Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

L'histoire de Keroulas

Du Moyen Âge à nos jours

Par la famille de Keroulas.

Depuis le Moyen-Âge, le berceau de la famille de Keroulas se trouve au manoir de Keroulas à Brélès, en Pays de Léon. Plus de 6 siècles et près de 20 générations plus tard, cette belle demeure du XVIIe siècle est toujours la résidence de descendants de la famille.

Le manoir de Keroulas conserve de précieuses archives dont les plus anciennes datent de la fin des années 1300. Elles ont permis de remonter aux périodes les plus reculées de l’histoire familiale.

Le nom de famille de Keroulas s’est éteint en Pays de Léon au XVIIIe siècle. Les Keroulas d’aujourd’hui descendent de Ronan Mathurin de Keroulas (1730-1810) qui s’installe vers 1764 au manoir de Tal ar Roz au Juch près de Douarnenez. Sa nombreuse postérité estimée à plus de 5.000 personnes a surtout essaimé au Juch et dans les communes environnantes.

Ce beau livre illustré, travail collectif de plusieurs enfants de la famille, vous invite à plonger dans la destinée des Keroulas, à suivre son évolution au fil des siècles et à découvrir de nombreux épisodes parfois très surprenants.

Le livre est en vente chez l’éditeur aux éditions Récits au prix de 35 €.

Tudchentil a 20 ans !

De septembre 2002 à septembre 2022, 20 ans se sont écoulés.
Pour fêter cet anniversaire particulier, nous appuyons sur
l'accélérateur et publierons plus de 25 articles ce mois-ci !

Merci de votre fidélité et de votre soutien pour les 20 prochaines années !

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

La Roche-Jagu en Ploëzal, édifié en 1405 par Catherine de Troguindy après autorisation du duc Jean V.
Photo A. de la Pinsonnais (2009).

Le Denays de Quémadeuc - Certificats de noblesse (1755, 1757, 1765)

Mercredi 20 mars 2024, transcription de Armand Chateaugiron.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2023 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Français 31341 (Nouveau d’Hozier 116), folio 144.

Citer cet article

Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Français 31341 (Nouveau d’Hozier 116), folio 144, transcrit par Armand Chateaugiron, 2024, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 21 avril 2024,
www.tudchentil.org/spip.php?article1638.

Le Denays de Quémadeuc - Certificats de noblesse (1755, 1757, 1765)

Télécharger ou imprimer ces transcriptions
166.5 kio.

Nous Antoine-Marie d’Hozier-de Sérigny, chevalier, juge d’armes de France en survivance et commissaire du roy pour la vérification des preuves de la noblesse des eleves de l’École royale militaire [1],

Certifions au Roy que Jean-Batiste-Louis-Auguste Le Denays de Quémadeuc, né le deux avril mil sept cent quarante six, est issu d’une ancienne maison de la province de Bretagne, dont il nous a justifié la noblesse depuis plusieurs siècles par titres originaux et authentiques ; et qu’en conséquence il peut être admis au nombre des gentilshommes que Sa Majesté fait élever dans l’École royale militaire. En foy de quoy nous avons delivré ce présent acte auquel nous avons fait mettre l’empreinte du cachet de nos armes.

À Paris le neuvieme jour du mois de septembre de l’an mil sept cent cinquante cinq.

[Signé] d’Hozier de Sérigny.


[folio 146]

Nous Louis-Pierre d’Hozier chevalier-doyen de l’ordre du roy, conseiller en ses conseils, juge d’armes de France etc,

Certifions au Roy que demoiselle Jeanne Élisabeth Le Denays de Quémadeuc, née et batisée le vingt six novembre mil sept cent quarante quatre et âgée de douze ans, trois mois, et quatre jours, fille de messire Jean-Batiste Le Denays, seigneur de Quémadeuc, et de dame Élisabeth-Françoise Jollivet sa femme, est issue d’une ancienne maison de la province de Bretagne, dont elle nous a justifié la noblesse depuis plusieurs siècles par titres originaux et autentiques ; et qu’en conséquence elle peut être admise au nombre des demoiselles élevées dans la maison royale de l’enfant-Jesus.

En foy de quoy nous avons délivré le present certificat auquel nous avons fait mettre l’empreinte du sceau de nos armes.

À Paris ce mercredy second jour du mois de mars de l’an mil sept cent cinquante sept.

[Signé] d’Hozier


[Folio 146]

Nous Louis Pierre d’Hozier, chevalier, conseiller du roy en ses conseils, juge d’armes de la noblesse de France,

Certifions au Roy que Louis-Marie Le Denays de Quémadeuc, né le vingt six janvier mil sept cent quarante neuf, est issu d’une ancienne maison de la province de Bretagne dont il nous a justifié la noblesse depuis plusieurs siecles par titres originaux et autentiques, et qu’en consequence il peut etre admis dans tous les emplois militaires où l’on exige des preuves de noblesse.

En foy de quoy nous avons delivré le present acte auquel nous avons mis l’empreinte du sceau de nos armes.

À Paris le vendredy vingt quatrieme jour du mois de may de l’an mil sept cent soixante cinq.

[Signé] d’Hozier.


[1En marge : Minute du certificat que madame (*) de Quemadeuc m’a prié de luy faire expédier dans le dessein où elle est de placer sa fille dans la maison royale de l’enfant Jesus à Paris.
(*) c’est la mère de l’éleve reçu à l’école militaire.