Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

L'histoire de Keroulas

Du Moyen Âge à nos jours

Par la famille de Keroulas.

Depuis le Moyen-Âge, le berceau de la famille de Keroulas se trouve au manoir de Keroulas à Brélès, en Pays de Léon. Plus de 6 siècles et près de 20 générations plus tard, cette belle demeure du XVIIe siècle est toujours la résidence de descendants de la famille.

Le manoir de Keroulas conserve de précieuses archives dont les plus anciennes datent de la fin des années 1300. Elles ont permis de remonter aux périodes les plus reculées de l’histoire familiale.

Le nom de famille de Keroulas s’est éteint en Pays de Léon au XVIIIe siècle. Les Keroulas d’aujourd’hui descendent de Ronan Mathurin de Keroulas (1730-1810) qui s’installe vers 1764 au manoir de Tal ar Roz au Juch près de Douarnenez. Sa nombreuse postérité estimée à plus de 5.000 personnes a surtout essaimé au Juch et dans les communes environnantes.

Ce beau livre illustré, travail collectif de plusieurs enfants de la famille, vous invite à plonger dans la destinée des Keroulas, à suivre son évolution au fil des siècles et à découvrir de nombreux épisodes parfois très surprenants.

Le livre est en vente chez l’éditeur aux éditions Récits au prix de 35 €.

Tudchentil a 20 ans !

De septembre 2002 à septembre 2022, 20 ans se sont écoulés.
Pour fêter cet anniversaire particulier, nous appuyons sur
l'accélérateur et publierons plus de 25 articles ce mois-ci !

Merci de votre fidélité et de votre soutien pour les 20 prochaines années !

Bonne année !

Joyeux Noël et bonne année !

Soutenez Tudchentil, en 2021, adhérez à notre association !

La Nativité tirée d'un livre d'heures à l'usage de Saint-Malo, © Bibliothèque Rennes Métropole, ms. 1510, f. 37, détail.

Vestiges du château-fort de la Hunaudaye, forteresse des Tournemine (XIII-XVIIe).
Photo A. de la Pinsonnais (2008).

Dresnay (du) - Arrêt interlocutoire (1670)

Mardi 29 novembre 2022, transcription de Armand Chateaugiron.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2023 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1BI 8.

Citer cet article

Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1BI 8, transcrit par Armand Chateaugiron, 2022, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 12 avril 2024,
www.tudchentil.org/spip.php?article1577.

Dresnay (du) - Arrêt interlocutoire (1670)

Télécharger ou imprimer cette transcription
241.2 kio.

Monsieur d’Argouges, premier president

Monsieur Descartes, rapporteur

28e aoust 1670

 

Entre le procureur general du roy, demandeur, d’une part,

Et Jan du Dresnay, escuyer, sieur de Pontdolory, demeurant en la parroisse de Louargat au lieu de Crec’h Megand et escuyer Fiacre du Dresnay, sieur dudit lieu, filz aisné heritier principal et noble dudit Jan, demeurant avecque a sondit père audit lieu, precedente parroisse, evesché de Treguier, ressort de Lannion, deffendeur, d’autre part [1].

 

Veu par la chambre establye par le roy pour la reformation de la noblesse du pays et duché de Bretaigne etc.

Un extraict de presentation faicte au greffe d’icelle par maitre Guillaume de Trolong, procureur desdits deffendeurs du 6e de septembre 1669, lequel auroit pour eux declaré soustenir leur qualités d’escuyer et noble d’ancienne extraction, par eux et leurs predecesseurs prise, et porter pour armes d’argeant à la croix encrée de sable accompagnée de trois coquilles de gueulle, deux en chef et une en pointe.

Induction dudit deffendeur faisant tant pour luy que pour Fiacre du Dresnay, escuyer, sieur dudit lieu, son fils aisné herittier principal presomptiff et noble, et pour damoiselle Marye du Dresnay, dame de Beauregard, soubz son signe et celluy dudit de Trolong, son procureur, fournye et signyfyée au procureur general du roy le 5e aoust 1670 par Frangeul, huissier en la cour, par laquelle lesdits deffendeurs declarent estre nobles et issus d’ancienne extraction noble, et partant de ce estre maintenus ausdictes qualités avecques leurs descendants en legitime mariage pour jouir de tous les droicts honneurs franchises [folio 1v] privileges et preeminences attribués aux nobles de cette province, et en consequence que son nom seroit employé au roolle et cathalogue des nobles de la jurisdiction royalle de Lannion.

D’argent à une croix ancrée de sable accompagnée de trois coquilles de gueules.

Pour establir la justice desquelles conclusions, le deffendeur articulle à faicts de genealogye que Fiacre du Dresnay est fils aisné herittier principal presomptiff et noble d’escuyer Jan du Dresnay et de damoiselle Marguerite Gauttier sa compaigne, sieur et dame de Pondolory, et que ledit Jan est fils aisné herittier principal et noble d’aultre escuyer Yves du Dresnay et de damoiselle Anne du Largez sa compaigne, en leur vivans sieur et dame de Pondolory, et comme est plus au loing certé et mentionné les advys de la parentelle dudit deffendeur par ladite induction.

Contredictz du procureur general du roy signiffyée au procureur dudit deffendeur le 8e aoust 1670 par Boulloign huissier en la cour,

Et tout ce que par icelluy deffendeur a esté mis et produict devers ladite Chambre au desir de sadite induction et acte y certés et mentionnés en icelle, consideré,

 

Il sera dict que ladite Chambre, avant faire diffinitifvement droit sur l’instance a ordonné et ordonne que les deffendeur justiffiront par actes dans le moys pour tout delay que [folio 2] Guillaume du Dresnay employé en la refformation de l’an mil quattre centz soixante dix huitt avoit epouzé Catherine Mequin, faulte de quoi faire dans le temps iceluy passé, sera diffinitifvement faict droit.

Faict en la Chambre à Rennes le 21e d’aoust 1670.

[Signé] d’Argouges, J. Descartes.

 

Note : j’ay veu la dernière requeste, acte y employé, sentence … [2]

[Signé] P. Busson.


[1En marge : de Trolong, qui est le nom du procureur.

[2Cinq mots environ illisibles.