des gentilshommes que Sa Majesté fait élever dans l’Hôtel de l’École royale militaire.

  • Chrestien de la Masse - Preuves pour Saint-Cyr (1718)

    par Loïc Le Marchant de Trigon, le 2 mars 2012.

    Preuves de la noblesse de demoiselle Guyonne Yvonne Chrestien de la Masse, nommée pour être admise au nombre des filles demoiselles de la Maison de St Louis, fondée par le Roi à St Cyir, dans le parc de Versailles.

  • Cillart - Preuves pour les écoles royales militaires (1777)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 21 octobre 2018.

    Antoine-Marie d’Hozier de Sérigny, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse d’Amand-Mathieu-Marie, fils de Jacques-Marie Cillart et de Françouse-Marie de Kerouzy, en vue de son admission dans les écoles royales militaires, le 25 avril 1777.

  • Procès-verbal des preuves de la noblesse de Joseph-Marie-Fidèle Cillart de la Villeneuve, agréé par le roi pour être admis au nombre des gentilshommes que Sa Majesté fait élever dans les Écoles royales militaires.

  • Cleuz (de) - Réformation de la noblesse (1669)

    par Marie-Dominique Dolo, le 2 août 2013.

    Maintenue devant la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne de messire Jullien de Cleuz, chevalier, sieur du Gaige, demeurant à sa maison des Salles, parroisse de Sainct-Michel, près Guingamp, le 26 juillet 1669.

  • Coatarel (de) - Preuves pour la Grande Écurie (1741)

    par Jean-François Coënt, le 28 avril 2020.

    Louis-Pierre d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Gabriel-Jean-René, fils de Claude-François de Coatarel, seigneur de Kernaoudour, et de Mathurine-Armande de Bouvans, pour son admission comme page dans la Grande Écurie, en juin 1741.

  • Coatarel (de) - Réformation de la noblesse (1670)

    par Philippe Caron, le 28 juin 2006.

    Arrêt de maintenue de noblesse en faveur de MM. de Coatarel, rendu par la Chambre de réformation de la noblesse en Bretagne en 1670.

  • Coëtlagat (de) - Maintenue de noblesse à l’intendance (1699)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 12 janvier 2018.

    Louis Bechameil de Nointel, intendant de Bretagne, décharge Barthélémy-Guy de Coëtlagat, écuyer, sieur de Kerduchy, de l’assignation à lui donnée de prouver sa noblesse, et le maintient en cette qualité, lui et ses descendants en mariage légitime, le 10 juillet 1699 à Rennes.

  • Coëtlogon (de) - Preuves pour les Ecoles royales militaires (1783)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 7 mai 2018.

    Antoine-Marie d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse de Louis-Marc-Anne, fils de Jean-Marie de Coëtlogon, chef de nom et d’armes, et de Jeanne Nouël de Kersalaun son épouse, en vue de son admission dans la Grande Écurie, en octobre 1783.

  • Coëtlosquet (du) - Preuves pour la Grande Ecurie (1731)

    par Amaury de la Pinsonnais, le 20 janvier 2019.

    Louis-Pierre d’Hozier, généalogiste du roi, dresse le procès-verbal des preuves de noblesse d’Alain-Yves-Marie, fils de Jean-Baptiste-François, seigneur de Coëtlosquet, en vue de son admission comme page du roi dans sa Grande Ecurie, le 18 juillet 1731.