Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Voute et sablière de l'église Saint-Melaine de Morlaix, XV et XVIe siècles.
Photo A. de la Pinsonnais (2009).

Gouyon - Réformation de la noblesse (1669)

Samedi 30 juillet 2011, transcription de Amaury de la Pinsonnais.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2017 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Archives privées.

Citer cet article

Archives privées, transcrit par Amaury de la Pinsonnais, 2011, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 22 mars 2017,
www.tudchentil.org/spip.php?article878.

Télécharger cet article

Gouyon - Réformation de la noblesse (1669)
241.8 ko.
PNG - 60.6 ko
Gouyon
D’argent au lion de gueules, armé, lampassé et couronné d’or.

Extrait des registres de la Chambre etablye par le Roy pour la Refformation de la noblesse du pais et duché de Bretagne, par lettres pattentes de Sa Majesté, du mois de janvier 1668, veriffiees en Parlement le 30e juin ensuivant :

Entre le procureur general du Roy, demandeur, d’une part [1].

Et dame Jacquemine de la Riviere, veuve de deffunt messire Jan Gouyon, vivant chevallier, seigneur de Beaucorps, mere et tuttrice de demoiselle Jacquemine Gouyon, sa fille aisnee, heritière principale et noble, damoiselles Marie Françoise et Claude Jeanne Gouyon, ses filles puisnees, de son mariage avec ledit deffunt sieur de Beaucorps, son mary,

Messire François Gouyon, chevalier seigneur de Beaucorps et de Saint-Jan, commissaire provincial au département Lyonnais et Forets, Beaujollais, lieutenant de l’artillerie de France au departement de Picardie et gouverneur pour le Roy au fort et chateau du Thoreau,

Messire Jan Gouyon, chevalier, sieur de Dieudy, faisant tant pour luy que pour messire Charles Gouyon, son fils aîné, herittier presomptif principal et noble,Messire Pierre Gouyon, chevalier, sieur de Vaultrouault, et René Gouyon, escuyer, sieur du Plesix, son frere puisné, messire Jan Gouyon, sieur de la Palue, faisant pour luy et escuyer Bertrand Gouyon, sieur du Rocher, son frere puisné,

[fo 1 verso] François Gouyon, escuyer, sieur de Mauni et de la Ville aux Oyssaux,

Demoiselle Janne Bedee, veuve de desfunt escuyer Jan Gouyon, sieur de Miniac, mere et bien veillante d’escuyer Louis Gouyon, son fils de son mariage avec led. feu sieur de Miniac,Charles Gouyon, escuyer, sieur de la Ravillaye,

Michel Gouyon, escuyer, sieur de Saint Loyal, François, Toussaint, Guy et Michel Gouyon, escuyers, ses enfans,Henry Gouyon, escuyer, sieur du Pontbrecel, faisant pour luy et Marc Gouyon, escuyer, son fils,

Messire Jan Gouyon, chevalier, sieur de Vaudurand, gouverneur de la ville et chateau de Guingamp,

Messire Julien de Larlan, chevalier, sieur de Kercadio, conseiller du Roy en ses Conseils et president en la Chambre des enquestes, tuteur de messire Jan-Louis Gouyon, chevalier, sieur de la Riviere Vauldurand, gouverneur de la ville et chateau de Moncontour, fils aisné et herittier principal et noble de feus messire Charles Gouyon, chevalier, et de dame Anne de Larlan, sa compagne, vivants sieur et dame de la Riviere Vautdurand, et messire Charles Gouyon, chevalier, puisné, dame Françoise du Chasteigner, veuve de feu messire Joseph Gouyon, sieur de Launay Comats, vivant conseiller à la Cour, tuttrice de messires René et Charles Gouyon, leurs enfans  [2],

Messire René Gouyon, sieur de la Coudraye, et Judes Gouyon, escuyer, sieur du Verger, son fils aisné,

Messire Charles Allexandre Gouyon, chevalier, sieur de la Rainbaudiere,Charles Gouyon, escuyer, sieur des Rochettes, [fo 2 recto] et François Gouyon, escuyer, sieur de la Coudre, son fils aisné,

Christophle Gouyon, escuyer, sieur de la VillepierrePierre Gouyon, escuyer, sieur de la Motte,

Pierre Gouyon, escuyer, sieur de la Villerogon, et Jacques Gouyon, escuyer, sieur de la Demieville,

Jan Gouyon, escuyer, sieur de Kerambarts, conseiller du Roy, senechal de la juridiction d’Auray,

Et dame Charlotte Martin, dame de Gallisson, veuve de desfunt messire François Gouyon, seigneur de Launay Comats, vivant conseiller du Roy, mere et tutrice de messire François Gouyon, leur fils unique, deffendeurs, d’autre.

Veu par la Chambre etablye par le Roy pour la resformation de la noblesse en la province de Bretagne, par lettres patentes de Sa Majesté, du mois de janvier 1668, veriffiees en Parlement [3] :

Vingt et deux extraits de ladite Chambre contenants les declarations faites au Greffe d’icelle par lesdits deffendeurs, de soutenir la qualité d’escuyer, comme estans issus d’ancienne chevallerie et extraction noble, et lesdits Jacquemine de la Riviere, veuve dud. feu messire Jan Gouyon, sieur de Beaucorps, en qualité de mere et tutrice de damoiselles Jacquemine Gouyon, sa fille aisnee, herittiere principale et noble, et Marie Françoise et Claude Jeanne Gouyon, filles puisnees d’elle et dudit deffunt sieur de Beaucorps, son mari, messire François Gouyon, sieur de Beaucorps, messire Jan Gouyon, sieur de Vautdurand, messire Jan Gouyon, sieur de Dieudy, pour luy et Charles-François Gouyon, son fils [fo 2 verso] aisné, Charles Allexandre Gouyon, sieur de la Rainbaudiere, messire Julien de Larlan, chevalier, sieur de Kercadio, en qualité de tutteur des enfans mineurs de messire Charles Gouyon, chevallier, et de dame Anne de Larlan, sa femme, vivants sieur et dame de la Riviere Vaudurand, qui sont lesd. messire Jan Louis Gouyon, chevalier, seigneur dudit lieu de la Riviere Vauldurand, gouverneur de la ville et chasteau de Moncontour, fils aisné, herittier principal et noble, et messire Charles Gouyon, fils puisné, dame Charlotte Martin, veuve dud. feu François Gouyon, sieur de Launay-Comats, pour led. François Gouyon, leur fils, celle de chevalier par lesdits Gouyon prise, et messire René Gouyon, sieur de la Coudraye, celle de messire et d’escuyer, et qu’ils portent pour armes : d’argent au lyon de gueulle, lempacé et couronné d’or, en datte des 22, 24, 26 et 28e septembre, 3, 20, 28 et 30e octobre, 3, 10, 17, 19 et 26e novembre, 16 et 17e decembre 1668, 30 et 31e janvier, 6, 11 et 20e febvrier 1669, signes : le Clavier, greffier.

Induction de ladite de la Riviere, dame de Beaucorps , en qualité de mere et tutrice desdites damoiselles Jacquemine Gouyon, fille aisnee, herittiere principale et noble, et Marie, Françoise et Claude-Janne Gouyon, filles puisnees d’elle et dudit desfunt messire Jan Gouyon, en son vivant chevalier, sieur de Beaucorps, sur son seing et de maitre Mathurin Aubree, son procureur, fournie et figniffiee au procureur general du Roy, par Boulougne, huissier, le 31 jour de janvier 1669, par laquelle elle soutient que sesdittes filles sont nobles, issues d’ancienne chevallerie et extraction noble, et comme [fo 3 recto] telles doivent estre gardees et maintenues dans la qualité de nobles demoiselles et dans tous les droits, privileges, preminances, exemptions, imunites, honneurs et prerogatives attribues aux anciens et veritables nobles de cette province et qu’à cet effet ils seront employez au rolle et cathologue d’iceux de la seneschaussee de Rennes.

Pour establir la justice desquelles conclusions, il a esté articullé à faits de genealogie, que lesd. Gouyon sont sortis originairement d’Estienne Gouyon, sieur de la Gouyonniere et de Chateau-Gouyon, qui epouza en 1210 Lucie de Matignon, dont issut Allain premier, sires de Matignon, par le deces de son aisné, duquel issut autre Allain second, sire de Matignon, qui laissa pour fils Estienne second, sire de Matignon, qui epouza Janne Painel, dont il eut Bertrand premier, chevalier, sires de Matignon, qui epouza Jeanne de Dinan, fille de Rolland, sire de Montasfilant, et de Jeanne de Craon, et Estienne troisiesme, mareschal de Bretagne, dont sont issus les seigneurs marquis de la Moussaye, du mariage dudit Bertrand premier est issu Estienne Gouyon quatriesme, sires de Matignon, embassadeur du duc en France et gouverneur de Rennes en 1392, dont dessendent les comtes de Matignon, et Jan puisné, qui epouza dame Jeanne, herittiere de Gesfroy seigneur de Beaucorps, l’un des soutenans en la bataille de trantes en 1350, duquel issut Allain Gouyon troisiesme, seigneur de Beaucorps, qui epouza Mathurine, fille de Jan, seigneur de Moliere, qui traitta avec le sires de Matignon son parent en 1393, dont issut Bertrand Gouyon, deuxiesme, capitaine du Chateau-Gouyon, qui partagea ses puisnez, suivant l’Assize, en 1436, et epousa demoiselle [fo 3 verso] Margueritte Abraham, et Jan Gouyon, sieur du Vautrouault, puisné, Pierre et Allain Gouyon, autres puisnez, Marie, Thomasse, Mehaule Gouyon, Carie, Izabeau et Margueritte Gouyon, aussi puisnez ; du mariage dudit Bertrand avec ladite Abraham issut Lancelot Gouyon seigneur de Beaucorps, avancé par ses pere et mere en 1422  [4], et epousé noble demoiselle Guyonne d’Angoulvent, dont issut Bertrand Gouyon, troisiesme, seigneur de Beaucorps, qui epouza Anne Madeuc, fille de Rolland sire de Guemadeuc, et de Catherine de Rostrenan, et Janne Gouyon, puisnée, mariée à Roland du Breìl, seigneur de Rais, seneschal de Bretagne, et du mariage dud. Bertrand troisiesme avec ladite Madeuc issut François Gouyon, premier du nom, seigneur de Beaucorps, qui partagea ses puisnez, au nombre de dix, suivant l’ascize, et epousa Louise Jouin, Janne Gouyon mariee à François de Saint Meloir et autres puisnez, du mariage dud. François avec ladite Jouin issut Pierre Gouyon, seigneur de Beaucorps, Saint-Jan, Saint-Catz, qui epouse Helene de Carmené, et six puisnez, dont Catherine fut mariée au sieur de Carmené, du mariage dud. Pierre Gouyon issut François Gouyon second, seigneur de Beaucorps, mort sans posterité, Georges Gouyon, seigneur de Beaucorps, par le deces de son frere aisné, qui epousa Janne de la Motte, et Françoise Gouyon puisnee, du mariage dud. George avecq ladite de la Motte issut Thomas Gouyon seigneur de Beaucorps, Saint-Catz, Saint-Jan, qui epousa dame Isabeau de Conen, dont issut Jan second, seigneur desdits lieux, qui epouza ladite Jacquemine de la Riviere, dont sont issues [fo 4 recto] lesdites Jacquemine, fille aisnee, herittiere principale et noble, Marie Françoise et Claude Jeanne, puisnees. Lesquels seigneurs de Beaucorps sont, comme il se justiffie, de l’ancienne maison de Gouyon Matignon dont ils sortirent il y a trois siecles et demy, et comme la genealogie des autheurs communs de la branche de l’aisné, qui subsiste encore aujourdhui dans les seigneurs comtes de Matignon et de celle desd. Gouyon, deffenderesses, est marquee dans l’histoire et qu’elle a mesme esté donné au public, elles se contenteront de marquer tres succintement quelques degrés de generations des autheurs de Jan Gouyon premier, seigneur de Beaucorps, duquel sont descendues lesd. damoiselles Gouyon, quels autheurs et leurs descendants se sont de tous temps imemorial comportez et gouvernez noblement et avantageusement, tant en leurs personnes que biens, et les beaux employs qui se peuvent souhaiter par gens de qualité auprès des ducs et roy, et tousjours zelés et employez au service de leur princes, pris les qualitez de hault, nobles et puissants messires, chevaliers et seigneurs, porté les armes qu’ils ont cy devant declarées, qui sont d’argent à un lyon de gueulle, armé, lempacé et couronné d’or.

Ce que pour justiffier, raportent un extrait de l’inventaire des chartes du duché, auquel est employé une obligation sur Jan Tournemine seigneur de la Hunaudaye et Estienne Gouyon capitaine de Rennes, pour la garde de ladite ville, dattee en septembre 1392, signée Morice de Bené, J. Tournemine, Estienne Gouyon, et scellé.

Autre obligation sur le sires de Matignon de tenir le party du duc contre tous, et souffre que lui et ses gents entrent en sa place et forteresse, en aoust 1339, signée Bertrand Gouyon, et scellé.

Et un memoire de lettres et scelles de fermants faits de loyaumant servir le duc, la [fo 4 verso] duchesse et monseigneur le comte leur fils, des personnes qui ensuivent, sçavoir Bertrand de Dinan, sieur de Chateaubriand, Raoul sires de Loheac, Guillaume sires de Montauban, lesd. lettres scellées de leurs sceaux, dattee des années 1385, 1383, 1390 et autres subsequantes. Et ensuite instructions en parchemin non signees à l’evesque de Dol, à messire Estienne Gouyon et à Raoul de Caradeuc, envoyes par le duc en embassade en France, touchant la Guerche, Broons et Chateaulin.

Sur le degré d’Allain 3e, 8e ayeul desd. Gouyon, sont raportez deux pieces.

La premiere est un acte de partage que nobles homs Jan, seigneur de Molieres, chevalier, baille à Allain Gouyon, escuyer, et à Matheline de Moliere, sa femme, fille dudit chevalier et de sire [?] dame Macee d’Anjou, en datte du 18 juillet 1386.

La seconde est un contrat d’afeagement que noble et puissant homme monsieur Bertrand Gouyon, sieur de Matignon et de la Roche, fils de Estienne, seigneur de Matignon, second du nom, fait à Allain Gouyon sieur de Beaucorps son parant, du 15e febvrier 1393.

Sur le degré de Bertrand second du nom, fils dudit Allain, sont raportez sept piesces.

La premiere est un contrat de mariage fait entre Marie Gouyon fille dudit Allain Gouyon, et Rolland de la Motte, fils de Jan de la Motte, en datte du lundy apres l’epiphanie, l’an 1403.

La seconde est un acte par lequel Jan Gouyon, sieur de Vaulrouault, puisné, reçoit en partage certaines terres dudit Bertrand Gouyon, seigneur de Beaucorps, son frere aisné, herittier principal et noble es successions [fo 5 recto] d’Allain Gouyon et Mateline de Moliere, leurs pere et mere, pour les tenir de sondit aisné à foy à laquelle il fut par luy receu les mains joignantes, en datte du 3e aoust 1436.

La troisiesme est un partage baillé par led. Bertrand seigneur de Beaucorps à Pierre Gouyon son frere juveigneur dans les successions desd. Allain Gouyon et femme, leur pere et mere, auquel furent presents Allain et Jan Gouyon, autres freres, en datte du 9 septembre audit an 1439.

La quatriesme est un contrat d’echange fait entre Bertrand Gouyon, seigneur de Beaucorps, et Jan Regnauld, seigneur des Rosiers, faisant pour nobles demoiselle Thomasse Gouyon, son epouse, sœur germaine dud. seigneur de Beaucorps, en datte du 9e novembre 1439.

La cinquiesme est une transaction passée entre Mehaut Gouyon et ledit Bertrand Gouyon, seigneur de Beaucorps, son frere aisné, sur le partage qu’il luy devoit es successions d’Allain Gouyon et Matheline de Moliere, dont ledit Bertrand son frere etoit fils aisné, heritier principal et noble, en datte du 28 octobre 1446. Par lesquels actes les successions desd. Allain Gouyon et Matheline de Moliere sont reconnues nobles et de gouvernement noble tant dans les personnes que biens et partages, selon l’ascize du comte Geffroy.

La sixiesme est un mandement de Jan Gouyon, seigneur de Matignon, par lequel il establit son cher et amé cousin Bertrand Gouyon de Beaucorps, capitaine et commandant en son chateau de la Roche-Gouyon, en datte du 26e septembre 1437.

La septiesme est une concession faite d’une tombe et enfeu, par ledit sieur de Matignon, audit Bertrand Gouyon, seigneur de Beaucorps, son cousin, du 1er .... 1540 [5].

Sur le degré de Lancelot Gouyon, sixiesme ayeul desd. [fo 5 verso] Gouyon, sont raportees trois piesces.

La premiere est une transaction entre Margueritte Abraham, veuve dudit Bertrand Gouyon, seigneur de Beaucorps, et Guyonne d’Angoulvent, bru de ladite Abraham et veuve dudit Lancelot, fils aisné dud. Bertrand, touchant la tuttelle d’autre Bertrand Gouyon fils dudit Lancelot et de ladite d’Angoulvent, herittier principal et noble dudit Bertrand son ayeul, en datte du 6e aoust 1460.

La seconde est un acte d’avancement fait par nobles gens Bertrand Gouyon et Margueritte Abraham sa femme, à Lancelot Gouyon leur fils aisné et qui leur devoit succeder comme leur herittier principal et noble en datte du 7e avril 1442.

La 3e est un exploit judiciel entre noble Guyonne d’Angoulvent en son nom et comme mere et garde de noble escuyer Bertrand Gouyon seigneur de Beaucorps, de son mariage aveque feu Lancelot Gouyon en son vivant seigneur de Beaucorps, et noble demoiselle Margueritte Abraham, veuve dud. Bertrand Gouyon, 2e d’une part, et noble et puissant le sire de Matignon, d’autre part, en datte du 3e juillet 1463.

Sur le degré de Bertrand troisiesme, cinquiesme ayeul, sont raportees six piesces.

La premiere est une transaction entre noble escuyer Bertrand Gouyon, seigneur de Beaucorps, faisant pour noble demoiselle Guyonne d’Angoulvent sa mere et Guillaume de Margaro seigneur de Couaiscouvrand, touchant le partage deub à ladite Guyonne sa mere, en datte du 3e septembre 1493.

La seconde est un acte de delay d’assignation sur le proces pendant entre led. Bertrand, seigneur de Beaucorps, fils aisné herittier principal et noble de desfunte noble demoiselle Guyonne d’Angoulvant et ledit sieur de Couaiscouvrand pour l’execution de la precedente transaction en datte du 7 mars 1497.

La troisiesme est une transaction entre Roland Cadiou et Isabeau Gouyon son epouse, fille d’Allain Gouyon troisiesme du nom [folio 6 recto] et de Mateline de Moliere, grande tante dud. Bertrand d’une part, et led. noble escuyer Bertrand Gouyon seigneur de Beaucorps d’autre part, touchant le droit naturel deub à lad. Isabeau aux successions desdits Allain 3e et Mateline de Moliere par Bertrand second, fils aisné herittier principal et noble desd. Allain Gouyon et Mateline de Moliere, et frere aisné de lad. Isabeau, duquel led. Bertrand troisiesme etoit petit fils et herittier principal et noble, par representation de Lancelot Gouyon, son pere, en datte du 3e avril 1471.

La 4e est une autre transaction entre noble escuyer Jan Rouxel, sieur de l’Hopital, et noble escuyer Bertrand Gouyon, seigneur de Beaucorps, touchant le reste de partage et recompense de certaine eviction pretendue souffert par led. Rouxel par representation de Carie Gouyon sa mere, autre sœur puisnee de Bertrand second, ayeul dud. Bertrand troisiesme, en datte du 17 septembre 1477.

La cinquiesme est une autre transaction entre ledit noble Bertrand Gouyon, seigneur de Beaucorps, et noble Lancelot de Guebriand, sieur de Turcelin, fils de Margueritte Gouyon, comme soeur puisnee de l’ayeul dud. Bertrand, touchant le partage qui lui estoit encore deub es successions desd. Allain troisiesme, seigneur de Beaucorps et de Mateline de Moliere, en datte des 11e juillet 1502 et 11 mars 1504.

La 6e est un partage noble et avantageux donné par ledit noble escuyer Bertrand Gouyon, sieur de Beaucorps fils aisné heritier principal et noble de Lancelot Gouyon et presomptif de Guyonne d’Angoulvent, ses pere et mere, et Jeanne Gouyon sa sœur puisnee epouse de noble homme messire Roland du Breil seigneur de Rays en datte du 18e aoust 1496.

Par lesquels actes lesdittes successions sont reconnues nobles et de gouvernement noble, tant des personnes, que biens, selon l’ascize du comte Gesfroy.

Sur le degré de François Gouyon premier du nom, quatriesme ayeul desdites damoiselles Gouyon, [fo 6 verso] deffendereffes, est raporté une transaction du 23 janvier 1541 passée entre François Gouyon seigneur de Beaucorps fils aisné herittier principal et noble dudit Bertrand Gouyon seigneur de Beaucorps, et de dame Anne Madeuc ses pere et mere, et demoiselle Jeanne Gouyon compagne de François de Saint Meloir escuyer seigneur de Closdavy, touchant le partage deub à ladite Gouyon es successions desdits Bertrand Gouyon et Madeuc leur pere et mere, seigneur et dame de Beaucorps, par laquelle il est dit que lesdits Gouyon et Madeuc estoient nobles personnes issue de noble sang et generation, s’estant eux et leurs autheurs et predecesseurs gouvernez noblement en leurs partages et avantageusement, suivant l’ascize du compte Geffroy, estant issus et sortis de chevaliers, qui estoient descendus des barons de ce pais et duché, les Gouyons estans issus juveigneurs de la maison de Matignon, ancienne chevalerie et banniere, et ladite Madeuc etant fille de Roland Madeuc et de Catherine de Rostrenan, qui s’estoient pareillement tousjours gouvernez avantageusement, et se void par lad. transaction qu’ils estoient des cadets dans le partage desquels on avoit observé le gouvernement avantageux, ainsi qu’autres leurs predecesseurs.

Sur le degré de Pierre Gouyon seigneur de Beaucorps, troisiesme ayeul desditz Gouyon, sont raportez quatre piesces.

La premiere est un contrat de mariage dudit Pierre Gouyon seigneur de Saint Jan, fils aisné principal et noble dud. François Gouyon et de dame Louise Jouin seigneur et dame de Beaucorps ses pere et mere, du consentement de sond. pere avec demoiselle Hellenne de Carmené, en datte du 17 juillet 1539.

La seconde est un certificat dudit François Gouyon seigneur de Beaucorps, en qualité de commendant au chateau de la Roche Gouyon et capitaine des gentilshommes du canton sous le duc d’Estampes gouverneur de la province, du 26 septembre 1549.

La troisiesme est un rolle des gentilshommes estant sous la charge dud. seigneur de Beaucorps, signé dudit duc d’Estampes, en datte du 29 aoust 1553.

La [fo 7 recto] quatriesme est un acte de transaction de 1604, qui justiffie la double alliance desdittes maisons de Beaucorps et de Carmené.

Sur le degré de George Gouyon bisayeul desdites damoiselles Gouyon, sont raportés deux pieces.

La premiere est un acte de tutelle de George Gouyon escuyer, et de demoiselle Françoise Gouyon sa sœur puisnée mineure apres le deces de François Gouyon seigneur de Beaucorps, leur ayeul, ausquels le seigneur de Guemadeuc fut baillé pour curateur, en datte du 3 octobre 1566.

La seconde est un partage noble et avantageux baillée par François Gouyon second du nom, seigneur de Beaucorps, heritier principal et noble de François Gouyon son ayeul, par representation de Pierre Gouyon leur pere, ausdits George et Françoise Gouyon ses puisnez dans la succession de leurdit ayeul qu’ils reconnurent estre noble et d’ancien gouvernement noble, s’estans lui et ses predecesseurs comportez et gouvernez noblement et avantageusement tant en leurs personnes que biens, en datte du 28 febvrier 1573.

Sur le degré de Thomas Gouyon ayeul desd. demoiselles Gouyon sont raportez neuf piesces.

La premiere est un acte de partage que George Gouyon sieur de St Cast, bisayeul desd. Gouyon desfenderesses reçut au nom de demoiselle Janne de la Motte son epouse, en datte du 12 juin 1579.

La seconde est un extrait de papier baptismal de la paroisse de Pleboulle, justiffiant que ledit Thomas Gouyon est fils desdits George Gouyon et Janne de la Motte seigneur et dame de Beaucorps ses pere et mere, et fut baptisé le 24 septembre 1582.

La troisiesme est une transaction entre led. Thomas Gouyon, seigneur de Beaucorps, heritier principal et noble dudit George Gouyon, aussy seigneur de Beaucorps son pere, et escuyer Jan Carmené, sieur dudit lieu, fils aisné et heritier principal et noble de feu Thibault de Carmené, aussi escuyer, sieur dud. lieu, touchant leurs pretentions respectives de partage noble par representation de leurs ayeuls, en datte du 14 Novembre 1604.

La quatriesme est une autre transaction passée entre demoiselle Janne du Rocher, femme et compagne d’escuyer Jacques de la Chapelle [fo 7 verso] sieur de la Ville-Salou, et led. Thomas Gouyon seigneur de Beaucorps pour et touchant le partage deub à desfunte demoiselle Françoise Gouyon tante dud. Thomas, mere de lad. du Rocher, dans la succession de dame Louise Jouin leur bisayeulle en datte du 12 janvier 1605, par laquelle se void que George Gouyon avoit succédé à son frere aisné François Gouyon.

La cinquiesme est un contrat de mariage d’entre ledit Thomas Gouyon seigneur de Beaucorps et demoiselle Isabeau Conen, en datte du 14e juillet 1605.

La sixiesme est une missive du sieur marquis de Molac escritte au sieur de Beaucorps pour le convier instament et par des termes d’estime et d’amitié, à prendre partye dans la compagnie de cavalerie que le roy Henry quatre faisoit lever en cette province sous le nom du duc de Vandosme, gouverneur d’icelle et que l’on composoit de gentilshommes choisis, en datte du 10 avril 1610.

La septiesme est une commission du roy Louis 13, audit sieur de Beaucorp, pour lever une compagnie de cent hommes d’armes en datte du 10 septembre 1616, signée Louis.

La huittiesme est une missive du mareschal de Brissac, lieutenant pour le Roy en cette province, escritte aud. sieur de Beaucorps, qui marque par des termes tres efficaces qu’il l’honnoroit d’une amittyé et d’une estime singulliere, en datte du 14e octobre 1616.

La neufviesme est une copie d’arrest de la Cour, signiffié audit seigneur de Beaucorps, à requeste de dame Janne de Ruellan, veuve du sieur de Guemadeuc, pour donner voix à la tuttelle de ses enfans mineurs, comme proche parant, en datte du 20e octobre 1617.

Par lesquels actes et transactions cy devant sont les successions desdits Gouyon seigneurs de Beaucorps reconnus nobles et d’ancien gouvernement noble tant en leurs personnes que biens, suivant l’ascize du comte Gesfroy.

Sur le degré de Jan Gouyon seigneur de Beaucorps second du nom, pere desd. demoiselles Gouyon desfenderesses sont raportés quatorze pièces.

La premiere est un [folio 8 recto] contrat de mariage entre messire Jan Gouyon chevalier seigneur de Beaucorps et demoiselle Anne de Coetlogon, en datte du 4e septembre 1652.

Les 2, 3 et 4 sont des lettres du petit cachet dont Sa Majesté honnoroit led. sieur de Beaucorps, pour l’avertir des ocasions dans lesquels il voulloit s’en servir, en dattes des 10 febvríer, 24 avril 1649 et 2 avril 1655, signés Louis et de Lomenye.

Les 9 suivantes sont lettres missives du feu sieur mareschal de la Meilleraye, qui tesmoignoit l’estime qu’il avoit pour led. sieur de Beaucorps auquel il adressoit lesd. lettres.

La 14 sont des lettres de commission et mendement donné par led. sieur de la Meilleraye aud. sieur de Beaucorps, de capittaine general garde coste de l’esveché de St Malo en datte du 21 aoust 1654, et un acte judiciel par lequel ladite de la Riviere, veuve dudit feu messire Jan Gouyon chevalier sieur de Beaucorps, est instituée tutrice desd. demoiselles, ses filles de son mariage avec led. sieur de Beaucorps, en datte du 17 Febvrier 1661.

Induction dud. messire François Gouyon, chevalier sieur de Beaucorps et de Saint Jan, cy devant commissaire provincial au departement du Lyonnois et à present lieutenant de l’artillerie de France au departement de Picardie, et cy devant gouverneur pour le Roi au chateau du Taureau, fils puisné et à present unique de messire Thomas Gouyon et de dame Elizabeth Conen ses pere et mere, deffendeur, sur le signe de maitre François du Breil son procureur, fournie et signiffyée au procureur general du Roy, par Boulogne huyssier le 30e janvier 1669 par laquelle il soutient estre noble issu d’ancienne chevalerie et extraction noble et comme tel devoir estre lui et sa posterité née en loyal mariage maintenu dans les qualités de messire, noble escuyer et chevalier, que lui et ses predecesseurs ont de tous temps prise et dans tous les droits, privileges, preminances, exemptions et immunitez attribues aux anciens et veritables nobles et chevaliers de la province, et qu’il sera inscrit et employé au roolle et cathologue d’iceux du ressort de la seneschaussee de Rennes, estant fils puisné et seul resté de [fo 8 verso] quatre enfans et herittiers de feu messire Thomas Gouyon et de dame Elizabeth Conen, sieur et dame de Beaucorps, et que lad. dame Jacquemine de la Riviere, mere et tutrice desd. Gouyon, ses filles mineures d’elle et de feu messire Jan Gouyon, vivant sieur dud. lieu de Beaucorps, fils aisné herittier principal et noble, a estably la genealogie à laquelle il s’atache par encorre comme l’un et le seul vivant des puisnez de la maison de Beaucorps, et pour le justiffier et des employs dont il a esté et est honnoré pour le service de Sa Majesté, raporte un acte de partage noble et avantageux qui lui a esté donné aux successions desd. seigneur et dame de Beaucorps ses pere et mere, par ladite de la Riviere en qualité de veuve dud. sieur de Beaucorps fils aisné heritier principal et noble, et de mere et tutrice des enfans de leur mariage, par lequel ils reconnoissent les successions de leursdits pere et mere nobles et d’ancien gouvernement noble, en datte des 1er décembre 1658 et 22 aoust 1662.

Lettres de provisions octroyées par le sieur mareschal de la Meilleraye, lieutenant general pour Sa Majesté en Bretagne audit sieur de Beaucorps, portant provisions de commissaire provincial de l’artillerie au pays, gouvernement et departement de Lyonnois, Forest et Baujolois, ville et arcenal de Lyon, en datte du 1er decembre 1655 signées Armant de la Porte la Meilleraye et scellées.

Autres lettres de provisions octroyées par led. sieur de la Meilleraye de la charge de lieutenant de l’artillerie au gouvernement et departement de Picardie en datte du 1er septembre 1658 signées : Armand-Charles de la Porte de la Meilleraye, et scellees.

Un mendement octroyé par Sa Majesté aud. sieur de Beaucorps Gouyon, portant commission et charge de capittaine d’une compagnie de chevaux legers et d’en faire la levee pour l’augmentation des troupes du Roy, en datte du 22 juin 1652, signées Louis, et plus bas, par le Roi : Le Tellier, et scellés.

Autre lettre et mendement [fo 9 recto] octroyé par Sa Majesté aud. sieur de Beaucorps Gouyon de la charge de capittaine d’une compagnie d’un regiment d’infanterie françoise, composee de quinze compagnies, sous la charge du sieur grand maistre de l’artillerie de France, laquelle compagnie led. sieur de Beaucorps leveroit et mettrait sur pied le plus dilligemment qu’il luy seroit possible du nombre de cent hommes de guerre à pied, en datte du 20e juin 1652, signé Louis, et plus bas, par le Roy, Le Tellier, et scellées.

Autres lettres octroyées par Sa Majesté aud. François Gouyon sieur de Beaucorps lieutenant de l’artillerie, portant charge de gouverneur, commendant dans le chateau du Taurau, à l’ambouchure de la Riviere de Morlaix, en datte du 7e jour de decembre 1659, signées Louis, et plus bas, par le Roy, de Lomenye, et scellées.

Lettres d’attache et consentement de la Reyne gouvernante et lieutenante generalle de la province de Bretagne, octroyées aud. sieur de Beaucorps pour lad. charge de gouverneur, commendant aud. chateau du Taureau, en datte du 8e decembre 1659, signé Anne, et plus bas, par la Reyne mere du Roy, de Fieuber.

Autres lettres d’attache et consentement données et octroyées par ledit sieur de la Meilleraye aud. sieur de Beaucorps, lieutenant de l’artillerye, pour ladite charge de gouverneur commendant audit chateau du Taurau, en datte du 1er janvier 1660, signées Charles de la Porte la Meilleraye, et scellées.

Autres lettres d’attache et consentement du sieur marquis de Coislin, lieutenant pour Sa Majesté en Basse Bretagne, octroyées aud. sieur de Beaucorps, lieutenant de l’artillerie pour ladite charge de gouverneur commendant aud. chateau du Taurau, en datte du 3e febvrier 1660, signée Armant du Cambout et plus bas par monseigneur, de Hersent, et scellées.

Autres lettres octroyées par Sa Majesté aud. sieur de Beaucorps Gouyon lieutenant de l’artillerie en consideration des services recommendables qu’il lui avoit rendu depuis vingt ans portant apointement de dix mille livres [fo 9 verso] par chacun an pour la solde de sa garnison et la garde dudit chateau du Toreau, dont il avoit esté cy devant pourveu de la charge de gouverneur en iceluy, en datte du 17 octobre 1660, signée Louis et sur le repli par le Roi, de Lomenye, et scellées.

Arrest de la Chambre des comptes de Bretagne portant la registrature desd. lettres de provision et d’attaches en datte du 11 janvier 1661, signé Guitton.

Copie du procès verbal d’inventaire fait par ledit François Gouyon seigneur de Beaucorps, lieutenant de l’artillerie de France au departement de Picardie cy devant gouverneur pour le Roi au chasteau du Taureau en Basse Bretagne de touttes et chacune piesces de canon, armes et munitions de guerre estant dans l’arsenal du Roy suivant les ordres de Sa Majesté et du sieur duc de Mazarini, pair et grand maistre et capittaine general de l’artillerie de France.

Un certificat donné audit sieur de Beaucorps par noble escuyer Yves de Santo Domingue sieur de la Bouverais, conseiller du Roi, tresorier receveur genneral des finances de Sa Majesté, tant ordinaires qu’extraordinaires en cette province, de ce que led. sieur de Beaucorps est employé depuis plusieurs années dans l’estat du Roy, des gentilshommes de la province pentionnaire de Sa Majesté, pour se trouver à touttes les tenues et assemblées des Etats de lad. province dont le nombre est de soixante gentilhommes, dont led. sieur de Beaucorps est couché le vingtiesme dans le dernier estat de l’annee 1660, laquelle pention a toujours esté payée aud. sieur de Beaucorps, ledit certificat en datte du 20e decembre 1668, signé de Santo Domigue de la Bouverais.

Un estat et un enrollement des cavalliers obligez de servir sous le sieur de Beaucorps dans sa compagnie de cavaliers, composée de gentilshommes et autres possedant terres et herittages nobles.

Un mendement et ordre expres du sieur duc de Mazarini audit sieur de Beaucorps de mettre sur la compagnie de cavallerie qui a esté faite et [fo 10 recto] composée de Sa Majesté, des gentilshommes et autres personnes possedant fieffs et terres nobles dans cette province suivant les roolles lui envoyez, en datte du 3e juillet 1666, signé le duc de Mazarin et plus bas par Monseigneur, Frongné, et scellé.

Une lettre missive escritte par le sieur duc de Mazarini au sieur de Beaucorps lieutenant de l’artillerie de France en Picardie par laquelle il l’establit et le confirme dans la qualité d’arbittre universel du differend des nobles de l’evesché de Saint Brieuc, en datte du 1er jour de may 1665.

Induction dud. messire Jan Gouyon, cheff de nom et armes, chevalier sieur de Dieudy, fils et herittier principal et noble de feu messire Marc Gouyon, vivant chevalier sieur de la Vieuxville et de Dieudy, premier puisné de messire Thomas Gouyon vivant chevalier seigneur de Beaucorps et de dame Elisabeth Conen, et messire Charles François Gouyon son fils, desfendeurs, sur le signe de maitre François du Breil son procureur, fournye et signiffyée au procureur general du Roy par Daussy, huyssier, le 31 jour de janvier 1669, par laquelle il soutient estre cheff de nom et armes des Gouyons de Matignon, issu d’ancienne chevalerie et extraction noble, et comme tel devoir estre, luy, sondit fils aisné, leur posterité née et à nestre en loyal et legitime mariage, maintenus dans les qualitez de messire et de chevalier, et dans tous les droits, privileges, preminances, exemptions et imunités attribuez aux anciens et verittables nobles et chevaliers de cette province, et qu’à cet esfet ils seront employez aux rolle et cathalogue d’iceux du ressort de la seneschaussée de Rennes, suivant et en consequence des tittres et actes induits par ladite dame Jacquemine de la Riviere, en qualité de veuve de desfunt messire Jan Gouyon vivant seigneur de Beaucorps, et tuttrice desd. demoiselles, ses filles uniques, ledit sieur de Dieudy deffendeur, par la maison escheue auxd. demoiselles, representant led. messire Marc Gouyon, premier puisné dud. Jan Gouyon issu de messire Thomas Gouyon et presomptif herittier desd. damoiselles, comme chefs de nom [fo 10 verso] et armes, ainsi qu’il a esté justiffie par lad. dame de Beaucorps aud. nom, et pour justiffier son attache à lad. maison,

Sur le degré de messire Marc Gouyon, son pere, raporte un acte passé entre messire René de la Villerouault, seigneur de la Lande [6], fils aisné, principal et noble de desfunte dame Isabeau Turnogouet, vivante dame propriettaire dud. lieu de la Villerouault sa mere, et de messire François de la Lande seigneur de Caslan son mari, et dame Isabeau de la Lande et messire Marc Gouyon seigneur de la Vieuxville, son mari, touchant le droit natturel et legittime de la dame de la Vieuxville, tant herittel que mobillier, luy apartenant en la succession de ladite dame leur mere, et communauté d’entr’elle et le sieur de Caslan leur pere, ensemble pour le droit herittel par lequel lesd. sieur et dame de la Vieuxville auroient vendu la part et portion de ladite dame de la Vieuxville de son dit droit herittel dans la succession de ladite dame de Caslan au sieur de la Villerouaut, en datte du 16 aoust 1644, signé Bigrel.

Un extrait du papier baptismal de la paroisse de Saint Cast contenant que Jan Gouyon, fils de messire Marc Gouyon et de demoiselle Elizabeth de la Lande sa compagne sieur et dame de la Vieuxville, fut né le 3e janvier 1644 et fut baptisé le 3e jour d’apres sa naissance, led. extrait datte au delivrement du 26e jour de decembre 1667, signé P. Rouxel recteur.

Autre extrait du papier baptismal de la paroisse de Saint Postan par lequel conste que Charles François Gouyon, fils de messire Jan Gouyon et dame Catherinne Gouyon sa femme, seigneur et dame de Dieudy, fut baptisé le 8e jour d’aoust 1663, ledit extrait datté au delivrement du 21e jour d’octobre 1668, signé M. Poussin recteur.

Un acte de transaction passée entre messire Marc Gouyon seigneur de la Vieuxville, premier puisné et juveigneur de la maison de Beaucorps, et messire Jan Gouyon seigneur de Beaucorps son frere aisné herittier principal et noble, sur la demande de partage [fo 11 recto] desfinitif des successions directes de desfunts messire Thomas Gouyon et dame Elizabeth Conen sa compagne, seigneur et dame de Beaucorps leur pere et mere communs, et des collateralles de desfunts escuyer George Gouyon vivant sieur de Saint Jan, et de demoiselle Françoise Gouyon, tant pour meubles que immeubles desd. successions, lesquelles ils avoient reconnues nobles et de gouvernement noble tant en leurs personnes que biens, en datte du 22 decembre 1645, signé et garenti.

Induction de messire Pierre Gouyon chevalier sieur de Vaultrouault et René Gouyon escuyer sieur du Plessix desfendeurs, sous le seing de maitre François du Breil leur procureur, fournye et signiffyée au procureur general du Roy par Palasne huyssier, le 4 jour de decembre 1668, par laquelle ils soutiennent estre pareillement nobles, issus d’ancienne chevalerie et extraction noble et comme tels devoir estre eux et leur posterité née en loyal et legitime mariage maintenus dans les qualités de messire, escuyer et de chevalier et dans tous les droits, privileges, preminences, exemptions et immunités attribués aux anciens et verittables nobles et chevaliers de cette province, et qu’à cet esfet ils seront employez au rolle et cathalogue d’iceux de la seneschaussée de Rennes.

Pour faits de genealogie et faire voir la justice et equité de ses conclusions, il articule que ils sont sortis originairement d’Allain Gouyon, qui epouza dame Matheline de Moliere sa compagne, dont est issu messire Jan Gouyon seigneur de Vaulrouault qui epouza dame Elizabeth du Verger, dont est issu messire Pierre Gouyon seigneur du Vaulrouault qui epouza dame Catheritte [7] de la Moussaye dont est issu messire Jan Gouyon, seigneur de Vaulrouault, qui epousa dame Magdelaine de Boisriou, desquels est issu messire François Gouyon, seigneur du Vaulrouault, qui epouza dame Françoise Madeuc, dont est issu messire Lancelot Gouyon, seigneur du Vaultrouault, qui epouza dame Renee Lambert, dont est issu messire Jan [fo 11 verso] Gouyon seigneur de Vaulrouault, qui epouza dame Catherine Desnos, mort sans enfans, et messire Charles Gouyon seigneur du Vaultrouault son frere, luy succeda et epousa dame Louise Persart dont est issu Bertrand Gouyon seigneur de Vaulrouault, qui epouza dame Margueritte de Saint Denoual, dont est issu messire Charles Gouyon seigneur de Vaulrouault, quy epouza dame Claude Visdelou, desquels est issu led. messire Pierre Gouyon seigneur du Vaultrouault cheff de nom et armes de la maison de Vaulrouault, il y a plus de deux cent cinquante ans sortis de l’illustre maison de Matignon Gouyon, dont le nom est cogneu pour tel dans la province, et qu’ils se sont ainsy que leurs predecesseurs conserves dans les dignittes des employs leur octroyes par les roys et ducs, n’ayant en aucune façon degeneré à leurs predecesseurs seigneurs de Matignon, dont l’esclat a esté justiffyé par la dame de Beaucorps pour sesdites filles, mais continué tousjours dans leur vertu tant par le merite qu’ils ont acquis des services qu’ils ont rendus à l’Estat dans les armées et autres occasions, que dans le gouvernement noble qu’ils ont continué jusqu’à presant tant de leurs personnes que biens et cela estant ainsi connu, ils s’arresteront à prouver seullement leur naissance noble par actes et par ordre.

Commençant par led. sieur de Vaultrouault, desfendeur, raporte trois pieces.

La premiere est un contrat de mariage passé entre messire Pierre Gouyon seigneur de Vaurouault, et dame Janne de la Chapelle, fille de messire Jan de la Chapelle et de dame Hellenne Tranchant, en datte du 13 may 1663, signé Guehenneuc.

La seconde est un extrait du papier baptismal de la paroisse de Pleherel contenant que noble homs Charles Gouyon, fils de messire Pierre Gouyon et de dame Janne de la Chapelle sieur et dame du Vaurouault, fut baptissé le 25 octobre 1665, signé Carpentier recteur.

La troisiesme est un acte d’assiette faite par led. sieur de Vautrouault, fils aisné, heritier principal et noble [fo 12 recto] de feu messire Charles Gouyon vivant seigneur du Vaultrouault son pere, et de dame Claude Visdelou sa mere, à ladite Visdelou, de son douaire lui deub par le deces dud. feu sieur du Vaulrouault, son mari, en datte du 30 aoust 1633, signé et garenty.

Sur le degré dud. Charles Gouyon, pere dud. Pierre, sieur du Vaurouault, sont raportez trois pieces.

La premiere est un acte de partage provisionel donné par led. messire Pierre Gouyon seigneur de Vaulrouault, fils aisné, herittier principal et noble de feu messire Charles Gouyon vivant seigneur dud. lieu du Vaultrouault son pere, à dame Claude Visdelou sa mere en qualité de mere et tuttrice de ses enfans puisnez de son mariage avec led. sieur du Vaultrouault leur pere, attandant la succession de ladite Visdelou leur mere, en datte du 26 septembre 1663.

La seconde est un adveu et minu fourni par led. Pierre Gouyon seigneur du Vaultrouault fils aisné herittier principal et noble dudit feu Charles Gouyon son pere aussy seigneur dudit lieu à la seigneurie de Lamballe pour le rachapt acquis par le deces de sondit pere, en datte du 4 decembre 1664.

La troisiesme est un extraict du papier baptismal de la paroisse de Pleherel par lequel conste que le 17 novembre 1647 prist naissance escuyer René Gouyon fils de messire Charles Gouyon et de dame Claude Visdelou seigneur et dame du Vautrouault, et fut baptisé le 9e decembre ensuivant.

Sur le degré de messire Briand Gouyon pere dudit Charles sont raportées quatre pieces.

La premiere est un decret de mariage fait par advis de parans de messire Charles Gouyon, seigneur du Vaurouault, fils aisné herittier principal et noble de messire Briand Gouyon et de dame Margueritte de Saint Denoual ses pere et mere, avecq dame Claude Visdelou, fille puisnée de messire Gilles Visdelou et de dame Françoise du Quelenec, en datte du 3 aoust 1629, auquel sont denommes plusieurs et quantité de parans qualifiez.

La [fo 12 verso] seconde est le contrat de mariage dud. Charles Gouyon seigneur du Vaulrouault, fils aisné heritier principal et noble de desfunts messire Briand Gouyon et dame Margueritte de Saint Denoual vivants seigneur et dame desdits lieux, ses pere et mere, et demoiselle Claude Visdelou dame de la Goublaye, fille puisnée de desfunt haut et puissant messire Gilles Visdelou vivant chevalier seigneur de la Goublaye, et de noble et puissante dame Françoise de Quelenec, en datte du 18 septembre 1629.

La troisiesme est une declaration et minu fourni par ledit Charles Gouyon, seigneur du Vaulrouault fils aisné herittier principal et noble dud. Briand Gouyon sieur de Vaulrouault à la seigneurie de Lamballe, des maisons terres et herittages fieffs et seigneuries tombes en rachapt par le deces de sondit pere, en datte du 9 janvier 1630.

La quatriesme est un partage noble et avantageux donné par led. Charles Gouyon, seigneur du Vaultrouault, fils aisné heritier principal et noble, à escuyers Pierre Gouyon, Adrien Gouyon, sieur du Pont Normant, capittaine au regiment de la Ferté, Jacques Gouyon sieur de la Demie Ville lieutenant dans le Haure de Grace, Gilles Gouyon escuyer sieur de Saint Martin, capitaine brigadier du sieur cardinal de Richelieu, ses freres puisnés, dans les successions de desfunts messire Briand Gouyon seigneur desdits lieux, et de dame Margueritte de Saint Denoual leur pere et mere communs, lesquelles successions ils reconnurent nobles et avantageuses tant en leurs personnes que biens, en datte du 13 febvrier 1636.

Sur le degré de messire Charles Gouyon pere dud. Briand sont raportées sept pieces.

La premiere est un decret de mariage fait de messire Briand Gouyon seigneur de Vaulrouault, fils aisné herittier principal et noble de messire Charles Gouyon et de dame Louise Persart ses pere et mere seigneur et [fo 13 recto] dame du Vaulrouault, avec demoiselle Margueritte de Saint Denoual, fille puisnée de noble et puissant George vicomte de Saint Denoual, et de dame Margueritte de Morel, en datte du 9 aoust 1604, auquel sont denommez quantité de parans qualisfiés.

La seconde est un partage noble et provisionnel donné à lad. Margueritte de Saint Denoual par demoiselle Mathurine de Saint Denoual, espouse de messire François de Saint Guetas, fille aisnée herittiere principalle et noble dudit noble et puissant George vicomte de Saint Denoual leur pere commun, en datte du 15 juillet 1605.

La troisiesme est une sentence rendue au presidial de Rennes qui ordonne que la provision de ladite Margueritte de Saint Denoual seroit acrue de 200 livres de rente par lad. Mathurine de Saint Denoual sa sœur aisnée, ne s’estant pas contentée de celle qu’elle luy avoit donnée, en datte du 22 decembre 1608.

La quatriesme est un acte de partage noble et avantageux donné par ledit Briand Gouyon, seigneur de Vaulrouault, fils aisné herittier principal et noble, à noble escuyer Jacques Gouyon sieur de Saint Martin, Louis Gouyon sieur du Plessix, et autres ses puisnez, dans les successions de desfunts messire Charles Gouyon et de dame Louise Persart leur pere et mere, lesquelles ils reconnurent nobles et d’ancien gouvernement noble, en datte du 20 juillet 1623.

La cinquiesme est un adveu et minu fourni à la seigneurie de Lamballe par led. Briand Gouyon, seigneur du Vaulrouaut fils aisné herittier principal et noble de feu messire Charles Gouyon vivant seigneur dud. lieu, des herittages tombez en rachapt par le deces de sondit pere, en datte du 27 aoust 1622.

La sixiesme est autre adveu fourni par led. Briand Gouyon seigneur du Vaultrouault, en ladite qualité de fils aisné herittier principal et noble dud. feu Charles Gouyon sondit pere aussi seigneur dud. lieu, à la seigneurie de la Hunaudaye, en datte du 25 juin 1622.

La septiesme est un acte de donnation muttuelle et egalle faite entre led. [fo 13 verso] Charles Gouyon seigneur du Vaultrouault et ladite Persart sa compagne, en datte du 9e novembre 1587, enregistree au presidial de Rennes, le 14 novembre aud. an.

Sur le degré de Lancelot Gouyon seigneur de Vautrouault pere dud. Charles sont raportes neusf pieces.

La premiere est un contrat de vente faite par messire Bertrand Gouyon chevalier de l’Ordre du Roi, seigneur de Vautdurand, commendant pour Sa Majesté au gouvernement de la ville et chateau de Saint Malo, à Briand Gouyon escuyer seigneur de Vaulrouault, du droit, raison, part et portion qui apartenoit et competoit aud. sieur de Vautdurand en quelque chose qu’il puisse consister des successions nobles et avantageuses de desfunts nobles et puissants Lancelot Gouyon et demoiselle Renée Lambert vivant sieur et dame du Vaultrouault, mesme le droit que avoit aux acquets de la succession de feu noble homme Jan Gouyon aisné ausd. successions, auquel avoit succedé comme aisné apres le deces dud. Jan Gouyon, messire Charles Gouyon pere dudit Briand Gouyon acquereur, et duquel Charles Gouyon led. sieur de Vaudurand etoit puisné, comme aussi led. sieur de Vaudurand relaissoit et transportoit aud. sieur acquereur le droit qu’il avoit aux jouissances desd. herittages, en datte du 4 aoust 1608.

La seconde est un acte raporté entre nobles homs Jan Gouyon, seigneur de la Garenne, nobles homme Bertrand Gouyon seigneur de Vaudurand, pentionnaire du Roy en Bretagne, mareschal des logeix de cinquante hommes d’armes, capittaine du chateau et forteresse de Combourg, nobles homs Gilles Gouyon seigneur du Pont Normand, gentilhomme ordinaire du roi de Navarre, capittaine du chasteau et forteresse de Josselin, escuyer Pierre Gouyon seigneur des Rocheptes et nobles homs Jan Gouyon seigneur de Vautrouault, fils aisné herittier principal et noble de nobles homs Lancelot Gouyon et de demoiselle Renee Lambert [fo 14 recto] sa compagne, seigneur et dame du Vautrouault, par lequel led. Jan Gouyon auroit donné partage noble et avantageux ausdits Gouyon, ses puisnez, dans les successions nobles desd. deffunts Lancelot Gouyon et femme, lesquelles successions ils auraient reconnues nobles et d’ancien gouvernement noble, tant en leurs personnes que biens en datte du 29 juin 1587.

La troisiesme est un autre acte portant partage noble et avantageux aussi donné par led. Jan Gouyon seigneur de Vautrouault en qualité de fils aisné herittier principal et noble, à messire Jacques Gouyon seigneur de Saint Martin [et] Launay-Commats, son frere puisnez, dans lesdittes successions qu’ils reconnurent pareillement noble et d’ancien gouvernement noble, desdits desfunts Lancelot Gouyon et femme, seigneur et dame de Vaultrouault leurs pere et mere, en datte du 1er juillet 1587.

La quattriesme est autre acte de partage donné dans lesdittes successions nobles par led. Jan Gouyon seigneur du Vaultrouault à son frere puisné Christophle Gouyon, escuyer sieur du Verger, premier gentilhomme et escuyer dud. sieur de Rohan, en datte du mesme jour 1er juillet 1587.

La cinquiesme est un autre acte de partage noble et avantageux donné par le mesme Jan Gouyon seigneur du Vaultrouault, fils aisné herittier principal et noble, à Pierre Gouyon escuyer, seigneur du Clos, gentilhomme dud. sieur de Rohan, capittaine de Pontivi, dans les successions desdits desfunts Lancelot Gouyon et dame Renee Lambert seigneur et dame de Vaultrouault leur pere et mere, lesquelles successions ils reconnurent pareillement nobles et d’ancien gouvernement noble, en datte du 3e juillet audit an 1587.

La sixiesme est encore autre partage donné par led. Jan Gouyon seigneur de Vautrouault, en ladite qualité d’herittier principal et noble, dans lesdites successions nobles desdits desfunts Lancelot Gouyon et femme, seigneur et dame de Vautrouault ses pere et mere, à demoiselle Catherine Gouyon, compagne de noble escuyer Jan Desnos, seigneur de Meuite et de la Ville-Thebault, en datte du 2e juillet 1587.

La septiesme est un contrat de vente faite par lad. Gouyon, compagne [fo 14 verso] dudit des Nos sieur du Meuite, aud. Charles Gouyon sieur de Vautrouault frere dud. Jan Gouyon, herittier principal et noble des successions desd. Lancelot Gouyon et femme leur pere et mere, par le deces dud. Jan Gouyon son frere aisné, sans enfans et hoirs, du partage donné à laditte Gouyon par ledit Jan son frere, dans lesdittes successions, en datte du 7e juillet 1592.

La huittiesme est un adveu et minu fourni par ledit messire Charles Gouyon, herittier principal et noble dudit Jan Gouyon son frere, à la seigneurie de la Hunaudaye, des herittages luy escheus par le deces de sondit frere, en datte du 3e novembre 1592.

La neufviesme est une donation mutuelle et esgalle faite entre lesdits nobles homs Lancelot Gouyon et demoiselle Renée Lambert sa femme, en datte du 5 febvrier 1577, avecq l’enregistrement fait au presidial de Rennes, le 14e octobre audit an.

Sur le degré de François Gouyon seigneur du Vautrouault pere dud. Lancelot, sont raportées quatre pieces.

La premiere est un acte de partage noble et avantageux donné par messire Lancelot Gouyon fils aisné herittier principal et noble à dame Catherine Gouyon sa sœur puisnée, compagne d’escuyer Jacques Labé, seigneur et dame du Gardon, dans la succession d’escuyer François Gouyon leur pere commun, laquelle ils reconnurent noble et d’ancien gouvernement noble, s’estant luy et ses predecesseurs tousjours traittez et comportez et gouvernez noblement et avantageusement tant en leurs personnes que biens, en datte du 10e avril 1562.

La seconde est un mendement donné audit de Vautrouault par le sieur de Bueil, seigneur de Bouillé, lieutenant general au gouvernement de Bretagne en la presence du duc de Monpancier, vice admiral esdit pais, par lequel il establit ledit sieur du Vautrouault capittaine garde coste du cap de Frehelle, affin d’empecher les ennemis d’y dessendre, et empecher aucunes marchandises de sortir des ports et havres pour lesdits [fo 15 recto] ennemis, et d’arrester les vaisseaux qu’il trouveroit sur ce dessein ; ledit mendement en datte du 11e avril 1573.

La troisiesme est un adveu rendu par ledit Lancelot Gouyon seigneur du Vautrouault, fils et herittier principal et noble de messire François Gouyon et dame Françoise Madeuc ses pere et mere, à la seigneurie de Lamballe, des herittages luy advenus par le deces de sesdits pere et mere, en datte du 11e juin 1556.

La quatriesme est autre adveu rendu à la seigneurie de la Hunaudaye par ledit Lancelot Gouyon seigneur du Vautrouault, fils aisné herittier principal et noble desd. François Gouyon et de dame Françoise Madeuc ses pere et mere, des herittages lui escheus par son deces, en datte du 5e febvrier 1557.

Sur le degré de Jan Gouyon, seigneur du Vautrouault, pere dud. François, sont raportées neuf pieces.

La premiere est un acte d’assiete et partage noble donné à lad. demoiselle Françoise Madeuc le 11e febvrier 1521 par lequel se void que Lancelot Gouyon etoit fils de François Gouyon, sieur du Vaulrouault, et que led. François estoit fils de noble escuyer Jan Gouyon et de demoiselle Magdeline du Boisriou, de la maison noble du Boisriou, et que led. François avoit epousé ladite Madeuc ; ce qui se justisfye encore par autre acte d’assiete faite par led. François Gouyon, au nom et comme tuteur et garde naturel de Lancelot Gouyon son fils de son mariage avec desfunte Françoise Madeuc, sa femme et compagne, à Jan de Launay fils feu Roland de Launay, le 24 febvrier 1528, et par lettres royaux obtenus par led. François Gouyon mary de lad. Madeuc, seigneur et dame du Vaultrouault, en datte du 22 aoust 1517, signée Mandais.

La quatriesme est un acte de partage noble et avantageux donné par led. François Gouyon seigneur du Vautrouault, fils aisné herittier principal et noble, sous [fo 15 verso] l’authorité d’escuyer Guillaume Deffers son curateur, à demoiselle Janne Gouyon sa sœur, compagne d’escuyer Gilles de Tremereuc seigneur de Tannio, dans la succession de nobles homs Jan Gouyon escuyer seigneur de Vaulrouault leur pere, laquelle ils avoient reconnus noble et d’ancien gouvernement noble, s’estant luy et ses predecesseurs de tout temps immémorial comportez et gouvernez noblement et avantageusement, en datte du 23 juillet 1504.

La cinquiesme est un autre partage noble et avantageux donné par ledit François Gouyon seigneur de Vaultrouault, fils aisné herittier principal et noble, à demoiselle Françoise Gouyon sa seconde sœur veuve de feu François Estault seigneur de Pontmenari dans la succession noble dud. feu Jan Gouyon seigneur de Vaultrouault, leur pere, en datte du 6e jour de decembre 1524.

La sixiesme est un mendement donné par le duc d’Estampes gouverneur et lieutenant general pour le Roi en Bretagne, portant commission audit sieur de Vaultrouault de la charge de capittaine garde coste de Plevenon, en datte du 20 janvier 1557 signé Jan de Bretagne, et scellé.

La septiesme sont des lettres de maintenue de droit en forme de lettres royaux, octroyées par François roy de France en faveur d’escuyer François Gouyon seigneur de Vaultrouault, pour les preminences qu’il pretendoit dans la paroisse de Pleherel et de Pleboulle, en datte du 7 mars 1528.

La huittiesme sont autres lettres de maintenue en droit, en forme de lettres royaux, octroyées par led. François roy de France en faveur d’escuyer François Gouyon seigneur du Vaultrouault, pour les preminances qu’il pretendoit en la paroisse de Pleboulle, en datte du penultiesme janvier 1531.

La neufviesme est autre adveu et minu fourny par escuyer François Gouyon sieur de Vaultrouault, des herittages qu’il tenoit prochement et noblement de la seigneurie de la Hunaudaie, lui advenus par le decez dud. Jan Gouyon, son pere, en datte du 21 novembre 1553.

Sur le degré [fo 16 recto] de Pierre Gouyon seigneur de Vaultrouault pere dud. Jan sont raportées deux pieces.

La premiere est un contrat fait par Saint Meloir passé à requeste d’escuyer Guillaume de Fain, curateur de François Gouyon fils aisné heritier principal et noble de desfunt Jan Gouyon seigneur de Vaultrouault, pour la somme de vingt livres de rente monnois due à Pierre Gouyon, ayeul dudit François, le 2e octobre 1473.

La seconde est une obligation consentye par Jan Martel de la Ville-Haílé, à escuyer Jan Gouyon sieur du Vaultrouault, du reste d’une obligation que deffunt Pierre Gouyon, escuyer, sieur dud. lieu de Vaultrouault, portoit sur led. Martel, duquel Pierre Gouyon ledit Jan etoit fils herittier principal et noble, en datte du 22 novembre 1481.

Sur le degré d’autre Jan Gouyon, sieur du Vaultrouault, pere dud. Pierre, sont raporteés cinq pieces.

La premiere est un acte tenant lieu de contrat de mariage d’entre Pierre Gouyon, fils de Jan et de demoiselle Catherinne de la Moussaye, fille d’escuyer Roland de la Moussaye, seigneur de Lorgeril, en datte du 11e novembre 1443.

La seconde est un contrat d’echange fait par Jan Gouyon seigneur du Vaultrouault, d’avec Bertrand Gouyon seigneur de Beaucorps, par lequel se void que ledit Pierre Gouyon estoit fils dud. Jan Gouyon, en datte du 7e juillet 1437.

La troisiesme est un contrat passé entre Jan Gouyon, sieur du Vaultrouault et demoiselle Isabelle du Verger sa femme, touchant le mariage de demoiselle Marie Gouyon leur fille, avec noble Bertrand Collas, en datte du 11e septembre 1453.

La quatriesme est un acte passé entre Lancelot Collas et Jan Gouyon seigneur du Vaultrouault, par lequel se void que led. Jan estoit fils dudit Pierre Gouyon seigneur du Vaultrouault, fils d’autre Jan, en datte du 15 juillet 1484.

La cinquiesme est un contrat [fo 16 verso] d’echange, du 9e May 1423, scellé des sceaux dud. sieur du Vaultrouault et du sieur de la Motte-Rogon par lequel se void que led. Gouyon etoit des lors seigneur possesseur de la terre et seigneurie de Vaudurand.

Un arbre genealogique et un escrit imprimé portant d’argent à un lion de gueulle armé, lampacé et couronné d’or.

Induction dud. escuyer Jan Gouyon sieur de la Pallue et escuyer Bertrand Gouyon sieur du Roscher son puisné, desfendeurs, sur le seing dud. du Breil leur procureur, fournye et signiffyée au procureur general du Roy par Testart huyssier, le 28 jour de decembre 1668, par laquelle ils soutiennent estre nobles issus pareillement d’ancienne chevallerie et extraction noble, et comme tels devoir estre eux et leur posterité née et à nestre en loyal et legitime mariage maintenus dans la qualité de noble et d’escuyer et dans tous les droits, privileges, preminances, exemptions et inmunites attribues aux anciens et veritables nobles de cette province, et qu’à cet effet ils seront employez au rolle et cathologue d’iceux du ressort de la juridiction royalle de Lesneven.

Articulant à fait de genealogie que led. escuyer Jan Gouyon sieur de la Palue et ledit Bertrand Gouyon sieur du Rocher son puisné, sont fils d’escuyer George Gouyon, sieur du Vaumeloisel et de dame Jeanne de Percevault, fille de messire Hervé de Percevault seigneur de Mezarnou, que led. George estoit fils d’escuyer Jan Gouyon sieur de la Guarenne et de dame Jacquemine des Nos  [8], heritiere de l’ancienne maison du Vaumeloisel et de la Motte-Colas, que led. Jan estoit fils juveigneur d’escuyer Lancelot Gouyon et de dame Renée Lambert seigneur et dame du Vaultrouault, lesquels n’ont en aucune façon degeneré à la vertu de leurs predecesseurs tant par le merite de leurs actions que leur qualité et gouvernement noble, et pris les qualites de messire, chevalier et seigneur, et porté les mesmes armes qu’ils ont cy devant declarées.

Ce que pour justiffier, raporte sur le degré dud. George Gouyon pere desd. sieur de la Palue et du Rocher, six pieces.

La premiere est un extrait baptismal de la paroisse de Saint Postan [fo 17 recto] contenant que Henri Gouyon, fils de noble homme George Gouyon et de dame Jeanne de Percevault, sieur et dame du Vaumeloisel, fut né le 5 febvrier 1613 et baptisé le 29 decembre aud. an.

La seconde est une attourneance en forme de designation faite par noble et puissant Henri Gouyon seigneur de la Palue, à demoiselle Claude Gouyon dame de Kerhuel et Gilette Gouyon ses sœurs, en attendant leur bailler partage de l’estoc de leur deffunte mere, ladite assiepte en datte du 20e janvier 1640, signée Henri Gouyon et Querscault.

La troisiesme est autre extrait du papier baptismal de la paroisse de Saint Postan par lequel conste que Jan Gouyon, fils de noble homme George Gouyon et dame Jeanne de Percevault, sieur et dame de Vaumeloisel, fut né le 18e febvrier 1614 et baptisé le 13e febvrier 1615, ledit extrait datte au delivrement du 17e septembre 1637.

La quatriesme est autre extrait dud. papier baptismal de lad. paroisse de Saint Postan contenant que Bertrand, fils desd. sieur et dame de Vaumeloisel, fut baptisé le 5e febvrier 1616.

Lesd. extraits signez dud. George Gouyon pere, Gaultier, Auffrai et Loret, nottaires.

La cinquiesme est un acte de designation donnee par la dame marquise de Kerjan au sieur de la Palue, en attendant un partage final, en datte du 24e janvier 1639, signé Kerescop, nottaire royal.

La sixiesme est un autre acte de designation par led. sieur de la Palue donnée au sieur de Kerriguen, son frere puisné en attendant un partage final, et à valloir en la succession de la demoiselle leur mere, en datte du dernier febvrier 1639, signé Henri Gouyon, Jan Gouyon et Kerscau, nottaire royal.

Sur le degré de Jan Gouyon, pere dud. George, sont raportez deux pieces.

La premiere est un acte de partage noble et avantageux et provisional donné par led. George Gouyon fils aisné, heritier principal et noble de deffunt escuyer Jan Gouyon, vivant seigneur de la Guarenne, et demoiselle Jacquemine des Nos sa compagne, ses pere [fo 17 verso] et mere, à demoiselle Renée Gouyon, sa sœur, attendant partage final dans les successions dud. Jan Gouyon et de ladite des Nos, lesquels ils reconnurent nobles et de gouvernement noble, s’estans leursdits pere et mere de tous temps immemorial comportez et gouvernez noblement et avantageusement, tant en leurs personnes que biens, en datte du 18 febvrier 1626.

La seconde est un acte de partage noble et avantageux donné par ledit George Gouyon, escuyer sieur de Vaumeloisel, fils aisné herittier principal et noble de feue demoiselle Jacquemine Desnos, vivant dame de la Guarenne et du Vaumeloisel, de son mariage avec escuyer Jan Gouyon sieur dud. lieu de la Garenne ses pere et mere, à escuyer Julien Gouyon sieur de la Villenizan son frere, dans les successions de leursdits pere et mere qu’ils reconnurent nobles et d’ancien gouvernement noble, s’estans eux et leurs predecesseurs de tout temps immemorial comportés et gouvernez noblement et avantageusement, tant en leurs personnes, que biens, en datte du 5e octobre 1626.

Sur le degré de Lancelot Gouyon, pere dud. Jan, est raporté led. partage cy devant produit par led. sieur du Vaultrouault, dud. jour 29e juin 1587, justiffiant que led. Jan Gouyon sieur de la Garenne, estoit fils juveigneur d’escuyer Lancelot Gouyon et de dame Renée Lambert sa compagne, vivant seigneur et dame de Vautrouault, et que les biens de leurs successions furent partagés noblement et avantageusement entre leurs enfans et herittiers.

Sur le degré dud. François Gouyon, pere dud. Lancelot Gouyon, est raporté aussi :

Le partage cy devant produit par led. sieur du Vautrouault, en datte dud. jour 10e avril 1562, justisfiant que led. escuyer Lancelot Gouyon estoit fils d’escuyer François Gouyon seigneur du Vaultrouault, la succession duquel fut aussi partagée noblement et avantageusement entre ses enfans et herittiers.

Induction dud. Michel Gouyon sieur de Saint Loyal, faisant tant pour lui que pour nobles escuyers François, Toussaint, [fo 18 recto] Guy et Michel Gouyon, ses enfans issus du mariage d’entre lui et de demoiselle Amaurye du Matz, et escuyer Henry Gouyon, sieur du Pontbrecel son frere puisné, desfendeurs, sur le seing dud. du Breil son procureur, fournye et figniffyée au procureur general du Roy par Frangeul huyssier le 25 jour de novembre 1668, par laquelle il soutient que lui, sesdits enfans et sond. frere sont nobles, issus d’ancienne chevalerie et extraction noble, et comme tels devoir estre eux et leur posterité née et à nestre en loyal et legittime mariage maintenus dans la qualité d’escuyer et dans tous les droits, privileges et preminances attribues aux anciens et veritables nobles de cette province, et qu’à cet effet ils seront employez au rolle et cathologue d’iceux de la seneschaussée de Rennes.

Pour establir la justice desquelles conclusions articule à faits de genealogie que led. Michel Gouyon sieur de Saint Loyal est fils d’escuyer Lancelot Gouyon et de dame Bertranne Langlois de la maison de Premorvan, que led. Lancelot estoit fils d’escuyer Jan Gouyon et de dame Jacquemine Desnos, lequel Jan estoit fils d’autre Lancelot Gouyon et de dame Renée Lambert, vivant seigneur et dame du Vaultrouault, que led. Lancelot estoit fils dud. François Gouyon et de lad. Françoise Madeuc, aussi seigneur et dame de Vaultrouault, lesquels ainsi que leurs predecesseurs se sont de tout temps immemorial comportez et gouvernez noblement et avantageusement, pris les qualités de nobles, puissants messires, escuyers et chevaliers, et porté les mesmes armes, qui sont d’argent à un lyon de gueulle, armé, couronné et lampacé d’or.

Ce que pour faire voir, raporte, sur le degré dud. Michel Gouyon, sieur de Saint Loyal, un extrait du papier baptismal de la paroisse de Saint Postan contenant que François Gouyon fils d’escuyer [fo 18 verso] Michel Gouyon et de demoiselle Amaurye du Matz, sa femme, sieur et dame de Saint Loyal, fut né le 31e aoust 1645 et receut les ceremonies de l’eglise le 19e septembre 1647, led. extrait datte au delivrement du 10e novembre 1668.

Sur le degré de Lancelot Gouyon, pere dud. Michel, sont raportées quatre pieces.

La premiere est un extrait du papier baptismal de la paroisse de Saint Postan, par lequel conste que Michel Gouyon, fils de nobles gents Lancelot Gouyon et Bertranne Langlois, sieur et dame du Bois de la Lande, fut baptisé l’unziesme jour de juillet 1615.

La seconde est un acte et advis des parans des enfans mineurs de Lancelot Gouyon, escuyer, sieur du Bois des Landes, et de demoiselle Bertranne Langlois, en datte du 17e febvrier 1627.

La troisiesme est la pourvoyance dud. Michel Gouyon fils dudit Lancelot et de ladite Langlois ses pere et mere, en la personne de lad. Langlois sa mere, par la pluralité des voix desd. parans qualifiez nobles, entrautres d’escuyer Briand Gouyon, sieur de Vaulrouault cousin germain dud. Lancelot, pere dud. Michel Gouyon, et d’escuyer Jan Gouyon, sieur de la Garenne, pere dudit Lancelot ayeul dud. Michel, en datte du 25 dudit mois de febvrier, audit an 1627.

La quatriesme est une declaration fournie par la demoiselle Bertranne Langlois mere et bienveillante d’escuyer Michel et Henri Gouyon et autres ses enfans de son mariage avec Lancelot Gouyon escuyer sieur du Bois des Landes son mari, au seneschal de Rennes, commissaire pour la convocation du ban et arriere ban des nobles de l’eveché de Saint Brieuc, en datte du 22 octobre 1636.

Sur le degré de Jan Gouyon, pere dud. Lancelot, est raporté led. acte de partage cy devant produit par led. sieur du Vaultrouault, dud. jour 29 juin 1587.

Un contrat de mariage passé entre escuyer Lancelot Gouyon sieur du Bourdurand et demoiselle Bertranne Langlois dame de la Forest, en datte du 17 febvrier 1614, avec autres actes cy devant induittes et dattées, justisfiant la dessente et attache dud. sieur de Saint Loyal de la maison et desdits sieurs de Vaultrouault Gouyon.

[fo 19 recto] Induction dudit messire Jan Gouyon, chevalier seigneur de Vaudurand, capittaine gouverneur de la ville et chasteau de Guingamp, cy devant cornette de la compagnie de Mestre de camp general de la cavallerie de France, et messire Julien de Larlan conseiller du Roi en ses Conseils et president aux enquestes du Parlement de Bretagne, tutteur de messire Jan Louis Gouyon, chevalier fils aisné herittier principal et noble, et messire Charles Gouyon aussy chevalier, enfans mineurs de messire Charles Gouyon chevalier et de dame Anne de Larlan sa compagne vivants sieur et dame de la Riviere Vaudurand, desfendeurs, sur le seing de maitre Pierre Busson leur procureur, fournie et signiffiée au procureur general du Roy par Dutac huyssier le 12 jour de febvrier 1669, par laquelle ils soutiennent lesdits Gouyon estre nobles, issus d’ancienne extraction noble et comme tels devoir estre eux et leur posteritté née et à nestre en loyal et legittime mariage maintenus dans les qualités d’escuyer, de nobles et de chevaliers, et dans tous les droits, privileges, preminences et exemptions attribuez aux anciens et verittables nobles et chevaliers de cette province, et qu’à cet esfet le nom dud. sieur de Vaudurand sera inscrit dans le cathologue de la seneschaussée de Vannes, et celui des sieurs de la Riviere Vaudurand dans le cathologue des nobles qui sera fait pour la jurisdiction royalle d’Auray, estant leur naissance cognue de toute la province, et que le sieur de Vaultrouault Gouyon, les sieurs de Beaucorps et autres du mesme nom et famille ses aisnes, ont fait voir qu’ils tirent leur origine de la tres ancienne et tres noble maison de Matignon, et portent le mesme nom et mesmes armes, pourquoy ils se refferent aux actes qui ont esté produits par les aisnes, chesfs du nom de Gouyon, et veullent [fo 19 verso] faire voir que les sieurs de Vaudurand et de la Riviere, estant sortis de cette maison, n’ont point degeneré de la vertu de leurs encestres et ont conservez les inclinations genereuses et se sont gouvernez en touttes leurs actions comme doivent faire des gentilshommes que l’exemple de leurs devanciers anime aux actions glorieuses et au service du prince, que l’ayeul des sieurs de Vaudurand et de la Riviere Vaudurand estoit noble homs Bertrand Gouyon, seigneur de Vaudurand, pentionnaire du Roy en Bretagne, mareschal des logis de cinquante hommes d’armes, capitaine du chateau et forteresse de Combourg, auquel noble homme Jan Gouyon seigneur de Vaultrouault, fils aisné herittier principal et noble, donna partage dans les successions dud. Lancelot Gouyon et de ladite Renée Lambert vivant seigneur et dame de Vaultrouault leurs pere et mere communs, noblement et avantageusement, et promist donner à chacun de ses freres puisnes le nombre de seize boisseaux de froment de rente, messure de Matignon, ainsi qu’il se justisfie par led. partage dud. jour 29 juin 1587, cy devant produit par led. sieur de Vautrouault.

Sur le mesme degré dud. Lancelot, raporte ledit acte aussi cy devant datte, produit par led. sieur de Vaulrouaut, dud. jour 4 aoust 1608.

Un extrait du papier baptismal de la paroisse de Meucon, par lequel conste que le lundi 21 janvier 1625 fut né et le 8 juin 1626 baptissée demoiselle Catherine, fille legitime de messire Jacques Gouyon, chevalier de l’Ordre du Roy, sieur de Vaudurant, et de vertueuse dame Janne Cado, sa compagne et espouse, et que l’unziesme jour d’avril et le 8 juin aud. an que dessus 1626, fut baptisé Jan fils des susdits seigneur et demoiselle de Vaultdurand.

Un acte de demission faite par messire Cesart du Cambout, chevalier, seigneur marquis de Coislin, colonel general des Suisses, entre les mains du duc de [fo 20 recto] Vandosme de la capittainerie et gouvernement des villes et chasteau de Moncontour au duché de Penthievre, pays de Bretagne, dont il avoit esté cy devant pourveu par led. sieur de Vandosme, en datte du 9 janvier 1636.

Lettres de provisions dud. gouvernement octroyées par led. sieur de Vandosme en faveur de Charles Gouyon, escuyer sieur de la Riviere Vaudurand, en datte du 12 janvier 1636.

Une lettre escrite par le sieur de Vandosme audit sieur de la Riviere Vaudurand, gouverneur de Moncontour, touchant la demision qu’il vouloit faire de sondit gouvernement de Montcontour entre les mains du sieur de la Touche Trebry, sous le bon plaisir dudit sieur de Vandosme, lequel n’ayant terminé l’affaire qu’il avoit pour rentrer dans le duché de Penthievre, il ne peut acorder audit sieur de la Riviere Vaudurand la demende qu’il luy faisoit, et que lors seroit en estat de le pouvoir faire, il luy promettoit d’avoir grande consideration pour la recommendation qu’il luy faisoit dud. sieur de la Touche Trebry, en datte du 27 avril 1663.

Autre lettre escrite par ledit sieur de Vandosme aud. sieur de Larlan, conseiller du Roi en ses Conseils et president en son Parlement à Rennes, par laquelle il lui mende d’avoir apris avec deplaisir la mort dudit sieur de la Riviere Vaudurand et estant une personne qu’il consideroit, sa perte lui en estoit sensible, l’assurant d’avoir toujours la consideration qu’il devoit pour sa famille et à la recommendation que lui faisoit ledit sieur president de Larlan pour le fils aisné, il l’assuroit que lorsque les choses y seroient disposées, il accorderoit avec joye ce qu’il desiroit de lui, ladite lettre en datte du 20 juin 1663.

Autre lettre escritte aud. sieur president de Larlan, par le sieur cardinal duc de Vandosme, par laquelle il lui mende qu’en consideration et connoissant ses vertus [fo 20 verso] et son merite, il lui accorde la demende pour le fils aisné dudit sieur de la Riviere Vaudurant du gouvernement de Moncontour, en datte du 26 febvrier 1667.

Autre lettre escritte aud. sieur president de Larlan par le sieur de Beaufort le 4 mars aud. an 1667, par laquelle il lui mende qu’il ne pouvoit pas mieux estre disposé qu’il estoit à conserver au fils dudit sieur de la Riviere Vaudurand le gouvernement de Moncontour que les services du pere luy avoint acquis, considerant la demende que lui en faisoit led. sieur de Larlan, il pouvoit faire etat que ses suffrages lui estoient tous assurez envers monsieur et madame de Vandosme.

Lettres de provisions octroyées par Françoise de Loraine, duchesse de Vendome et de Penthievre, veuve de tres hault et tres puissant prince Cesard de Vandome, de la capittainerie et gouvernement de la ville et chasteau de Moncontour, en faveur du sieur de la Riviere Vaudurand, par le deces d’autre sieur de la Riviere Vaudurand son pere, en datte du 13 avril audit an 1667.

Acte de l’assemblée des nobles bourgeois et habitans de lad. ville et communauté de Moncontour, portant la publication desd. lettres et l’enregistrement d’icelles, en datte du 11 may 1667.

Un acte de tuttelle et pourvoyance des enfans mineurs de desfunt messire Charles Gouyon chevalier sieur de la Riviere, de son mariage avec dame Anne de Larlan, qui estoient au nombre de quatre enfans, sçavoir Jan Louis Gouyon, Charles, Julienne et Marie Anne Gouyon, à laquelle tuttelle led. sieur de Vaudurand, comme frere dud. sieur de la Riviere, a deliberé et donné son susfrage, en datte du 26 may 1663.contrat de mariage passé entre messire Charles Gouyon chevalier sieur de la Riviere, et demoiselle Anne de Larlan sœur dud. sieur de Larlan, enfans et icelui sieur de Larlan herittier principal et noble de desfuntz messire Jullien de Larlan et dame Michelle Guido son epouse, seigneur et dame de Painhair et de [fo 21 recto] Quercadio, en presence et du consentement dud. sieur de Larlan, frere de ladite demoiselle, du sieur de Vaudurand, cornette de la compagnie de Maistre de camp general de la cavalerie de France, et de messire François Gouyon, sieur des Rochettes, en datte du 9 febvrier 1649.

Induction de dame Françoise du Chasteigner, veuve de feu messire Joseph Gouyon, vivant sieur de Launay-Commatz, conseiller en la Cour, tuttrice de messire Regnault et Charles Gouyon, ses enfans de son mariage avec led. desfunt, sur le seing de maitre Gilles le Faure son procureur, fournye et signiffiee au procureur general du Roy par Davy huyssier, le 12 jour de decembre 1668, par laquelle elle soutient que lesd. Gouyon ses enfans sont nobles, issus d’ancienne chevalerie et extraction noble, et comme tels devoir estre eux et leur posterité née en loyal et legittime mariage maintenus dans la qualité d’escuyer, noble, messire et de chevallier, et dans tous les droits, privileges et preminances attribuez aux anciens et veritables nobles et chevaliers de cette province, et qu’à cet esfet ils seront employez aux rolles et cathologue d’iceux de la juridiction royalle de Dinan, et qu’il susfira pour genealogie de dire que ils sont issus de nobles homs Lancelot Gouyon et de demoiselle Renée Lambert, qui eurent de leur mariage nobles homs Jan Gouyon aisné, decedé sans hoirs de corps, Charles Gouyon sieur du Vaultrouault, Bertrand Gouyon sieur de Vaudurand et de la Villesoyseaux, et Jacques Gouyon sieur de Saint Martin, la Coudraye et Launay-Comatz, lesquels ayant fait deux branches et suivant celle dud. Jacques, il fut marié avec dame Jullienne de Launay, desquels issurent Gilles Gouyon, du mariage duquel avecq demoiselle Renée Gouyon issurent feu messire François Gouyon vivant sieur de Launay-Comats, conseiller en la Cour, et messire René Gouyon, puisné, lequel sieur de Launay-Commatz se maria avec dame Louise de Lescouet, dont issut messire Joseph Gouyon, aussi conseiller en la Cour, lequel epousa ladite du Chateigner, sa veuve, dont [fo 21 verso] sont issus lesd. Gouyon induisants, desfendeurs, lesquels ainsi que leurs autheurs, ont toujours pris la qualité de noble et de memoire d’homme, mais encore qu’ils ont eu le gouvernement noble en toutte la suite des temps. Ce que pour justisfier et son attache et dessente des encestres du sieur de Vaultrouaud, raporte un contrat de vente fait par nobles homs Gilles Visdelou sieur de la Goublaye à noble homme Charles Gouyon sieur de Vaultrouault et du Vaudurand, et Bertrand Gouyon son frere sieur de Vaudurand, en datte du 15 mars 1591, avec autre acte de revante estant au pied, faite par lesd. sieurs de Vautrouault et Vaudurand à nobles hommes Jacques Gouyon sieur de Saint Martin, la Coudraye et Launay-Comatz, frere desd. Charles et Bertrand Gouyon, en datte du 16 juin audit an, par lesquels se voit que lesdits Lancelot Gouyon et Renée Lambert estoient issus lesd. Charles Gouyon, sieur de Vaultrouault, Bertrand et Jacques Gouyon freres germains, et que led. sieur de Vaultrouault estoit herittier principal et noble.

Sur le degré dud. Jacques Gouyon trisayeul desdits Gouyon mineurs, desfendeurs, raporte un decret de mariage d’entre messire Gilles Gouyon, fils de desfunts nobles homs Jacques Gouyon et de dame Jullienne de Launay, vivant sieur et dame de Saint Martin ses pere et mere, et leur herittier principal et noble, avec demoiselle Renée Gouyon, fille et herittiere principale et noble de nobles homs Jacques Gouion vivant sieur d’Artois, et de dame Claude Bonnier sa compagne, en datte du 7e janvier 1602.

Un autre acte de transaction raportée sur le degré dudit Gilles, passée entre messire François Gouyon sieur de Launay-Commatz, conseiller au Parlement, fils aisné herittier principal et noble de messire Gilles Gouyon, seigneur dudit lieu de Launay-Commatz, et de demoiselle Renée Gouyon, ses pere et mere, et ledit Gilles aussy herittier principal et noble dud. Jacques Gouyon et de ladite de Launay ses pere et mere, et Jan Lachoue escuyer sieur de la Hautiere, mari de demoiselle Renée Ferron [fo 22 recto] sa compagne, herittiere par representation de ses pere et mere de demoiselle Jullienne de Quelenec, sœur uterinne dud. Gilles du second mariage de ladite de Launay avecq messire Claude du Quellenec, touchant le partage provisional donné par led. Gilles comme fils aisné herittier principal et noble desdits Gouyon et de Launay, à escuyer Jan Ferron, mari de ladite demoiselle Jullienne du Quelenec sa femme, sœur uterine dudit Gilles, dans la succession noble de ladite de Launay leur mere commune, par acte du 5e juin 1617. Sur lequel partage provisional led. sieur de Launay-Commatz, comme herittier principal et noble, auroit transigé finallement et noblement avec led. de la Choue et lad. Ferron sa compagne, le 2 aoust 1642.

Sur le degré dud. François Gouyon fils dud. Gilles, est raporté un acte de transaction passée entre messire François Gouyon chevalier sieur de Launay Commatz, conseiller au Parlement de Bretagne, fils aisné, herittier principal et noble de feu messire Gilles Gouyon, chevalier, et de dame Renee Gouyon sa compagne, vivant seigneur et dame desdits lieux, et escuyer René Gouyon sieur de la Coudraye, dame Margueritte Gouyon veuve de feu messire François de la Piguelaye, seigneur vicomte du Chesnay, enfans puisnez desdits sieur et dame de Launay-Comatz, par lequel led. messire François Gouyon donne partage noble et avantageux dans la succession de sesd. pere et mere à sesd. puisnez, lesquels les reconnurent nobles et d’ancien gouvernement noble, s’estant eux et leurs predecesseurs de tous temps immemorial comportez et gouvernez noblement et avantageusement, en datte du 21 febvrier 1653.

Sur le degré dud. Joseph fils dud. François, sont raportées trois pieces.

La premiere est un contrat de mariage passé entre messire Joseph Gouyon, seigneur de la Coudraye, fils aisné de messire François Gouyon, seigneur de Launay-Comatz, conseiller au Parlement, et de dame Louise de Lescouet, vivante sa femme, et demoiselle Françoise du Chasteigner, [fo 22 verso] fille puisnee de feu messire Pierre du Chasteigner, seigneur de la Thebaudaye, et de dame Helaine du Matz sa femme, en datte du 30e septembre 1650.

La seconde est la pourvoyance des enfens mineurs dud. desfunt François Gouyon, seigneur de Launay Comatz, pere dud. Gilles, tant de son premier mariage avec lad. du Lescouet, que d’autre second mariage avec dame Charlotte Martin de la Morandaye, sa veuve, en datte du 16 may 1654.

La troisiesme est un extrait du papier baptismal de la paroisse de Saint Germain de Rennes par lequel conste que Renaud Charles  [9], fils de messire Joseph Gouyon et de dame Françoise du Chasteigner, a esté baptisé le dernier jour d’octobre 1657, cedit extrait datté au delivrement du 10 febvrier 1659.

Induction de messire René Gouyon sieur de la Coudraye et Judes Gouyon sieur du Verger son fils aisné, desfendeur, sur le seing de maitre Jullien Pommeret son procureur, fournye et signisfyée au procureur general du Roy par Davy huyssier le 12 jour de decembre 1668, par laquelle il soutient estre noble, issu d’ancienne chevalerie et extraction noble, et comme tel devoir estre maintenu lui et sa posteritté née et à nestre en loyal et legittime mariage dans la qualité d’escuyer et dans tous les droits, privileges et preminances, exemptions et immunite qui seront attribues tant aud. sieur de Launay-Comatz qu’aux autres nobles de la province et qu’à cet esfet leur nom sera employé au rolle et cathologue d’iceux du ressort de la juridiction royalle de Dinan, ledit René Gouyon comme estant frere cadet dud. feu messire François Gouyon sieur de Launay-Comatz, conseiller en la Cour, lequel sieur de Launay-Comatz eut pour fils led. feu messire Joseph Gouyon, aussi conseiller en la Cour, pere desd. sieur de Launay-Comats et autres mineurs, dont ladite dame Françoise du Chasteigner est tuttrice et qui a produit les actes ausquels il se resfere ensemble à celle dud. sieur du Vaultrouault leur aisné, ausquels pour [fo 23 recto] justiffier la dessente et attache, sur le degré dudit Gilles Gouyon, son pere, raporte le partage donné aud. René Gouyon par led. François Gouyon, conseiller en la Cour, son frere aisné, fils aisné herittier principal et noble, dans la succession d’autre messire Gilles Gouyon, chevalier, sieur de Launay-Comats, et de dame Renée Gouyon, pere et mere communs, lequel a esté induit par ladite du Chasteigner, dame de Launay-Comatz, en datte dud. jour 21e febvrier 1653.

Un extrait du papier baptismal de la ville et paroisse du Plesix-Balisson, contenant que noble enfant René Gouyon fils de messire Gilles Gouyon, chevalier sieur de Launay-Commatz, et de dame Renée Gouyon sa compagne, fut baptisé le 21 juillet 1611.

Sur le degré dud. René Gouyon, deffendeur, raporte autre extrait du papier baptismal de la paroisse de Plouer par lequel conste que Judes et Mathurin, enfans d’escuyer René Gouyon et de dame Tristanne de Couespelle sieur et dame de la Coudraye, furent nez sçavoir led. Judes le premier jour de novembre 1643 et led. Mathurin, le 25 may 1644.

Induction de messire Charles-Alexandre Gouyon, chevalier sieur de la Rainbaudiere, sur son seing et de maitre Jan Plessix son procureur, fournie et signiffiée au procureur general du Roy par Frangeul huyssier, le 27e novembre 1668, par laquelle il soutient estre noble issu d’ancienne chevalerie et extraction noble, et comme tel devoir estre lui et sa posterité née et à nestre en loyal et legittime mariage maintenus dans la qualité d’escuyer et de chevalier et dans tous les droits, privileges, preminances, exemptions et immunitez attribuez aux anciens et veritables chevaliers et nobles de cette province, et qu’à cet esfet son nom sera emploié au rolle et cathologue d’iceux de la seneschaussee de Rennes.

Pour establir la justice desd. conclusions articule et propose à faits de genealogie que il est descendu originairement de François Gouyon, sieur du Vaulrouault, quy epousa demoiselle Françoise Madeuc, dont issurent Lancelot [fo 23 verso] Gouyon, escuyer sieur de Vaultrouault, qui epousa demoiselle Renée Lambert, dont issurent Jan Gouyon aisné, Gilles Gouyon, Bertrand, Pierre et Jan Gouyon, led. Gilles epousa en premiere nopce demoiselle Catherine de la Riviere, en seconde nopce demoiselle Perronelle de Thehillac, et en troisiesme demoiselle Louise Guihaudeau  [10], et de son mariage avec lad. de Tehillac issut Charles Gouyon ; escuyer, sieur de la Rainbaudiere, et .......... [11] avec lad ........ [12] issut Pierre Gouyon sieur de Courbuisson, qui epousa demoiselle Marie Houchour dont issut Pierre Gouyon, escuyer sieur de la Foltiere, et ledit Charles epousa demoiselle Janne du Bignon, dont est issu Pierre Gouyon, escuyer sieur de la Rainbaudiere, qui epousa demoiselle Elisabeth de la Riviere dont est issu led. Charles-Allexandre Gouyon sieur de la Rainbaudiere, desfendeur, lesquels ainsi que leurs predecesseurs ont toujours vescus et se sont comportez et gouvernes noblement et avantageusement, tant en leurs personnes que biens, pris la qualitez de nobles, puissants et seigneurs, et porté les mesmes armes par eux cy devant declarez, qui sont d’argent à un lyon de gueulle armé, lampacé et couronné d’or, ainsy qu’il se voit au chesf d’un arbre genealogicque qu’il induit à cet esfet.

Sur le degré dud. Pierre Gouyon, escuyer sieur de la Rainbaudiere, raporte un extrait du papier baptismal de la paroisse du May par lequel se void que Charles Alexandre fils Pierre Gouyon, escuyer sieur de la Rainbaudiere, et de demoiselle Elizabeth de la Riviere, fut baptisé le 24 mars 1633.

Sur le degré dud. François Gouyon son quart ayeul raporte ledit acte de partage noble et avantageux du 14e decembre 1517 entre nobles gens [fo 24 recto] François Gouyon, escuyer sieur du Vaurouault, et demoiselle Françoise Madeuc son epouse, Adrien du Fai escuyer, et Catherine Madeuc sa femme, sieur et dame de la Ville-Brecelet et de la Grange, pour raison des successions de deffunts nobles gents Mathurin Madeuc et Gillette le Felle, lors sa femme, sieur et dame de Quilehé et de la Ville-Brecelet pere et mere desd. Catherine et Françoise Madeuc, dont ladite Catherine etoit fille aisnee et reconnue herittiere principale et noble, ensemble les successions de leursdits pere et mere etre de gouvernement noble, par lad. Françoise Madeuc puisnee, qui accepta et reçut de sad. sœur led. partage noble.

Sur le degré dudit Lancelot, fils dud. François, sont raportées deux pieces.

La premiere est une transaction passée entre escuyer Charles Lambert seigneur de la Hauteville, et demoiselle Margueritte Lenfant sa mere, et Lancelot Gouyon, escuyer sieur de Vaultrouault fils aisné herittier principal et noble de desfunt François Gouyon, escuyer sieur de Vaultrouault, pour raison de la jouissance qu’avoit fait led. François Gouyon des biens dudit Charles Lembert, et Jacques Gouyon, en datte du 3e aoust 1559.

La seconde est autre acte de transaction passée entre escuyer Jacques Labbé et demoiselle Catherine Gouyon sa femme, sieur et dame du Gardon, et Lancelot Gouyon seigneur de Vaulrouault et de la Villegoures, par lequel led. Lancelot Gouyon en qualité de fils aisné herittier principal et noble donne partage noble et avantageux à ladite demoiselle Catherine Gouyon, sa sœur, dans la succession [fo 24 verso] noble dud. deffunt François Gouyon, leur pere commun, laquelle succession ils reconnurent noble et d’ancien gouvernement noble, s’estant ledit François et ses predecesseurs de tout temps immemorial comportes et gouvernés noblement et avantageusement, selon l’asize du compte Gesfroi, en datte du 2 avril 1567.

Sur le degré dud. Gilles Gouyon fils dud. Lancelot, raporte trois pieces.

La premiere est un acte de donnation faite par tres haut et illustre René vicomte de Rohan et dame Catherine de Partenay son epouse aud. Gilles Gouyon, escuyer sieur de Vaulrouault, l’un des escuyers de la maison desdits seigneur et dame de Rohan, de la charge de capitaine gouverneur de la ville et chasteau de Josselin, pour recompense des services qu’il leur avoit rendus, en datte du 2e aoust 1584.

La seconde est un autre acte produit par led. sieur de Vaultrouault, dud. jour 29 juin 1587 qui est un partage noble donné aud. Gilles Gouyon puisné, par led. Jan Gouyon son frere aisné herittier principal et noble, dans les successions desdits Lancelot Gouyon et Renée Lambert seigneur et dame du Vautrouault, leur pere et mere communs.

La troisiesme est un contrat de mariage passé entre escuyer Gilles Gouyon sieur du Vaulrouault et du Pont Normand, l’un des gentilshommes ordinaires de la Chambre du Roy, gouverneur de la comté, ville et chasteau de Josselin, et de demoiselle Louise Richardeau, veuve de Jan du Bignon, vivant escuyer [fo 25 recto] [sieur] de Movonis, par lequel se void que ledit seigneur de Vaulrouault avoit esté marié precedament en premiere nopces à demoiselle Françoise [13] de Tehillac, ledit contrat en datte du 21 avril 1587.

Sur le degré dud. Charles Gouyon, fils dudit Gilles, sont raportez deux pieces.

La premiere est un contrat de mariage en datte du 19e janvier 1604 entre Charles Gouyon, escuyer sieur de la Rambaudiere, fils aisné de Gilles Gouyon escuyer sieur de Vautrouault, issu de la maison de Matignon, et de desfunte demoiselle Perronnelle de Thehillac, issue de la maison de Thehillac, et demoiselle Jeanne du Bignon, fille aisnée de desfunt Jan du Bignon, vivant escuyer, sieur de Monduis, et de demoiselle Louise Richardeau.

La seconde est une sentance rendue au presidial d’Angers entre messire Pierre Gouyon, chevallier sieur de Courbuisson, fils de desfunt messire Gilles Gouyon, escuyer sieur de Vaurouault, et de demoiselle Perronnelle de Tehillac, et maistre Roland Graudin, saizissant la terre de la Rainbaudiere de la succession de desfunt Charles Gouyon, maitre Jan de Mazieres curateur de Pierre Gouyon, escuyer sieur de la Noe, fils de Charles Gouyon, par laquelle led. Pierre Gouyon est receu à accepter ladite succession sous beneffice d’inventaire et que delivrance et distraction lui sera faitte du tiers de la terre de la Rainbaudiere, en datte du 26e septembre 1629.

Sur le degré de Pierre Gouyon, fils dudit Charles, raporte encore un contrat de mariage passé entre messire Pierre Gouyon sieur de la Rainbaudiere, fils unique et seul herittier [fo 25 verso] principal et noble de deffunt messire Charles Gouyon, vivant seigneur de la Rainbaudiere, et de dame Jeanne du Bignon, ses pere et mere, et demoiselle Isabelle  [14] de Riviere, fille de desfunt messire Allexandre de Rivieres, vivant seigneur de Piolayne, Saint-Loup, conseiller du Roy au Parlement de Bretagne, et dame Isabeau de Cotte-Blanche ses pere et mere, par l’advis de messire Gilles Gouyon, seigneur de Launay-Gommatz, oncle dud. sieur de la Rainbaudiere, en datte du 12 febvrier 1631.

Un inventaire des tittres de noblesse que Charles Allexandre Gouyon, escuyer sieur de la Rambaudiere, tant pour luy que pour Pierre Gouyon, escuyer sieur de la Freteliere auroit mis devant le sieur Voisin, conseiller du Roy, maistre des requestes ordinaire de son hostel, commissaire departy pour l’execution des ordres de Sa Majesté, en datte du 23 septembre 1667, signé Charles-Allexandre Gouyon, et meme avec sentence au pied dudit sieur Voisin, par laquelle il auroit donné acte ausdits Gouyon de la representation de leurs tittres pour y avoir esgard lors de la confection du cathologue des gentilshommes, ordonné par l’arrest du Conseil du 22 mars 1666, ladite sentance en datte du 25 septembre 1667, signé Voisin de la Noirais.

Induction d’escuyer Charles Gouyon sieur des Rochettes et escuyer François Gouyon sieur de la Coudre son fils aisné, herittier presumptif principal et noble, desfendeurs, sur le seing de du Breil leur procureur, fournye et figniffyée au procureur general du Roy par Testart huyssier le huittiesme decembre 1668, par laquelle ils soutiennent estre nobles, issus d’ancienne chevallerie et extraction noble et comme tels devoir estre eux et leur posteritté née et à nestre [fo 26 recto] en loyal et legittime mariage maintenus dans la qualité d’escuyer et dans tous les droits, privileges et preminances attribues aux anciens et verittables nobles de cette province, et qu’à cet esfet ils seront employez au rolle et cathologue des nobles d’iceux de la juridiction royalle de Ploermel.

Proposants pour faits de genealogie que François Gouyon sieur de la Coudre est fils aisné, presomprisf herittier principal et noble dudit escuyer Charles Gouyon sieur des Rochettes, de son premier mariage avec feue demoiselle Isabelle de la Coudre, que led. Charles etoit fils d’escuyer François Gouyon, sieur des Rochettes, et demoiselle Jullienne Daen, dans la maison de Launay Cosquer, lequel François etoit fils d’escuyer Pierre Gouyon sieur des Rochettes et de dame Anne de Chaurois de la maison de Collion, que led. Pierre etoit fils de messire Lancelot Gouyon seigneur du Vautrouault et de dame Renée Lambert ses pere et mere, ledit Lancelot sorti de la maison noble des Gouyons de Matignon qui ainsi que leurs predecesseurs se sont de tous temps inmemorial comportez et gouvernez noblement et avantageusement, pris les qualitez de nobles, puissants seigneurs et messire, ainsy qu’il a esté justisfie par ledit seigneur de Vautrouault leur aisné aussy sorti de lad. maison de Matignon.

Mais pour justisfier seullement leur attache et dessente d’icelle et ensuite de la maison de Vautrouault, commençant sur le degré dudit François Gouyon sieur de la Coudre, fils dudit [fo 26 verso] escuyer Charles Gouyon sieur des Rochettes de son premier mariage avec desfunte demoiselle Isabeau de la Coudre, raporte un contrat de mariage du vingt un janvier 1647 passé entre messire Charles Gouyon sieur de la Garaudiere, authorisé de messire François Gouyon, veuf de dame Jullienne Dain, sieur et dame des Rochettes, avec ladite demoiselle Isabeau de la Coudre fille de desfunt messire Pierre de la Coudre et dame Janne le Venneur sa veuve, sieur et dame de la Coudre.

Sur le degré de Pierre Gouyon, pere dud. François, sont raportées deux pieces.

La premiere est un inventaire et certisfication des actes, tittres et enseignement trouvez apres le deces de desfunt Pierre Gouyon sieur des Rochettes Vautrouault, fait à requeste de demoiselle Anne de Chaurois sa veuve pour la conservation des droits apartenants à nobles gents François et autre François, Hierosme, René, Jan, Christophle, Charlotte, Anne, Hellene et Françoise Gouyon, enfans mineurs dud. feu sieur des Rochettes et de ladite Chaurois, en datte du 3 febvrier 1610.

La seconde est la vente des biens meubles trouves apres le deces dud. feu escuyer Pierre Gouyon sieur des Rochettes apartenants à François, autre François, Hierosme, René, Jan, Christophle, Charlotte, Anne, Hellene et Françoise Gouyon ses enfans mineurs et de demoiselle Anne de Chaurois sa veuve, en datte du 9e septembre 1610.

Sur le degré dud. Lancelot, pere dudit Pierre, raporte un contrat de mariage fait entre escuyer Pierre Gouyon seigneur des Rochettes, fils de nobles homs Lancelot Gouyon et demoiselle Renée [fo 27 recto] Lambert sieur et dame de Vaultrouault, et demoiselle Anne de Chauroye, fille de feu escuyer Christophle de Chaurois et demoiselle Françoise Le Vicomte, sieur et dame de la Chaproinne, en datte du 14 avril 1589.

Un acte passée en forme de lettres entre tres haute et puissante dame Catherine de Parthenay veuve de desfunt tres haut et tres puissant seigneur René vicomte de Rohan, prince de Leon, tant en son nom que comme curatrice de ses enfans mineurs, et Pierre Gouyon, escuyer, sieur des Rochettes Vaultrouault et de la Motte au Loup, de mettre et faire mettre ses escussons et armoiries dans les vittres de l’eglize de Loudeac et de la Motte-Gargageon, au dessous desd. sieurs ses enfans, et de les mettre et faire mettre sur ses tombes et escabeaux en bosse. Voullant et consentant ladite dame que led. sieur de la Rochette Vautrouault et de la Motte au Loup et ses herittiers ayent les preminances et privileges auxdits lieux, declarant decharger led. sieur de Vaultrouault de la garde du chasteau de la Cheze, ou il avoit esté institué et mis pour la conservation dudit chateau, en datte du 20e septembre 1598, signé et scellé, avec les certifications faites dud. acte en la juridiction de Ploermel le 20e novembre 1598, avec la ratification dud. acte faite par Henry, duc de Rohan, estant sur le revers d’icelle, en datte du 20e septembre 1605, et la publication en faite aux plaids de la cour de Loudeac, le 28e janvier 1606.

Un arret [fo 27 verso] de la Chambre des Comptes de Bretagne, portant la verification dudit acte et enregistrement d’iceluy, en datte du 2e juillet 1600.

Induction d’escuyer Christophle Gouyon sieur de la Ville Pierre desfendeur, sur son seing et de maitre François du Breil son procureur, fournye et signiffiée au procureur general du Roy, par Frangeul huyssier le 23e jour de novembre 1668, par laquelle il soustient estre noble, issu d’ancienne chevalerie et extraction noble, et comme tel devoir estre lui et sa posterité née et à nestre en loyal et legittime mariage maintenus dans la qualite d’escuyer et de messire par lui et ses predecesseurs prises, et dans tous les droits, privileges, preminances, exemptions, immunitez et prerogattives attribuez aux nobles de cette province et qu’à cet esfet il sera employé au rolle et catholgue d’iceux de la senechaussée de Rennes comme estant issu de la maison de Vautrouault, les seigneurs de laquelle ont aussy sortis puisnez et cadets de la maison de Matignon, dont le nom est cogneu du public et inscrit dans les livres et histoires, et ainsy n’ayant pas besoing d’une longue genealogie, il dit seullement que Pierre Gouyon son ayeul est issu puisné de ladite maison de Vaultrouaulx, et avoit pour pere ledit Lancelot Gouyon et ladite Lambert, lequel Pierre epouza demoiselle Anne de Chauvrois, fille d’escuyer Christophle de Chauvrois et demoiselle Françoise Le Vicomte, sieur et dame de Champerin, dont issut Jan Gouyon qui epouza demoiselle Lucresse Eudo dont est issu led. Christophle Gouyon qui epouza dame Janne Berthou, veuve de feu messire François de Langourla [fo 28 recto] chefs de nom et armes de Langourla seigneur de Lespine Guen, lesquels n’ont en aucune façon degeneré à la vertu et gouvernement noble de leurs ancestres et l’ont toujours continuez, pris les mesmes qualitez qu’eux de messires escuyers et chevalliers, et porté aussi les armes qu’ils ont cy devant declares.

Ce que pour faire voir, raporte sur le degré dud. Jan Gouyon, pere dud. sieur de la Villepierre, un extrait du papier baptismal de la paroisse de Nostre Dame de Moncontour, contenant que Christophle Gouyon, fils d’escuyer Jan Gouyon et de demoiselle Lucresse Eudo, sieur et dame de la Motte, fut baptisé le mardi 15e jour d’octobre 1624.

Un contrat de mariage passé entre messire Christophle Gouyon, seigneur de la Villepierre, fils aisné de messire Jan Gouyon et de dame Lucresse Eudo, sa femme, seigneur et dame de la Motte, et dame Janne Berthou, veuve de feu messire François de Langourla, chef de nom et armes de Langourla, vivant seigneur de Lespineguen, en datte du 15 septembre 1648.

Sur le degré de Pierre Gouyon, pere de Jan, raporte un contrat de mariage stipullé entre demoiselle Anne Chaurois, veuve feu Pierre Gouyon escuyer sieur des Rochettes Vautrouault, et tuttrice d’escuyer Jan Gouyon sieur de la Motte son fils puisné et dud. feu sieur des Rochettes, et escuyer Christophle Gouyon, sieur du Verger Vaulrouault, oncle dud. sieur de la Motte et se portant procureur d’escuyer François Gouyon, sieur des Rochettes, et de lad. de Chaurois et led. sieur de la Motte, et nobles gens René Eudo et Jacquemine Lambalais sa compagne, sieur et dame du Fresche et du Boisrieu, pour estre ledit mariage fait entre led. Jan Gouyon sieur de la Motte et ladite Eudo, en datte du 20e juillet 1621.

Un autre contrat de mariage passé entre escuyer Pierre Gouyon [fo 28 verso] seigneur des Rochettes, fils de noble homme Lancelot Gouyon et demoiselle Renée Lambert sieur et dame de Vaultrouaulx, et demoiselle Anne de Chauroye, fille d’escuyer Christophle de Chauroye et demoiselle Françoise Le Vicomte, sieur et dame de Champerrin, de Bonnamour, Caleon et le Pauillon, en datte du 12e janvier 1589.

Induction de Pierre Gouyon sieur de la Motte, sur son seing et dud. du Breil son procureur, fournye et signiffyée au procureur general du Roy, par Frangeul huyssier, le 26 jour de novembre 1668 par laquelle il soustient estre noble, issu aussi d’ancienne chevalerie et extraction noble et comme tel devoir pareillement estre lui et sa posteritté nee et à nestre en loyal et legittime mariage maintenu dans la qualité d’escuyer et de messire et dans tous les droits, privileges et preminances attribuez aux nobles de cette province, et qu’à cet esfet son nom fera employé au rolle et cathologue d’iceux de la juridiction royalle de Ploermel, comme estant frere puisné dudit sieur de la Ville Pierre, lequel doit avoir induit les actes et tittres au soutient desdites qualitez, ensemble led. sieur de Vaultrouault aisné de la maison de Vaultrouault, et pour faire voir son attache, raporte deux pieces.

La premiere est un extrait du papier baptismal de la paroisse de Saint Michel de Moncontour, par lequel se voit que le 26 janvier 1634 fut baptisé noble Pierre Gouyon, fils d’escuyer Jan Gouyon et de demoiselle Lucresse Eudo sa compagne, sieur et dame de la Motte.

La seconde est un acte de designation faite par led. escuyer Christophle Gouyon sieur de la Ville Pierre, son frere aisné, herittier principal et noble, dans les successions desd. desfunts Jan Gouyon et Lucresse Eudo sieur et dame [fo 29 recto] de la Motte leur pere et mere, lesquelles ils reconnurent noble et de gouvernement noble et avantageux, s’estant eux et leurs predecesseurs comportez et gouvernez noblement et avantageusement, tant en leurs personnes que biens, en datte du 8 juillet 1666.

Un contrat de mariage passé entre ledit Gouyon sieur de la Motte, et demoiselle Margueritte Butault, fille unique et seulle herittiere de messire François Butault et dame Jacquemine Couvrand, sieur et dame des Briands, en datte du 28 mars 1658.

Induction de demoiselle Jeanne Bedée, veuve de feu escuyer Jan Gouyon sieur de Miniac, mere et bien veillante d’escuyer Louis Gouyon, sieur dud. lieu de Miniac, leur fils sur le seing de maitre François du Breil son procureur, fournye et signiffiee au procureur general du Roy par Palasne huyssier, par laquelle elle soustient que led. desfunt escuyer Jan Gouyon est de la famille desdits Gouyons, mais encore que son pere est sorti d’un premier puisné de la maison de Vaultrouault, et le sieur de Vaudurand d’un troisiesme cadet, et ainsy devoir estre sondit fils et sa posterité née en loyal et legittime mariage maintenu dans la qualité d’escuyer et noble d’ancienne extraction et dans tous les droits, privileges, preminances attribues aux nobles de cette province, et qu’à cet esfet son nom sera employé et inscrit au rolle et cathologue d’iceux de la seneschaussée de Rennes.

Articullant que ledit Louis Gouyon est fils dudit desfunt messire Jan Gouyon vivant chevalier sieur de Miniac, et de lad. Janne Bedée son epouse, et que les sieurs de Vaulrouaux Gouyon et de Saint Loyal ont justisfyé par les actes qu’ils ont produits le gouvernement noble de leurs predecesseurs, avec leurs qualitez et vertus, et ainsy ne pretendre [fo 29 verso] justisfier que son attache ausdits Gouyons, et à cette fin raporte un extrait du papier baptismal de l’eglize et paroisse de Saint Sauveur de Dinan, contenant que le 25 febvrier 1667 Louis François Gouyon issu du mariage de feu messire Jan Gouyon, vivant chevalier sieur de Miniac, et de dame Jeanne Bedée son epouse, fut baptissé en ladite eglize.

Un acte de tuttelle et pourvoyance des enfans mineurs de desfunt messire Jan Gouyon vivant seigneur de Miniac, et de dame Jeanne Bedée, dame dudit lieu, veuve en secondes nopces dudit sieur de Miniac, par lequel se voit que messire François Gouyon, sieur de Mauni, oncle du mineur, messire Charles Gouyon seigneur de la Ravillaye, messire Jan Gouyon seigneur de Vaudurand, parent au second degré dud. mineur, messire François Gouyon, messire Louis Huchet et autres parants ont deliberé à ladite tuttelle et que ledit mineur est de la famille desd. Gouyons, son pere estant sorti d’un premier puisné de la maison de Vautrouault, en datte du 19 avril 1667.

Induction de François Gouyon escuyer sieur de Mauni sur le seing dud. du Breil son procureur, fournye et fignisfiee au procureur general du Roy par Frangeul huyssier, le 17 janvier 1669, par laquelle il soustient estre noble, issu d’ancienne chevallerie et extraction noble, et comme tel aussi devoir estre lui et sa posterité née et à nestre en loyal et legittime mariage maintenu dans la qualité d’escuyer de toute antiquité, etant sorti de laditte maison de Vautrouaulx, et [fo 30 recto] dans tous les droits, privileges, preminances, exemptions et inmunitez attribuez aux anciens et verittables nobles de cette province, et qu’à cet esfet il sera employé au rolle et cathologue d’iceux de la juridiction royalle de Dinan.

Pour establir la justice desquelles conclusions et les justisfier, il luy susfit de dire qu’il est sorti de l’ancienne maison dud. sieur de Vautrouaulx, et par reversion de la maison de Beaucorps et Matignon, qui sont des maisons des plus considerables de la province, et d’employer le sac dudit seigneur du Vaulrouaux, d’autant qu’escuyer Bertrand Gouyon, en son vivant seigneur de Vaudurand, grand pere dud. François Gouyon, induisant, desfendeur, qui estoit fils de messire Lancelot Gouyon, vivant sieur de Vaultrouault, estoit son second fils ainsy qu’il se voit par le partage produit par ledit sieur de Vaudurant.

Sur le degré dudit Bertrand, raporte encore un contrat de mariage passé entre Jan Gouyon escuyer sieur de la Villèsoiseaux, connestable des ville et chasteau de Saint Malo, fils aisné herittier presumptif principal et noble de nobles genz messire Bertrand Gouyon, chevalier de l’ordre du Roy, gentilhomme ordinaire de la Chambre du Roy, son pentionnaire en Bretagne et son lieutenant sous la charge du seigneur marquis de Coatquen, en la ville et chasteau dudit Saint Malo, et dame Servanne Chausfé, sieur et dame de Vaudurand, et noble demoiselle Marie de la Bouessiere, fille aisnée, herittiere principalle et noble de desfunt noble escuyer Ollivier de la Bouessiere son pere, vivant sieur dudit lieu, et aussi herittiere presumptisve principalle et noble de demoiselle Marthe Liret, sa mere, en datte du 7e avril 1600.

[fo 30 verso] Sur le degré dudit Jan Gouyon, fils dudit Bertrand, pere dudit desfendeur, raporte un autre contrat de mariage passé entre messire Jan Gouyon, chevalier de l’

Ordre du Roy nostre Sire, seigneur de la Villèsoiseaux, et demoiselle Margueritte de la Rouveraye veuve de desfunt Pierre de Chambalan escuyer sieur de la Ricordaye, en datte du 1er juillet 1617.

Induction de Charles Gouyon escuyer sieur de la Ravillaye et de Bellestre, desfendeur, par laquelle il soustient mesmemant estre noble issu desdits Gouyon de Matignon et Vautrouault, ancienne chevallerie et extraction noble et comme tel devoir aussy estre lui et sa posterité née et à nestre en loyal et legittime mariage maintenu dans la qualité d’escuyer d’ancienne extraction et dans tous les droits, privileges et preminances attribuez aux anciens et verittables nobles et chevaliers de cette province, et qu’à cet esfet il sera employé au rolle et cathologue d’iceux de la seneschaussée de Rennes.

Proposant pour faits de genealogie qu’il est fils aisné, herittier principal et noble de feu escuyer Jullien Gouyon, vivant sieur de la Villenizan, et de demoiselle Françoise Gaultier ses pere et mere, que ledit Jullien Gouyon etoit frere puisné d’escuyer George Gouyon, seigneur de Vaumeloisel et de la Motte-Colas, lesquels estoient fils d’escuyer Jan Gouyon, seigneur de la Garenne, lequel etoit fils de noble escuyer Lancelot Gouyon et dame Renée Lambert sa compagne, seigneur et dame du Vautrouault et de la Villegoures, et ainsy que son attache etant à ladite maison de Vautrouaulx, il lui susfit, pour justisfication de sa qualité d’employer et se referer aux actes dud. seigneur du Vautrouaulx et celles dud. [fo 31 recto] sieur de Saint Loyal, et pour monstrer sadite attache et le gouvernement noble des dessendants d’icelle, raporte un acte de majorité d’escuyer Charles Gouyon sieur de la Ravillaye, et tuttelle de demoiselle Françoise Gouyon sa sœur puisnée, dame des Gardes, enfans de feu escuyer Jullien Gouyon, vivant sieur de la Villenizan, et de demoiselle Françoise Gaultier leur pere et mere, dans laquelle se void que led. sieur de la Ravillaye estoit cousin au tiers degré au paternel de feu messire François Gouyon seigneur de Launay Commatz, conseiller au Parlement, que messire Charles Gouyon seigneur de Vaultrouault est cousin né de germain dud. sieur de la Ravillaye Gouyon, que les sieurs du Boys et de Saint Loyal sont cousins au second degré, et que par leurs advis et autres de leurs parans, ledit Charles Gouyon ayant obtenu lettres de dispance comme personne noble n’ayant atteint l’aage de vingt ans, fut mis dans l’administration de ses biens, en datte du 14e may 1648.

Sur le degré dud. Jullien Gouyon pere dud. Charles est raporté un contrat de mariage passé entre escuyer Jullien Gouyon sesigneur de la Villenizan et des Trepatrez, et damoiselle Françoise Gaultier, dame douariere de la Trochardaie, en datte du 22 febvrier 1621.

Sur le degré de Jan Gouyon pere dudit Jullien raporte un acte de partage noble et avantageux donné par escuyer Georges Gouyon seigneur du Vaumeloisel et de la Motte Colas, fils aisné herittier principal et noble de desfunts escuyer Jan Gouyon seigneur de la Garenne, et de dame Jacquemine des Nos ses pere et mere, à Jullien Gouyon escuyer sieur de la Villenizan son frere puisné, dans la succession noble de ladite des Nos leur mere, laquelle ils reconnurent noble, en datte du 1er decembre 1627.

Sur le degré dud. Lancelot, pere dudit [fo 31 verso] Jan Gouyon, raporte le partage cy devant produit par led. sieur de Vaultrouaulx dud. jour 29 juin 1587, par lequel se voit que ledit Jan Gouyon etoit fils dud. Lancelot et de ladite Lambert ses pere et mere et qu’ils partagerent leurs successions noblement et avantageusement.

Induction d’escuyer Pierre Gouyon sieur de la Villerogon, et Jacques Gouyon, escuyer sieur de la Demie Ville, freres desfendeurs, sur le seing dud. du Breil leur procureur, fournie et signisfiee au procureur general du Roy par Daussy huyssier le 7e jour de decembre 1668, par laquelle ils soustiennent estre sortis de la maison du Vaultrouaulx Gouyon, antiennes chevalleries et extraction noble et comme tels devoient estre eux et leurs posterité née et à nestre en loyal et legitime mariage maintenus dans la qualité d’escuyer et dans tous les droits, privileges et preminances attribues aux nobles de cette province, et qu’à cet esfet ils seront employez au rolle et cathologue d’iceux du ressort de la juridiction royalle de Saint Brieuc, pour le regard dud ..........  [15] et pour le regard dudit ...........  [16], en celui de la juridiction royalle de Jugon, articullant qu’ils sont sortys de ladite maison du Vaultrouault, fleurissante dans les nom des Gouyons de plus de deux cents cinquante ans, et n’avoir lesdits sieurs de la Villerogon et de la Demie Ville .............  [17], par original que le partage des biens des successions de feuz messire Bertrand Gouyon et de dame Margueritte de Saint Denoual sa compagne, seigneur et dame de Vaultrouault, leur donné noblement et avantageusement [fo 32 recto] par messire Charles Gouyon seigneur du Vaultrouault, herittier principal et noble, lesquels auroient recognus les successions de leursdits pere et mere nobles et d’ancien gouvernement noble, s’etans eux et leurs predecesseurs de tout temps inmemorial comportez et gouvernez noblement et avantageusement tant en leurs personnes que biens selon l’asize du compte Geffroy, par lequel se void que lesdits sieurs de la Villerogon et de la Demie Ville sont oncles dud. sieur de Vaultrouault, en datte du 13e febvrier 1636.

Induction de Jan Gouyon escuyer sieur de Querambars, conseiller du Roy et senechal dans la juridiction d’Auray, sur le seing de maitre François Pinot son procureur, fournye et signiffyée au procureur general du Roy par Busson huyssier, le 25 jour de novembre 1668, par laquelle il soustient estre noble et issu d’ancienne chevalerie et extraction noble et comme tel devoir estre luy et sa posteritté née et à nestre en loyal et legittime mariage maintenus dans la qualité d’escuyer et dans tous les droits, privileges et preminances attribuez aux nobles de cette province, et qu’à cet esfet son nom sera employé au rolle et cathologue d’iceux de la juridiction royalle d’Auray.

Proposant pour faits de genealogie qu’il est fils de messire François Gouyon vivant sieur des Rochettes et de dame Guyonne de Langle, que ledit François estoit fils d’autre messire Pierre Gouyon puisné de la maison du Vaultrouault et de dame Anne de Chauvroye, et comme ledit desfendeur ne represente que le puisné de la maison de Vaultrouaux, qui est une des plus anciennes noblesses de cette province, il n’est saizi d’aucun des tittres de laditte maison, mais bien led. sieur de Vaultrouault qui represente l’aisné et lequel les a induit pour faire voir de sa qualité de noble ; c’est pourquoy ledit deffendeur les emploie [fo 32 verso] à mesme fin et s’arrestera seullement à justisfier son attache et dessente à icelle maison.

A cette fin raporte un contrat de mariage passé entre messire Jan Gouyon seigneur de K/ambars, conseiller du Roy et son seneschal en la juridiction d’Auray, fils de messire François Gouyon et dame Guyonne de Langle sa compagne, seigneur et dame des Rochettes, et demoiselle Marie Le Gouvello, dame de Quermario, fille de messire Jan le Gouvello vivant sieur du Rosmeur, et de dame Perinne de la Coudraye ses pere et mere, en datte du 9e febvrier 1662.

Sur le degré dud. Pierre pere dud. François, est raporté un acte de partage noble et avantageux donné par messire François Gouyon sieur des Rochettes, fils aisné herittier principal et noble, à autre messire François Gouyon, sieur de Querambartz son frere puisné, dans les successions nobles de deffunts escuyer Pierre Gouyon, fils puisné de la maison de Vaultrouault, et de dame Anne de Chauvroye sa femme, sieur et dame des Rochettes, leur pere et mere, en datte du 6e mars 1648, par lequel lesd. Gouyon freres auraient reconnu que leurdit pere et mere et leurs successeurs etoient nobles et que eux et leurs predecesseurs s’estoient de tous temps immemorial comportez noblement et avantageusement, suivant l’asize du compte Gesfroy, paravant la resformation de la Coutume.

Lettres et mendement donné par François de Cossé duc de Brissac, grand pannetier de France, lieutenant general pour le Roy en Bretagne, gouverneur de Hennebond et autres lieux, à escuyer François Gouyon sieur des Rochettes, portant sa nomination et institution pour commander pour Sa Majesté sous son bon plaisir et l’authorité dud. sieur de Brissac, dans l’estendue de son gouvernement de Hennebond, en l’absance du sieur de K/rolin, son lieutenant aud. [folio 33 recto] gouvernement, avec mesme pouvoir qualité et authorité, en datte du 25 juillet 1636, signées François de Cossé, et scellées.

Une lettre missive ecrite par le sieur de Pontchateau audit sieur des Rochettes Gouyon, pour travailler à la levée des soldats aux fins de la commission de Sa Majesté qu’il lui envoya, signée de Pont Chasteau.

Et tout ce que par lesd. desfendeurs a esté mis et induit, conclusions du procureur general du Roy avec l’induction de ladite Martin veuve dud. François Gouyon, sieur de Launay Comatz, tuttrice dud. François Gouyon leur fils, du 21e febvrier 1669, et les actes y employez, et autres conclusions sur icelles considerées.

La Chambre, faisant droit sur les instances, a declaré et declare lesdits Jacquemine, Marie Françoise et Claude-Jeanne Gouyon, François Gouyon Beaucorps, Jan Gouyon Dieudy, Charles Gouyon son fils aisné, Pierre Gouyon Vaurouaux, René Gouyon Plessix son frere, Jan Gouyon la Palue, Bertrand Gouyon du Rocher son frere, François Gouyon Mauny, Louis Gouyon Miniac, Charles Gouyon Ravillais, Michel Gouyon Saint Loyal, François, Toussaint, Guy et Michel Gouyon ses enfans, Henry Gouyon Pontbrecel, Marc Gouyon son fils, Jan Gouyon Vaudurand, Jan-Louys Gouyon Riviere Vaudurand, Charles Gouyon son puisné, René et Charles  [18] Gouyon Launay Commatz, René Gouyon la Coudraye, Judes Gouyon son fils, Charles Allexandre Gouyon Raimbaudiere, Charles Gouyon les Rochettes, François Gouyon la Coudre son fils, [fo 33 verso] Christophle Gouyon Villepierre, Pierre Gouyon la Motte, Pierre Gouyon Villerogon, Jacques Gouyon Demie Ville, Jan Gouyon Querambars, François Gouyon fils François Launay Comatz, et les dessendants en mariage legittime desdits Gouyons masles, nobles, issus d’ancienne extraction noble et comme tels a permis ausdits François Gouyon Beaucorps, Jan Gouyon Dieudy, Charles Gouyon son fils aisné, Jan Gouyon Vaudurand, Jan Louis Gouyon Riviere Vaudurand, Pierre Gouyon Vaultrouault, René Gouyon Launay Coumatz, Charles Allexandre Gouyon Rainbaudiere et François Gouyon fils François Launay Coumatz, de prendre les qualitez d’escuyer et de chevalier, et autres Gouyon masles celle d’escuyer, et ausd. Jacquemine, Marie Françoise et Claude Janne Gouyon celle de demoiselle, et les a maintenus au droit d’avoir armes et escussons timbrés apartenants à leur qualité et à jouir de tous droits, franchises, privileges et preminances attribuez aux nobles de cette province, et ordonne que le nom desd. Gouyon masles sera employé aux rolles et cathologues d’iceux nobles, sçavoir lesd. Gouyon Beaucorps, Gouyon Dieudy et son fils, Gouyon Vaultrouaulx, Gouyon Plessix, Charles et René Gouyon Launay Commatz, Gouyon Rainbaudiere, Gouyon Villepierre, Gouyon Miniac, Gouyon Ravillaye, François Gouyon fils autre François Launay Commatz de la seneschaussée de Rennes, lesd. Gouyon Mauny, Gouyon de la Coudraye et son fils de la juridiction royalle de Dinan, [fo 34 recto] lesdits Gouyon Saint Loyal et ses enfans, Gouyon Pontbrecel et son fils, Gouyon Villerogon et Gouyon Demye Ville de la juridiction royalle de Saint Brieuc, ledit Gouyon Vaudurand de la seneschaussee de Vennes, lesdits Jan Louis Gouyon Riviere Vaudurand, Charles Gouyon son frere et Gouyon K/ambartz de la juridiction royalle d’Auray, Gouyon la Palue et Gouyon du Rocher son frere, de la juridiction royalle de Lesneven, Gouyon Rochettes et son fils et Gouyon la Motte, de la juridiction royalle de Ploermel.

Fait en ladite Chambre à Rennes, le vingt cinquiesme febvrier mil six cent soixante neusf, ainsy signé Le Clavier gresfier.

Collationné à une grosse originalle nous aparue et rendue avec le present, par nous, conseiller du Roy et secrettaire en sa cour,

[Signé :] Esnault.


[1En bas de la première page est indiqué Monsieur d’Argouges, premier président, monsieur des Cartes, raporteur.

[2Plus loin, il n’est question que d’un enfant, prénommé René-Charles.

[3A partir de cette endroit, notre copie ne fait plus de retours à la ligne : nous avons recréé des paragraphes pour une meilleure lisibilité.

[4Plus loin, cet acte d’avancement est daté de 1442, ce qui est chronologiquement plus vraisemblable à la vue des autres pièces rapportées.

[5Le mois est illisible, la date de 1540 forcément erronée. Georges Le Gentil de Rosmorduc, dans la copie de cet arrêt qu’il a trouvée dans le Cabinet d’Hozier, volume 170, lit février 1440. Nous avons confronté notre copie à celle de Georges de Rosmorduc : il s’avère que son exemplaire est plus lacunaire que le notre, mais certains indices (voir plus bas) nous laissent croire que les deux exemplaires ont une origine commune.

[6Comme le montre la suite du paragraphe, il s’agit en fait de René de la Lande, seigneur de la Villerouault.

[7Ainsi écrit.

[8Ou Desnos.

[9Plus haut, il est parlé de Renaud et Charles comme de deux enfants distincts de Joseph Gouyon.

[10Notre manuscrit écrit distinctement Guihaudeau, quand Rosmorduc lit Richardeau.

[11Ainsi en blanc. Ce blanc et le suivant sont aussi dans la version de Rosmorduc.

[12Ainsi en blanc.

[13Elle est prénommée Peronnelle dans le paragraphe suivant.

[14Elle est nommée plus haut Elisabeth.

[15Ainsi en blanc.

[16Ainsi en blanc.

[17Ainsi en blanc.

[18Nous avons vu plus haut qu’il n’est question que d’une personne dans les actes cités, prénommée René-Charles.