Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Manoir du Vaumadeuc, en Pléven, possédé à l'origine par les Madeuc, seigneurs du Gué-Madeuc (XV-XVIIe siècles).
Photo A. de la Pinsonnais (2005).

Boisgelin (du) - Preuves pour Saint-Cyr (1703)

Mardi 12 juillet 2011, transcription de Loïc Le Marchant de Trigon.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2017 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Preuves de noblesses des demoiselles de Saint-Cyr, BNF, Département des manuscrits, Français 32122, fos 178-179.

Citer cet article

Preuves de noblesses des demoiselles de Saint-Cyr, BNF, Département des manuscrits, Français 32122, fos 178-179, transcrit par Loïc Le Marchant de Trigon, 2011, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 29 juin 2017,
www.tudchentil.org/spip.php?article827.

Télécharger l’article

Boisgelin (du) - Preuves pour Saint-Cyr
80.9 ko.

Bretagne - Aout 1703

Preuves de la noblesse de demoiselle Anne Jeanne Claude Pelagie du Boisgelin, presentée pour etre reçue dans la communauté des filles demoiselles de la Maison de Saint Louis, fondée par le Roi, à Saint-Cir, dans le parc de Versailles.

De gueules, à une molette à cinq rais d’argent ; ecartelé d’azur.

Anne Jeanne Claude Pelagie du Boisgelin, 1694.

Extrait du registre des batemes de la paroisse de Ploubalanec, eveché de Saint-Brieuc, portant qu’Anne Jeanne Claude Pelagie, fille de messire Giles du Boisgelin, seigneur de Kersa, de la Garenne, et de Villebalin etc., et de dame Françoise Pelagie Jallet, sa femme, naquit le 14e de juillet, et fut batisée le 20e d’aout de l’an 1694. Cet extrait delivré le 27e de juin 1703. Signé Le Termellier, recteur de l’eglise de Ploubalanec, et légalisé.

1er degré – Pere, et mere. Giles du Boisgelin, seigneur de Kersa, Françoise Pelagie Jallet, sa femme, 1686. D’argent, à un coq de gueules, le pié dextre levé ; et un tourteau de sable, chargé d’une etoile d’or, posé au canton senextre du chef de l’ecu.

Contract de mariage de messire Giles du Boisgelin, chevalier, seigneur de Kersa, fils de messire Robert du Boisgelin, seigneur de la Garenne ; et de dame Anne Folvais, sa veuve, acordé le 12e de fevrier 1686 avec demoiselle Françoise Pelagie Jallet, fille de François Jallet, sieur des Plantes, ecuyer du Roi dans sa Grande Ecurie ; et de dame Marie Le Goagueller. Ce contract reçu par Le Goaster, notaire de la juridiction de Kerraoul, au diocese de Saint-Brieuc.

Arret rendu à Rennes le 15e de decembre 1668 par les commissaires de la Chambre etablie par le Roi pour la reformation des nobles en Bretagne, par lequel Robert du Boisgelin, ecuyer seigneur de la Garenne ; et Giles du Boisgelin, son fils, ecuyer seigneur de Kersa, sont maintenus dans la possession de leur noblesse, comme issus d’ancienne extraction noble. Cet acte signé Malescot.

IIe degré – Ayeul, et ayeule. Robert du Boisgelin III, seigneur de la Garenne, Anne Folvais, sa femme, dame de Kersa, 1646. D’argent, à trois bandes d’azur.

Contract de mariage de messire Robert du Boisgelin, seigneur de la Garenne, au diocese de Cornouaille, acordé le 22e de mars 1646 avec demoiselle Anne Folvais, fille de François Folvais, seigneur de Kersa, dans la paroisse de Ploubalanec, et de dame Jeanne du Perrier. [fo 178 verso] Ce contract reçu par Phélippe, notaire de la cour de Goello.

Partage noble, et de gouvernement noble des successions de messire Robert du Boisgelin, seigneur de la Garenne, de la Villeaubert, et de Kerlabour ; et de dame Louise de Mordelles, sa femme, fait le 18e de mai 1649 entre messire Robert du Boisgelin, leur fils ainé, seigneur de la Villebalin ; et Giles, et René du Boisgelin, ses freres, ecuyers, seigneurs du Bot, et de Kerdu. Cet acte reçu par Colas, notaire de la cour de Plellou, eveché de Saint-Brieuc.

Homage du manoir noble de la Garenne, assis dans la paroisse du Vieux Bourg de Quintin, et mouvant du comté de Quintin, fait le 14e d’aout 1643 à messire Amauri Goyon, marquis de la Moussaie, et comte de Quintin, par messire Robert du Boisgelin, seigneur de la Villeaubert, comme fils ainé, et heritier principal et noble de messire Robert du Boisgelin, seigneur de la Villebalin etc. Cet acte reçu par Eveillart, notaire de la cour de Quintin.

IIIe degré – Bisayeul, et bisayeule. Robert du Boisgelin II, seigneur de la Garenne, Louise de Mordelles, sa femme, dame de la Villebalin, 1616. De gueules, à un croissant d’or.

Contract de mariage de Robert du Boisgelin, ecuyer, seigneur de la Garenne et de la Villeaubert, acordé le 20e de juin 1616 du consentement de demoiselle Claude Connen, sa mere, avec demoiselle Louise de Mordelles, fille, et heritiere principale, et noble de Robert de Mordelles, ecuyer, seigneur de la Noe et de la Villebalin ; et de demoiselle Plezou Raison. Ce contract reçu par Rolande, notaire de la Cour de Plellou.

Creation de tutelle à nobles Robert et Guillaume du Boisgelin, enfans de François du Boisgelin, ecuyer, sieur de la Garenne, faite en la justice de la cour de Plellou, le 29e d’avril 1603 et donnée à demoiselle Claude Connen, leur mere. Cet acte signé Louel.

[fo 179 recto] IVe degré – Trisayeul, et trisayeule. François du Boisgelin, seigneur de la Garenne, Claude Connen, sa femme, 1592. D’argent coupé d’or, à un lion de l’un en l’autre, couronné, lampassé, et armé de gueules.

Contract de mariage de François du Boisgelin, ecuyer seigneur de la Garenne, et de Tenoquenel, acordé le 26e de mars 1592 avec demoiselle Claude Connen, du consentement de demoiselle Jaquette Le Mintier, sa mere, dame du Precrehaut. Ce contract reçu par Ribaut, notaire à Saint-Brieuc.

Quitance donnée le premier de decembre 1588 par demoiselle Jeanne Le Page, dame de la Villeaubert, veuve de Robert du Boisgelin, ecuyer, seigneur de la Garenne, à François du Boisgelin, son fils, ecuyer, d’une somme qu’elle avoit peyée pour le sous rachat de la terre de la Garenne, que le Roi avoit fait saisir par la cour royale de Saint-Brieuc. Cet acte reçu par Mardelles, notaire de la cour de Plellou.

Ve degré – 4e ayeul, et ayeule. Robert du Boisgelin Ier, seigneur de la Garenne, Jeanne Le Page, sa femme, dame de la Villeaubert, 1553.

Contract de mariage de noble Robert du Boisgelin, ecuyer seigneur de Tuoquevel, fils ainé, et heritier principal et noble de Jean du Boisgelin, ecuyer, seigneur de la Garenne, acordé le 25e de janvier 1553 avec demoiselle Jeanne Le Page, fille ainée et heritiere noble des nobles gens François Le Page, sieur de la Villeaubert ; et de Françoise Roland de la Villebasse. Ce contract reçu par Romar, notaire de la cour de Plellou.

Transaction faite le 2e de decembre 1554 sur le partage noble et de gouvernement noble et avantageux, que nobles gens Thibaut, Giles, et Jean du Boisgelin demandoient à Robert du Boisgelin, leur frere ainé, seigneur de la Garenne, dans les successions de noble Jean du Boisgelin, seigneur du Bot, de Tuoquevel, et de Bellefontaine ; et de demoiselle Jaquette Le Floch, sa femme, leur pere et leur mere. Cet acte reçu par Le Long, notaire de la cour de Chatelaudren, eveché de Cornouaille.

[fo 179 verso] VIe degré – 5e ayeul et ayeule. Jean du Boisgelin, seigneur de la Garenne, Jaquette Le Floch, sa femme, 1500.

Transaction faite le 15e de novembre 1515 sur les diferens du partage noble, que noble Louis Le Gacoing demandoit à noble Jean du Boisgelin, son frere ainé dans les biens de demoiselle Jeanne Boëssel, leur mere, mariée en premieres noces avec Tristan du Boisgelin ; et en secondes avec Pierre Le Gacoing. Cet acte reçu par Le Bras, notaire de la cour de Quintin.

Nous, Charles d’Hozier, conseiller du Roi, genealogiste de sa Maison, juge general des armes et des blazons, et garde de l’Armorial general de France, et chevalier de la religion et des ordres militaires de saint Maurice et de saint Lazare de Savoie, certifions au Roi que demoiselle Anne Jeanne Claude Pelagie du Boisgelin, a la noblesse nécessaire pour etre reçue dans la communauté des filles demoiselles que Sa Majesté fait élever dans la maison Royale de St Louis, fondée à St Cir, dans le parc de Versailles, comme il est justifié par les actes qui sont énoncés dans cette preuve, laquelle nous avons vérifiée et dressée à Paris le trente unieme jour du mois de aout de l’an mile sept cent trois. Signé d’Hozier. Vu et verifié.

[Signé : ] d’Hozier.