Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Le gothique flamboyant du cloître de la cathédrale Saint-Tugdual de Tréguier (1461-1468)
Photo A. de la Pinsonnais (2009).

Kerel (de)/Giquel - Réformation de la noblesse (1669)

Dimanche 19 février 2012, texte saisi par Amaury de la Pinsonnais, Maurice Oréal.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2017 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Extrait de La noblesse de Bretagne devant la Chambre de la Réformation 1668-1671 - Comte de Rosmorduc, 1896, tome III, p. 422-444.

Citer cet article

Extrait de La noblesse de Bretagne devant la Chambre de la Réformation 1668-1671 - Comte de Rosmorduc, 1896, tome III, p. 422-444, 2012, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 12 août 2017,
www.tudchentil.org/spip.php?article611.

Télécharger cet article

Kerel (de)/Giquel - Réformation de la noblesse (1669)
144.6 ko.

Seigneurs de Kerel, de Kergars, de Kerhouais, de Kerguiris, du Nedo,
de Kermainguy, de Caslan, etc...

Kerel (de)/Giquel
De gueulle à une croix plaine d’argeant, cantonnee de quattre cygnes de mesme,
membres de sable.

Extrait des registres de la Chambre establie par le Roy pour la refformation de la Noblesse du pais et duché de Bretagne, par lettres patentes de sa Majesté du mois de janvier 1668, veriffiees en Parlement :

Entre le Procureur General du Roy, demandeur, d’une part.

Et escuier François de Querel, sieur dudit lieu et de Kergarts, fils et heritier principal et noble de deffunct escuier Hervé de Kerel, son pere, demeurant à sa maison noble de Kerel, paroisse de Credin, escuier Jullien de Kerel, sieur de Couet du Bras, senechal et seul juge de la jurisdiction de Rohan, demeurant en la ville de Rohan, paroisse dud. lieu, escuier Jean de Kerel, sieur de Sainct-Malo, demeurant au village de Queraudren, dite parroisse de Credin, et escuier Jacques de Kerel, sieur de Kerhois, demeurant à sa maison de Kergarts, paroisse de Reguini, lesdicts Jullien, Jan et Jacques de Kerel juveigneurs dudit François, les tous demeurants soubs la jurisdiction roialle de Ploermel ; noble et discret Pierre Giquel, sieur du Nedo et de Kergrugner, chanoine de l’eglise cathedralle de Vannes, fils et herittier principal et noble de deffunct escuier Pierre Giquel, son pere, lieutenant au presidial de Vannes, et escuier Sebastien Giquel, sieur de Kermainguy, en son nom et comme curatteur honoraire aux causes d’escuier Jan Giquel, son frere, absent du royaulme pour le service du Roy, mineur emencipé d’aage, lieutenant d’une compagnie d’infenterye du regiment de Bretagne ; lesdicts Sebastien et Jan Giquel freres juveigneurs dudict Pierre, demeurants lesdictz Pierre et Sebastien en la ville de Vennes, paroisse de Saincte-Croix, soubz ledict evesché et ressort de Vannes, deffandeurs, d’autre part [1].

Veu par ladicte Chambre :

L’extraict de comparution faicte par maistre Joseph Chupeau, procureur desdicts de Kerel et Giquel, deffandeurs, au Greffe d’icelle, le 13e May 1669, contenant sa declaration de soustenir pour eux les qualitez de noble et d’escuier par eux et leurs predecesseurs prise, comme estans issus d’antienne extraction noble, et de porter pour armes : De gueulle à une croix plaine d’argeant, cantonnee de quattre cygnes de mesme, membres de sable ; ladicte declaration signee : le Clavier, greffier.

Induction d’actes et tiltres au soustien de la qualité desdictz nobles escuiers Françoys de Kerel, sieur de Kergars et de Kerel, Jullien, Jan et Jacques de Kerel, sieurs de Couet du Bras, de St-Malo et de Kerhouais, et de noble et discrept Pierre Giquel, sieur du Nedo et de Kergrugner, chanoine de l’eglise cathedralle de Vannes, escuier Sebastien Giquel, sieur de Kermainguy, en son nom et comme curateur honoraire aux causes d’escuier Jan Giquel, sieur de Caslan, absant du royaulme pour le service du Roy, faisant pour luy, lesdicts Sebastien et Jan juveigneurs dudict sieur Giquel. Ladicte induction soubz le seing de Kerel, Seb. Giquel et Chupeau, leur procureur, fournie audit Procureur General du Roy, par Busson, huissier en la Cour, le 14e May, mois et an presant 1669, tendente et par les conclusions y prinses à ce que lesdicts deffendeurs, tant du nom de Kerel, que de celluy de Gicquel, soient maintenus aux qualites de nobles et d’escuiers d’antienne extraction, et comme tels emploiez au rolle des gentilshommes de cette province, soubz les senechaussees de Ploermel et de Vannes, pour jouir des droicts, franchises, immunites, armoiries, timbres et escussons, ainsi qu’il appartient aux veritables nobles, suivant ladicte precedante declaration et de porter pour armes : De gueulle à une croix plaine d’argent, cantonnee de quattre cignes de mesme, membres de sable.

Pour establir la justice desquelles conclusions, sont articullez à faicts de genealogie qu’ils tirent leur origine de la maison noble de Kegars, scittuee en la paroisse de Reguigni, evesché de Vannes, dans laquelle leurs encestres ont vescu noblement, le premier desquelz ils font leur attache est Olivier Giquel ; avant cet Ollivier ce voict un Jamet Giquel, emploié au rolle des gentilshommes qui accompagnerent le duc Jan cinquiesme au voiage qu’il fist en France ; avant ce Jamet ce voict un Guillaume Giquel, compris dans l’association des nobles qui fut faicte en 1379, pour la garde de la ville de Rennes, soubz Jan quatriesme, dict le Conquerant ; que de Ollivier, auquel les deffandeurs s’attachent, issut Guillaume Giquel, que l’on nommera premier du nom ; que dudict Guillaume et de damoiselle Marie Madio, sa femme, issut Guillaume, second du nom, sieur de Kergars, Charles, Janne et Beatrixe Giquel ; duquel Guillaume second et de damoiselle Marguerite le Moulnier, sa femme, issurent Guyon Giquel, escuier, sieur de Kergars, et Marie Giquel ; duquel Guyon et de damoiselle Anne de Bezit issut deux enfens, Jan, fils aisné, heritier principal et noble, et Nicollas Giquel son frere juveigneur, devenu aisné par le decedz dudict Jan, son frere aisné, lequel Nicollas, par lettres du Prince ; changea le surnom de Giquel en cellui de Kerel ; que dudit Nicollas et de damoiselle Janne [2] du Housle, sa femme, issurent Robert de Kerel, escuier, sieur dudict lieu et de Kergars, Jan de Kerel, damoiselle Jeanne de Kerel qui fut mariee à escuier Raoul de Larlan, sieur de Kerbourhis, et damoiselle Magdelaine de Kerel, qui fut mariee à escuier Jan Marigo sieur de Kerguivio ; que dudict Robert, aisné, et de damoiselle Anne de la Haye, sa femme, issurent Hervé de Kerel, leur fils aisné, heritier principal et noble, et damoiselle Janne de Kerel ; que dudict Hervé de Kerel, sieur dudict lieu de Kergars, et de damoiselle Yvonne Houssay, sa femme, sont issus lesdicts François de Kerel, escuier, sieur dudit lieu et de Kergars, Jullien, Jan et Jacques de Kerel, ses freres juveigneurs.

Que reprenant la branche de Charles, fils dudit Guillaume, premier du nom, et frere puisné dudict Guillaume, second du nom, est aussi articullé que de son mariage avec damoiselle Françoise de Villiers, dame de Kerguiris, sa femme, issurent Jan Giquel, sieur de Kerguiris, leur fils aisné, heritier principal et noble, qui fut lieutenant au siege d’Auray et conseiller au presidial de Vennes, et Pierre Giquel, leur puisné ; que dudit Jan Giquel, aisné, et de damoiselle Janne du Kerisec est issu Françoise Giquel, leur fille unique, heritiere principale et noble, qui fut mariee à escuier Pierre Coué, sieur du Brossay ; que dudit Pierre Giquel, frere puisné dudit Jan, et de son mariage avecq damoiselle Janne le Livec, sa femme, issut François Giquel, escuier, sieur de Kergrugner, alloué du siege d’Auray et lieutenant general au presidial de Vannes ; que dudict François et de damoiselle Françoise le Gouvello, sa compagne, est issu Pierre Giquel, escuier, sieur du Nedo, gentilhomme de la Reyne mere deffuncte et lieutenant general au presidial de Vennes ; que dudit Pierre et de dame Renee Gouyon, son espouze, sont issus lesdicts noble et discrept Pierre Giquel, chanoine en l’eglise cathedralle de Vannes, sieur de Nedo et de Kergrugner, leur heritier principal et noble, Sebastien Giquel, escuier, sieur de Kermainguy, et Jan Giquel, escuier, sieur de Caslan, lieutenant du regimant de Bretagne.

Pour preuve de laquelle genealogie, et commançant par la branche des de Kerel, aisnez, sont rapportez, aux fins de ladicte induction, les actes qui ensuivent :

Sur les degres desdicts Guillaume et Jamet Giquel rapporte deux pieces :

La première est un extraict tiré du livre huictiesme de l’Histoire d’Argentré, chapitre CCXC, page 641, par lequel ce voict que Guillaume Giquel est compris dans l’association des nobles qui fut faicte en 1379, pour la garde de la ville de Rennes, soubz Jean quattriesme, dict le Conquerant.

Un rolle des noms des seigneurs, chevalliers, chevetaines et gens d’armes que mena le duc Jan cinquiesme au voiage qu’il fist en France, auquel roolle ce voict emploié Jamet Giquel ; ledict roolle en datte de l’an 1418, signé au collationné, du 27e Febvrier 1647 : F. Botherel, Keruel, nottaire royal, et le Gueuderff, nottaire roial.

Sur le degré dudict Ollivier, rapporte :

Un cahier d’extraicts, levé en forme, de la Chambre des Comptes de ce pais, datté au deblivrement du 18e Novembre 1668, dans lequel, follio 2, recto, est escript soubz la parroisse de Reguini, en l’an 1441, au rang des nobles de ladicte parroisse, Ollivier Giquel, demeurant en son ostel de Kergars, et au follio 2, verso, en la refformation de 1448, faite de l’evesché de Vannes, soubz le rapport de ladicte paroisse de Reguini est escript Ollivier Giquel, nobles homs, demeurant en son hostel de Kergar.

Sur le degré de Guillaume, fils dudit Ollivier, rapporte, par amploy, ledit cahier d’extraict de la Chambre des Comptes, par lequel ce voict que au roolle de monstre et reveue generalles des nobles, annoblis et autres sujets aux armes de l’evesché de Vannes, tenue en 1480, est escript Guillaume Giquel, par Jean le Marhadour, à cheval, archer en brigandine ; que en aultre monstre desdicts nobles, tenue en 1483, ce voict la comparution dudict Guillaume Giquel, archer, vouge en brigandine, o injonction de gorgerette et les brats couverts ; et que en autre monstre desdicts nobles, faicte en 1481, ce voict encore la comparution dudit Guillaume Giquel, voulger en brigandine, salade, espee, dague, gorgerette, o injonction d’un hocqueton et de bonne sallade.

Sur le degré de Guillaume sont rapportez dix pieces :

La premiere est, par employ, ledit cahier des extraicts de la Chambre des Comptes, par lequel ce voict que en la refformation dudit evesché de Vannes, faicte en l’an 1513, sous le rapport de la paroisse de Reguyni est faict mention du lieu, manoir et mestairie de Kergar, qui fut à deffunct Guillaume Giquel et que lors tenoit et appartenoit à Guillaume Giquel, son fils, noble gens.

La seconde est une demande faicte aux plaidz generaulx de la jurisdiction de Ploermel, les 28e Novembre 1514 et 26e juin 1515, par François de Timadeuc à Guillaume Giquel, heritier principal et noble de Marie Madio, dame de Kerel, pour luy rendre adveu, en juveigneurie, de ladicte terre de Kerel ; ledict acte deubment signé et garanti.

La troisiesme est un acte de partage noble et advantageux baillé par ledit Guillaume Giquel à Janne Giquel, sa sœur germaine, [tant] en la succession de Marie Madio, leur mere, que en la succession de Guillaume Giquel, leur pere, en leur vivants sieur et dame de Kergars, et desquels ledit Guillaume Giquel, leur fils, est qualliffié d’aisné, heritier principal et noble ; par lequel ce voict que ledit Guillaume donnoit à sadicte sœur, pour partage de la succession de leurdicte mere, la somme de trante et cinq sous monnoie de rente, et qu’il luy avoit faict assiepte d’autre pareille somme de trente et cinq sols pour le partage des biens de la succession de leurdict pere ; ledict acte en datte du 12e Janvier 1509, deubment signé et garanti.

La quattriesme est un acte de ratiffication faicte par ladicte Janne Giquel, du partage luy baillé par ledit Guillaume Giquel, son frere aisné et fils aisné et heritier principal et noble desdicts deffuncts Guillaume Giquel et Marie Madio, leur pere et mere communs ; ladicte ratiffication du 13e Janvier 1509, deubment signé et garanti.

La cinquiesme est une acte de partage noble et advantageux faict entre nobles gens Guillaume Giquel, escuier, seigneur de Kerel et de Kergars, d’une part, et Charles Giquel, sieur de Querguiris, frere juveigneur dudict sieur de Kerel, des biens des successions de deffuncts Guillaume Giquel et Marie Madyo, leurs pere et mere, sieur et dame de Kerel et de Kergars, par lequel ledit Guillaume s’oblige à bailler à sondit frere juveigneur, pour son droict, part et portion lui appartenant ausdictes successions, la somme de douze livres de rante, à heritage, dont ledit Charles en auroit faict hommage à sondit aisné et s’obligea ledict Charles de le tenir dudit Guillaume, son aisné, ou des siens, en juveignerie, comme juveigneur d’aisné, et en recognoissance s’obligea bailler à sondit aisné ou à ses hoirs une paire d’esprons dores chacun jour de Noel, randus au manoir de Kerel. Ledict acte en datte du 12e Septembre 1528, deubment signé et garanti.

La sixiesme est un acte de partage noble et advantageux, baillé par ledit escuier Guillaume Giquel, sieur de Kergars et de Kerel, à Beatrice Giquel, sa sœur, par lequel ledit Guillaume bailla pour le droict, part et portion appartenant à ladicte Beatrixe, aux successions de leur pere et mere, la somme de cent souls monnois de rante, pour ladicte Beatrice tenir ladicte rante en juveignerye de sondict frere Guillaume ; ledit partage faict par l’advis de Charles Giquel, escuyer, sieur de Kerguiris, leur frere, de François de Remungol et pour tiers d’escuier Louis de Langle, sieur de Poulfanq ; ledict acte en datte du 17e Juin 1537, deubment signé et garanti.

Les sept et huict et neuffviesmes sont deux actes de fondations faictes par Guillaume Giquel, qualliffié noble escuier, sieur de Kergars et de Kerel, es parroisses de Reguyni et de Credin, les 18e Febvrier 1527 et 11e Juin 1530, et une acte d’emologation, escripte en lattin, de l’une desdictes fondations, par le reverend evesque de Vennes, du 1er Avril 1528. Lesdictes actes deubment signes et garanties.

Et la dixieme et derniere est une acte de transaction faicte entre nobles gens Margueritte le Moulnier, femme et compaigne espouse de Guillaume Giquel, seigneur et dame de Kerel et de Kergars, d’une part, et Marie de la Chastenay, femme et procuratrice de Guillaume Moulnier, seigneur et dame de Quenanec, par lequel il est accordé à ladicte le Moulnier le nombre de quinze livres de rantes pour son partage aux successions de ses pere et mere ; ledict acte en datte du 12e octobre 1514, deubment signé et garanti.

Sur le degré dudit Guyon et de Marie Giquel, sa sœur, sont raportez deux pieces :

La premiere est une acte de contract de mariage faict entre nobles gens François Derien, sieur de la Villeguez, fils aisné de noble homme Allain Derien, sieur de Kergarof, et de deffuncte Louise Phelipot, sa compagne, en son vivant dame dudit lieu de la Villeguez, d’une part, et Marie Giquel, seulle fille de noble homme Guillaume Giquel, sieur de Kergars, de lui procreé en feue damoiselle Margueritte le Moulnier, sa compaigne, par lequel ledit Guillaume donne à saditte fille en le nombre de vingt livres de rante et cent escus d’or sol en argeant, avec la liberté de pouvoir revenir en partage, en noble comme en noble et en partable comme en partable ; ledict contract en datte du dernier jour de Decembre 1533, deubment signé et garanty.

Et la seconde est un exploit judiciel des plaidz generaulx de la juridiction de Ploermel, du 28e Juin 1531, rendu entre Guillaume Giquel, sieur de Kergars, tant en son nom que comme garde naturel de Guyon Giquel, son fils, d’une part, et Guillaume le Moulnier, sieur de Quennanec, d’autre ; ledit exploict deubment signé et garanti.

Sur le degré de Nicollas et Jean Giquel, son frere aisné, sont rapportes quinze pieces :

La premiere est un escript fourny de la part de noble homme Guillaume Giquel, sieur de Kerel et de Kergars, comme garde naturel de Jean Giquel, son petit-filz, qualliffié fils aisné, heritier principal et noble de feu Guyon Giquel et de damoiselle Anne du Bezit, contre Louis le Moulnier, touchant le droict audict Jean appartenant, comme heritier dudit Guyon, son pere, à cause de Marguerite le Moulnier, son ayeule, aux successions de Jan le Moulnier et de Ollivier de Kerbervet ; ledict acte du 26e Juin 1537, deument signé et garanti.

Les deux et troisiesme sont deux hommages rendus au seigneur de Rohan par ledit Nicollas Giquel, escuier, seigneur de Kergars et de Kerel, tant pour les biens qu’il possedoit soubz la seigneurye de Bault que pour les terres et manoirs de Kerel et de Kergars, luy escheus par la succession de Guillaume Giquel, son ayeul, et autres biens luy venus de Guyon Giquel, son pere ; lesdicts hommages en datte des 27 et 28 Novembre 1549, deubment signez et garantis et scellez.

La quatriesme sont des lettres patentes du Roy, donnees à Rennes, le 7e Juin 1550, signees sur le reply, par le Roy, à la relation du Conseil : du Bouais, et scellees du grand sceau de cire jaulne, octroyees à son bien amé Nicollas Giquel, escuier, sieur de Kerel, par lesquelles, entr’autres choses, ledit Giquel ayant fait remontrer audit seigneur Roy qu’il estoit noble personne de toutte entiquité, issu et extraict, lui et ses predecesseurs, de noble extraction et generation et qu’il estoit seigneur possesseur dudit lieu, maison et manoir o ses appartenances et autres maisons nobles, laquelle maison de Kerel estoit noble de tout temps et d’anciennetté decoree, embellie et appartenance de plusieurs belles decorations, tant de bois, maisons, bois antien et de revenu, mestairyes, domaines, prairies, fieffs, jurisdictions, hommes et subjects et autrement, et, que luy, ses ayeul, bisayeul et autres ses predecesseurs, sieurs dudit lieu de Kerel, avoient au temps passé porté et s’estoient escriptz, nommes et appelez en surnom Giquel, tant en leur contracts, adresses et enseignements de leurs rentes, biens, heritaiges et revenus, que aux monstres et assemblees des nobles du pais et duché de Bretagne, que en autres lieux, et que ledit Giquel vouloit muer et changer ledict nom de Giquel, pour luy et ses enffens et successeurs, en celuy du tiltre de laditte maison de Kerel, moiennant le plaisir dudit seigneur Roy, à ces causes et autres, Sadicte Majesté auroict de son authorité, grace specialle et authorité souveraine donné, octroyé et permis audit Giquel de soy intituller, escripre, nommer et appeler, luy et ses enfens heritiers et leurs successeurs, en leur surnom, du nom et tiltre de Kerel. Lesdictes lettres adressantes au senechal, alloué et lieutenant de Ploermel et à tous autres officiers et justiciers.

Sentences de veriffication d’icelles lettres, faictes en ladicte juridiction de Ploermel, le 7e Juillet 1550, signee et garantye sur le reply desd. lettres.

Les cinq et sixieme sont deux actes de procedures faictes en ladicte jurisdiction de Ploermel, par ledict Nicollas de Kerel, gentilhomme, sieur de Kerel, pour parvenir à la taxe de certains despans contre Jan de Cleguennec, aussi gentilhomme, en datte des 18e Janvier et 19e Decembre 1553, deubment signes et garantis.

La septiesme est une acte de transaction passee entre ledict Nicollas de Kerel, qualiffié escuier, sieur dudict lieu, et noble homs Vincent de Kerveno, seigneur dudit lieu et du Mesquen ; ledict acte en datte du 13e Aoust 1565, deubment signé et garanti.

La huictiesme est une demande de partage faicte en la jurisdiction de Ploermel, par ledit Nicollas de Kerel, escuier, sieur dudict lieu de Kerel, en qualité d’heritier principal et noble de Anne du Bezit, sa mere, à noble homme Abel du Bezit et à damoiselle Françoise de Larlan, sa femme, de la succession d’Ysabeau de la Haye, son ayeulle maternelle ; ladicte demande en datte du 18e Novembre 1555, deument signee et garantye.

La neuffviesme est une transaction passee entre ledit Nicollas de Kerel, sieur dudit lieu, d’une part, et noble gens Abel de Bezit et Françoise de Larlan, sa femme, sieur et dame de Kerabraham et Kermabo, touchant la susdicte demande de partage et auquel ledit de Kerel est qualiffié heritier principal et noble de Guyon Giquel et d’Anne de Bezit ; led. acte en datte du 16e Decembre 1555, deubment signé et garanty et scellé.

La dixiesme est un roole des gentilzhommes qui furent ordonnez pour la garde des villes et chasteau de Vannes, au nombre desquelz est emploié Nicollas de Kerel ; ledit roolle en datte du 16e Juillet 1553, deubment signé et garanti ; sur le dos duquel se voict employé la comparution à la monstre tenue à Vannes, le mesme jour, la comparution dudict sieur de Kerel, qualiffié gentilhomme, armé et monté en archer à cheval. Ledict acte deubment signé et garanti.

Les unze et dousiesme sont deux comparutions aux monstres faictes par ledit noble homme Nicollas de Kerel, sieur dudict lieu, de la paroisse de Credin, en datte des 28e Juin 1552 et 18e Novembre 1555, deument signez et garantiz.

La treiziesme est un acte de translation passee entre noble gens Nicollas de Kerel et Anne du Houlle, sa femme, sieur et dame de Kerel, d’une part, et Jan de Coedor et autre damoiselle Anne du Houlle, sa femme, touchant l’assiepte de vingt livres de rante promise pour le droict heritel à ladicte Anne du Houlle, sœur cadette d’autre Anne du Houlle, es successions de feus Vincent du Houlle, escuier, sieur dudit lieu, et de damoiselle Marie du Gouric, son espouze, pere et mere desdictes Annes du Houlle. Ledict acte en datte du 24e Aoust 1551, deubment signé et garanti.

La quatorziesme est un acte de transaction entre Nicollas de Kerel, escuier, sieur dudict lieu, et les heritiers de Janne Giquel fille de Guillaume, premier du nom, et de Marie Madio, dans laquelle est dit que ledit de Kerel estoit heritier principal et noble desdicts Guillaume Giquel et Marie Madio, sadite femme, par representation de deffunct noble homme Guillaume Giquel, quel Guillaume Giquel estoit fils aisné, heritier principal et noble desdicts Guillaume Giquel et Marie Madio. Ladicte transaction faicte touchant un suplement de partage deub à ladicte Janne Giquel par ledit Nicollas de Kerel, par laquelle, pour demeurer quitte dudit supleement, ledit de Kerel bailla aux heritiers de ladicte Janne la somme y contenue, et ce appres lesdicts herittiers avoir cogneu et confessé ledit de Kerel et ses predecesseurs estre nobles geants, vivants noblement de tout temps immemorial, et les biens heritelz desdictes successions estre nobles et avoir estez divises et partages noblement et advantageusement, selon l’assise du comte Geffroi. Ledict acte en datte du 25e Juillet 1566, deubment signé et garanti.

La quinziesme est autre acte de transaction passee entre lesdicts heritiers de Marie Giquel, fille dudit Guillaume, second du nom, et ledit Nicollas de Kerel, escuier, sieur de Kerel, touchant l’assiepte du partage de ladicte Marie Giquel, apres que lesdicts heritiers ont recogneu que ladicte Marie Giquel n’estoit fondee qu’en une tierce partie de la succession dudict Guillaume et de ladicte Marguerite le Moulnier, sa femme, et que ledit de Querel et leursdicts predecesseurs estoient nobles personnes et de noble extraction, vivants de tous temps immemorial noblement, soy estant regis et gouvernes en leurs partages noblement et advantageusement, selon l’asise du comte Geffroi, et leurdits bien heritelz estre de tout temps nobles et avoir esté departis noblement et advantageusement, selon ladicte assize, et que Guyon Giquel, pere dudit de Kerel et dont il estoit fils aisné, heritier principal et noble, estoit aussi fils aisné, heritier principal et noble desdicts Guillaume et sadicte femme, et ladicte Marie, fille juveigneure. Ledict acte en datte du 9e Aoust 1559, deument signé et garanti.

Sur le degré dudit Robert, Jan, son frere aisné, et autres puisnez, sont rapportez six pieces :

La premiere est un acte judiciel faict en la jurisdiction de Pontivy, le 12e Octobre 1569, touchant la tutelle et garde des corps et biens de nobles gens Robert, Jan et Magdelaine de Kerel, enfans mineurs de deffunctz noble homme Nicollas de Kerel, en son temps sieur de Kerel, de son mariage avec damoiselle Anne du Houlle, sa femme, dame douairiere dud. lieu, et de la majorité dudict Jan de Kerel, fils aisné, principal heritier et noble dud. deffunct Nicollas de Kerel et de ladicte du Houlle, qui avoit excedé l’aage de vingt ans, par lequel, de l’avis et consentement, ladicte du Houlle fut instituee tuterixe et garde desdicts mineurs et ledit Jan mis en la jouissance de ses biens meubles et jouissance de ses immeubles. Ledict acte deubment signé et garanty.

La seconde est un acte de partage noble et advantageux baillé par Jan de Kerel, fils aisné, heritier principal et noble de feu nobles homs Nicollas de Kerel, en son vivant sieur dudict lieu et de Kergars, et de damoiselle Anne du Houlle, sa compaigne, à Robert de Kerel, son frere puisné, aux biens de la succession de leurdict deffunct pere commun, et appres qu’ils ont recogneu estre nobles personnes, eux et leurs predecesseurs avoir esté de tout temps immemorial regis et gouvernez noblement et advantageusement. Ledit partage faict de l’advis et consentement de ladicte damoiselle Anne du Houlle, leur mere, le 25e Mars 1573, deubement signé et garanty.

La troisiesme est une sentence randue en la jurisdiction de Pontivy, le 30e Juin 1575, portant mainlevee à noble homme Robert de Kerel, frere et heritier principal et noble de Jan de Kerel, son frere, sieur dudict lieu, en la succession dudict Jan de Kerel, son frere, comme plus proche à luy succeder ; ladicte sentence deubment signee et garantye.

La quatriesme est une declaration des terres et heritaiges tombes en rachapt en la cour et jurisdiction de Pontivy, par le decedz de noble homme Jan de Kerel, en son vivant sieur dudit lieu, presenté en lad. cour par noble homme Robert de Kerel, frere dudict deffunct et son heritier principal et noble, le 5e Juillet 1576, deubment signé et garanty.

La cinquiesme est une requeste presantee en la jurisdiction de Ploermel par noble homme Jan de Kerel, sieur de Kergars, tendante à avoir son partage de noble homme Robert de Kerel, sieur dudit lieu, saisi de tous les biens tant heritelz que mobiliers des successions de deffuncts nobles gens Nicollas de Kerel et de Anne du Houlle ; ladicte requeste du 11e Janvier 1589, deubment signé et garanti.

La sixiesme est un acte de transaction passee entre ledict noble homme Jan de Kerel d’une part, et Robert de Kerel, son frere aisné, par lequel, pour ledict Robert demeurer quitte du partage deub aud. Jan, son frere, aux successions desdicts deffuncts nobles gents Nicollas de Kerel et Anne du Houlle, leur pere et mere, il luy bailla les herittages y speciffiez et ce apres qu’ilz ont esté d’accord que les heritages desdictes successions estoient nobles et advantageuzes, de tous temps gouvernes noblement et advantageusement en partage entre leurs predecesseurs, et est outre stipullé que pour le respect de l’action intentee contre ledit sieur de Kerel par le sieur du Broussay de Renac, pour l’assiepte de la somme de douze livres monnoys de rante et payement des arrerages qu’il demandoit sur le lieu de Kerel et qu’il disoit estre deub à damoiselle Françoise Giquel, sa femme, ledit Jan de Kerel eust contribué pour son afferant en l’evenement, perte et dommage qui eust peu advenir a celle cause ; ledict acte en datte du 22e Janvier 1589, deubment signé et garanti.

Sur le degré de Hervé rapporte :

Un acte de partage noble et advantageux baillé par ledict Hervé de Kerel, escuier, sieur dudict lieu et de Kergars, à damoiselle Janne de Kerel, femme et compaigne d’escuier Bernard Bigot, sieur et dame de Kervidal et de Kervenalec, aux successions nobles de deffuncts escuier Robert de Kerel et de damoiselle Anne la Hais, en leurs vivants sieur et dame desdictz lieux de Kerel et de Kergars, pere et mere communs desdicts Hervé et Janne de Kerel, et ce appres que ladicte Janne, avec l’authorité de sond. mary, a recogneu lesdictes successions estre nobles et de tout temps immemorial avoir estes partagees noblement et advantageusement entre leurs predecesseurs, selon l’asise du comte Geffroi ; ledict acte en datte du 20e Febvrier 1634, deubment signé et garanti.

Sur le degré desdicts François, Jullien, Jan et Jacques, sont rapportees trois pieces :

La premiere est le mesurage arpantage des terres nobles de la successions de deffuncts escuier Hervé de Kerel et de damoiselle Yvonne Houssaye, sa compagne, vivants sieur et dame de Kerel, faict entre escuier François de Kerel, sieur dudit lieu, leur fils aisné, heritier principal et noble, et ses cadets, le 31e Mars 1661 deument signé et garanti.

La seconde est le prisage des biens, avecq la levee du preciput noble pris sur le manoir principal pour l’aisné, en datte du 4e Aoust 1662.

Et la troisiesme est la designation faicte par ledict François de Kerel, escuier, sieur dudict lieu, ausdicts Jullien de Kerel, escuier, sieur du Couet du Bras, senechal et seul juge ordinaire au siege particullier de Rohan, Jan de Kerel, escuier, sieur de Sainct-Malo, et Jacques de Kerel, escuier, sieur de Kerhais [3], et noble homme Jean Gatechoir, sieur de Richecouel (?), mari et procureur de droict de damoiselle Suzanne de Kerel ; ledict acte en datte du 4e Aoust 1662, deubment signé et garanti.

Sur le degré de Charles Giquel, frere puisné de Guillaume Giquel, tous deux enfans d’autre Guillaume, premier du nom, et de damoiselle Marie Madio, rapporte :

Un acte de partage noble et advantageux baillé par escuier Guillaume Giquel, sieur de Kerel et de Kergars, audit Charles Giquel, sieur de Kerguiris, son frere juveigneur, aux successions de Guillaume Giquel et Marie Madio, leur pere et mere, sieur et dame de Kerel et de Kergars, par lequel ledit Guillaume, pour le bon voulloir qu’il avoit audit Charles et les bons services et gratuites qu’il avoit recogneus de sondit frere juveigneur le temps passé, il lui bailla heritellement le nombre et rente y emploié, dont il le receut à home, et ledit Charles lui en fit hommage comme juveigneur d’aisné. Ledict acte en datte du 12e Septembre 1528, deubment signé et garanti.

Sur le degré de Pierre Giquel et Jean Giquel, son aisné, sont raportee dix-sept pieces :

La premiere est un contract de vente faict par noble homme Jan Giquel, seigneur de Kerguiris, d’une maison scittuee en la ville d’Aurai, lui appartenant à cause de la succession de feu noble homme Charles Giquel, et ce qui luy pouvoit appartenir à cause de la succession à échoir de Françoise de Villiers, ses pere et mere ; ladicte vente faicte à Pierre le Mezec, le 6e Octobre 1554, deubment signé et garanti.

La seconde est un libelle en demande de premesse, signiffié audict le Mezec par noble homme Pierre Giquel, frere cadet dud. noble homme Jan Giquel, sieur de Kerguiris, et fils puisné de Charles Giquel et de ladicte Françoise de Villiers, le 8e Octobre 1554, deubment signé et garanti.

La troisiesme est un acte de desistement consenti par ladicte damoiselle Françoise de Villiers, qualiffiee veuffve de feu noble homme Charles Giquel, de l’action qu’elle avoit intentee à Pierre Giquel, son fils, pour la moitié d’une maison que ledict Pierre avoit retiree par premesse sur un particulier à qui lad. Françoise de Villiers l’avoit vandue ; ledict acte en datte du 23e Mars 1556, deubment signé et garanti.

La quatriesme est un contrat de vante d’une maison scittuee en la ville d’Aurai, faicte par ladicte Françoise de Villiers, veuffve de feu noble homme Charles Giquel, à noble homme Pierre Chohan, sieur de Coetcandec ; ledit contract, avec la prinse de possession au pied, en datte des 12e Mai 1557 et 5e Juillet audict an.

La cinquiesme est une sommation faicte à requeste de noble homme Jan Giquel sieur de Kerguirys, tant en son nom que comme procurateur de damoiselle Janne de Querisec, sa femme, à noble homme Jan Guido, de recepvoir la somme de 5000 livres pour le raquit de la terre et seigneurye de Kergrugnec, vandue audit Guido ; ledict acte en datte du 17e Juin 1556, deubment signé et garanti.

La sixiesme est un acte de procuration donnee par noble homme Jan Giquel, en son nom et comme garde naturel des enfens de son mariage avec deffuncte damoiselle Janne de Querisec, à nobles gens Pierre du Teno, Pierre de Sainct-Martin, sieur de Kerpondarm, pour consentir judiciellement le retraict de la terre de Kergrugner à escuier Gilles de Cansquel, en qualité de tuteur de damoiselle Marguerite de Kerisec, dame de Kergurionné, niepce de ladicte Françoyse de Kerisec, tente de ladicte Marguerite ; ladicte procuration en datte du 23e Febvrier 1559, deubment signee et garantie.

La septiesme est une procure consentie par ledit noble homme Jan Giquel, sieur de Kerguiris, lieutenant d’Auray et conseiller du Roy au siege presidial de Vannes, en qualité de tuteur de Guillaume Derien son nepveu [4], fils de damoiselle Marie Giquel, pour accepter benefficiairement, en la juridiction et chastellenie de Lantillac, la succession de deffunct François Derien, vivant seigneur dudit lieu, son pere ; ledict acte en datte du 17e Janvier 1553, deubment signé et garanti.

La huictiesme est un exploict libelle signiffié à noble homme Robert Giquel, s’appelant lors de Kerel, seigneur dudict lieu de Kerel et de Kergars, à requeste de damoiselle Françoyse Giquel, dame du Brossay et de Kerguiris, en demande d’assiepte aux fins de l’acte de partage du 12e Septembre 1528, fait entre noble gens Guillaume Giquel, vivant sieur desdicts lieux de Querel et de Kergars, de sa part, et Charles Giquel, sieur dudit lieu de Kerguiris, frere juveigneur dudit Guillaume, touchant les successions de deffunct Guillaume Giquel et de Marie Madyo, leur pere et mere, et est dit que ledit Charles estoict decedé puis ledict accord et avoit laissé pour son fils, heritier principal et noble, Jan Giquel, sieur de Kerguiris, lequel estoit aussi decedé et avoit laissé pour sa fille et heritiere, soubz et par beneffice d’invantaire, lad. damoiselle Françoyse Giquel, sa fille et de damoiselle Janne de Kerisec, sa femme, et que mesme depuis icellui accord ledit Guillaume Giquel estoit decedé, duquel recueillit sa succession deffunct Guyon Giquel, son fils, lequel estoit pareillement decedé, et que dudit Guyon fut fils et heritier Nicollas Giquel, qui commença à prandre le nom de Kerel et duquel ledit Robert estoit seul heritier par representation de deffunt Jan Giquel, aussi soy appellant et ayant pris le nom de Kerel, son frere esné et heritier principal et noble dudict deffunct Nicollas, son pere, decedé sans hoirs de corps. Ledit libelle en datte du 11e Juillet 1586, deubment signé et garanti.

La neuffviesme est une sentence randue entre ladicte damoiselle Françoise Giquel, dame du Broussay, d’une part, et noble homme Robert de Kerel, sieur de Kerel, deffandeur, d’autre part, portant ordonnance de communiquer ledit partage dudit jour 12e Septembre 1528 ; ledict acte fait en la jurisdiction de Ploermel, le 18e Juillet 1586, deument signé et garanti.

La dixiesme est un exploict judiciel rendu aux generaulx plaidz de ladicte jurisdiction de Ploermel, entre ladicte damoiselle Françoyse Giquel, dame du Brossay, herittiere soubz beneffice d’invantaire en la succession de deffunct noble homme Jan Giquel, son pere, d’une part, et noble homme Robert de Kerel, autrement appellé Giquel, sieur de Kerel, portant appoinctement sur le changement du nom de Giquel en celluy de Kerel et sur la preuve des filliations et hoisris maintenus dans le libelle susdict par ladicte Françoise Giquel ; ledict exploict en datte du 18e Octobre 1586, deument signé et garanti.

La unziesme est un bail faict par noble homme Pierre Giquel, en son nom et procureur stipulant pour …… [5] le Livec, sa compaigne espouze, à Amaury Kerbastart et Jouan Kerbastart, son fils, en datte du 16e Apvril 1545, deubment signé et garanti.

La dousiesme est un cahier en parchemin, dans lequel ce voict un contract d’acquest fait par ledict noble homme Pierre Giquel d’avecq nobles gens Gilles de Cansquel, escuier, sieur dudit lieu, tant en son nom qu’au nom et comme tuteur de damoiselle Margueritte de Querisec, dame de Kergourionez, de la terre de Quergrugner ; led. acte en datte du 23e Febvrier 1559, deubment signé et garanty.

La treisiesme est un arrest de la Chambre des Comptes, du 6e Octobre 1573, portant la foy et homage faicte au Roy par ledict Pierre Giquel, escuier, sieur de Kergrugner, qu’il estoit tenu de faire pour ladicte terre et seigneurye de Kergrugner ; ledict homage deument signé et garanti ; au pied duquel est la signiffication dudict arrest faicte au recepveur du domaine, à Auray, le 15e Juin 1574, deubment signee et garantie.

La quatorziesme est un adveu, minu et declaration des terres, rentes et heritaiges que tenoit soubs le Roy notre sire, prochement, en sa jurisdiction d’Auray, à foy, hommage et rachapt, noble homme Pierre Giquel, sieur de Kergrugner, tant en son nom que au nom et comme tuteur et garde de ses enfens de luy procrees en damoiselle Janne le Livec, sa femme en premiere nopces, lesd. terres et heritages advenus audit Giquel, esdicts noms, par acquets de luy et de ladicte le Livec ; ledit minu presanté par ledit Giquel au Procureur General du Roy en la Chambre des Comptes, le 31e Mars 1576, deubment signé et garanty.

La quinziesme est un arrest de ladicte Chambre des Comptes, du 15e Juin audit an 1576, qui ordonne la publication dudict adveu ; ledict arrest deubment signé et garanty et scellé.

Et les seze et dixseptiesme sont des recusations fournies audit Pierre Giquel, occupant pour les juges, en qualité d’advocat en la jurisdiction d’Auray, en datte des 20e d’Apvril 1583 et 14e Mars audit an, deubment signez et garantis.

Sur le degré dudit François sont rapportez huict pieces :

Les trois premieres sont des actes de raquits que faisoit noble homme François Giquel, fils et heritier dudit noble homme Pierre Giquel, sieur de Kergrugner, de plusieurs metairies et tenues depandantes de la maison de Quergrugner, alliennees par ledict Pierre Giquel ; lesdicts trois actes en datte des 26e May 1594, 25e Mars 1595 et 24e Apvril 1597, deument signes et garantis.

La quattriesme sont des lettres de Philipes-Emmanuel de Loraine, duc de Mercoeur et de Pentheuvre, pair de France, prince du Sainct Empire et de Martigues, gouverneur de Bretagne, octroyee à son bien amé Françoys Giquel, par lesquelles et pour les causes y contenues auroict nommé ledit François Giquel en l’office d’alloué et lieutenant general en la jurisdiction et barre royalle d’Auray ; lesdictes lettres en datte du 27e Mars 1590, deubment signees et garanties.

La cinquiesme sont autres lettres du Roy, donnees à Angers, le 6e Apvril 1598, signees, par le Roy : des Portes, et scellees, octroyees audit Françoys Giquel, portant sa confirmation audit estat et office d’alloué et lieutenant general en la jurisdiction et barre d’Auray.

La sixiesme est une quittance baillee audict Françoys Giquel pour le droict de marc d’or de l’office de alloué en la jurisdiction d’Auray, dont il estoit pourveu, en datte du 16e Febvrier 1599, deubment signee et garantie.

La septiesme est un contract d’acquest faict par ledit noble homme François Giquel, sieur de Kergrugner, de l’office de lieutenant civil et criminel en la cour et siege presidial de Vannes, en Bretagne, d’avecq noble homme maistre Jan Perret, sieur du Pas au Biche, titullaire dudit office, le 1er Mars 1599, deubment signé et garanti.

La huictiesme est un contrat de mariage faict entre nobles gens François Giquel, sieur de Quergrugner, et damoiselle Françoise le Gouvello, fille de Henry le Gouvello, sieur de la Porte, le 26e Mai 1594, deubment signé et garanti.

Plus rapporte deux pieces :

La premiere est un exploict judiciel randu en la jurisdiction de Ploermel, le 23e Juillet 1601, entre escuier Pierre Coué, d’une part, et le sieur de Kerel et son curateur ; ledict acte deubment signé et garanti.

La seconde est un acte de transaction passee entre Hervé de Kerel, escuier, sieur dudict lieu de Kerel, d’une part, et Pierre Coué, escuier, sieur du Brossai, touchant l’assiepte du partage baillé par Guillaume Giquel, second du nom, à Charles, son juveigneur, en la succession d’autre Guillaume Giquel et Marie Madio, leur pere et mere, dans laquelle est dit que ledit Pierre Coué, escuier, sieur du Brossay, estoit fils, heritier principal et noble d’autre Pierre Coué, escuier, sieur du Brossay, et de damoiselle Françoyse Giquel, ses pere et mere, et que dudit Guillaume, frere aisné dudit Charles, fut fils, heritier principal et noble, Nicollas Giquel [6], qui premier print le surnom de Kerel, delaissant le surnom de Giquel ; que dudit Nicollas fut fils, heritier principal et noble, Robert, son fils, qui continua ledit surnom de Kerel, delaissant pareillement le surnom de Giquel, et que dudit Robert estoit fils, heritier principal et noble, ledit Hervé de Kerel, et que dudit Charles, frere dudit Guillaume, fut fils et heritier Jan Giquel, et que dudit Jan Giquel et de damoiselle Janne du Querisec, sa femme, vivants sieur et dame de Kerguris [7] et de Kerguirionnec, fut fille et heritiere ladicte Françoyse Giquel, de laquelle et de son mariage avec ledict Pierre Coué, sieur du Brossai, estoit fils, heritier principal et noble, ledict Pierre Coué, sieur du Brossay, stipullant audict acte, par lequel pour ledit Hervé Kerel, pour demeurer quitte vers ledit Pierre Coué, s’obligea lui faire assiepte en sommaire de trante livres monnoie de rante pour son droict de partage luy deub par representation de ses predecesseurs susnommes es successions desdicts Guillaume Giquel et Marie Madio, en leurs vivants sieur et dame de Kerel, quelle assiepte ledit Hervé de Kerel s’obligeoit faire six mois appres avoir espouzé, comme gentilhomme de son rang debvoit faire, à condition audit Coué de tenir ladite assiepte en homage et juveigneurie dudict Hervé de Kerel, comme juveigneur d’aisné. Ledict acte faict par l’advis de François Giquel, escuier, sieur de Kergrugnec, conseiller du Roy, lieutenant civil et criminel en la cour et siege presidial de Vannes, et de noble homme Christophle Giquel, sieur de Kervasic, son frere, proches parants et amis communs desdicts Hervé de Kerel et dudit sieur du Brossay, par estre ledit lieutenant de Vannes et ledit sieur de Kervasic, son frere, enfens de deffunct noble homme Pierre Giquel, quel Pierre Giquel estoit frere de Jan Giquel, et lesdicts Pierre et Jan les Giquel freres, enfans dudit Charles Giquel, qui frere estoit dudit Guillaume. Ledict acte en datte du 19e Mai 1604, deubment signee et garantie.

Sur le degré de Pierre, fils dudit François, sont rapportes vingt pieces :

La premiere est un traicté faict par ladicte Françoyse le Gouvello, veuffve de feu noble homme François Giquel, sieur de Kergrugner, conseiller du Roy et son lieutenant civil et criminel en la cour et siege presidial de Vannes, tant en son nom que comme tutrice des enfens de leur mariage, pour la vante dudict office de lieutenant qu’elle vendit à maistre Jullien le Gouvello, sieur de la Porte, conseiller du Roy, son lieutenant civil et criminel en la cour royalle d’Auray, à la charge que ledit le Gouvello n’en pouroit faire demission qu’en faveur des enffens de ladicte le Gouvello et dudit feu noble homme Françoys Giquel, son mari ; ledit acte en datte du 8e Decembre 1617, deubment signé et garanti.

La seconde est une requeste presantee au Parlement de Bordeaux, le 1er Juillet 1641, par Pierre Giquel, escuier, sieur du Nedo, gentilhomme ordinaire servant la Reyne, par laquelle ce voict que ledit office, vandu par ladicte Françoyse le Gouvello, auroit esté adjugé, par arrest du 7e Septembre 1640, audit Pierre Giquel, sieur du Nedo ; ladicte requeste expediee, signifiee, deubment signee et garantie.

La troisiesme est une procuration de ladicte damoiselle Françoyse le Gouvello, baillee audit Pierre Giquel, escuier, sieur du Nedo, son fils, pour en son nom poursuivre l’opposition formee audit Parlement de Bordeaux sur les deniers dudit office ; ladicte procuration du 15e Aoust 1641, deubment signee et garantie.

La quattriesme est une acte de transaction passee entre noble et discrept Pierre Giquel, chanoine de l’eglise cathedralle de Vannes, tant en quallité d’heritier principal et noble de deffunct Pierre Giquel, son pere, vivant escuier, sieur du Nedo, conseiller du Roy, lieutenant civil et criminel au siege presidial dudit Vannes, que fondé en procure de ses freres et sœurs, d’une part, et messire Pierre de Montigny, sieur de Kerisper, fils, heritier principal et noble de deffunct escuier Louis de Montigny et de dame Gillette du Mats, vivants sieur et dame de la Motte, et gouverneur pour le Roy au chasteau de Sucinio, scittué sur la coste de Ruys, lequel Louis de Montigny esoit aussi fils, heritier principal et noble et demissionnaire de deffunct messire Jan de Montigny, vivant sieur de Kerdour, touchant une somme de 3000 livres et interests restants de la somme de 10000 livres adjugee par arrest à feue damoiselle Françoyse Giquel et à feue damoyselle Françoyse le Gouvello, sa mere, contre ledit messire Jan de Montigny, auquel droict mobilier damoiselle Françoyse le Gouvello, mere de ladicte Françoyse Giquel, avoit succedé et appres elle ledit feu Pierre Giquel, sieur du Nedo, frere de ladicte Françoyse Giquel, par laquelle transaction ledit noble et discret Pierre Giquel, en ladicte quallité, reunist son interest à la somme de 14000 livres ; ladicte transaction du 1er Octobre 1665, deubment signee et garantie.

La cinquiesme est un acte de procuration baillee par messire Georges Gouyon, seigneur de Vauveloysel [8], la Motte-Collas, le Vaultherbert, Pont-Breceel, etc., à messire Pierre de la Tousche, seigneur de Kerrolland, conseiller du Roy en son Parlement de Bretagne, pour consentir au mariage de damoiselle Renee Gouyon, dame de la Motte-Collas, sa fille, avec escuier Pierre Giquel, sieur du Nedo.

La sixiesme est le contract de mariage dudit Pierre Giquel, escuier, sieur du Nedo, avecq ladicte dame Renee Gouyon, dame de la Motte-Collas, fille seconde dudit messires Georges Gouyon, seigneur du Vauveloysel, de son mariage avecq damoiselle Tristanne de Tremigon, ses pere et mere, et ce par l’avis dudit messire Pierre de la Tousche, seigneur de Kerrolland, conseiller du Roy en son Parlement de ce pais et duché de Bretagne.

Lesdictes procuration et contract de mariage en datte du 12e et 23e Febvrier 1627, deubment signez et garantis.

La septiesme est une acte du traicté et transport faict par Jan-Jacques Moreau, escuier, sieur de la Ferraudiere, gentilhomme servant la Reyne, audict Pierre Giquel, escuier, sieur du Nedo, de sadicte charge de gentilhomme servant lad. dame Reyne, du 2e Juin 1633, deubment signé et garanti.

La huictiesme est un certifficat des services rendus par ledict Giquel, sieur du Nedo, en la qualité de gentilhomme servant la Reyne, donné par le sieur d’Argouges, conseiller, tresorier general de la Reyne, le 1er Mars 1634, deubment signé et garanti.

Les neuff et dixiesme sont deux lettres de committimus octroiees audit Pierre Giquel, escuier, sieur du Nedo, gentilhomme servant la Reyne.

La unziesme est un certifficat du sieur de Bertillac, des services rendus par ledit sieur Giquel du Nedo, en ladicte charge de gentilhomme servant la Reyne, le 4e Avril 1639, deubment signé et garanti.

La unziesme (sic) est une lettre de la feue Reyne, mere du Roy, adressante au sieur Pichon, presidant au Parlement de Bordeaux, pour le remercier de la protection qu’il avoit donnee au sieur du Nedo, au proces qu’il avoit pendant audit Parlement et pour lui en demander la continuation ; ladicte lettre du 20e Apvril 1641, signee : Anne, et le Gras, par commandement.

Les douze, quatorze et quinziesme sont des ordres du sieur de Bouteiller, secrettere d’Estat, et du sieur de Nouveaux, general des postes, de donner aud. sieur du Nedo des chevaux de poste pour le service de la Reyne, et un passeport, en datte des 12e Octobre 1636, 15 et 16e Juin 1639, deubment signez et garantis.

La seziesme est la reception du feu sieur du Nedo dans l’office de lieutenant general au presidial de Vannes, du 19e Janvier 1644, deubment signee et garantie.

La dixseptiesme sont des lettres de survivance, octroyee par la feue dame Reyne à Pierre Giquel, sieur de Grugné (sic), de l’estat et office de gentilhomme servant ladicte dame Reyne, que possedoit ledit Pierre Giquel, sieur du Nedo, dattee du 5e Apvril 1644, signees : Anne, et par la Reyne regente, [mere] du Roy : Le Gras, et scellees.

La dixhuictiesme est un certifficat du sieur de Bertillac, conseiller et tresorier general de la Maison de la Reyne regente, mere du Roy, des services randus par Pierre Giquel, escuier, sieur du Nedo, en qualité de gentilhomme servant ladicte dame Reyne, du 9e Janvier 1646, deubment signé et garanty.

La dixneuffviesme est une acte de traicté et vante par ledit Pierre Giquel, escuier, sieur du Nedo, gentilhomme servant la Reyne, conseiller du Roy et lieutenant particulier au siege presidial de Vannes, en Bretagne, à Georges de la Neuffville, escuier, sieur de la Riviere, dudit estat et office de gentilhomme servant la Reyne, en datte des 5e et 21e Apvril 1646, deubment signé et garanti.

Et la vingtiesme est une deliberation des Estats du pais et duché de Bretagne, tenus en la ville de Rennes, portant, entr’aultres choses, deputation du lieutenant au siege presidial de Vannes vers le Roy, pour le suplier de donner le gouvernement de Bretagne à la feue Reyne mere et la suplier de le voulloir accepter ; ledit acte du 16e Janvier 1645, deubment signé et garanti.

Sur le degré desdicts Pierre, Sebastien et Jan Giquel, deffandeurs, sont rapportes [dix pieces] :

La premiere est un acte judiciel faict en la cour et siege presidial de Vannes, le 15e Febvrier 1661, touchant la declaration de majorité d’escuier Jean Giquel et de damoiselle Vincente Giquel, sa sœur, enffens puisnez et cadets de deffuncts escuier Pierre Giquel, sieur du Nedo, conseiller du Roy, lieutenant general civil et criminel au presidial de Vannes, et de dame Renee Gouyon, leur pere et mere, par lequel de l’advis et consentement de noble et discret Pierre Giquel, sieur du Nedo, chanoine en l’eglise cathedralle de Sainct-Pierre de Vannes, en son nom et fondé en procuration de Sebastien Giquel, escuier, sieur de Kermainguy, son frere cadet, et aussi frere aisné desd. Jan et Vincente Giquel, de hault et puissant messire Sebastien de Rosmadec, chevallier de l’Ordre du Roy, seigneur marquis du Plessix-Rosmadec et autres lieux, de messire Jan de Serant, seigneur de Kersily, conseiller au Parlement, de messire Jean Gouyon, seigneur de Vaudurant, et des sieurs de Kergonanno et de Kerel, et en consequence de l’apparution des lettres de beneffice d’age obtenues par ledit Jan Giquel, icelluy Jan et ladicte Vincente Giquel, sa sœur, auroient esté declares majeurs et mis en l’administration de leurs biens meubles et levees de leur immeuble, soubz l’autoritté de curateur qu’ils choisiront. Ledit acte en datte du 15e Febvrier 1661, deubment signé et garanti.

La seconde est le traicté des offices de lieutenant et de commissaire examinateur et enquesteur au siege presidial de Vannes, faict par ledict noble et discrept Pierre Giquel, sieur de Nedo, chanoine en l’eglise cathedralle de Vannes, fils aisné, heritier principal et noble de deffunct Pierre Giquel, escuier, sieur dud. lieu de Nedo, conseiller du Roy, lieutenant civil et criminel, commissaire examinateur et enquesteur au siege presidial de Vannes, à escuier Yves Cormier, sieur du Chesnay, advocat en la Cour de Parlement, pour la somme de 42000 livres ; ledict contract en datte du 1er Apvril 1659, deubment signé et garanti.

Les trois et quatriesme sont deux actes de transactions passees entre ledit noble et discrept Pierre Giquel, sieur du Nedo, chanoine en ladicte esglize cathedralle de Sainct-Pierre dudit Vannes, fils et heritier principal et noble de deffunct escuier Pierre Giquel, sieur du Nedo, conseiller du Roy et son lieutenant civil et criminel dudit Vennes, et les y desnommes, en datte des 9e Septembre 1659 et 22e Juin 1660, deuement signé et garantis.

La cinquiesme est une acte de franchissement faict par ledict noble et discrept Pierre Giquel, sieur du Nedo, comme fils aisné, heritier principal et noble dudict deffunct escuier Pierre Giquel, sieur du Nedo, conseiller du Roy, lieutenant civil et criminel, commissaire examinateur et enquesteur du siege presidial de Vennes, d’un contract de constitution de rante creé par ledit deffunct Pierre Giquel ; ledit franchissement en datte du 7e Janvier 1662, deubment signé et garanti.

Plus rapporte cinq autres pieces, en datte des 20 et 25e Juillet 1666 et 1668, qui sont des certifficats donnes par les seigneurs marquis d’Hoquincour, colonel du regiment de Bretagne, le sieur de Goindreville, cappitaine dudict regimant, le sieur de Montail, gouverneur en la ville et forteresse de Charleroy, le sieur chevallier de Noyon, appresent colonnel du regiment de Bretagne, et de plusieurs autres commandants, d’eux signes, de ce que Jan Giquel, escuier, sieur de Caslan, lieutenant en pied au regiment de Bretagne, estoit actuellement au service du Roy.

Seconde induction d’actes et pieces au soustien de la qualitté desdicts nobles et discrept Pierre Giquel, sieur du Nedo, chanoine en l’eglise cathedralle dudict Vannes, Sebastien Giquel, escuier, sieur de Kermainguy, et Jan Giquel, escuier, sieur de Caslan, deffandeurs ; ladicte induction fournie audict Procureur General du Roy, demandeur, le 16e de ce present mois et an 1669, tendente à ce qu’ils soient maintenus aux qualitez par eux prises en leur premiere induction.

Requeste dudict noble et discrept Pierre Giquel, sieur du Nedo, chanoine de l’eglise cathedralle de Sainct-Pierre de Vannes, et desdicts escuiers Sebastien Giquel, sieur de Kermainguy, et Jan Giquel, sieur de Caslan, lieutenant au regiment de Bretagne, deffandeur ; ladicte requeste mise au sac par ordonnance de ladicte Chambre de ce jour, avecq six pieces y attachees, en dattes des 18e Octobre 1550, 28e Aoust 1552 et 3e Octobre 1556, justifiants leur attache à la branche des aisnez.

Et tout ce que vers ladicte Chambre par lesdicts deffandeurs a esté mis et induict, conclusions du Procureur General du Roy, murement consideré.

La Chambre, faisant droict sur l’instance, a declaré et declare lesdicts Françoys, Jullien, Jan et Jacques de Kerel et lesdicts Pierre, Sebastien et Jan Giquel, nobles et issus d’extraction noble, et comme tels leur a permis et à leurs dessandans en mariage legitime de prandre la qualitté d’escuier et les a maintenus aux droicts d’avoir armes et escussons timbres appartenants à leurs quallitez et à jouir de tous droits, franchises, exemptions, immunitez, preminances et privilleges attribuez aux nobles de cette province, ordonne que leurs noms seront employez au roolle et catalogue des nobles, sçavoir desdicts Françoys, Jullien, Jan et Jacques de Kerel, en celuy de la jurisdiction royalle de Ploermel, et desdicts Pierre, Sebastien et Jan Giquel, en celluy de la senechaussée de Vannes.

Faict en ladicte Chambre, à Rennes le 29e May 1669.

Signé : Malescot.

(Copie ancienne. – Bib. Nat. – Cabient des titres. Nouveau d’Hozier, vol. 154.)


[1M. Huart, rapporteur.

[2Elle est nommée Anne dans les actes cités plus loin.

[3Kerhouais.

[4NdT : en réalité le fils de sa cousine.

[5Ainsi en blanc dans l’acte original, le prénom omis est Janne.

[6Nicolas Giquel était petit-fils et non fils de Guillaume Giquel.

[7Kerguiris.

[8Vauméloisel.