Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

L'histoire de Keroulas

Du Moyen Âge à nos jours

Par la famille de Keroulas.

Depuis le Moyen-Âge, le berceau de la famille de Keroulas se trouve au manoir de Keroulas à Brélès, en Pays de Léon. Plus de 6 siècles et près de 20 générations plus tard, cette belle demeure du XVIIe siècle est toujours la résidence de descendants de la famille.

Le manoir de Keroulas conserve de précieuses archives dont les plus anciennes datent de la fin des années 1300. Elles ont permis de remonter aux périodes les plus reculées de l’histoire familiale.

Le nom de famille de Keroulas s’est éteint en Pays de Léon au XVIIIe siècle. Les Keroulas d’aujourd’hui descendent de Ronan Mathurin de Keroulas (1730-1810) qui s’installe vers 1764 au manoir de Tal ar Roz au Juch près de Douarnenez. Sa nombreuse postérité estimée à plus de 5.000 personnes a surtout essaimé au Juch et dans les communes environnantes.

Ce beau livre illustré, travail collectif de plusieurs enfants de la famille, vous invite à plonger dans la destinée des Keroulas, à suivre son évolution au fil des siècles et à découvrir de nombreux épisodes parfois très surprenants.

Le livre est en vente chez l’éditeur aux éditions Récits au prix de 35 €.

Tudchentil a 20 ans !

De septembre 2002 à septembre 2022, 20 ans se sont écoulés.
Pour fêter cet anniversaire particulier, nous appuyons sur
l'accélérateur et publierons plus de 25 articles ce mois-ci !

Merci de votre fidélité et de votre soutien pour les 20 prochaines années !

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Cathédrale de Nantes, armes de la Bretagne.
Photo A. de la Pinsonnais (2007).

Plessix de Runeuve (du) - Arrêt de maintenue de noblesse (1670)

Samedi 28 janvier 2023, transcription de Christophe Madec.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2023 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Archives départementales du Finistère, 1 J 894.

Citer cet article

Archives départementales du Finistère, 1 J 894, transcrit par Christophe Madec, 2023, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 12 avril 2024,
www.tudchentil.org/spip.php?article1594.

Plessix de Runeuve (du) - Arrêt de maintenue de noblesse (1670)

Télécharger ou imprimer cet article
185.5 kio.

Extrait des registres de la chambre établie par le roy pour la réformation de la noblesse du pays et duché de Bretaigne par lettres patentes de Sa Majesté du mois de janvier mil six cents soixante et huict, vérifiées en parlement le trentiesme de juin ensuivant [1].

 

Entre le procureur general du roy, demandeur d’une part, et Yves du Plessix, escuyer, sieur de Rueneuffve, faisant tant pour lui que pour Gabriel, Yves, Goulven et Charles du Plessix ses enfants, demeurant à la maison de Ꝃmelleugan, parroisse de Plouyder, évesché de Leon, ressort de Lesneven, [folio 1v] deffendeur d’autre part [2].

Veu par ladite chambre un extraict de presentation faicte au greffe d’icelle le quatorziesme novembre mil six centz soixante et neuf par maitre Guy Le Bascre, procureur dudit deffendeur en ladicte qualité, lequel auroit aux fins de sa procure declaré soustenir la qualité d’escuyer et de noble d’ancienne extraction par luy et ses predecesseurs prise, et avoir pour armes celles qu’il produit avec ses tiltres, ledit extraict signé J. Le Clavier.

Induction dudit deffendeur sous son sign et dudit Bascre son procureur, concluant par icelle à ce que ledit deffendeur et les descendants de son legitime mariage avecq damoiselle [folio 2] Magdelaine de Ꝃvilliau son espouse, soyent maintenus en la qualité d’escuyer par luy et ses predecesseurs prise, d’ancienne extraction, et luy permettre et à ses descendants en mariage legitime de prendre la qualité d’escuyer, et maintenus au droict d’avoir armes, escussons et timbres appartenant à leur qualité, et à jouir de toust droicts, franchises, honneurs, immunités et privilèges attribués aux nobles de cette province, et ordonner que leurs noms seront employés au roole et catalogue des nobles du ressort de la jurisdiction royalle de Lesneven.

Pour establir la justice desquelles conclusions, ledit deffendeur articulle à faits de genealogye qu’il est fils [folio 2v] d’Hervé du Plessix, escuyer, lequel Hervé estoit fils de Vincent, lequel Vincent estoit fils d’autre Hervé, cadet et juveigneur de François, et tous deux enfants d’autre François, premier du nom, qui fils estoit de Salomon du Quenquis, sieur du Guynieuc, ou autrement du Plessix, trisayeul dudit défendeur. Lesquels se sont de tout temps immemorial comportés noblement et advantageusement tant en leurs personnes, biens que partages, et ont tousjours pris et porté leur qualité de nobles hommes, escuyer et seigneur, et contracté mariage avecq les meilleures familles de noblesse du pays.

Ce que pour justiffier, [folio 3] ledit deffendeur auroit produict les actes cy-apprès, sçavoir est :

L’acte de tutelle des enfants mineurs de feu messire Gabriel de Ꝃ[vern] [3], vivant seigneur de Ꝃsullec, avecq deffuncte dame Louyse Arrel, et un second mariage avecq dame Louyse de Carné, où il se void que ledict deffendeur est nommé tutteur honnoraire et particullier comme estant leur proche parent. Ledict acte datté du treiziesme may mil six centz soixante et cinq, signé du Loudet, greffier.

Arrest de maintenu pour François de Ꝃven, sieur de Ꝃsullec, [folio 3v] hérittier principal et noble de feu escuyer Gabriel de Ꝃven, son père, faisant tant pour luy que pour escuyer Vincent de Ꝃven, son frère puisné, deffendeur en sa qualité de noble et d’escuyer d’ancienne extraction, collationné à une grosse originalle sur vellin apparue et retenue par escuyer François de Ꝃven, sieur de Kersullec, Lestoudu et de la Vigne, petit fils et herittier noble de deffuncte dame Gabrielle du Quenquis, en son vivant dame de Ꝃsullec, hérittière principale et noble et unicque de ladite maison noble de la Vigne et [folio 4] dépendances. Ledict collationné du premier mars mil six cents soixante et neuff, signé François de Ꝃven, Y. du Plessix, B. Cabon, notaire royal, et O. Gelart, aussy notaire royal.

Extraict de la chambre des comptes de Bretaigne contenant la reformation des monstres et informations des nobles de ladicte parroisse de Plouzeny audict évêché de Léon, dans lesquels extraicts est rapporté au cinquiesme rang des nobles Jehan an Quenquis, aussy rapporté la maison noble de Guyneuc appartenant à Salomon du Quenquis, gentilhomme, et encore au folio vingt-trois recto est escript Jan du Quenquis [folio 4v] auquel fut enjoinct s’habiller.

Adveu fourni par Jan du Quenquis comme tutteur et garde de Salomon son fils à noble homme François de Goesbriand, seigneur de Rodalvez, du vingt et uniesme décembre mil quatre centz soixante et neuff.

Une transaction où Sallomon du Quenquis est encore qualiffié fils et hérittier principal et noble dudict Jan du Quenquis, son père, propriétaire de la maison du Guynec ou de la Vigne, ladicte transaction dattée du premier juin mil quatre cents quatre vingt trois.

Contract de mariage passé entre nobles [folio 5] gents François du Quenquis, fils aîné, principal hérittier présomptif et expectant de Salomon du Quenquis et Plezoue Parscau, fille de Vincent Parscau, leditc contract datté du vingt et deuxiesme octobre mil cinq cents dix.

Contract de vente par lequel il se justiffie que nobles gents Gabriel de Ꝃaldanet, sieur du Rascol, demeuroit à son manoir du Rascol, parroisse de Lannilis, et que Francois du Quenquis et Magdelaine de Coetivy sa compagne s’appeloient sieur et dame du Guyniec, lesquels vendent à nobles gents Gabriel [folio 5v] Ꝃaldanet certaine maison et herittages pour quatre vingt livres monnoye, ledict contract datté du quinziesme octobre mil cincq cent quarante et un.

Transaction et partage noble passé entre nobles gentz Guillaume Gouzillon, sieur de Ꝃgonniou, en son nom et comme garde naturel de Guillaume son fils, procréé en feue damoiselle Jeanne Ꝃaldanet, fille et principale hérittière noble présomptive de nobles gents Vincent Ꝃaldanet et Louyse Ꝃscau sa compagne, vivants sieur et dame du Helles, auxquels ledit Guillaume fils est fondé succéder principallement [folio 6] et noblement jusques à son … [4] par la représentation de sadicte feue mère et nobles gents Hervé du Quenquis et Marie Ꝃaldanet sa compagne, ledict acte datté du dix septiesme aoust mil cinq cents cinquante et six.

Autre transaction et partage noble passé pareillement entre damoiselle Magdelaine de Coetivy et ladicte damoiselle Marie de Ꝃaldanet, laquelle de Coetivy est encore qualiffyée veuffve d’escuyer Francois du Quenquis, en son temps sieur du Guyniec, et ladite Marie, qualiffyée veuffve d’autre escuyer Hervé du Quenquis, vivant [folio 6v] sieur de Ꝃleach, de la parroisse de Plouzeny.

Contract de mariage entre Yves du Plessix, escuyer, sieur de Rueneuffve, induisant, fils aisné, principal et noble de deffunt autre escuyer Hervé du Plessix et damoiselle Magdelaine de Ꝃvillieau, datté du vingt et neuffviesme aoust mil six cents quarante et quatre.

 

Seconde induction dudict deffendeur, soubz son sign et dudict Le Bascre, son procureur, pourvu et signiffiée audict procureur general du Roy le cinquiesme de septembre dernier, [folio 7] an present, mil six cents soixante et dix, par Palazne, huissier en la cour.

Requeste presentée à la Chambre par ledict deffendeur, monstrée audict procureur general du roy, et mise au sac suivant [l’]ordonnance du quinze novembre audict an mil six centz soixante et dix.

Acte judiciel émané de la jurisdiction et vicomté de Coetmenech où il se void que ledit deffendeur est opposant en la succession beneficiaire [folio 7v] de feu messire Gabriel de Ꝃven, seigneur dudit lieu et de Ꝃsullec, ledict acte daté du vingt de juillet mil six centz soixante et six, signé du Roudel, greffier, avecq exploict de signiffication estant au bas du sixiesme juin dernier mil six centz soixante dix, signé Ꝃgadavern.

Acte de reconnaissance d’escuyer François de Ꝃven sieur de Ꝃsullec demeurant actuellement en son manoir du Guyniec en breton, et en français la Vigne, paroisse de [folio 8] Guissény diocèse de Léon, que ledict deffendeur est descendu de ladicte maison, de laquelle estoit seulle et unicque hérittiere damoiselle dame Gabrielle du Quenquis en breton, et en français du Plessix, ledit acte datté du dix-neuffviesme aoust dernier audit an mil six centz soixante et dix.

Inventaire des contracts et lettres rendues par François du Quenquis, escuyer, sieur du Guynieuc, à Constance du Mescam et Hervé du Quenquis son fils, en elle procrée de feu messire Hervé du Quenquis, son [folio 8v] mari en premières nopces, et frere audict François, ledict inventaire datté du saiziesme may mil cinq centz trante et sept.

Autre inventaire des biens meubles et lettres qui appartenaient et estoient communs et indivis entre feu François du Quenquis et Magdelaine Coetivy sa compaigne, ledit inventaire datté du septiesme febvrier mil cincq centz quarante et huict.

Transaction passée entre Goulfen Habasque, de la paroisse de Ꝃlouan, et escuyer Vincent du Plessix, pour sujet de quelques rentes dues à la [folio 9] seigneurie de Rodalvez, où il est expressément parlé du nom du Plessix ou Quenquis, ladite transaction dattée du premier avril mil cincq centz soixante et quinze.

Inventaire des actes et tiltres dellivréz à noble Claude du Plessix en qualité de mary et espoux de damoiselle Anne Meastrius par noble escuyer François du Quenquis, sieur de la Vigne, qui les avoit eu en garde, au pied duquel inventaire, et dans le dernier d’icelluy, il est rapporté que ledict Claude qui estoit lors mineur fust authorisé de Vincent du Plessix son père [folio 9v] et curateur quy estoit present et signant. Ledit inventaire datté du septiesme septembre mil cincq centz quatre vingt et quinze.

Acte judiciel émané de la jurisdiction royalle de Lesneven où Hervé du Plessix, escuyer, ou autrement du Quenquis, est rapporté comme l’une des partyes y denommées, datté du dixiesme juin mil six centz quatorze.

Une déclaration faicte par damoiselle Louise Denys, que Hervé du Plessix, père du deffendeur, avoit espouzé en secondes nopces, par laquelle elle reconnoist qu’elle n’avoit que certains meubles quy lui appartenoient [folio 10] et que le surplus des autres meubles estant en leur demeurance appartenoient en propriété audict deffendeur, fils dudict Hervé, troisiesme du nom.

Inventaire des contracts et lettres rendues par François du Quenquis, sieur du Guyneuc, à Constance du Mescam et Hervé du Quenquis, son mary en premieres noces, et frère dudit François, icelle Constance authorisée de Nicollas Prigeant son mary, ledict inventaire datté du seiziesme may mil cincq [cent] trente et sept.

Conclusions du procureur general du roy, du dix neufviesme novembre présent mois et an.

Et tout ce que par [folio 10v] ledict deffendeur a esté mis et produict devers ladicte Chambre, au vu de ses inductions ci-dessus dattées, et actes y costés et mentionnés, par tous lesquels les qualités de nobles homme, escuyer et seigneur y sont employés, tout considéré.

 

La Chambre faisant droit sur l’instance, a declaré et declare ledit Yves du Plessix noble et issu d’ancienne extraction noble, et comme tel luy a permis et à ses descendants en legitime mariage de prendre la qualité d’escuyer et l’a maintenu au droit d’avoir armes, écusson et timbres appartenans à sa [folio 11] qualité et à jouir de tout droits, franchises, prééminences, privilèges attribués aux nobles de cette province, et ordonne que son nom sera employé au roole et cathalogue des nobles de la seneschaussée de Lesneven.

Faict en ladite Chambre à Rennes le vingt et deuxiesme de novembre mil six centz soixante et dix.

[Signé] Le Clavier


[1En marge : Couppé, qui est le nom du procureur.

[2En marge : Pour chiffrature : Raoul.

[3Le manuscrit est abîmé à cet endroit.

[4Un mot non lu.