Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Tromelin et Suffren

Un conflit entre marins

Par Claude-Youenn Roussel et Claude Forrer. Préface du contre-amiral Caron.

Au milieu de la guerre d'Amérique, dans l'océan Indien, des officiers aux bons états de service sont jetés à la porte de la Marine sur une appréciation colérique et dépréciative de Suffren, leur chef.

Parmi eux se trouve un Breton de Morlaix, Bernard Marie Boudin de Tromelin. Condamné sans jugement suite aux lettres venimeuses de son chef, il fait imprimer pour se défendre un Mémoire justificatif que personne n'accepte de lire dans les hautes sphères, l'empêchant ainsi de s'expliquer.

C'est ce texte rarissime qui est produit ici, empli d'une infinité de renseignements historiques, maritimes et militaires, commenté, annoté et analysé, accompagné de multiples autres documents dont les lettres officielles et privées de Suffren.

Claude-Youenn Roussel (membre de Tudchentil), spécialiste reconnu de la Bretagne et de la marine du XVIIIe siècle, a publié de nombreux livres (deux prix du Patrimoine maritime en 1992, prix de l'Académie de Marine en 2011, prix national de la Marine ACORAM en 2012). Le commandant Claude Forrer, capitaine au long cours en retraite, s'est passionné pour l'Histoire maritime ancienne et moderne. Il est l'auteur de diverses publications spécialisées.

En vente sur Amazon.fr au format broché (29€) ou au format Kindle (22,99€).

Tudchentil a 20 ans !

De septembre 2002 à septembre 2022, 20 ans se sont écoulés.
Pour fêter cet anniversaire particulier, nous appuyons sur
l'accélérateur et publierons plus de 25 articles ce mois-ci !

Merci de votre fidélité et de votre soutien pour les 20 prochaines années !

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Château du Châteaugiron, principalement bâti par Jean de Derval (XVe) et la famille Le Prestre (XVIIIe).
Photo A. de la Pinsonnais (2007).

Kermel (de) - Preuves de noblesse pour le Collège royal de la Flèche (1765)

Jeudi 9 novembre 2023, transcription de Guillaume de Boudemange.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2023 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Français 31422 (Nouveau d’Hozier 197), dossier de Kermel, folio 9.

Citer cet article

Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Français 31422 (Nouveau d’Hozier 197), dossier de Kermel, folio 9, transcrit par Guillaume de Boudemange, 2023, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 26 novembre 2023,
www.tudchentil.org/spip.php?article1617.

Kermel (de) - Preuves de noblesse pour le Collège royal de la Flèche (1765)

Télécharger ou imprimer cette transcription
326 kio.

Bretagne, 1765.

 

Procès-verbal des preuves de la noblesse de Louis-Gabriel-Pierre de Kermel, agréé par le roi pour être admis au nombre des gentilshommes que Sa Majesté fait élever dans le Collège royal de la Flèche.

De gueules à une fasce d’argent accompagnée de deux léopards d’o[r], posés l’un en ch[ef] et l’autre en pointe.

 

Ier degré, produisant – Louis-Gabriel-Pierre de Kermel, 1756.

Extrait des registres des batêmes de l’église paroissiale de Pleubian, diocèse de Tréguier en Basse-Bretagne, portant que Louis-Gabriel-Pierre de Kermel, fils de messire Pierre-Jean-François de Kermel, chevalier, seigneur comte dudit lieu, et de dame Louise-Célestine-Jeanne de Goyon du Vaurouault, son épouse, naquit le dix-neuf de juillet mil sept cent cinquante-six, fut ondoyé le lendemain dans la chapelle de Kermel et reçut le supplément des cérémonies du batême le vingt et un d’avril mil sept cent cinquante-sept. Cet extrait signé Le Dauphin du Porzou, recteur de Pleubian, et légalisé.

 

IIe degré, père – Pierre-Jean-François de Kermel, Louise-Célestine-Jeanne Goyon du Vaurouault, sa femme, 1753.

Contrat de mariage de messire Pierre-Jean-François de Kermel, chevalier, seigneur comte du dit lieu, et de dame Agnès de Lanloup, demeurant en son château de Kermel, paroisse de Pleubihan, évêché de Tréguier, accordé le vingt-six de septembre mil sept cent cinquante trois avec demoiselle Louise-Célestine-Jeanne Goyon, fille puînée de messire Claude-Charles Goyon, chevalier, seigneur du Vaurouault, la Villegour et autres lieux, capitaine général garde-côte, gouverneur pour le roy du château et forteresse de la Roche-Goyon dit vulgairement de la Latte, et chevalier de l’ordre militaire de Saint Louis, et de dame Thomasse-Louise-Claire Visdelou, son épouse, demeurants en leur château du Vaurouault, paroisse de Pleherel, évêché de Saint Brieuc. Ce contrat passé au dit château du Vaurouault devant Gallet, notaire royal de la sénéchaussée et siège présidial de Rennes, demeurant en la ville de Lamballe.

De gueules à une fasce d’argent accompagnée de deux léopards d’or, un en chef et l’autre en pointe.

Extrait des registres des batêmes de la paroisse de Saint Sébastien dite de la Rive en la ville de Tréguier, portant que Pierre-Jean-François, fils naturel et légitime de messire Olivier de Kermel, chevalier, seigneur du dit lieu, et de demoiselle Agnès de Lanloup, naquit le treize de novembre mil sept cent quinze et fut baptisé le même jour. Cet extrait signé Pitot, recteur de la Rive, et légalisé.

 

IIIe degré, ayeul – Olivier de Kermel, Agnès de Lanloup, sa femme, 1715.

Contrat de mariage de messire Olivier de Kermel, chevalier, seigneur du dit lieu, demeurant en la ville de Tréguier, paroisse de Saint Sébastien accordé le dix de janvier mil sept cent quinze avec demoiselle Agnès de Lanloup, dame du dit lieu, fille de feu messire Yves-Gabriel de Lanloup, chevalier, seigneur du dit lieu, et de dame Jeanne-Hiéronime de Lantivy du Coscro, sa veuve, demeurant audit château de Lanloup, paroisse de Lanloup, évêché de Dol. Ce contrat passé au château de Kervelio, devant de Kermellec, notaire de la juridiction de Plouha.

Transaction faite sous seings privés le vingt d’avril mil sept cent trente neuf entre messire Olivier de Kermel, chevalier, seigneur du dit lieu, chevalier de justice des ordres royaux militaires et hospitaliers de Notre-Dame de Montcarmel et de Saint Lazare de Jérusalem, fils aîné héritier principal et noble de feu messire Yves de Kermel, seigneur de Kergonniou, et de feüe dame Louise du Trévou, son épouse, d’une part, et messire Yves-Pierre-Louis de Kermel, chevalier, seigneur de Kermezen, fils aîné héritier principal et noble de messire Louis de Kermel, chevalier, seigneur de Kermezen, et de dame Elizabeth de Kermel, sa femme, fille puînée desdits seigneur et dame de Kergonniou, d’autre part, sur le partage définitif des successions des mesmes seigneur et dame de Kergonniou ; lesquelles parties reconnurent la qualité noble et l’ancien gouvernement avantageux de leurs père et mère et de leurs ancêtres. Cet acte passé à Tréguier est signé par les dites parties contractantes.

[folio 9v] Extrait des registres des batêmes de la paroisse de Saint Sébastien dite de la Rive en la ville de Tréguier, portant qu’écuyer Olivier de Kermel, fils légitime de messire Yves de Kermel, seigneur de Kergonniou, sénéchal des réguaires de Tréguier, et de dame Louise du Trévou, sa femme, naquit le vingt-trois de janvier mil six cent quatre-vingt-deux et fut batisé le lendemain. Cet extrait signé Pitot, recteur de la Rive et légalisé.

 

IVe degré, bisayeul – Yves de Kermel de Kergonniou, Louise du Trévou de la Fontaine-Meur, sa femme, 1670.

Contrat de mariage d’écuyer Yves de Kermel, sieur de Kergonniou, fils puîné d’écuyer François de Kermel, sieur de Kermel, demeurant en la paroisse de Saint Sébastien de la ville de Lantréguier, accordé le quinziesme jour de janvier de l’an mil six cent soixante-dix avec demoiselle Louise du Trévou, dame de la Fontaine-Meur, fille et unique héritière de deffunt écuyer Yves du Trévou, sieur de Quistillic, et de demoiselle Françoise Hervé, sa veuve. Ce contrat passé en la dite ville de Lantréguier, devant Primaigne, notaire en la même ville.

Arrêt de la chambre établie par le Roi pour la réformation de la noblesse de Bretagne, rendu à Rennes le vingt-deux de juin mil six cent soixante-neuf, par lequel François de Kermel, écuyer, sieur du dit lieu, demeurant en la ville de Tréguier, ressort de Lannion, et Yves de Kermel, sieur de Kergoniou, son fils juveigneur, né de son premier mariage avec demoiselle Barbe Poulain de la Villeboutier, sont déclarés nobles et issus d’extraction noble ; comme tels il leur est permis et à leurs descendants en mariage légitime de prendre la qualité d’écuyer ; et il est ordonné que leurs noms seront employés au catalogue des nobles de la juridiction royale de Lannion. Cet arrêt signé Malescot.

 

Nous, Antoine-Marie d’Hozier de Sérigny, chevalier, juge d’armes de la noblesse de France en survivance, et en cette qualité commissaire du roi pour certifier à Sa Majesté la noblesse des élèves de l’École royale militaire et du Collège royal de la Flèche, chevalier Grand-Croix-honoraire de l’ordre royal de Saint-Maurice de Sardaigne,

Certifions au Roi que Louis-Gabriel-Pierre de Kermel a la noblesse requise pour être admis au nombre des gentilshommes que Sa Majesté fait élever dans le Collège royal de la Flèche, ainsi qu’il est justifié par les actes énoncés et visés dans ce procès-verbal que nous avons dressé et signé à Paris le cinquième jour du mois de décembre de l’an mil sept cent soixante-cinq.

 

[folio 10]

 

Généalogie de Messieurs de Kermel pour parvenir à faire admettre à l’école roiale militaire et colege roial de la Fleche, Louis Gabriel Pierre de Kermel.

 

Par arrêt du 22 juin 1669 de la chambre établie par le roi pour la réformation de la noblesse du pays et duché de Bretagne, François de Kermel et Yves de Kermel, sieur de Kergonniou, son fils, sont déclarés nobles et issus d’extraction noble, maintenus en la qualité d’écuiers, et d’avoir armes et écussons timbrés. Produit en cet endroit le dit arrêt cotté A, 1 pièce.

Le dit Yves de Kermel, sieur de Kergonniou epousa demoiselle Louise du Trévou, dame de la Fontaine-Meur, suivant contract de mariage du 15 janvier 1670, cotté B, 1 pièce.

Yves de Kermel et demoiselle Louise du Trévou eurent pour enfens, Ollivier de Kermel. C’est ce qui s’aprend par l’extrait baptistaire de ce dernier datté en la dellivrance du 25e de juin 1761 et signé Joseph Jacques Pitot, recteur de la paroisse de Saint Sebastien dite La Rive. Le dit extrait légalisé par messieurs les juges roiaux de Lannion et produit à la cotte C, 1 pièce.

Le dit Ollivier de Kermel fut nommé chef de la Panneterie chez Madame la duchesse d’Orléans suivant les lettres de provisions qui lui furent delivrés le 2 janvier 1708 qu’on produit à la cotte cy contre, D, 3 pièces.

[folio 10v] Ollivier de Kermel eut pour femme demoiselle Agnès de Lanloup, ainsi qu’il est verifié par leur contact de mariage du 10 janvier 1715 qu’on joint ici, cotté E, 1 pièce.

Le dit Ollivier de Kermel et dame Agnès de Lanloup, eurent pour fils Pierre Jean François de Kermel, ce qui se voit en l’extrait baptistaire du 13 novembre 1715. Signé Joseph Jacques Pitot, recteur de la paroisse de Saint Sebastien ditte La Rive, le dit extrait légalisé par messieurs les juges roiaux de Lannion et produit à la cotte F, 1 pièce.

Le même Ollivier de Kermel fut reçû chevallier de justice dans les ordres roiaux militaires et hospitailliers de Notre-Dame du Mont-Carmel et de Saint-Lazare de Jerusalem, suivant les lettres lui expediées le 3 mars 1722 qu’on produit cotte G, 1 pièce.

Pierre Jan François de Kermel a epousé demoiselle Louise Celestine Janne de Goyon, ce qui est prouvé par leur contract de mariage du 26 septembre 1753 qu’on produit à la cotte H. 1 pièce.

Pierre Jan François de Kermel et la ditte dame Louis Celestine Janne de Goyon ont eu pour fils Louis Gabriel Pierre de Kermel [folio 11] ainsi qu’il est constaté par l’extrait de bateme de ce dernier des 19 et 20 juillet 1756, légalisé par messieurs les juges roiaux de Lannion et produit à la cotte I, 1 pièce.

Blazon peint des armes de la famille de messieurs de Kermel qui sont de gueule à une face d’argent, accompagné de deux léopards d’or, un en chef et un en pointe, et produit à la cotte K, 1 pièce.

A Treguier ce jour onze septembre mil sept cent soixante cinq.

[Signé] Louise Celestine Jeanne de Goyon de Kermel.