Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Tromelin et Suffren

Un conflit entre marins

Par Claude-Youenn Roussel et Claude Forrer. Préface du contre-amiral Caron.

Au milieu de la guerre d'Amérique, dans l'océan Indien, des officiers aux bons états de service sont jetés à la porte de la Marine sur une appréciation colérique et dépréciative de Suffren, leur chef.

Parmi eux se trouve un Breton de Morlaix, Bernard Marie Boudin de Tromelin. Condamné sans jugement suite aux lettres venimeuses de son chef, il fait imprimer pour se défendre un Mémoire justificatif que personne n'accepte de lire dans les hautes sphères, l'empêchant ainsi de s'expliquer.

C'est ce texte rarissime qui est produit ici, empli d'une infinité de renseignements historiques, maritimes et militaires, commenté, annoté et analysé, accompagné de multiples autres documents dont les lettres officielles et privées de Suffren.

Claude-Youenn Roussel (membre de Tudchentil), spécialiste reconnu de la Bretagne et de la marine du XVIIIe siècle, a publié de nombreux livres (deux prix du Patrimoine maritime en 1992, prix de l'Académie de Marine en 2011, prix national de la Marine ACORAM en 2012). Le commandant Claude Forrer, capitaine au long cours en retraite, s'est passionné pour l'Histoire maritime ancienne et moderne. Il est l'auteur de diverses publications spécialisées.

En vente sur Amazon.fr au format broché (29€) ou au format Kindle (22,99€).

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Chapelle de Kerfons (Ploubezre), peut-être fondée par les Coatarel, jubé datant de 1480 environ.
Photo A. de la Pinsonnais (2007).

Tréanna (de) - Preuves de noblesse pour la Grande Ecurie (1741)

Samedi 25 septembre 2021, transcription de Jean-François Coënt.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2021 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre règlement au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Français 32106, no 24, folio 56.

Citer cet article

Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Français 32106, no 24, folio 56, transcrit par Jean-François Coënt, 2021, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 21 octobre 2021,
www.tudchentil.org/spip.php?article1485.

Tréanna (de) - Preuves de noblesse pour la Grande Ecurie (1741)

Télécharger ou imprimer cet article
249.8 ko.

Bretagne, Vendredi Saint, 31 mars 1741.

 

Preuves de la noblesse de Claude-Roland-François de Treanna, agréé par le roi pour estre elevé page de Sa Majesté dans sa grande écurie, sous le commandement de Son Altesse Royale le prince Charles de Lorraine, grand écuyer de France.

D’argent à une macle d’azur, casque de deux tiers.

 

Ier degré, produisant – Claude-Roland-François de Treanna, 1724.

Extrait du registre des batesmes de la paroisse de St Renan dans la ville close de Quimper portant que Claude-Roland-François de Treanna, fils de messire Jean-François de Treanna, seigneur de Treanna, de Kerasan, de Kervern et de Coetnenpren, chevalier des ordres de Notre-Dame du Mont-Carmel et de St Lazare de Jérusalem, et de dame Caterine-Honorate de Kerroignan, sa femme, naquit le quinze mars mile sept cent vingt quatre et fut batisé le dix sept du mesme mois. Cet extrait signé Le Voyze, recteur de ladite église, et légalisé.

 

IIe degré, pere et mere – Jean-François de Treanna, seigneur de Treanna, Caterine-Honorat de Kerroignan, sa femme, 1717. D’azur à un gantelet d’épervier d’argent posé en pal.

Contract de mariage de messire Jean-François de Treanna, chevalier, seigneur de Treanna, accordé le 25 janvier mile sept cent dix sept avec demoiselle Caterine-Honorat de Kerroignan, fille majeure de messire Claude-Roland de Kerroignan, ecuyer, seigneur des Salles, et de dame Marie Anne de Préfontainio. Ce contract passé devant Kerlaud et Rouxel, notaires des cours et juridictions du duché de Lorges.

Transaction sur le partage noble des successions nobles et d’ancien gouvernement noble et avantagieux de messire Jean de Treanna, chevalier, seigneur de Lanvilliau, et de dame Anne de Coatelez, sa femme, faite le le dix novembre mile sept cent quatorze entre messire Jean-François de Tréanna, leur petit-fils et héritier par bénéfice d’inventaire, chevalier, seigneur de Treanna, fils ainé et héritier bénéficiaire principal et noble de messire Prigent-Coentin de Treanna et de dame Marguerite de Tréouret,sa veuve, d’une part, et les enfans de feue dame Marie-Joseph de Treanna, fille puinée des dits feus seigneur et dame de Lanvilliau. Cet acte reçu par Lestanc, notaire royal au siège de Brest.

 

D’argent à une macle d’azur.

IIIe degré, ayeul – Prigent-Corentin de Treanna, seigneur de Treanna, Marguerite de Tréouret, sa femme, 1686. D’argent à un sanglier de sable passant.

Contract de mariage de messire Prigent-Corentin de Treanna, chevalier, seigneur de Treanna, de Coetnenpren, de Liscoet et de Coatlez, fils aîné héritier principal et noble de messire Jean de Treanna, chevalier, seigneur de Lanvilliau, de Kervern, de Kerazan et de Trémaria, accordé le vingt cinq octobre mile six cent quatre vingt six avec demoiselle Marguerite de Treouret, fille aînée de messire Urbain de Treouret, chevalier, seigneur de Kerstrat, et de Françoise Le Gouvello. Ce contract passé devant Le Moulin, notaire à Châteaulin.

Déclaration faite devant les commissaires établis pour la réformation de la noblesse de Bretagne par messire Jean de Treanna chevalier, seigneur de Lanvilliau portant que de son mariage avec dame Anne de Coetelez, il avait pour enfans Urbain-François, Prigent-Corentin et Claude-Hiacinthe de Treanna. Cette déclaration insérée dans l’arrest desdits commissaires ci-après rapporté.

 

IVe degré, bisayeul – Jean de Tréanna, seigneur de Lanvilliau, Anne de Coetelez, sa femme, 1661. De gueules à une teste de lévrier d’or posée de front.

Contract de mariage de messire Jean de Treanna, seigneur de Lanvilliau et de Kervern, accordé le dix neuf mai mile six cent soixante et un avec demoiselle Anne de Coetelez, fille unique de messire Prigent de Coetelez, seigneur de Coetnenpren, et de dame Françoise Le Moine. Ce contract passé devant Dinerre, notaire à St Paul de Léon.

[folio 56v] Accord fait le quatre septembre mile six cent soixante treize entre messire Jean de Treanna, chevalier, seigneur de Lanvilliau et de Kervern, et Olivier de Treanna, son frère puiné, ecuyer, seigneur du Brignau, enfans de messire Guillaume de Treanna, vivant seigneur desdits lieux, par lequel ils ratifient le partage qu’ils avaient fait le onze avril mile six cent soixante dix. Cet acte reçu par Lemdinat, notaire de la cour de Daoulas.

Arrest rendu à Rennes par les commissaires départis pour la réformation de la noblesse en Bretagne le vingt deux decembre mile six cent soixante huit par lequel en conséquence des titres que leur avait représenté depuis l’an mile quatre cent vingt six messire Jean de Treanna, seigneur de Lanvilliau, père d’Urbain-François, de Prigent-Corentin et de Claude-Hiacinthe de Treanna, qu’il avait eu de son mariage avec dame Anne de Coatelez, et fils de messire Guillaume de Treanna, seigneur de Lanvilliau, et de dame Bonaventure de Salludein, sa femme ; ils le déclarent noble et issu d’ancienne extraction noble et le maintiennent dans le droit de porter armes et écussons timbrés apartenans à sa qualité. Cet arrest signé, par duplicata, Picquet.

 

Ve degré, trisayeul – Guillaume de Treanna, seigneur de Lanvilliau, Bonaventure de Salludein, sa femme, 1633. D’or à une étoile de gueules, accompagnée de trois fleurs de lis de mesme, posées deux en chef et une en pointe.

Contract de mariage de messire Guillaume de Tréanna, seigneur de Lanvillio et de Kervern, accordé le six février mile six cent trente trois, du consentement de dame Perronelle Simon, sa mère, dame douairière de Lanvillio, avec demoiselle Bonaventure de Salludein, fille aînée de messire Jacques de Salludein, seigneur de Kerasan, et de dame Marguerite de Liscoet. Ce contract passé devant Guillot, notaire à Quimpercorentin.

Transaction faite le vingt trois juin mile six cent quarante neuf entre messire Guillaume de Treanna, seigneur de Lanvillio et de Kervern, et Jaques de Treanna, son frère juveigneur, ecuyer, sieur de la Bouxière, sur les différents qu’ils avaient pour le suplément du partage que celui-ci demandait dans les successions nobles de de messire Jaques de Treanna et de dame Perronelle Simon leurs père et mère, vivans seigneur et dame dudit lieu de Lanvillio. Cet acte reçu par Lemdinat, notaire de la cour de Daoullas.

 

VIe degré, 4e ayeul – Jaques de Treanna, seigneur de Lanvilliau, Perronelle Simon, sa femme, 1604. De sable à un lion d’argent, la langue et les griffes de gueules.

Transaction faite le vingt trois avril mile six cent quatre, entre demoiselle Perronelle Simon, femme et curatrice de Jaques de Treanna, ecuyer, seigneur de Lanvilliau, de Kerguern et Hervé Kersulguen, ecuyer, sieur de Kergoff, stipulant pour demoiselle Marguerite Kerliver, sa femme, sur le procès qui avait été commencé en la juridiction de Daoulas entre feu Yves de Quelen, ecuyer, sieur de Kergoff et de Kerouchant, ladite [folio 57] Marguerite Kerliver, lors sa femme, et feue demoiselle Anne de Coetlosquet, dame de Lanvilleau, première femme et curatrice dudit Jaques de Treanna, par raport à la succession de feu Guymarch de Treanna, ecuyer, seigneur de Kerguern, bisayeul commun dud. Jaques de Treanna et de lad. Marguerite Kerliver, laquelle succession était noble et de gouvernement noble et avantageux, les prédécesseurs dudit Guymarch de Treanna étant nobles gens d’extraction qui avaient toujours partagé suivant l’assise du Comte Geoffroi. Cet acte reçu par Lestanq, notaire à Quimpercorentin.

Contract du premier mariage de nobles homs Jaques Treanna, sieur de Kerguern et de Lanvilliau, accordé le dix neuf novembre mile cinq cent soixante seize avec demoiselle Anne du Coetlosquet, fille aînée de nobles homs Jean du Coetlosquet et de Marie Bresal, sieur et dame du Coetlosquet. Ce contract passé devant Alain et Le Maucazre, notaires royaux en la cour de Lesneven.

 

VIIe degré, 5e ayeul – Yves de Treanna, seigneur de Kervern, Jeanne de Coatanezre, sa femme, 1572. De gueules à trois épées d’argent, les gardes et les poignées d’or, les pointes en bas, rangées en bande.

Tenue présentée aux plaids de la juridiction de Daoullas, le dix neuf juillet mile cinq cent soixante douze, pour dame Jeanne de Coatanezre, veuve de noble homme Yves de Treanna et tutrice de Jaques de Treanna, ecuyer, leur fils mineur, héritier principal et noble, savoir des héritages qui avaient appartenu aud. Yves de Treanna par la mort de Guillaume de Treanna, son père, et qui consistaient entre autres choses dans la terre et seigneurie de Kervern, exemte de payer aucun droit de rachat à la seigneurie de Daoullas dont étaient voyers et sénéchaux féodés héréditaires les propriétaires de lad. terre de Kervern. Cet acte signé de Kerloescat, Tupardec et Simon.

 

VIIIe et IXe degrés, 6e et 7e ayeuls – Guillaume de Treanna, seigneur de Kervern, fils de Guyomar de Treanna, seigneur de Kervern, Caterine de Lanvilliau, sa femme, 1502.

Contract du premier mariage de nobles gens Guillaume de Treanna, fils de Guyomar de Treanna, ecuyer, accordé avec demoiselle Caterine de Lanvilliau le dix juillet mile cinq cent deux. Ce contract passé devant de Querbenou et Le Sort, notaires de la juridiction de Daoullas.

Transaction faite le treize octobre mile cinq cent trente cinq sur le partage noble des biens de noble Guyomar de Treanna, ecuyer, seigneur de Kervern, entre noble Guillaume de Treanna, ecuyer, seigneur dudit lieu de Kervern, son fils aîné et héritier principal et noble, et dame Marguerite du Louet, sa mère, dame douairière de Kervern, comme curatrice de demoiselle Marguerite de Treanna, sa fille. Cet acte signé Kergoet, passe.

 

Nous, Louis-Pierre d’Hozier, juge d’armes de France, chevalier de l’ordre du Roi, son conseiller en ses conseils, maître ordinaire en sa chambre des comptes de Paris, [folio 57v] généalogiste de la maison, de la chambre et des écuries de Sa Majesté et de celles de la Reine,

Certifions au Roi et à Son Altesse monseigneur le prince de Lorraine, grand écuyer de France, que Claude-Roland-François de Tréanna a la noblesse nécessaire pour être admis au nombre des pages que Sa Majesté fait élever dans sa grande écurie, comme il est justifié par les actes qui sont énoncés dans cette preuve laquelle nous avons vérifiée et dressée à Paris le Vendredi Saint trente unième jour du mois de mars de l’an mil sept cent quarante un.

[Signé] d’Hozier