Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Manoir du Vaumadeuc, en Pléven, possédé à l'origine par les Madeuc, seigneurs du Gué-Madeuc (XV-XVIIe siècles).
Photo A. de la Pinsonnais (2005).

Baronnie d’Avaugour

Dimanche 15 février 2004, texte saisi par Bertrand Yeurc’h.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2017 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Dom Hyacinthe Morice, Preuves, t. III, col. 368-70.

Citer cet article

Dom Hyacinthe Morice, Preuves, t. III, col. 368-70, 2004, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 19 juin 2017,
www.tudchentil.org/spip.php?article88.

François par la grace de Dieu Duc de Bretaigne, Comte de Montfort & de Richemond, d’Estampes & de Vertus, à tous ceulx qui ces presentes Lettres verront, salut.

Comme à nous de nos droits Royaux, souverainetés, & noblesses, & non à autre, en nostre pays & Duché appartienne croyer, ordonner, & instituer ceux de nos sujets que bon nous semble & que bien le meritent en Comtes, Barons, & autres grans degrés & estats de noblesse, pour nous servir & au bien de la chose publique dont suimes Seigneur, Protecteur & Administrateur, & que de long & ancien temps paravant ces heures l’estat, honneur, & magnificence de nostre Seigneurie & Principauté ait esté par nos predecesseurs en aucun temps Roys & par autres temps Ducs & Princes d’icelle traittés, regis, & gouvernés en ordre & police de neuf Prelatz & neuf Barons, oultre les Bannerets, Bacheliers, & autres membres des Estas d’icelle nostre Seigneurie, plusieurs desquelles anciennes Baronnies ont esté depuis par aucuns nos predecesseurs à justes & raisonnables causes confisquées, & aucunes acquises, & entre autres la Baronnie d’Avaugour, laquelle estoit & est la premiere Baronnie de nostre pays & Duché, & icelle (par confiscation faite pour le énorme & detestable crime de leze-Majesté) plusieurs nos predecesseurs & nous, chacun en son tems, avons tenu & tenons en nostre main ; & soit ainsi que en nos présens Estats tenans en ceste nostre ville de Vennes, lesdits Prélats, Barons, Bannerets, Bacheliers, Chevaliers, Escuyers, gens de Chapitre & bonnes villes, & autres nos sujets faisans & représentans nosdits Estats nous eussent fait ou jour d’hier remonstrer par RR. PP. en Dieu nos bien amez & feaux Conseillers Michel Evesque de Dol, Pierre Evesque de Nantes, Jehan Evesque de S. Malo, Cristofle Evesque de S. Brieuc ; nos trés-chiers & trés-amés cousins & féaux Jehan Sire de Rieux & de Rochefort Mareschal de Bretagne, Tristan Sire de Quintin & du Perier, Pierre Sire de Pont-l’Abbé & de Rostrenen ; & nos bien amés & féaux Conseillers & Orateurs les Abbés de Redon, S. Melaine, & S. Mahé, tous par nosdits Estats commis & envoyés devers nous en nostre manoir de Lestrenic à cette fin, les choses cy devant supposées, & comme plusieurs des Baronnies de nostre Duché sont en une mesme main, & autres (par droit & succession) sont vrai-semblablement présumées à chéoir en une main pareillement, au moyen de quoi le nombre des personnes de nos Barons & l’ancien estat & ordre de nostredite Seigneurie est & plus pourroit estre diminué, nous suppliant y donner provision & en ladite Baronnie d’Avaugour croyer & instituer un Baron bon personnage, à nous seable, & disposé pour valoir & servir au bien & sureté de nous & de la chose publique de nostre Principauté, & nous y avoient audit jour d’hier nommé nostre fils François de Bretaigne, Seigneur de Cliçon, demandans & requerans que le voulfeissions créer & ordonner Baron à ladite Baronnie, avecques lui donner des terres & Seigneuries d’icelles Baronnie en suffisante portion pour l’estat de lui & ses successeurs honorablement soustenir & perpetuer : & encore à présent iceulx nos Esats nous en ont fait & font remontrance, supplication, & requestes semblables.

Sçavoir faisons que nous séans en nos Estats & tenans iceulx, lesdites choses considerées, desirans l’entretenement, seireté & prosperité de nostre Pincipauté & Seigneurie, & pour autres à ce mouvans, en obtemperant à ladite supplication & requeste, & par le conseil, avisement & déliberation de nosdits Estats, par assignation solemnellement & longtemps faite, congregez & assemblez en grand nombre de nos sugets, tant Prélats, Barons, Bannerets, Bacheliers, Chevaliers, Escuyers, gens de Chapitre & bonnes ville, & autres tous ensemble faisant & représentants les Estats de nostred. Principauté, avons créé & institué & ordonné, créons, instituons & ordonnons par cestes nos présentes ledit François de Bretagne nostre fils Baron de la Baronnie d’Avaugour o ses droits, prérogatives, & prééminences, laquelle Baronnie, sesdites prééminences avec les terres & Seigneuries de Chastelaudren, Lanvolon & Pempoul ou Gouellou o toutes & chacunes leur appartenances & dépendances quelconques, tant maisons, fiefs, Seigneuries, juridictions, obéissances, hommes, hommages, rachats, fourachats, noms, titres, armes, enfeux, droits de patronages, & touts autres droits, fruits, levées & profils quelconques d’icelles terres & Seigenuries de Chastelaudren, Lanvolon & Penpoul, reservez à nous les droits de nostre souveraineté avec l’hommage-lige & rachat, justiciement, obéssance & ressort à nostre Barre & juridiction du ressort de Gouello & autres où il appartiendra à cause desdites choses que avons retenues & retenons par ces présentes à la requeste & o le conseil, avisement, & déliberation dessusdits ; avons donné, cedé, & tranporté, donnons, cedons, & tranportons audit François de Bretagne nostre fils Seigneur de Cliçon ainsi que dessus, voulans, concedans, & octroyans, voulons, concedons, & octroyons que ladite Baronnie d’Avaugour o ses noms, droits é prééminences, ensemble desites terres & Seigneuries de Chastelaudren, Lanvolon & Penpoul o toutes leurs appartenances, ainsi & o la reservation que dessus celui François de Bretagne nostre fils, Seigneur de Cliçon, jouisse héritellement & perpetuellement pour lui & ses héritiers procréez de sa chair en mariage & non autrement ; & dès-à-présent l’en avons receu à hommage-lige par le serment qu’il nous a fait de bien & loyaument nous obéir & servir contre tous ceux qui peuvent vivre & mourir, & ainsi que ledit fief le doit. Et partant avons celui François mis & induit en réelle & acuelle possession de ladite Baroni, & par la baillée & assiete que lui avons faite & faisons en nos présens Estats du premier lieu deu & accoustumé auxdits Barons d’Avaugour. Et ou cas que nostredit fils François de Bretagne décederoit sans héritiers ou héritiere procréez de sa chair, ou que la ligne issue & descendue de lui défaudroit, avons à la requeste & par le conseil, avis & déliberation de nosdits Prélats, Barons & autres gens de nosdits Estats donné & transporté, donnons & transportons à nostre filz Antoine de Bretaigne Seigneur de Chasteaufromont ladite Baronnie d’Avaugour avec lesdites terres, pieces & Seigneuries de Chastelaudren, Lanvolon & Penpoul pour en jouir oudit cas héritellement & perpetuelleent lui & ses héritiers procréez de sa chair, tout ainsi & semblable forme & pareille reservation comme cy-desus avons concedé & octroyé à nostredit fils François de Bretagne Seigneur de Cliçon, & en icelui cas dès-à-présent comme dès-lors, & dèslors comme dès-à-présent avons icelui nostre fils Antoine de Bretagne créé, ordonné & institué, créons, ordonnons & instituons Baron de ladite Baronnie d’Avaugour & Seigneur desdites terres & Seigneuries o leurs droits, prérogatives & prééminences ainsi que devant. Si donnons en mandement à nos Présidens, Sénéchaux, Allouez, Baillis, Prevosts & Procureur, leurs Lieutenans, & autres Justiciers & Officiers de nostre pays & Duché, & à tous nos féaux & jugets faire, souffrir & laisser ledit François de Bretagne jouir & user de cestes nos présentes & du contenu en icelles ; & ledit Antoine de Bretagne successivement, au cas de l’advenement de la condition cy desus touchée, & chacun d’eux selon la forme y contenue paisiblement & entiérement, cessans tous empeschemens au contraine ; car cel est nostre plaisir, nonobstant quelconques lettres, statuts, establissements & ordonnances, ou autres choses haites ou à faire au contraire.

En tesmoin de ce avons donné & octroyé ausdits François & Antoine, nos enfans, cestes présentes lettres signées de nostre main & scellées de nostre grand scel en las de soye & cire verte, avec les signes des Notaires Apostoliques y souscrits, & les sceaux de R. P. en Dieu nos bien-amez & feaux Conseillers Michel Evesque de Dol, Pierre Evesque de Nantes, Jean Evesque de S. Malo, & de nosdits trés chers & bien-amez cousins lesdits Sires de Rieux, de Quintin, & du Pont y mis & apposez à la requeste de nosdits Estats pour maire feureté. Donné en nostre ville de Vannes séant en nosdits Estas le 24. jour de Septembre l’an 1480.

Signé Françoys, avec paraphe G. Guenguen Sécrétaire