Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Tromelin et Suffren

Un conflit entre marins

Par Claude-Youenn Roussel et Claude Forrer. Préface du contre-amiral Caron.

Au milieu de la guerre d'Amérique, dans l'océan Indien, des officiers aux bons états de service sont jetés à la porte de la Marine sur une appréciation colérique et dépréciative de Suffren, leur chef.

Parmi eux se trouve un Breton de Morlaix, Bernard Marie Boudin de Tromelin. Condamné sans jugement suite aux lettres venimeuses de son chef, il fait imprimer pour se défendre un Mémoire justificatif que personne n'accepte de lire dans les hautes sphères, l'empêchant ainsi de s'expliquer.

C'est ce texte rarissime qui est produit ici, empli d'une infinité de renseignements historiques, maritimes et militaires, commenté, annoté et analysé, accompagné de multiples autres documents dont les lettres officielles et privées de Suffren.

Claude-Youenn Roussel (membre de Tudchentil), spécialiste reconnu de la Bretagne et de la marine du XVIIIe siècle, a publié de nombreux livres (deux prix du Patrimoine maritime en 1992, prix de l'Académie de Marine en 2011, prix national de la Marine ACORAM en 2012). Le commandant Claude Forrer, capitaine au long cours en retraite, s'est passionné pour l'Histoire maritime ancienne et moderne. Il est l'auteur de diverses publications spécialisées.

En vente sur Amazon.fr au format broché (29€) ou au format Kindle (22,99€).

Tudchentil a 20 ans !

De septembre 2002 à septembre 2022, 20 ans se sont écoulés.
Pour fêter cet anniversaire particulier, nous appuyons sur
l'accélérateur et publierons plus de 25 articles ce mois-ci !

Merci de votre fidélité et de votre soutien pour les 20 prochaines années !

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Manoir de la Touche-Brandineuf, en Plouguenast, bâti par Gilles de Kermené (XVe siècle).
Photo A. de la Pinsonnais (2007).

Bernard de Courville - Maintenue de noblesse devant au parlement (1738)

Vendredi 23 septembre 2022, transcription de Tugdual Le Rouge de Guerdavid.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2022 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Français 30314 (Carrés de d’Hozier 85), Bernard de Courville, f. 142.

Citer cet article

Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Français 30314 (Carrés de d’Hozier 85), Bernard de Courville, f. 142, transcrit par Tugdual Le Rouge de Guerdavid, 2022, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 1er octobre 2022,
www.tudchentil.org/spip.php?article1542.

Bernard de Courville - Maintenue de noblesse devant au parlement (1738)

Télécharger ou imprimer cet article
252.4 ko.

Expedition originale en papier. Vu l’original en parchemin.

 

Titre de Bernard de Courville

 

du 12 mai 1738

Produisant

Arrest du parlement de Bretagne rendu a Rennes le 12 mai 1738 entre Gui André Bernard, ecuyer, sieur de Courville, lieutenant au régiment de Berry infanterie et pensionnaire du roi, dame Anne Cousin de Courville, sa mère et tutrice, et Claude Bernard, ecuyer, sieur de la Cacheraie, faisans tant pour eux que pour Maurice Bernard, ecuyer, sieur de la Fayette, absent du royaume, demandeurs, d’une part, et dame Françoise Bernard, fille de Claude Bernard, ecuyer, seigneur de Joncherai, et femme separée de biens de messire Michel de l’Espinai, seigneur de la Villegebouard, chef de nom et d’armes, deffenderesse d’autre part.

Par lequel sur ce que lesdits Bernard, par leur requeste du 26 fevrier 1738, demandoient que l’arrest du 13 juin 1670, rendu en faveur des sieurs Bernard de la Hunaudière, fut [folio 142v] declaré commun avec eux, et qu’il fut ordonné qu’ils seroient maintenus dans la qualité d’ecuyers et de noble et comme tels, employés au catalogue des nobles de l’evesché de Saint Malo, et portent pour armes d’argent a deux léopards de sable passants etc.

D’argent à deux léopards de sable.

La Cour, après avoir vu les titres produits d’après l’an 1474 par lesdits Bernard pour la justification de leur généalogie et descendance, faisant droit sur le tout, déclare l’arrest du 13 juin 1670, rendu en faveur desdits Bernard de la Hussaudiere, commun avec ledit Gui-André Bernard de Courville, Maurice Bernard de la Fayelle, et Claude Bernard de la Cocheraye ; les déclare nobles et issus d’extraction noble, et comme tels leur permet et a leurs descendans en légitime mariage, de prendre la qualité d’ecuyers, les maintiens au droit d’avoir armes et ecussons timbrés apartenans a leur qualité et à jouir de tous droits, franchises, prééminences et privilèges attribués aux nobles de la dite province, ordonne que leurs noms seroient employés [folio 143] aux catalogue et rolle des nobles de l’evesché de Saint Malo, et sur la folle intimation de ladite Bernard-de l’Espinai, renvoye les parties hors de ladite Cour.

Cet arrest signé Le Clavier, greffier, est produit par expedition et livrée par Le Clavier, conseiller du roi, greffier civil en chef du parlement et sur régistre le 24 mai 1738, au greffe de la senechaussée royale de Dinan à la requisition de Gui André Bernard, ecuyer, sieur de Courville, demeuran a la terre de la Pichardais, paroisse de Crehain, evesché de Saint Malo, tant pour lui que pour Maurice Bernard, ecuyer, seigneur de la Fayelle, absent du royaume, et Claude Bernard, ecuyer, seigneur de la Cocherais, possédant du bien noble dans ladite paroisse des Crehen, demeuran alors en la terre de la Bouexiere, paroisse de Calorguen, evesché de Saint Malo, par acte signé J.Talvard, commis juré au greffe de la sénéchaussée royale de Dinan.


 

[folio 144] Titre de Bernard

 

du 11 fevrier 1749

 

Expédition en papier délivrée en 1760 et légalisée.

Extrait du registre de batême de la paroisse de Calorguen, evêché de S. Malo, portant qu’Anne-Etienne, noble fils légitime d’ecuyer Gui-André Bernard, sieur de Courville, ancien officier d’infanterie et pensionnaire du roy, et de dame Jeanne-Thomasse Suriré, naquit à la maison de la Boissière dans ladite paroisse le 11 fevrier 1749 et fut batisé le même jour par messire Anne-Etienne Halna, sieur abbé de la Hauterivière, prêtre, oncle du batisé. Le parain ecuyer Claute-Antoine Bernard, son frère aîné, la maraine dame Anne-Louise Bernard, sa grand tante.

[folio 144v] Cet extrait délivré le 10 janvier 1760 par le sieur Faisant-de Beaumont, recteur de Calorguen, fut légalisé le 16 desdits mois et an par l’evêque de Saint Malo.