Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Château de Bogard, Quessoy, bâti par Guillaume-François de la Nouë (fin XVIIIe).
Photo A. de la Pinsonnais (2007).

Kerhoent de Coetanfao (de) - Preuves pour la Grande écurie (1690)

Dimanche 12 juin 2011, transcription de Jacques Capitaine.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2017 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Preuves de noblesse pour la Grande Ecurie du Roi, BNF, Département des manuscrits, Français 32101, fo 29-31, no 8.

Citer cet article

Preuves de noblesse pour la Grande Ecurie du Roi, BNF, Département des manuscrits, Français 32101, fo 29-31, no 8, transcrit par Jacques Capitaine, 2011, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 26 septembre 2017,
www.tudchentil.org/spip.php?article846.

Télécharger l’article

Kerhoent de Coetanfao (de) - Preuves pour la Grande écurie (1690)
86.9 ko.

Bretagne – Décembre 1690

Preuves de la noblesse de Maurice Sébastien de Kerhoënt, et de Jean Sébastien de Kerhoënt son frère. Présentés pour être reçus Pages du Roi dans sa Grande écurie sous le commandement de son Altesse monseigneur le comte d’Armagnac, grand Ecuyer de France.

Losangé d’argent et de sable. Deux écus sous une seule couronne des marquis. Supports deux lions d’or.

Maurice Sébastien de Kerhoënt, Jean Sébastien de Kerhoënt son frère, 1674 et 1676.

Extrait du registre des batêmes de la paroisse de Séguelien, dans l’eveché de Vannes portant que les cérémonies du batême furent suplées le 13e de janvier de l’an 1678 de Maurice Sébastien de Kerhoënt né le 25e de juillet de l’an 1674 et que les mêmes cérémonies, furent aussi suplées le 2e de mai, de l’an 1678 à Jean Sébastien de Kerhoënt, son frère né le 19e d’octobre de l’an 1676 du mariage de haut et puissant seigneur messire Sébastien de Kerhoënt, marquis de Coëtanfaö et de dame Marie Renée de Kergoët sa femme, cet extrait délivré le 28e de novembre de l’an 1690 et signe Diguet, recteur de l’église de Séguélien.

Ier degré, père. Sébastien de Kerhoënt seigneur de Coëtanfaö, Marie Renée de Kergoët sa femme, dame de Guilli, 1654. D’argent à cinq fusées de gueules, posées en fasce et surmontées chacune d’une quintefeuille de gueules.

N... de Kerhoënt, marquis de Coëtanfaö, frere de Marie et de Jean, est lieutenant des chevaux légers de la garde du Roi, et il a épousé en ... N. Bertaut, fille unique de ... Bertaut, seigneur de Fréauville, conseiller au Parlement, et de ... Langlois de Colmoulins [1].

Contract de mariage de noble et puissant messire Sébastien de Kerhoënt, chef du nom et des armes, de Kerhoënt, et de Kergournadec, chevalier seigneur de Coëtanfaö, de Kerautret, de Kerquerault, et de Mescouin, fils ainé et héritier principal et noble, de puissant messire François de Kerhoënt, chevalier seigneur de Coëtanfaö, et de noble dame Anne de Kérouzeré, sa veuve, dame de Kéraudren, de Morizur, et du Chef du Bois, acordé le 20e de mars de l’an 1654 avec demoiselle Marie Renée de Kergoët, fille aînée et héritière principale et noble, de messire François de Kergoët, chef du nom et des armes de Kergoët, seigneur de Guilli, de Lezaön, de Trohambout, de Coëtgalon, de Crequengat, et de Kerazrec, et de dame Marie de Lohéné, sa femme, ce contract reçu par Lestang, notaire de Kempercorentin.

Partage noble et en juveigneurie, tant de la succession de haut et puissant messire François de Kerhoënt, que de celle de dame Anne de Kerouzeré, sa femme, donné le 22e de septembre de l’an 1664, par haut et puissant messire Sébastien de Kerhoënt, leur fils ainé et héritier principal et noble, chef du nom et des armes de Kerhoënt et de Kergournadéc, chevalier seigneur de Coëtanfaö, comte de Penhoët, et seigneur de Crenhuël et de Kérautret, de Pluvorn, de Mescouïn, de Kerascoët, de Kérasquer, de Gouarnoët, et de Guermor, à hauts et puissants seigneurs messire Toussaint de Kerhoënt, seigneur de Morisur, de Mescoüés, et de la Villeneuve, messire René de Kerhoënt, seigneur de Kéraudraen, messire Joseph de Kerhoënt, chevalier seigneur de Créchquérault, ses frères puinés, et de noble dame Renée de Kerhoënt, leur sœur, femme de noble et puissant messire Roland de Calouet, seigneur de Lanidi, de Trohom et de Kéraël, cet acte reçu Quergoff notaire à Pontivi.

IIe degré, ayeul. François de Kerhoënt seigneur de Coëtanfaö, Anne de Kerouzeré sa femme, dame de Kérandraön, 1620. De gueules au lion d’argent.

Transaction sur partage faite le 4e de juillet de l’an 1664 entre haut et puissant messire Sébastien de Kerhoënt, chevalier seigneur de Coëtanfaö, de Penhoët et Morisur, de Grouhuël, de Kérandraön, du Mescouïn, et de Kérascoët, fils principal et noble de haute et puissante dame Anne de Kerouzeré, sa mère, fille ainée et héritière principale et noble de messire Vincent de Kerouzeré, seigneur de Kerandrëon, de Kérasquer, de Morisur, et de Chefdubois, et de dame Claude de Parcevaux, sa feue et dame Caterine de la Forét, sa cousine, feue de haut et puissant messire Jean-Batiste du Trévou, seigneur de Kersauzon, de Boloré, et de Bréfillac, et fille unique de messire Pierre de la Forét, seigneur de Guigaznou, et de dame Gilette de Kérouzeré sa femme, Cet acte reçu par Sériber, notaire à Morlais.

Suplément de partage noble et de gouvernement noble, et en juvigneurie, suivant l’assise du comte Geofroi, donné le 1er de septembre de l’an 1640 par messire François de Kercoënt seigneur de Coëtanfaö, chevalier de l’ordre du Roi, fils et héritier principal et noble, de haut et puissant messire Charles de Kercoënt, seigneur de Coëtanfaö, et de dame Isabeau de Crechquéraut, sa femme, à nobles et puissants messire Hervé de Kercoënt, seigneur de Kérautrec, et messire Claude de Kercoënt, seigneur de Laumaria, ses frères puinés, cet acte reçu par Brunet et le Prince, notaires de Pontivi.

Compte rendu le 8e de septembre de l’an 1620, par haut et puissant messire François de Kercoënt, seigneur de Kergournadec, et de Trohéon, chevalier de l’ordre du Roi, de la tutelle qu’il avait euë, depuis, l’an 1617 de messire François de Kercoënt son neveu, seigneur de Coëtanfaö, après la mort de noble et puissante Isabelle de Créchquéraut, sa mère, cet acte reçû par Labé, notaire à Lesneven.

IIIe degré, bisaÿeul. Charles de Kerhoënt, seigneur de Coëtanfaö. Isabelle de Crechquéraut sa femme, dame de Crechquéraut. 1590. D’argent à trois tours crénelées de gueules posées deux et une.

Partage des successions de messire François de Crechquéraut, et dame Marie de Penhoät, sa femme, donné le 23e de janvier de l’an 1638, par messire François de Kercoënt, leur petit fils, seigneur de Coëtanfaö et de Crechquéraut, chevalier de l’ordre du Roi, et fils ainé et héritier principal et noble de messire Charles de Kercoënt, seigneur de Coëtanfaö, et de dame Isabeau de Crechquéraut, sa femme, de nobles hommes Pierre le Bihan, seigneur du Pradigou, et Alexandre le Bihan seigneur seigneur de Kerfant, ses cousins, enfans de messire Claude le Bihan, seigneur du Roudour, et de demoiselle Claude de Crechquéraut, sa femme. Ces actes reçus par Godet notaire à Morlais.

Suplément de partage noble et de gouvernement noble et avantageux donné le 13e de mai de l’an 1603, par haut et puissant messire François de Kercoënt, seigneur de Kergournadéc et de Coëtquelfen, chevalier de l’ordre du Roi, et lieutenant de 50 hommes d’armes de ses ordonances, à noble et puissant Charles de Kercoënt, son frère puiné, seigneur de Coëtanfaö, dans la succession de haut et puissant messire Olivier de Kercoënt, seigneur de Kergournadéc, de Trohéon, et de Kervégant, et dans celle de dame Marie de Ploeuc sa femme leur père et mère. Cet acte reçû par Gueguen, notaire à Lesneven.

Aveu et dénombrement de la seigneurie de Coëtanfaö, mouvante du vicomté de Pontivi, donne le 1er de mai de l’an 1600, à dame Caterine de Partenai, veuve de messire René vicomte de Rohan, par haut et puissant François de Kercoënt, seigneur de Kergournadéc, de Coëtquelfen et de Lestang, comme héritier de Marie de Ploeuc, sa mère. Cet acte reçu par du Moulin et Bonnat, notaires à Pontivi.

IVe degré, trisaÿeul. Olivier de Kerhoënt, seigneur de Kérgournadéc, Marie de Ploeuc sa femme, dame de Coëtanfaö. 1559. Chevronné d’hermines et de gueules de six pièces.

Contract de mariage de noble homme Olivier de Kercoënt, seigneur de Kergournadec, fils ainé et héritier de noble et puissant Alain de Kercoënt, seigneur de Trohéon et de Botquénezre et de K/graves, et de demoiselle Jeanne de Kergournadéc sa femme, acordé le 7e d’octobre de l’an 1559 avec demoiselle Marie de Ploeuc, fille et heritière principale et noble de nobles gens Pierre de Ploeuc, seigneur de Kernéguaut, et de demoiselle Jeanne du Quellenec sa femme, et assistée de de  [2] demoiselle Marguerite de Kerriec sa bisayeulle, dame de Coëtanfaö. Ce contract reçu par Bihans, notaire à Carhais.

Partage noble et avantageux donné le 26e de février de l’an 1577 à demoiselle Marguerite de Kerhoënt, femme de noble homme Jean de Kaerbic, seigneur de Kaerbic et de Kerdélan par noble et puissant Olivier de Kerhoënt, son frère, sire de Kergournadec, de Trohéon et de Coëtquelfen, comme fils ainé et héritier principal et noble de nobles et puissants Alain de Kercoënt et de dame Jeanne de Kergournadéc, sa femme. Cet acte reçu par Dourdu, notaire à Lesneven.

Ve degré, 4e ayeul. Alain de Kerhoënt seigneur de Trohéon. Jeanne de Kérgournadéc, sa femme, dame de Kergournadéc. Echiqueté d’or et de gueules.

Contract de mariage de noble homme René de Pénencoët, seigneur de Kérouals, acordé le 23e de mai de l’an 1559 avec demoiselle Françoise de Kercoënt, fille de nobles et puissants Alain de Kercoënt, seigneur de Trohéon, de Kergournadéc et de Coëtquelfen, et de Jeanne de Kergournadéc, sa femme. Ce contract reçu par Geffroi notaire à Lesneven.

Transaction faite le 20e de janvier de l’an 1554, entre demoiselle Jeanne de Kergournadéc, femme de noble et puissant Alain de Kercoënt et demoiselle Françoise de Kergournadéc, sa sœur puinée, dame de Penhoadic, sur les diférends quelles avoient, tant pour le partage de la succession de noble et puissant Olivier de Kergournadéc, leur frère ainé, que pour le partage de celle de François de Kergournadéc, leur père, seigneur de Kergournadéc. Cet acte reçu par la HaIe, notaire à la cour de Pancoët.

Extrait des registres de la Chambre des comptes de Bretagne portant que dans la réformation des nobles de l’eveché de Léon qui fut faites le 1er de mai de l’an 1536, Alain de Kercoënt se trouve compris comme noble personne et possédant la maison noble de Kergournadéc, dans la paroisse de Guicolvest, sous Lesneven. Cet acte délivré le 14e de février de l’an 1669 par ordonnance de la chambre et signé le Gouvello, conseiller auditeur.

Nous, Charles d’Hozier, conseiller du Roi, généalogiste de sa maison, juge général des armes, et des blazons de France, chevalier de la religion et des ordres militaires de Saint Maurice et de Saint Lazare de Savoie, certifions au Roi, et à Son Altesse monseigneur Louis de Loraine, comte d’Armagnac, de Brionne et de Charni, commandeur des ordres du Roi, pair et Grand écuyer de France, Grand sénéchal de Bourgogne, gouverneur d’Anjou et gouverneur des villes et châteaux d’Angers et du Pont de Cé, que Maurice-Sébastien de Kerhoënt, et Jean-Sébastien de Kerhoënt, son frère, ont la noblesse nécessaire pour être reçus au nombre des pages que sa Majesté fait élever dans sa Grande écurie, comme il est justifié par les actes qui sont énoncés dans cette preuve, laquelle nous avons vérifiée et dressée à Paris le 30e de décembre de l’an mil six cent quatre vingt dix, signé d’Hozier.

[Signé :] vu, bon, d’Hozier.


[1Ce paragraphe en marge, ainsi avec les blancs, que l’on peut compéter pour les deux premiers par François-Toussaint et Marie-Françoise.

[2Ce mot ainsi en double.