Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

L'histoire de Keroulas

Du Moyen Âge à nos jours

Par la famille de Keroulas.

Depuis le Moyen-Âge, le berceau de la famille de Keroulas se trouve au manoir de Keroulas à Brélès, en Pays de Léon. Plus de 6 siècles et près de 20 générations plus tard, cette belle demeure du XVIIe siècle est toujours la résidence de descendants de la famille.

Le manoir de Keroulas conserve de précieuses archives dont les plus anciennes datent de la fin des années 1300. Elles ont permis de remonter aux périodes les plus reculées de l’histoire familiale.

Le nom de famille de Keroulas s’est éteint en Pays de Léon au XVIIIe siècle. Les Keroulas d’aujourd’hui descendent de Ronan Mathurin de Keroulas (1730-1810) qui s’installe vers 1764 au manoir de Tal ar Roz au Juch près de Douarnenez. Sa nombreuse postérité estimée à plus de 5.000 personnes a surtout essaimé au Juch et dans les communes environnantes.

Ce beau livre illustré, travail collectif de plusieurs enfants de la famille, vous invite à plonger dans la destinée des Keroulas, à suivre son évolution au fil des siècles et à découvrir de nombreux épisodes parfois très surprenants.

Le livre est en vente chez l’éditeur aux éditions Récits au prix de 35 €.

Tudchentil a 20 ans !

De septembre 2002 à septembre 2022, 20 ans se sont écoulés.
Pour fêter cet anniversaire particulier, nous appuyons sur
l'accélérateur et publierons plus de 25 articles ce mois-ci !

Merci de votre fidélité et de votre soutien pour les 20 prochaines années !

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Voute et sablière de l'église Saint-Melaine de Morlaix, XV et XVIe siècles.
Photo A. de la Pinsonnais (2009).

Talhouet de Sévérac (de) - Preuves pour Saint-Cyr (1734)

Vendredi 28 octobre 2011, transcription de Loïc Le Marchant de Trigon.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2023 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Preuves de noblesses des demoiselles de Saint-Cyr, BNF, Département des manuscrits, Français 32129, fos 85-86.

Citer cet article

Preuves de noblesses des demoiselles de Saint-Cyr, BNF, Département des manuscrits, Français 32129, fos 85-86, transcrit par Loïc Le Marchant de Trigon, 2011, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 15 mai 2024,
www.tudchentil.org/spip.php?article987.

Télécharger cet article

Talhouet de Sévérac (de) - Preuves pour Saint-Cyr (1734)
78.4 kio.

Bretagne - Decembre 1734

Preuves de la noblesse de demoiselle Agathe Françoise de Talhouet de Severac, agréée par le Roi pour estre admise au nombre des filles demoiselles que Sa Majesté fait élever dans la Maison royale de St Louis fondée à St Cir, dans le parc de Versailles.

D’argent à trois pommes de pin de gueules posées deux et une les queues en bas.

Ier degré – Produisante. Agathe Françoise de Talhouet de Severac, 1723.

Extrait du regitre des batemes de la paroisse de Malensac, evesché de Vannes, portant qu’Agathe Françoise de Talhouet, fille de Jean François Armand de Talhouet ecuyer seigneur de Severac et de la Grationaie, conseiller au parlement de Bretagne, et de demoiselle Marie Herisson, sa femme, naquit et fut batisée le premier jour de mars de l’an mile sept cens vingt trois. Cet extrait signé Le Boubillon, curé de l’eglise de Malensac, et legalisé.

IIe degré – Père et mère. Jean François Armand de Talhouet, seigneur de Severac, Marie Hérisson, sa femme, 1717. [D’argent], à trois herissons [de sable], posés deux et [un].

Contract de mariage de Jean François Armand de Talhouet, seigneur de Severac, conseiller au Parlement de Bretagne, fils de Jean Armand de Talhouet, vivant ecuyer seigneur dudit lieu de Severac et de demoiselle Madelene Berthou, sa veuve, acordé le sixiesme de novembre de l’an mile sept cens dix sept, avec demoiselle Marie Hérisson fille de René Hérisson ecuyer sieur des Chenais. Ce contract passé devant Pitot, notaire à St Malo.

Extrait du regitre des batesmes de la paroisse de Malensac portant que Jean François Armand de Talhouet, fils de Jean Armand de Talhouet, ecuyer seigneur de Severac, de la Grationaie et de Kerminisio, et de demoiselle Madelene Berthou, sa femme, naquit le huitiesme de septembre de l’an mile six cens quatre vingt quatre, et reçut le suplement des céremonies du batesme le treiziesme de septembre de l’an mile six cens quatre vingt onze. Cet extrait signé Le Boubillon, curé de l’eglise de Malensac, et legalisé.

IIIe degré – Ayeul. Jean Armand de Talhouet, seigneur de Severac, Madelene Berthou, sa femme, 1670. [D’or], à un epervier de sable [la] teste contournée [tenant] en son bec un rameau de sinople en [bande], et acompagné [de] trois molettes de sable, [posées] deux en chef et [l’autre] à la pointe de l’ecu.

Contract de mariage de Jean Armand de Talhouet, seigneur de Sévérac, de la Grationaie, et de Kermenisi, fils ainé et héritier principal et noble de Valentin de Talhouet, vivant seigneur des dits lieux, et de demoiselle Jeanne Le Lagadec, sa femme, acordé le vingt huitiesme de juin de l’an mile six cens soixante dix, avec demoiselle Madelene Berthou, fille de René Berthou, seigneur de Kerverzio, et de demoiselle Madelène Crouezé. Ce contract passé devant Gohier, notaire à Rennes.

Arrest rendu à Rennes en la Chambre de la reformation de la noblesse le dixiesme de mars de l’an mile six cens soixante onze par lequel Jean Armand de Talhouet seigneur de Severac fils de Valentin de Talhouet et de demoiselle Jeanne Le Lagadec, sa femme, seigneur et dame dudit lieu de Séverac, est declaré noble en consequence des titres qu’il avoit produits depuis l’an mile quatre cens seize. Cet arrest signé Picquet.

Emancipation faite en la cour et juridiction de Rochefort le seiziesme de juillet de l’an mile six cens cinquante sept de la personne de Jean Armand de Talhouet, seigneur de Sévérac fils ainé et héritier principal et noble de Valentin de Talhouet, seigneur dudit lieu de Severac et de Bordepuis, et de demoiselle Jeanne Le Lagadec, sa veuve. Cet acte signé de la Noë, greffier de ladite cour.

[fo 85 verso] IVe degré – Bisayeul. Valentin de Talhouet, seigneur de Severac, Jeanne Le Lagadec, sa femme, 1621. D’argent, à trois treffles d’azur, posés deux et un.

Contract de mariage de Valentin de Talhouet, ecuyer seigneur de Severac, fils puisné de noble et puissant messire François de Talhouet, chevalier de l’ordre du Roi, capitaine de cinquante hommes d’armes de ses ordonances et gouverneur de Redon, et de dame Valence du Boisorhant, sa veuve, acordé l’onziesme d’octobre de l’an mil six cens vingt un, avec demoiselle Jeanne Le Lagadec, fille unique et seule héritière d’Alain Le Lagadec, ecuyer sieur de Touroux, et de demoiselle Louise de Beaujuan. Ce contract passé devant Gallon, notaire au lieu de Veller.

Sentence rendue en la cour de Renac, le huitiesme de juillet de l’an mile six cens huit par laquelle René de Talhouet, ecuyer seigneur de Talhouet, est nommé tuteur de Valentin de Talhouet son frère, fils puisné de messire François de Talhouet, seigneur de Talhouet chevalier de l’ordre du Roi, et de dame Valence du Boisorhant, sa veuve. Cette sentence signée Jomart.

Ve degré – Trisayeul. François de Talhouet, seigneur de Talhouet, Valence du Boisorhant, sa femme, 1577. De sable à un sautoir d’argent.

Contract de mariage de nobles gens messire François de Talhouet, chevalier seigneur de Talhouet et de Tréméran, acordé le vingt deuxiesme de janvier de l’an mile cinq cens soixante dix sept avec demoiselle Valence du Boisorhant, fille ainée de nobles gens Jean du Boisorhant et Marie de la Bourdonaie, sa feme, seigneur et dame du Boisorhant et de Noyal. Ce contract verifié par les comissaires de la Chambre de la noblesse en Bretagne.

Provisions de l’etat et charge de capitaine et gouverneur de la ville de Redon, fait par le Roi le vingt quatre de janvier de l’an mile cinq cens quatre vingt seize, à François de Talhouet seigneur de Talhouet, et apres lui en survivance à René de Talhouet son fils. Ces lettres signées Henri. Sur le repli par le Roi Potier et scellées.

Vente des lieu et maison de la Grationaie dans la paroisse de Malensac, faite le douziesme de novembre de l’an mile cinq cens quatre vingt un, par nobles gens Alain Macé et Claude Rado, sa femme, seigneur et dame de la Grationaie, à François de Talhouet, ecuyer seigneur de Tremerean, et de la Villeneuve. Cet acte reçu par Le Gat, et Morin, notaires de la cour de Rochefort.

Nous, Louis Pierre d’Hozier, juge general d’armes de France, chevalier de l’ordre du Roi, son conseiller maitre ordinaire en sa Chambre des comptes de Paris, généalogiste de la maison de la Chambre et des Ecuries de Sa Majesté et de celles de la Reine,

Certifions au Roi que demoiselle Agathe Françoise de Talhouet de Severac a la noblesse nécessaire pour estre admise au nombre des filles demoiselles que Sa Majesté fait élever dans la Maison royale de St Louis, fondée à St Cir dans le parc [fo 86 recto] de Versailles ainsi qu’il est justifié par les actes qui sont contenus dans cette preuve, laquelle nous avons vérifiée et dressée à Paris le mardi septiesme jour du mois de decembre de l’an mile sept cens trente quatre.

[Signé] d’Hozier.