Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Tréguier vue depuis les rives du Jaudy, rue du Port.
Photo A. de la Pinsonnais (2009).

Vous êtes ici

Les articles

  • Le thème Lamballe et Penthièvre aux XIe-XIIe siècles pourrait sembler convenu depuis la récente édition du manuscrit de Maître Cornillet, dont le titre a d’ailleurs inspiré celui de cette étude [1]. Selon cet érudit local, qui travaillait sous la (...)

  • De la noblesse de Bretagne au XIe siècle : une noblesse « bretonne » ? L’étude des institutions seigneuriales bretonnes demeure partiellement marquée par les analyses d’Arthur de La Borderie, dont Planiol dénonçait déjà le « patriotisme puéril » [61]. (...)

  • On prête à Mgr de Quélen, alors archevêque de Paris (1821-1839), la sortie suivante dont l’humour (involontaire) a assuré la fortune : « Non seulement Jésus-Christ était fils de Dieu, mais encore il était d’excellente famille du côté de sa mère ». De (...)

  • Cet article est la propriété exclusive de son auteur. Plusieurs familles de l’aristocratie bretonne se sont réclamé, à un moment ou à un autre et en le justifiant par des arguments généalogiques, de la protection particulière d’un saint ou d’un rapport (...)

  • Le Roman des Bannerets de Bretagne

    par Jean-Christophe Cassard, le 25 avril 2009.

    Cet article est toujours proposé à la vente à la bibliothèque du CRBC. Sans doute parce que découvert sur le tard par dom Morice et publié à la toute fin du tome III de ses Preuves qui intéresse l’époque moderne [187], le Roman des Bannerets de Bretagne (...)

  • Comtes de Lannion et princes de Lanmeur

    par André-Yves Bourgès, le 1er mai 2008.

    Les villes de Lannion et de Lanmeur sont attestées comme chef-lieux de châtellenie ducale depuis le règne de Pierre de Dreux ; leurs noms, avec la préposition d’origine ou de possession, ont été portés par des familles qui, au XVIIe siècle, se disaient issues des anciens seigneurs locaux et prétendaient même que ceux-ci avaient été respectivement décorés du titre de « comte » et de celui de « prince ».