Tudchentil

Les sources sur les gentilshommes bretons

Château de la Moglais, bâti par la famille du Bouilly, près de Lamballe (XVIIIe siècle).
Photo A. de la Pinsonnais (2005).

Armorial du Vaumeloisel L-O (4/6)

Vendredi 7 mars 2008, texte saisi par François du Fou, Amaury de la Pinsonnais.

Adhérez à Tudchentil !

Notice d'adhésion 2017 à Tudchentil, à remplir et à envoyer avec votre chèque au siège de l'association.

Catégories de l'article

Source

Paul du Breil de Pontbriand, Encore un ancien Armorial Breton, Revue Historique de l’Ouest, Vol. 10, notices et mémoires, 1894, p. 5-16, 333-351, 543-554, 799-812 et vol. 11, notices et mémoires, 1895, p. 78-84, 117-148.

Citer cet article

Paul du Breil de Pontbriand, Encore un ancien Armorial Breton, Revue Historique de l’Ouest, Vol. 10, notices et mémoires, 1894, p. 5-16, 333-351, 543-554, 799-812 et vol. 11, notices et mémoires, 1895, p. 78-84, 117-148, 2008, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 22 octobre 2017,
www.tudchentil.org/spip.php?article473.

(voir de F à K)

L

Lalain. [1] – Un Jacob Lalain, escuier, l’an 1371 : Fascé.

Lambilly. – Addition à G. le B. : 1412, Guill. de Lambilly. – Son sceau référé estre à un aveu.
1454 (ou 1484), P. de Lambilly, passe par la Cour de Ploërmel. Vidi.
1484, Jean de Lambilly, archer, est dans la déclaration du duc, parmy ceux qui avoient pris Nantes.

Lamoureux. – Addition à G. le B. : M. le baron du Vieuxchastel donne pour armes à Lamoureux : D’argent à une croix dentelée de gueules, à la cotice d’azur sur le tout. – Estoient seigneurs de Botpléven, paroisse de Cléguérec, évesché de Vannes, sous le duché de Rohan.
1391, Mathieu Amoureux, escuier, dans l’enqueste faite à Rennes pour les droits du Duc.
1392, Jamet Lamoureux signe les actes d’hommage du comte de Penthièvre.
1425, Jamet Lamoureux, trésorier d’Arthur, fils de M. le duc de Bretaigne.

Lande (la). – 1391, Jeanne de la Lande receut de Jan de Magne (,), trésorier de la Duchesse, pour ses gages de demy an, 30 l. tesmoin le signet de Michelle des Tousches. – Scellé d’une teste de femme.

Lande (la). – Seigneur de Guignen. Addition à G. le B. :
1394, Guillaume de la Lande estoit mary de Béatrix de Craon. Vu.
1417, Tristan de la Lande, grand me d’hostel du Duc. Vidi.
1417, Tristan de la Lande, chambellan du Duc, receut neuf vingt livres monnoies, pour 8 mois de gages. – Sceau dudit Tristan : (3 escussons, 2. 1.)
J’ay veu dans un ancien armorial que les de la Lande, seigneurs de la Gresillonnaye, paroisse de Guichen, evesché de Saint-Malo, portoient pour armes : Vairé d’argent et d’azur, à la bande componnée d’argent et de gueules, brochant le tout.

Lande (la). – Jehan de la Lande. – Sceau : 3 croissans, 2. 1. – Serment de fidélité.
Lande (la). – Seigneurs de Kerdavy, paroisse de Langon : D’azur à 3 bandes d’argent, 2. 1.

Lannion. – Addition à G. le B. : Il y a dans le lit de drap d’or de M. de Lannion un homme tenant un bouclier pareil : Coupé au 1 : d’argent à 3 cors de chasse de gueules, au 2 : de gueules à 3 haches d’argent), et le verset suivant dans la courte pointe : Salva nos, Domine, vigilantes, custodi nos dormientes.

Lannoster. – Correction à G. le B. : D’argent à 3 chevrons d’azur. En Plabennec, évesché de Léon.

LannuzouarnAddition à G. le B. : M. le B. du Vieuxchastel met : D’argent à un escu de gueules, accompagné de 6 annelets d’azur.

LargouëtAddition à G. le B. : De gueules semé de besans d’or, suivant l’Inventaire de la maison de Rieux.

LarlanAddition à G. le B. : La tige de cette maison est dans la paroisse de Noyal, duché de Rohan, évesché de Vannes. Ont esté seigneurs de plusieurs terres dans ledit duché, et particulièrement de Kerbourc’his, paroisse de Noyal, dont est sorti la branche, par un seigneur portant le nom de Larlan, qui espousa l’héritière de Kercadio, paroisse d’Erdeven, proche Auray, dont sont sortis MM de Larlan-Penhair et de Lannitré, qui portoient : D’argent à une croix de sable, chargée de macles d’argent, ou : D’argent à 9 macles de sables posées en croix.
Les seigneurs de Kercadio et de Lannitré ont, en l’an 1587, pris des lettres du Roy, pour adjouter au nom de Larlan celuy de Kercadio.

Lart (le). – Guill. le Lart, sgr de Kernesle, aïant espousé Olive Dolo, propriétaire du Rotz, ses enfants prirent les armes des Dolo qui estoient : De gueules à 10 billettes d’argent, et chargèrent l’escusson d’un franc-quartier de … ; à l’aigle de …, laquelle aigle estoit apparemment les armes des Lart. – L’an 1669, ils n’ont pris que les billettes.

Latimier ou Latimer. – 1365, samedy après le jour Saint-Michel, M. Robert de Latimer, chevalier, fust enterré à Prières, et sur son tombeau ses armes sont : Une croix ancrée.
1365, M. Guillaume, sire de Latimier, l’un des ambassadeurs, avec M. de Clisson, pour demander au Roy la ratification de la paix, de la part du duc Jan.
1365, le sceau de M. Guil., sire de Latimer, sgr de Vay : Une croix ancrée.
1380, il semble que le sire de Latimier fust Anglois, car le Duc, ordonnant une obligation à M. Thomas Bouquinguehen (sic), connestable d’Angleterre, aux sires de Latimier et de Pen…, et autres Anglois, il semble par là que le Duc le nomme comme Anglois.

Lentivy. – Ont pris pour armes : De gueules à une espée d’argent posée en pal.
J’ay veu leurs armes … vitres : D’azur à 10 billettes d’or, 4. 3. 2. 1, … de gueules, chargé d’une espée d’argent en pal, la pointe en bas, lesquelles billettes, lesdits seigneurs avoient prises ac… branche de la maison de Baud ; mais cette alliance … Ils ont retenus seulement leurs anciennes armes qui estoient …

Lermine – Anciens seigneurs de Coeslan ; suivant M. le baron du Vieuxchastel : D’argent à 10 billettes de sable, 4. 3. 2. 1.
Il y avoit un Guillaume Lermine en 1371, et, l’an 1437, Guillaume Lermine eut X escus par ordonnance du Duc.
1454, Raoul Lermine avoit procès contre Lorans Gautron.

Lescouët. – Addition à G. le B. : La branche aisnée, Lescouët, seigneurs de la Mauglaie, fondit dans …
1263, Adelise, fille Eudon, fils de Lescoët, chevalier, et Jan de Monteville, son mary, donna ce qu’elle avoit à Rumblock, à l’abbaye de Bonrepos. – Mémoires de M. de Molac.

Lesmo. – Maison noble, paroisse d’Augan, évesché de Saint-Malo, relève de Ploërmel, de laquelle Anne de Lesmo, héritière, est rapportée dans la réformation de 1443. Elle estoit mariée à … Elle portoit : De sable à 3 mains dextre d’argent.
Guy Chausson, issu d’une maison du Poitou, prist le nom et les armes de Lesmo, et sa postérité.
Appartient, l’an 1691, à escuier François Le Douarain, escuier, acquise par François, son père, de René de Kermeno, sgr du Garo.

Lesnérac. – Par. de …, évesché de Nantes : De gueules à trois aigrettes d’or.
1384, le Duc afféagea à Robert et Agnès de Lesnérac, sa femme, une isle nommée l’Isle de Saint-Martin, près Saint Martin de Savenay, pour une paire d’esperons d’or.
1387, Pierre de Lesnérac, connestable de Nantes. Vidi. – Son sceau : Un espèce de buste de dragon aislé.
1395, Guil. de Lesnérac céda au Duc tous les biens meubles et acquêts, qui luy estoient venus de la succession de Typhaine de Kermadiou, sa sœur de mère, autrefois mariée avec Adrien Moësan.
1457, Messire Charles de Lesnérac eust une sauvegarde du Duc.

Lespinay. – Seigneur de Briord : De sinople à 3 buissons d’épines arrachés.
Noble homme Jan de Lespinay, sieur du Chaffault, la Noë, … général du duché de Bretaigne, enterré à Saint-Yves de Paris, l’an 1518, mesmes armes.

Lesquen. – Seigneurs de la Villemeust près le Guildo : De sable à 3 jartres (sic) qui sont une espèce de cigoigne d’argent, membrées, becquées et huppées de gueules, 2. 1.
M. le baron du Vieuxchastel met qu’autrefois ils portoient : D’or à un palmier de sinople.
M. le baron du Vieuxchastel disoit qu’il y avoit 3 maisons du nom de Lesquen, l’une dans l’évesché de Léon, paroisse de Plouguin qui se disoit la tige des autres, l’autre près Pontecroix, évesché de Quimper, l’autre ne la paroisse de Pluduno, évesché de Saint-Brieuc, issue de celle de l’évesché de Quimper, qui porte le nom de Rousseau, depuis plus de 200 ans.
1443, Thomas Lesquen fust envoïé en Angleterre par le duc François, vers son beau-frère, Vidi.

Lesquen. – D’or à la palme d’azur.

Lesquen. – Seigneur de Quervilly : Fascé de vair et de gueules, ou, Vairé … – Il faut esclaircir cecy.

Lezanet (Lezonnet). – Paroisse de Loïat, évesché de Saint-Malo.
1388, Eon de Lezennet mist son sceau par la Court de Ploërmel. Vidi. – 3 coquilles, seulement.
1398, Pierre de Lezennet rendit aveu à Loïat des terres y nommées tenues dans le vicomté de Loïat. – Son sceau presque tout rompu.
Vidi un aveu de l’an 1426, tendu par Guillaume de Lezanet, à noble et puissant Jehan d’Acigné, seigneur de Fontenay, vicomte de Loïat. – Ledit Lezonnet avoir pour sceau : Un chevron chargé en haut de la pointe d’un croissant, et, sur les montants, de 2 hermines, accompagné de 3 coquilles, 2 en chef, 1 en pointe.
1440, Jehan de Lezenet, escuier d’escurie du Duc. Vidi.
1468, Guil. de Lezenet, estoit de la maison de la duchesse Ysabeau.
1498, n. escuier Guil. de Lezonet, sieur de Quallo, avoit du bien sous Loïat.

Lezervaut. – Paroisse de Plougrescant, évesché de Tréguier : D’azur au léopard de sable.
Janne de Lezervaut, dam dudit lieu, espousa messire Jan de Keralliou, chevalier, sgr dudit lieu, jusqu’à Marguerite de Keralliou, sœur, héritière de Guil., dame de Lezervaut, qui espousa Jan de Sclisson, sgr de Penanstang.

Lezourny. – Maison noble, par. de …, év. de …, dont l’héritière fust mariée à Guillaume, sgr du Chastel, sur la fin du siècle 1300, portoit : De gueules au chef d’hermines.

Lindreuc. – Maison noble, paroisse de Noyal, évesché de Vannes, sous le duché de Rohan.
Il y a eu des gens du nom de Lindreuc, et mesme quelques gens, qui par leurs services ont esté, de leur vivant, chevaliers.
Dans le siècle 1430, Eon de Lindreuc avoit pour armes : D’argent à 7 macles de gueules, 3. 3. 1, et un annelet de gueules en chef.
1260, Alix, fille de Guillaume de Lindreuc, porta la terre de Lindreuc, par mariage, Geffroy de Guennanec lequel l’aïant transportée à Allain, vicomte de Rohan, ledit vicomte la transporta, en 1264, à Eon de Quénécan, chevalier.
1444, Jean de Lindrec, escuier d’escurie du Duc, avoit pris, pour le Duc, une hacquenée noire, de Jean Rolland, son conseiller et auditeur de ses Comptes.

Linières. – Maison noble, paroisse de Saint-Hilaire, évesché de Rennes, sous la baronnie de Fougères.
Il y avoit des gentilshommes de ce nom, qui en possédoient la terre et portoient : De sable à un trèfle d’or de 6 pièces.
L’héritière de ce nom et de cette maison espousa, dans le commencement du siècle de 1500, Georges d’Oranges.

Loïat. – N… de Loïat, dame héritière de cette maison, fust mariée à …, portoit selon Tertre-Gault : D’argent à 3 aigles de sable. – Et fust possédée par les seigrs de Fontenay, jusques à Thomas de Fontenay, lequel, de son mariage avec Janne de Rostrenen, n’eust que des filles, dont l’aisnée, nommée Janne de Fontenay, espousant Jan 4e, sgr d’Assigné, jusqu’à Jan 7e, lieutenant-général pour le Roy en Bretaigne, qui vendit ladite terre à Guillaume du Quéleneuc, sr de la Villehubant. Demoiselle Françoise du Quéleneuc, sa fille porta ladite terre, par mariage, à escuier Bertrand Picaud, sr du Beson ; elle mourut au mois d’aoust 1574.
La maison de Loïat fust rebastie par Béatrix de Rostrenen, femme de Jean Ve d’Assigné ; on dit qu’elle fust nommée Pendonnet, parce-qu’elle fust bastie une année de cherté, et qu’au lien d’argent, on donnait du pain aux ouvriers.
1326, dame Sebille, dame de Loïat, fille de …, et de …, au nom et comme curateresse et garde de Jehan, fils aisné, principal heir de feu M. Robert le Vicomte, jadis chevalier, et de Jehanne, sœur dudit chevalier, exécutant la promesse faite à ladite Jehanne de 60 l. de rente, en la mariant avec Payen de Fontenay, fils esné, principal heir de noble homme mons. Thomas de Fontenay, chevalier, fors et excepté les héritages dans les paroisses de Reguiny, Loïat et de Ploërmel, dont assiepte seroit faite par trois bons gentilshommes, que Alain de Tinténiac et Robert de Beaumanoir voudront eslire. Passé par la court de Ploërmel, auquel est le sceau de ladite Sebille, dame de Loïat : (Parti au 1 : 6 billettes (?) dont 2 en chef et les 4 autres disposés en croix, au 2 : 5 espèces de rayons partant de senestre, une fleur de lys à la pointe de l’escu). Vidi.
On remarque par l’acte que ladite dame Sebille avoit pour successeurs lesdits Jehan et Jehanne le Vicomte, et qu’elle n’estoit pas leur mère.
1613, par un procès verbale des vitres de l’esglise de Loïat, dans la grande y estoit un escusson my partis : d’argent à 6 cottessers (sic) ou follets de gueules (je ne scay ce qu’il veut dire) [2], au 2e : de sable à 2 aigles d’argent. – Au bas de ladite esglise, mesme chose, et, au-dessous, une femme priante, aïant dessus ses jupes pareilles armes.

Lothodé. – Anciens seigneurs de Cheville, paroisse de Moigné, évesché de Rennes, portoient : Coupé de sable et d’argent, au léopard d’argent en chef, et au chien passant en pointe, suivant les armes qui sont dans le cimetière de Moigné.
1366, Guillaume Lothodé donna son avis qu’il avoit 4 enfans à la terre de Briacé, 1 fils et 3 filles, et, le fils estant décédé, restèrent les 3 filles. – Registres de la Chambre.
L’an 1415, sceau de Nicolas Lothodé, sgr de Ch…, est un baston en bande.
1457, Jehan Lothodé, capitaine des francs archers de l’évesché de Nantes, non compris de que le Duc a baillé à Guil. de Trécesson.

Loyon. – Paroisse de Plœren, évesché de Vannes : De gueules au griffon rampant d’argent.
Il y a un tombeau des Loion au Bondon. – Voy. S’ils avoient ces armes.
1468, Ysabeau de Loyon, demoiselle de la duchesse Ysabeau.
1479, Jehan, sgr de Loyon, dans une monstre.
1504, Guillaume de Loyon, escuier d’escurie du Duc.

M

Maceot. – D’azur au vase d’or
Janne Maceot, dame du Laz, de la paroisse de Carnac, porta ladite terre du Laz, par mariage à Jean de Vitré.

Madio ou Madiou. – Il y avoit des gentilshommes de ce nom à Querdréan des Bois, paroisse de Naizin, qui portoient pour armes : D’azur à 4 macles d’or, 2. 2.
La maison Madio entra dans celle de Cléguénec par une Alice Madio, sœur et héritière de Marion, fille héritière de Guillaume, sgr de Kerdréan des Bois, et d’Olive Josses, tellement que depuis les Cléguénec chargèrent leurs armes d’un canton d’azur à 4 macles d’or, 2. 2.
1365, Le Scel de Jégou Madiou, de la vicomté de Rohan ; – on peut le voir, estant demy-rompu.

Mahé. – Pierre, sieur de Coutance, paroisse de Moigné, évesché de Rennes, annobli par la Duchesse, le 23 avril 1489.
Jeanne Mahé, fille de …, espousa Jehan le Breton, auquel noble homme Guillaume Mahé, sieur de Coutance, et Anne Loyauté, sa femme, donnèrent la terre de Coutance, le 17e janvier 1515.

Maignan (le). – D’azur à une fasce d’or, accompagnée de 3 molettes d’argent, 2 en chef, 1 en pointe.

Maillard. – Sgr de Fromenteau, paroisse de Valez, (Vallet) évesché de Nantes, dès l’an 1250. – On luy donne pour armes : D’azur à 3 losanges d’or.

Maillart. – sieur de la Maillardière, paroisse de …, évesché de Nantes : Losangé...
1347, Vincent Maillart, sieur de la Maillardière, obtint de Janne, duchesse de Bretaigne, des bois dans la forest de Touffou, pour…

Marche (la). – Evesché de Rennes : De sable à 2 espées d’argent en sautoir, les pointes en bas.

Marche (la). – Guillaume de la Marche, chevalier (je croy près Montfort). – Sceau : Un dextrochère tenant une fleur de lys, et aïant un manipule. – Voyez les tombeaux de l’abbaye de Montfort, 1306.

Marec’h. – Addition à G. le B. : Anciens seigneurs de Kerinas, puis de Montbarrot, dont (l’héritière de) la branche aisnée fust mariée à Samuel de la Chapelle, seigneur de la Rochegiffart ; l’autre branche estoient seigneurs de Kerépol.
1377, Geoffroy Marrec, évesché de Cornouaille, changea le droit de bail, par luy prétendu, en rachapt, sur les terres de Hervé de Névet, qui estoit lors sous la tutelle de Jehan de Névet.
1498, Allain Marrec, séneschal de Rennes, présent au contrat de mariage de la duchesse Anne, l’un des arbitres entre ladite duchesse et le vicomte de Rohan. – Son sceau : (9 croisettes, 4. 3. 2, séparés par des filets).

Mareil. – 1395, Georges de Mareil, fils et hoir principal de Jehanne de Châteaulétard, contre Guillaume Boczant, appelant de jugement de Nantes au Parlement général tenu à Nantes.
1407, Georges de Mareil donna aveu à Madame Jehanne, duchesse douairière de Bretaigne, pour sa terre de Teillay, en la paroisse de Saint-Herblon. – Son sceau : Un échiqueté ; pour ornement : un casque ; pour cymier : un vol ; pour supports : 2 anges.
1435, Guillaume, seigneur de Mareil. – Sceau : Echiqueté, mais il y à des besans dans l’alternative de l’échiqueté.

Marié (le). – Vidi le sceau de Pierre le Marié, dans un acte passé par la Cour de Rennes, l’an 1391, qui estoit : Un chevron accomp. de 3 molettes.

Martigné-Ferchaud. – Escartelé aux 1er et 4e : de gueules à 5 fleurs de lys d’argent en sautoir, aux 2e et 3e : d’azur au lion d’or. – Voyez du Pas qui donne d’autres armes.
Etc.

Martin. – 1401, Guillaume Martin tenoit plusieurs homes et rentes, sous la seigneurie d’Apigné, à rachapt. – Son sceau : (Deux sortes de bâtons en sautoir, au canton chargé de 5 besants, et à l’orle chargée également de besants).

Martinière (la). – D’azur à une bande d’argent, chargée d’un lion de gueules, accomp. de 2 fleurs de lys de mesme, une en haut de la bande, l’autre en bas.
1403, Jean de la Martinière, sgr de Launay : Vairé de…, au canton chargé de...
1406, Yvon de la Martinière, seigneur de Launay : mesme sceau, fors que tout est semé, et qu’il y a un lionceau sur le tout, mouvant (?) de l’escu à droite.
1408, Jehan de la Martignière, sieur de la Martignière. – Sceau : Une bande chargée d’un lion et de 2 fleurs de lys, une en haut de la bande et l’autre en bas.

Massuel. – Seigneurs de la Massüe, paroisse de Bréal : De gueules à 3 marmites d’or.
Informez-vous des armes, car on dit que les Massüel portent : Gironné d’hermines et de gueules.
1451, Guillaume Massüel appelant contre Raoul de Melesse, fils de feu Phelippot. – Extrait du Parlement du Duc.

Maupetit. – D’azur à 3 tours d’or, à la porte de gueules.
1390, Perrot Maupetit. – Sceau : (6 étoiles, 3. 2. 1, au chef chargé de 4 billettes).

Mauvoisin. – 1383, M. Guillaume Mauvoisin, commis par le Duc.
Vidi un acte de Guillaume Mauvoisin, greffier au Parlement de Monseigneur le duc de Bretaigne, commis en sondit parlement d’avènement tenu à Rennes, en la compagnie de Briand Marion, etc., l’acte du 16e octobre 1407, scellé de son sceau, qui est : Un chevron accomp. de 2 croix recroisetées.
1411, Ollivier Mauvoisin. – Sceau : 3 testes de chèvres coupées, à un aveu.
1472, 7e juin, Pierre Mesvezin, escuier, sieur de la Verrière, vendit des rentes à Philippe de Brambéat.

Maydo. – anciens seigneurs de Tréduday, paroisse de Theis, évesché de Vannes, sous le regaire de l’évesque : Escartelé aux 1er et 4e : au chef d’argent et de gueules, aux 2e et 3e : de gueules à 5 besans d’or en sauttoir.
Alain Maydo et Orgueilleuse, sa femme, donnèrent une partie de l’emplacement de l’abbaye de Meilleray, au diocèse de Nantes, l’an 1130, fondée l’an 1147. – J’ay veu des actes prouvant (?) (que) les Maydo, seigneurs de Tréduday, estoient originaires du diocèse de Nantes.
1431, Henri Maydo, trésorier de M. le comte.
1446, Ollivier Maydo, trésorier du Duc.

Mébernard. – Par. de Parigny, sous Fougères.
Jeanne de Mébernard, mariée à Raoul de la Berbe. – Voy. du Paz.
1369, autre Janne de Mébernard espousa Mre Pierre Gaullay, sgr du Boisguy. – Portoit : Fascé d’or et de sinople, de 6 pièces.

Méléart. - Sieur du Boisrouault. – Informez-vous.
D’argent à un croissant de gueules, selon le sieur Gault.

Melesse. – sieur du Plessis-Melesse, évesché de Rennes : D’hermines à 3 channes de gueules.
1294, Raoul de Melesse. – Mémoires de M. de Molac.
D’Argentré nomme un Robert de Melesse, escuier, l’an 1379. – L’an 1382, ledit Robert estoit receveur du temporel de l’évesché de Dol.
1451, Raoul de Melesse, fils de feu Phelipot, avoit procès contre Guillaume Massüel.

Mellet. – La Tousche-Milon, paroisse de Parcé, évesché de Rennes, dont les seigneurs ont posté anciennement le nom de Mellet. Un armorial ancien leur donne : D’argent au senestrochère vestu de gueules, ganté d’argent, soustenant un espervier au naturel.

Menier. – Robin Menier mist son scel à un acte passé par la Cour de Marguerite de Rohan, dame de Quintin, lequel sceau est : Un arbre accomp. au costé senestre du pied, de quelqu’animal rampant, ou broutant les feuillages ou branches de l’arbre. Vidi.

Mesle. – Maison noble, dont l’héritière s’est mariée avec un cadet du Chastel. – Selon M. le baron du Veiuxchastel : De gueules à 3 mains d’hermines.

Mimbier. – D’azur à 3 espées d’or mises en bande. – Voyez la Généalogie de la Moussaye.

Moigné. – 1383, Alain de Moigné, receveur général du Duc, se fist rendre compte de la recepte du regaire de l’évesché de Rennes, vacant par la mort de Raoul de Tréal.
Ces armes sont en la vitre du chœur de l’esglise de Moigné, pour la mestrairie et de Moigné : (3 chevrons endentés et écimés, ou plutôt terminés en pointe par une sorte de billette).

Molant. – Maison noble, paroisse de Bréal, évesché de St-Malo.
J’ay veu dans un vieil armorial : D’argent au fretté de 6 pièces de sable, et qu’il y avoit des seigneurs du nom du Molant.
Marguerite Levesque, fille de Mre Guillaume Levesque, et de Janne de Montfort, seigneur et dame du Molant, porta la terre du Molant, par mariage, à noble escuier Ollivier d’Ust, seigneur d’Ust. Françoise d’Ust, seconde fille d’escuier Jan d’Ust, seigneur d’Ust et du Molant, et de Marguerite l’Enfant, aïant espousé Vincent, seigneur du Boberil, Jacques du Boberil, leur fils aisné, hérita de la terre du Molant, par le décès de Janne d’Ust, sa tante morte sans enfans.

Monnier. – Il y a eu des gentilshommes de ce nom, seigneurs de Guennanec, paroisse de Plumelin, relevant de Baud. – Portoient : D’argent à 3 testes de sanglier de sable.

Montbourcher. – 1259, Juliana, relicta Guil. de Montbourcher, militis, filia Willelmi Spinae, com assensu Gaufridi de Montbourcher, filii sui, dedit abbatiae Velerisvillae.
Le sceau dudit Geoffroy de Montbourcher : Une channe seule.
Etc.

Montigny. – Addition à G. le B. : Les armes de Montigny, selon M. du Vieuxchastel, sont : De gueules à 3 estrilles d’or, à la bande de sable, chargée de 8 besans d’or.

Morand. – Les Morand sont originaires de Caen, en Normandie ; ils furent avancés par le crédit du chancelier Nicolas Bruslard, dont ils estoient parens, etc.
Ils portèrent, avant leur grande élévation, 3 cormorans, pour armes, mais depuis que les Sillery vinrent en faveur, ils changèrent, et prirent 3 cygnes, ce qui donna lieu a ce vers :
Jam subito cygnus, qui modo corvus erat [3]

Morandais. – Maison, paroisse du Boisgervilly, évesché de Saint-Malo, sous Montauban. – Portoient : De gueules à 3 fasces d’argent.

Moréac. – Seigneurie, par. de Moréac, év. de Vannes, sous le duché de Rohan.
Alain de Moréac confirma, l’an 1230, la donation de H. son père, et Marguerite, femme dudit Alain, de 12 sous de rente sur le moulin de Bracefoulon, à l’abbaye de Bonrepos. – Tiltre de Bonrepos. – M. de Molac marque sur cet article : La croix vivrée.
1269, Gilbert et Thébaut de Moréac, enfans d’Alain, confirmation.
Thébaut, sieur de Moréac, donna du froment à ladite abbaye, en Malguenac, en 1304. – Son sceau estoit : Une croix guivrée.
1301, Thibaut de Moréac. – Son sceau : une croix ancrée et guivrée. – Tiltre de Bonrepos.
Etc.

Morinais. – Maison et nom noble, paroisse d’Iffendic, relevant de Montfort.
On voit dans le jambage d’une voulte de l’église de ladite paroisse, en la nef, un escusson en bosse chargé de 10 mures, 4. 3. 2. 1, et un banc armorié de mesme. – On m’a dit que le blason estoit : D’argent à 10 mures de sinople.
On voit un tombeau dans le cloistre de l’abbaye de Saint-Melaine, à Rennes, sous lequel P. de la Morinais, religieux, fust enterré, l’an 1383, et ces armes : 6 mures, 3. 2. 1, et, dans le sacraire du grand autel de l’esglise, un tombeau de P. de la Morinais, abbé, sous lequel il fust enterré, l’an 1422.

Moro. – Robert Moro, seigneur de la Villebourgaut, beau-frère de M. de Bréhand, conseiller en la Chambre de la Réformation, faisant pour Gilles, son fils unique, etc.
Escartelé aux 1er et 4e : d’or au lion de sable, aux 2e et 3e : de gueules au croissant d’or.
Petite noblesse, M. de Couëtion met : « Escuier fort mince [4]. »

Motte (la). – Roland de la Motte, chevalier, 1294, dans les osts du Duc. M. de Molac met au-dessous : Plancoët ; luy donne pour armes : De gueules à 3 fasces engreslées d’azur (sic).

Motte (la). – Pierre de la Motte, seigneur de la Rivière, dans un acte passé à Rennes, mist son sceau, 1416 : (une croix pattée et alaisée, accostée de quelque chose comme un besant).

Motte (la). – Vidi un sceau d’Yvon de la Motte, par la Court de Rennes, de l’an 1413, qui estoit : Un chevron accomp. de 6 oyseaux qui avoient le bec et les pieds un peu longs.

Motte (la). – Maison noble, paroisse de Mur, proche la trève de Saint-Conec.
On voit, dans la vitre de Saint-Conec, 2 vieux escussons, tous deux semblables, scavoir : D’argent à un houx de sinople.

Motte (la). – Addition à G. le B. (art. de la Motte du Rheu) :
1407, Pierre de la Motte, seigneur de la Motte du Rheu. – Sceau : Les 2 fasces de vair, à un acte passé par la Court de Montf…

Motte (la). – 1438, Ollivier de la Motte, rendit aveu de la Villemaingant. – Son sceau : 3 croissans ou vaires ou besans, chargés de quelque choses comme hermines.

Mur (de). – D’azur à une croix engreslée d’or, au canton dextre ; de gueules chargé de 4 macles d’or, 2. 2.
Selon M. le baron du Vieuxchastel : De gueules à 4 macles d’or, et donne la croix aux anciens seigneurs du Poul.
1379, Jehan du Mur, prête serment de fidélité.
Vidi un sceau de l’an 1404, auquel Olivier du Mur mist son sceau (sic), qui est : Une croix engreslée, au canton senestre chargé de 4 macles. L’acte par la Court de Corlé.
1426, Olivier du Mur avoit pour sceau : Ut supra, dans un acte de la Court de Rostrenen.
1437, Jehan du Mur deschargé de la capitainerie de Guingamp.

N

Nicolas. – 1493, Ollivier Nicolas avoit pour sceau : Un arbre comme un pin. Vidi.

Noir (le). – Addition à G. le B. : L’an 1101, Even, chevalier, fils de Maen le Noir, du païs de Moncontour, paroisse de Plémy, aïant esté blessé à mort dans un tournoy, donna à Gervais, abbé de Saint-Melaine, le village de … demie, e les deux tiers du moulin, avec le consentement de Geffroy …, comte, présent. – Mémoires de M. de Molac.
1388, Pierre le Noir avoit des héritages dans la paroisse de Plégaspar.

Normant (le). – Vidi un acte de 1419 (1403 en surcharge), et que Pierre le Normant, sieur de la Glestière, près Rennes, avoit un sceau qui estoit : Un escu semé de rats, souris, glets ou autres animaux semblables, au franc quartier chargé de 6 losanges, 3. 3.

O

Oaeson. – 1409, Guillaume Oaeson tenoit des terres noblement sous la seigneurie d’Apigné. Scellé du sceau de Jean Houée : (une tête d’oiseau).

Ollier (d’). – Il y avoit des gens du nom d’Ollier, seigneurs de Brillet, dans les années 1330 à 1370, sgrs de Brillet et de la Caillière, l’an 1428.
Je ne scay pas au vray les armes d’Ollier : j’ay veu des Mémoires de sieur du Tertre-Gault qui disent qu’il portoit : D’argent à 3 molettes de sable à 6 pointes, 2 en chef, 1 en pointe. – Un Guillaume Dollier aïant espousé Roberde de Denée, héritière de la Haye d’Erbrée, il en prit les armes, tellement que les molettes estoient peut-être les armes des Denée ou d’Erbrée.

Orange (d’). – J’ay veu une fondation de l’abbaye de Rillé, près Fougères, de l’an 1163, dans laquelle est rapporté présent un Radulphe d’Orange.
1219, Willelmus de Orangiâ donna à l’abbaye de Saint-Sulpice.
1387, Petrus d’Orange, un des secrétaires du Duc.
J’ay veu que Georges d’Orange et Perronnelle de Linières, près Fougères, avoient pour fille Guionne d’Orange, l’an 1602, veuve de messire Eustache du Bellay, baron de Conquest et de la Feillée.
L’Armorial de Bayeulx marque un M. Guillaume d’Orange parmy les bacheliers bretons, et luy donne pour armes : Party d’argent et de gueules, à un croissant de l’un en l’autre.

Orgères. – Maison, paroisse d’Orgères, évesché de Rennes : D’azur à 3 gerbes liées d’or.
13.., N… Moraud estoit sgr d’Orgères.


(à suivre...)


[1NdT : Cet article a été saisi par François du Fou. Voir le début de l’armorial.

[2Probablement pour : cotices ou filets, ce qui rapproche des armes de Fontenay.

[3Cet article est d’une écriture différente, et paraît plus moderne que le reste du manuscrit.

[4On voit que l’auteur avait connaissance de l’Armorial de la Bourdonaye.