Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

L'histoire de Keroulas

Du Moyen Âge à nos jours

Par la famille de Keroulas.

Depuis le Moyen-Âge, le berceau de la famille de Keroulas se trouve au manoir de Keroulas à Brélès, en Pays de Léon. Plus de 6 siècles et près de 20 générations plus tard, cette belle demeure du XVIIe siècle est toujours la résidence de descendants de la famille.

Le manoir de Keroulas conserve de précieuses archives dont les plus anciennes datent de la fin des années 1300. Elles ont permis de remonter aux périodes les plus reculées de l’histoire familiale.

Le nom de famille de Keroulas s’est éteint en Pays de Léon au XVIIIe siècle. Les Keroulas d’aujourd’hui descendent de Ronan Mathurin de Keroulas (1730-1810) qui s’installe vers 1764 au manoir de Tal ar Roz au Juch près de Douarnenez. Sa nombreuse postérité estimée à plus de 5.000 personnes a surtout essaimé au Juch et dans les communes environnantes.

Ce beau livre illustré, travail collectif de plusieurs enfants de la famille, vous invite à plonger dans la destinée des Keroulas, à suivre son évolution au fil des siècles et à découvrir de nombreux épisodes parfois très surprenants.

Le livre est en vente chez l’éditeur aux éditions Récits au prix de 35 €.

Tudchentil a 20 ans !

De septembre 2002 à septembre 2022, 20 ans se sont écoulés.
Pour fêter cet anniversaire particulier, nous appuyons sur
l'accélérateur et publierons plus de 25 articles ce mois-ci !

Merci de votre fidélité et de votre soutien pour les 20 prochaines années !

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Voute et sablière de l'église Saint-Melaine de Morlaix, XV et XVIe siècles.
Photo A. de la Pinsonnais (2009).

Nouël de la Ville-Hulin - Preuves pour Saint-Cyr (1772)

Vendredi 31 janvier 2020, transcription de Jean-François Coënt.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2023 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Collection privée de Jean-François Coënt.

Citer cet article

Collection privée de Jean-François Coënt, transcrit par Jean-François Coënt, 2020, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 22 mai 2024,
www.tudchentil.org/spip.php?article1355.

Nouël de la Ville-Hulin - Preuves pour Saint-Cyr (1772)

Télécharger et imprimer cet article.
1 Mio.

Bretagne, 1772

 

Preuves de noblesse de demoiselle Rose-Françoise Nouel de la Ville-Hullin, agrée par le Roy pour être admise au nombre des demoiselles que Sa Majesté fait élever dans la maison royalle de saint Louis à Saint Cyr.

D’argent à un pin de sinople arraché, soutenu par deux cerfs de sable affrontés.

 

Ier degré, produisante. Rose-Françoise Nouel de la Ville Hullin, 1761.

Extrait des registres des batêmes de la paroisse de Pordic, éveché de Saint Brieuc, portant que demoiselle Rose-Françoise Nouel, fille de messire François-Jean Nouel et de dame Rose-Françoise Le Mintier son épouse, seigneur et dame de la Ville-Hullin, naquit le 16 juin 1761 et fut batisée le lendemain. Cet extrait délivré le 2 février 1771 par le sieur Le Corvoisier, curé de Pordic, et légalisé.

 

IIe degré, père et mère. François-Jean Nouel, seigneur de la Ville-Hullin, Rose-Jeanne-Renée Le Mintier de la Motte-Basse, sa femme, 1749 . De gueules à une croix d’argent engreslée.

D’argent à un pin de sinople arraché, soutenu de cerfs de sable affrontés.

Extrait des registres des mariages de la Paroisse de Saint Jean de la ville de Rennes portant que la bénédiction nuptiale avait été donnée le 12 novembre 1749 à écuyer messire François-Jean Nouel de la Ville Hulin, majeur de 34 ans, fils de feu écuyer Jacques Nouel, seigneur de la Ville Hullin, et de dame Anne Hamon son épouse, et demoiselle Rose-Jeanne- Renée Le Mintier, fille mineure de 21 ans de messire Antoine-François Le Mintier, chevalier, seigneur de la Motte Basse, et de dame Renée de la Motte Vauvert son épouse. Cet extrait délivré le 7 septembre 1768 par le sieur Queru La Coste, curé de Saint Jean de Rennes, et légalisé.

Extrait des registres des batêmes de la paroisse de Pordic portant qu’écuyer François-Jean Nouël, fils légitime d’écuyer Jacques et de demoiselle Anne Hamon, sieur et dame des Landes, naquit le 3 décembre 1715, fut batisé le lendemain. Cet extrait délivré le 6 septembre [folio 1v] 1768 par frère Pierre Baudry recteur de Pordic et légalisé.

 

IIIe degré, ayeul. Jaques Nouel, seigneur de la Ville-Hulin, Anne Hamon, sa femme, 1712. D’azur à trois annelets d’or, posés deux et un.

Extrait des mariages de la paroisse du Vieux Bourg Quintin, diocèse de Quimper, portant que la benediction nuptialle avait été donnée le 26 avril 1712 à écuyer Jacques Nouel, fils légitime de Louis et de dame Renée de Quellen, sieur et dame de la Ville Hullin, et à demoiselle Anne Hamon, fille légitime d’écuyer Jacques Hamon et de dame Helenne de Quellen, sieur et dame de Kerolivier. Cet extrait délivré le 5 septembre 1768 par Guillaume Mahé, recteur du Vieux Bourg Quintin, et légalisé.

Articles du mariage d’escuier Jacques Nouel, sieur des Landes, fils aîné d’escuier Louis Nouel, seigneur de la Ville Hulin, accordés sous seings privés le premier avril 1712 avec dame Anne Hamon, fille et héritière de feu escuier Jacques Hamon et de dame Helenne de Quelen, seigneur et dame de Querollivier. Ces articles signés L. Nouel, Christophe Hamon et Jacque Nouel.

 

IVe degré, bisayeul. Louis Nouel, sieur de la Ville-Hulin, et Renée de Quelen, sa femme, 1678. Burellé d’argent et de gueules de dix pièces.

Contrat de mariage d’escuier Louis Nouël, fils aîné principal et noble d’escuier Jean Nouël et de dame Jeanne Gelin, sieur et dame de la Ville Hulin, accordé le 25 janvier 1678 avec demoiselle Renée de Quelen, fille aînée de feu messire Claude de Quelen et de dame Jeanne Henry, seigneur et dame de la Roche Saint Behi, sa veuve. Ce contrat passé devant Farault, notaire du comté de Gouellon.

Arrest rendu à Rennes le 31 janvier 1669 par la Chambre établie par le roy pour la réformation de la noblesse du pays de Bretagne, par lequel elle déclare Jean Nouel, escuier, sieur de la Ville Hulin, et Louis Nouël, escuier, son fils aîné, nobles et issus [folio 2] d’extraction noble, et comme tels leur permet de prendre la qualité d’escuier. Cet arrêt signé Malescot.

 

Contrat de mariage de Jean Nouël, escuyer, sieur de la Ville Hulin et de la Ville Artois, fils aîné et héritier principal et noble de deffunctz escuyer François Nouel et de demoiselle Hellaine de la Chapelle sa compagne, sieur et dame des dits lieux, acordé le 29 juillet 1634 avec demoiselle Jeanne Gelin, dame de la Ville Blanche, fille puinée de deffunct Louis Gelin, escuyer, sieur du Pré du Cartier, et de demoiselle Françoise Gelin, dame des dits lieux, sa veuve. Ce contrat passé devant F. Bannou, notaire ducal.

Sentence rendue au siege de Lamballe le 31 may 1608 entre noble homme François Nouel, sieur de la Ville Hulin, mari plusquanal de demoiselle Helaine de la Chapelle et Guyon Gueheneuc, sieur de la Ville Rouault, ayant été cy devant curateur de la ditte Helaine et de ses sœurs. Cette sentence signée Courriolle,

 

Nous Denis-Louis d’Hozier, conseiller du roy en ses conseils, président en sa cour des comptes, aides et finances de Normandie, et juge de la noblesse de France,

Certifions au Roy que demoiselle Rose-Françoise Nouël de la Ville-Hulin a la noblesse necessaire pour être admise au nombre des demoiselles que Sa Majesté fait elever dans la Maison Royale de Saint Louis à Saint Cyr, en foy de quoi nous avons signé à Paris le vingt trois septembre mil sept cent soixante douze.

 

[Signé] d’ Hozier.