Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

L'histoire de Keroulas

Du Moyen Âge à nos jours

Par la famille de Keroulas.

Depuis le Moyen-Âge, le berceau de la famille de Keroulas se trouve au manoir de Keroulas à Brélès, en Pays de Léon. Plus de 6 siècles et près de 20 générations plus tard, cette belle demeure du XVIIe siècle est toujours la résidence de descendants de la famille.

Le manoir de Keroulas conserve de précieuses archives dont les plus anciennes datent de la fin des années 1300. Elles ont permis de remonter aux périodes les plus reculées de l’histoire familiale.

Le nom de famille de Keroulas s’est éteint en Pays de Léon au XVIIIe siècle. Les Keroulas d’aujourd’hui descendent de Ronan Mathurin de Keroulas (1730-1810) qui s’installe vers 1764 au manoir de Tal ar Roz au Juch près de Douarnenez. Sa nombreuse postérité estimée à plus de 5.000 personnes a surtout essaimé au Juch et dans les communes environnantes.

Ce beau livre illustré, travail collectif de plusieurs enfants de la famille, vous invite à plonger dans la destinée des Keroulas, à suivre son évolution au fil des siècles et à découvrir de nombreux épisodes parfois très surprenants.

Le livre est en vente chez l’éditeur aux éditions Récits au prix de 35 €.

Tudchentil a 20 ans !

De septembre 2002 à septembre 2022, 20 ans se sont écoulés.
Pour fêter cet anniversaire particulier, nous appuyons sur
l'accélérateur et publierons plus de 25 articles ce mois-ci !

Merci de votre fidélité et de votre soutien pour les 20 prochaines années !

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Château du Boisorcan, Noyal-sur-Vilaine, bâti par Julien Thierry, argentier de la duchesse Anne (XIV-XVe).
Photo A. de la Pinsonnais (2007).

Bégasson (de) - Réformation de la noblesse (1668-1669)

Mardi 22 mars 2022, transcription de Amaury de la Pinsonnais.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2023 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Bibliothèque nationale de France, Département des Manuscrits, Français 30307 (Carrés de d’Hozier 78).

Citer cet article

Bibliothèque nationale de France, Département des Manuscrits, Français 30307 (Carrés de d’Hozier 78), transcrit par Amaury de la Pinsonnais, 2022, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 7 juin 2024,
www.tudchentil.org/spip.php?article1475.

Bégasson (de) - Réformation de la noblesse (1668-1669)

Télécharger ou imprimer cet article
213.4 kio.

[folio 276]

Titres de Begasson.

 

Du lundi 17 septembre 1668, original en parchemin.

 

Arrest rendu le lundi 17e de septembre de l’an 1668 par la Chambre etablie par le roi pour la reformation de la noblesse du pays et duché de Bretagne, par lequel il est donné acte a maitre Jean Hervi, procureur de dame Marie Guido, dame de Begasson, veuve de messire Clement de Begasson, sieur dudit lieu de Begasson, et tutrice de leurs enfans, demeurant dans la maison de la Barderaie [1], paroisse de Maure, évesché de Saint-Malo, de la declaration que ladite dame avoit faite par le ministere dudit Hervi de vouloir pour sesdits enfants soutenir la qualite d’écuyer et de messire prise par leurs ancestres comme chefs de nom et d’armes de la maison de Begasson, et que leurs armes etoient d’argent à une bécasse de gueules.

Cet arrest signé Le Clavier.


 

[folio 239]

Titres de Begasson.

 

Du 10e janvier 1426, expedition en papier valant original.

 

Arrest rendu en la chambre des comptes de Bretagne à Nantes, le 10 janvier 1669, par lequel sur ce qui y avoit eté exposé par dame Marie Guido, veuve de messire Clément de Begasson, et tutrice de leurs enfans, que quoiqu’elle fut munie de titres concernans la noblesse de ses ancestres et de ceux dudit Begasson, de maniere mesme que personne ne la leur avoit jamais disputée, elle avoit néantmoins besoin de rechercher tout ce qu’il pouvoit y avoir dans les archives de la Chambre qui la concernat, et ayant conclu a ce qu’elle eut agreable de lui ordonner la delivrance des titres qui se trouveroient dans les dites archives par tels des conseillers auditeurs qu’il lui plairoit de commettre ladite chambre, ordonne que les extraits requis seroient faits par maitre Jean Regnier, conseiller auditeur par elle à ce comis, et communiqués au procureur general du roi, pour ensuite estre raportés au bureau et delivrés [folio 239v] ainsi qu’il apartiendroit. Cet arrest signé Guyjon.

D’argent à une bécasse de gueules.

Et à la suite ledit Jean Regnier, conseiller, declare que Jaques Gicqueau, garde des papiers de ladite chambre, lui avoit represente un livre de reformation de l’evesché de Vennes, dans lequel folio 82 etoit le raport de la paroisse de Plugadeuc, fait par diferens particuliers en presence de Jean de Bohal, Eonnet Eunar et Jean Bochet, nobles jurés, sufisament sur l’enqueste faite par Olivier du Groiseuc et Olivier Boulart, commissaires deputés par M. le duc en son conseil, le 26 février 1426, dans lequel livre folio 83 verso sous le raport de ladite paroisse de Plugadeuc etoit ecrit « le manoir et herbregement de Begaczon ancien auquel demeure Thebaud de Begaczon et sa mere, et y a meitairie en laquelle demeure pour present Perrot Bassin, et ont acoutumé les moiteers y demeurant estre francs et exemts », et en marge est ecrit « femme de Rochefort, idem fief », ledit livre signé au folio 86 verso Olivier Boulard voir est, Olivier du Quiffu voir est.

Plus un autre livre de reformation dud. evesché de Vennes, coté sur la couverture 1811 au folio 105 duquel etoit l’intitulé du raport de la paroisse de Plucadeuc aux termes suivans : « C’est le raport et declaration des maisons, manoirs et metairies nobles de la paroisse de Plucadeuc franches et exemtes de tous subsides [folio 240] roturiers avec le grand nombre des terres roturieres comprises et ajoutées avec lesdits manoirs et metairies nobles depuis 60 ans avec les noms des personnes nobles qui tenoient lesdits manoirs et metairies et les noms de ceux qui depuis led. temps de 60 ans les ont tenues et possédées, fait par des habitans jurés et élus au prosne de la grande messe paroissiale dud. lieu de Plucadeuc, suivant le mandement du roi et duc notre souverain sieur, sur ce donné, ledit raport fait les 23 et 29 decembre 1513 » ; auquel livre folio 106 recto sous le raport de ladite paroisse etoit ecrit « item, raportent et recordent lesdits élus que le manoir, maison et metairie de Begaczon o ses apartenances qui etoient a present Jean de Begaczon, et de paravant feu Jean de Begaczon son pere, est anciennement noble, franc et exemt de toutes droitures et subsides roturieres auparavant lesdits soixante ans, et d’empuis et au parsus n’y a eu aquets ni ajouté nulles terres roturieres qui sont venu à leur conoissance, et est leur raport ». Ce raport signé à la fin Barbier prestre et sous-curé, susd. signé.

Ces extraits collationés aux originaix par ledit Regnier, conseiller du roi, secretaire auditeur et raporteur dudit etrait, fut consenti [folio 240v] le 10e janvier de ladite année 1669 par les gens du roi suivant l’acte en marge, signé Yves Morice, et delivré le mesme jour par arrest signé Vincent Beaujoan.


 

[folio 277]

Titre de Begasson, ayeul

 

Du 18 février 1669, original en parchemin. Vu la copie.

 

Arrest rendu le 18e de fevrier de l’an 1669 en la Chambre etablie par le roi pour la reformation de la noblesse du pays et duché de Bretagne par lequel, après avoir vu les titres qui y avoient été representés depuis l’an 1430 par dame Marie Guido, dame de Begasson, veuve de messire Clément de Begasson, sieur de Begasson, et tutrice de messire Giles-Jean et de Julien de Begasson, leurs enfans, et par Clément de Bégasson, ecuyer, sieur de la Villeguehar, ladite Chambre, du consentement du procureur general du roi, declare lesdits Giles-Jean, Julien et Clément de Begasson, et leurs descendans en legitime mariage, nobles et issus d’ancienne extraction noble, et comme tels leur permet savoir audit Giles-Jean de Begasson de prendre la qualité d’écuyer et de chevalier, et auxdits Julien et Clément de Begasson celle d’écuyer, les maintient au droit de porter armes et écussons timbrés apartenans a leurdite qualité, et dans la jouissance de tous les privilèges atribués aux nobles [folio 277v] de ladite province, et ordonne que leurs noms seront employéz aux rôle et catalogue des nobles de la juridiction de Ploermel.

Cet arrest signé Malescot.


[1Pourrait être l’actuelle Bardouénais.