Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

L'histoire de Keroulas

Du Moyen Âge à nos jours

Par la famille de Keroulas.

Depuis le Moyen-Âge, le berceau de la famille de Keroulas se trouve au manoir de Keroulas à Brélès, en Pays de Léon. Plus de 6 siècles et près de 20 générations plus tard, cette belle demeure du XVIIe siècle est toujours la résidence de descendants de la famille.

Le manoir de Keroulas conserve de précieuses archives dont les plus anciennes datent de la fin des années 1300. Elles ont permis de remonter aux périodes les plus reculées de l’histoire familiale.

Le nom de famille de Keroulas s’est éteint en Pays de Léon au XVIIIe siècle. Les Keroulas d’aujourd’hui descendent de Ronan Mathurin de Keroulas (1730-1810) qui s’installe vers 1764 au manoir de Tal ar Roz au Juch près de Douarnenez. Sa nombreuse postérité estimée à plus de 5.000 personnes a surtout essaimé au Juch et dans les communes environnantes.

Ce beau livre illustré, travail collectif de plusieurs enfants de la famille, vous invite à plonger dans la destinée des Keroulas, à suivre son évolution au fil des siècles et à découvrir de nombreux épisodes parfois très surprenants.

Le livre est en vente chez l’éditeur aux éditions Récits au prix de 35 €.

Tudchentil a 20 ans !

De septembre 2002 à septembre 2022, 20 ans se sont écoulés.
Pour fêter cet anniversaire particulier, nous appuyons sur
l'accélérateur et publierons plus de 25 articles ce mois-ci !

Merci de votre fidélité et de votre soutien pour les 20 prochaines années !

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Château de Bogard, Quessoy, bâti par Guillaume-François de la Nouë (fin XVIIIe).
Photo A. de la Pinsonnais (2007).

Fruglaye (de la) - Preuves de noblesse pour la Petite Écurie (1749)

Lundi 30 novembre 2015, transcription de Amaury de la Pinsonnais.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2023 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Preuves de noblesse pour la Petite Écurie, BNF, Département des manuscrits, Français 32116, no 12, fo 31..

Citer cet article

Preuves de noblesse pour la Petite Écurie, BNF, Département des manuscrits, Français 32116, no 12, fo 31., transcrit par Amaury de la Pinsonnais, 2015, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 26 juin 2024,
www.tudchentil.org/spip.php?article1168.

Télécharger cet article

Fruglaye (de la) - Preuves de noblesse pour la Petite Écurie (1749)
102.1 kio.

Lecture

Les pages des Ecuries du Roi, par Gaston de Carné, nouvelle édition, 9,90€.

Bretagne, du samedi 14 juin 1749

Preuves de la noblesse de François-Gabriel-Marie de la Fruglaye, agréé pour estre élevé page du Roi dans sa petite Écurie sous la charge de monsieur de le marquis de Beringhen, premier écuyer de Sa Majesté.

D’argent à un lion de sable langué et onglé de gueules.

Ier degré, produisant – François-Gabriel-Marie de la Fruglaye, 1730.

Extrait du registre des batêmes de la paroisse de Saint-Ronan, diocèze de Quimper, portant que François-Gabriel-Marie, fils de messire Joseph-Marie de la Fruglaye, chevalier, seigneur de Kerves, et de dame Marie-Margueritte-Gabrielle-Françoise Mol sa femme, naquit et fut ondoyé le douze décembre mil sept cent trente. Cet extrait signé Le Coz prêtre, recteur de la ditte paroisse, et légalisé.

IIe degré, père – Joseph-Marie de la Fruglaye, seigneur de K/vers, et Marie-Margueritte-Gabrielle-Françoise Moll de K/gus sa femme, 1729. D’argent à trois anchres de sable, posées deux et un.

Contrat de mariage de messire Joseph-Marie de la Fruglay, chevalier, seigneur de K/vert, K/obezan, K/morvan, etc, fils majeur de feu messire Charles-Hiacinthe de la Fruglaye, chevalier, seigneur de la Fruglaye, etc, et de dame Claude-Josepphe Le Pappe sa femme, accordé le six octobre mil sept cent vingt-neuf, avec demoiselle Marie-Margueritte-Gabrielle-Grançoise Moll de Kergus, fille mineure de messire Jean Moll de K/gus, chevalier, seigneur du dit lieu, et de dame Madelene-Gabrielle Le Borgne de la Palue sa veuve. Ce contrat passé devant maître René Calvez, notaire du siège royal de Léon à Lesneven.

Extrait du regitre des batêmes de la paroisse de Saint-Martin-des-Prez, diocèze de Quimper, portant que Joseph-Marie de la Fruglays, fils de messire Charles de la Fruglaye, seigneur de K/vers, etc, et de noble dame Claude-Josepphe Le Pappe sa femme, naquit le trois et fut batisé le quatre janvier mil sept cent deux. Cet extrait signé Caré, recteur de la ditte paroisse, et légalizé.

IIIe degré, ayeul – Charles-Hiacinthe de la Fruglaye, seigneur de K/vert, et Claude-Josephe Le Pape sa femme, 1700. D’argent à une corneille de sable, becquée et membrée de gueules, percée d’une lance de même en barre.

Contrat de mariage de messire Charles-Hiacinthe de la Fruglaye, seigneur de Kerver, fils de messire François-Hiacinthe de la Fruglaye et de dame Marie-Anne Tanguy sa veuve, accordé le trente novembre mil sept cent avec demoiselle Claude-Josephe Le Pape, fille aînée d’écuyer Joseph-Corentin Le Pape, seigneur de K/morvan, et de dame Geneviève de Rozily sa veuve. Ce contrat passé devant Le Roy notaire royal en la sénéchaucée de Quimper.

Extrait du regître des batêmes de la paroisse de Saint-Martin portant qu’écuyer Charles de la Fruglaye, fils d’écuyer François-Hiacinthe de la Fruglaye, seigneur de K/ver et de dame Anne-Marie Tanguy sa femme, naquit le seize juillet mil six cent soixante-quinze. Cet extrait signé Le Bequec, recteur de la ditte paroisse, et légalisé.

IVe degré, bisayeul – François-Hiacinthe de la Fruglaye, seigneur de K/vert, Marie-Anne Tanguy sa femme, 1670.

Contrat de mariage de messire François-Hiacinthe de la Fruglaye, seigneur de K/vert, etc, fils d’écuyer René de la Fruglaye, seigneur de la Villeaubault, etc, et de dame Catherine de Fraumont sa veuve, accordé le onze février mil six cent soixante dix, avec demoiselle Marie-Anne Tanguy fille de défunts nobles gens Julien Tanguy et Marie de Kerguelen sa femme, sieur et dame de K/obezan. Ce contrat passé devant A. Thomas notaire en la court de K/vert.

Arrêt rendu à Rennes par la Chambre établie par le Roy pour la refformation de la noblesse en Bretagne, le six avril mil six cent soixante-neuf, par lequel écuyer François-Hiacinthe de la Fruglais, fils mineur d’écuyer René de la Fruglais, sieur du Bobinguault, etc, et de dame Catherine de Fromont sa veuve, est déclaré noble et issu d’ancienne extraction noble. Cet arrêt est signé Malescot.

Ve degré, trisayeul – René de la Fruglaye seigneur de la Villeaubault, et Catherine de Fromont sa femme, 1663.

Transaction faite le neuf août mil six cent soixante trois entre dame Catherine de Fromont, veuve de René de la Fruglaye, écuyer, seigneur du Bobignaux, et tutrice des enfans de leur mariage d’une part, et écuyer Jean de la Fruglaye, sieur du Lambert d’autre part ; au sujet du partage des successions de feu Claude de la Fruglaye, père du dit feu René de la Fruglaye, ainsi que du dit sieur de Lambert. Cette transaction reçue par Chouesnel, notaire en Pleneuf.

Sentence rendue le douze may mil six cent trente huit entre maître Pierre Le Saige, procureur fiscal de la cour de Lehen, demandeur en pourvoyance de tuteur aux enfans mineurs de messire Claude de la Fruglaye, seigneur de la Villeaubaut, et de dame Françoise de Mur sa veuve. Les dits mineurs étant au nombre de dix, sçavoir entr’autres René de la Fruglaye âgé de 19 ans et 3 mois. Par laquelle sentence attendu le refus fait par la ditte dame Françoise de Mur d’accepter la tutelle de ses dits enfans, il est ordonné que les avis des parents seroient communiqués au dit procureur fiscal pour être ensuite ordonné ce qui seroit vu de justice. Cette sentence signée Rault notaire de la cour de Lehen.

VIe degré, 4e ayeul – Claude de la Fruglaye, seigneur de la Villeaubault, et Françoise de Mur sa femme, 1613.

Partage fait le deux février mil six cent treize par nobles gens Pierre de la Fruglaye, écuyer, sieur de la Villeaubault et du Perrin, et demoiselle Jeanne de la Fruglaye sa femme, par le quel les dits sieur et dame de la Villeaubault désignent pour le préciput de Claude de la Fruglaye, écuyer, leur fils aîné, le manoir de la Villeaubault. Cet acte reçu par du Bourneuff notaire des cour et baronie de la Hunaudaye.

Accord fait le quatorze mars mil six cent vingt-cinq entre nobles homs Claude de la Fruglaye, sieur de la Villeaubault, fils de feu nobles homs Pierre de la Fruglaye, sieur du dit lieu, d’une part, et demoiselle Geneviève de la Fruglaye, dame de Maritaine, sa sœur, d’autre part, au sujet du partage des successions du dit feu sieur de la Villeaubault leur père. Cet acte signé Cl. de la Fruglaye, Gen. de la Fruglaye.

VII, VIII et VIIIIes degrés, 5e, 6e et 7e ayeuls – Pierre de la Fruglaye, sieur de la Villeaubault, fils de nobles gens Jean de la Fruglaye, fils de Bertrand de la Fruglaye, sieurs de la Villeaubault, Jeanne de la Fruglaye sa femme, 1591, 1552. D’argent à un lion de sable rampant armé et lampassé de gueules.

Assiette de neuf quartes de froment de rente faite le dernier février mil cinq cens quatrevingt quinze par écuyer Pierre de la Fruglaye, comme fils aîné de feus nobles gens Jean de la Fruglaye qui fils aîné héritier principal et noble étoit de feus Bertrand de la Fruglaye et Jeanne Rouxel sa femme, sieurs de la Villeaubault, à écuyer René Mouessan, pour le reste due 30 perées de froment de rente dues à feue Marie de la Fruglaye ayeulle du dit René Mouessan pour son droit naturel à elle appartenant dans les successions des dits feus Bertrand de la Fruglaye et Jeanne Rouxel ses père et mère. Cet acte signé de la Fruglaye.

Articles de mariage de nobles gens Bertrand Thommas, seigneur du Grandrue, accordéz sous seings privés le dix juillet mil cinq cens cinquante deux avec demoiselle Suzanne de la Fruglaye, sœur de Jean de la Fruglaye, fils aîné, et héritier principal et noble de feuz Bertrand de la Fruglaye, écuyer, sieur de la Villeaubault, et demoiselle Jeanne Rouxel sa femme. Ces articles signéz par les dittes parties.

Lettre écrite le 9 ... [1] 1543 par Jean de Bretagne aux officiers de justice à Rennes [de] donner main levée [des] biens saisis sur Bertrand de la Frullaye l’un [des] gentilshommes de l’évêché de Saint-Brieuc qui ne pouvant servir le Roy à cause de [sa] vieillesse, avoit à sa place Jean de [la] Frullaye son fils. Lettre signée Jehan de Bretagne.

Nous, Louis-Pierre d’Hozier, juge d’armes de France, chevalier doyen de l’ordre du Roi, conseiller en ses conseils, maître ordinaire en sa Chambre des comptes de Paris, généalogiste de la maizon, de la Chambre et des Écuries de Sa Majesté, de celles de la Reine et de madame la Dauphine,

Certifions au Roi et à messire Henry Camille marquis de Beringhen, premier écuyer de Sa Majesté, chevalier commandeur de ses ordres, lieutenant général au gouvernement de Bourgogne et gouverneur des ville et citadelle de Chalon-sur-Saône, que François-Gabriel-Marie de la Fruglaye a la noblesse nécessaire pour être admis au nombre des pages que Sa Majesté fait élever dans sa Petite Écurie, comme il est justifié par les actes énoncéz dans cette preuve, laquelle nous avons vérifiée et dressé à Paris le samedy quatorze juin mil sept cent quarante-neuf.

[Signé] d’Hozier


[1Ce paragraphe est inséré dans la marge, et la numérisation de la BNF est une fois encore partielle, ce qui nous fait manquer le mois.